Navigation – Plan du site

Eleonora Elguezabal, Frontières urbaines. Les mondes sociaux des copropriétés fermées

Thomas Le Guennic
Frontières urbaines
Eleonora Elguezabal, Frontières urbaines. Les mondes sociaux des copropriétés fermées, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », 2015, 247 p., Préface de Christian Topalov, ISBN : 9782753541696.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Renaud Le Goix, « Les gated communities aux États-Unis et en France : une innovation dans le dévelo (...)
  • 2 Renaud Le Goix, « Communautés fermées (gated communities) », Hypergéo, 19 mai 2005, en ligne : http (...)
  • 3 Michel Lussault, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, 2009.

1Les gated communities fascinent autant qu’elles révulsent. La thèse est connue. Ces « quartiers résidentiels dont l’accès est contrôlé, interdit aux non-résidents, et dans lesquels l’espace collectif (rues, trottoirs, parcs, terrains de jeu...) est privatisé »1, cristalliseraient les enjeux sociaux de la ville globale. On y lirait la fin de la solidarité organique de la ville industrielle – celle de l’École de Chicago – fondée sur la coexistence de groupes sociaux selon un mode « ensemble mais séparés » : ensemble dans la production et la redistribution des richesses, mais séparés dans l’habitat. Manifestant un mouvement d’« enclosure résidentielle »2, les communautés fermées objectiveraient la mutation des stratifications sociales. Elles fourniraient l’illustration parfaite de l’essor des inégalités urbaines et du sentiment d’insécurité, conduisant au séparatisme des élites, tout autant social que spatial. Avec elles, l’on passe de la lutte des classes à la lutte des places3. Dès lors, les raccourcis sont faciles et tentants : déduire les linéaments de l’objet d’étude du sens commun et procéder à une analyse extérieure, critique et déductive de ce type d’habitat.

  • 4 Howard Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, [1982] 1988.
  • 5 Andrew Abbott, « Écologies liées : à propos du système des professions », in Pierre-Michel Menger ( (...)

2Eleonora Elguezabal entend justement prendre le contre-pied de ce discours désormais répandu. Issu d’une thèse de doctorat portant sur les gated communities de Buenos Aires, son ouvrage annonce clairement ses ambitions théoriques en introduisant une référence à Howard Becker en sous-titre4. D’un point de vue méthodologique, l’auteure inscrit son étude dans une double filiation : interactionnisme symbolique et enquête ethnographique. Le cadre théorique fait souvent référence à la sociologie de Pierre Bourdieu et aux travaux qui s’en inspirent, ainsi qu’à la théorie des « écologies liées » d’Andrew Abbott5. L’articulation fine de ces références permet à Eleonora Elguezabal de rendre compte de la manière dont les logiques d’acteurs, qui traversent les copropriétés fermées, s’insèrent dans des structures de choix en partie configurées par la dynamique de stratification sociale et de production de l’espace en Argentine. L’enjeu de cette étude est de taille : étudier les communautés fermées du point de vue microsociologique, et (ré)introduire de l’hétérogénéité et de la dynamique là où l’on pense spontanément l’homogénéité et la fixité de ces espaces sociaux.

3Intitulée « labilité », la première partie de l’enquête étudie la production des frontières de ces résidences fermées, appelées « torres » en Argentine, et observe leur plasticité. La généalogie historique et discursive de ce vocable montre qu’il a connu une fulgurante ascension dans les années 1990, au moment où les politiques néolibérales prenaient le pas sur le péronisme. La dérégulation de la finance a conduit à un essor de l’investissement foncier par les banques et les promoteurs. Ces « entrepreneurs d’enclavement » (p. 93) se sont attachés à vendre un rêve à la petite bourgeoisie en quête d’espaces de promotion sociale. En réaction, certains acteurs du champ académique argentin s’emparent des problématiques soulevées par cette nouvelle offre immobilière. Ils développent des discours critiques orientés contre les politiques néolibérales. Selon Eleonora Elguezabal, cette approche a pour défaut d’hypostasier le phénomène qu’elle prétend décrire. À trop vouloir lire dans cette forme d’habitat l’expression pure d’une volonté de séparatisme social, ces auteurs s’empêchent d’en lire la complexité.

  • 6 Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands (...)

4Eleonora Elguezabal s’est livrée, pendant cinq ans, à une vaste enquête de terrain qui mobilise observation directe, observation participante et entretiens. Les analyses qui en résultent permettent de nuancer l’approche critique des torres. Elle montre que ceux-ci sont loin d’être des espaces strictement élitaires où règnerait l’harmonie feutrée de l’entre-soi. Au contraire, l’étude de la composition de cinq torres de Buenos Aires montre qu’il s’agit d’espaces où cohabitent des individus aux trajectoires sociales et aux logiques sensiblement différentes, et parfois divergentes. Par exemple, au sein d’une même copropriété, cohabitent des membres de la classe moyenne et des fractions de la classe supérieure à fort capital économique. Et, selon l’adage désormais célèbre en sociologie, on sait que « proximité spatiale et distance sociale »6 ne font pas bon ménage. Aussi, les conflits entre voisins sont récurrents. Le personnel embauché par les gestionnaires des torres est lui aussi clivé selon deux statuts différents : employés salariés ou employés en sous-traitance. Aux relations et stratifications entre habitants s’ajoutent ainsi la hiérarchie et la division du travail des employés. La combinaison de ces deux populations, respectivement hétérogènes, conduit à l’existence d’un système de relations complexes, duquel émergent de nombreux conflits, à la fois entre les groupes et en leur sein. La suite de l’enquête montre justement que le mouvement de clôture ne procède pas uniquement vis-à-vis de l’extérieur.

  • 7 Je pense aux analyses d’Alexis de Tocqueville dans le premier tome de la Démocratie en Amérique, Pa (...)

5La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à la « porosité » des torres. En s’intéressant au quotidien des employés et aux relations qu’ils entretiennent avec les habitants, Eleonora Elguezabal livre de belles pages de sociologie du travail et de l’habitat, où se manifeste avec brio la projection des représentations sociales sur les repères spatiaux (haut/bas, dedans/dehors). En pratique, la frontière entre la torre et l’extérieur est nécessairement perméable : les habitants, les employés du gestionnaire, les domestiques et les visiteurs ne cessent de la franchir. De fait, pour les habitants et le gestionnaire qui a vocation au contrôle de la résidence, l’enjeu principal n’est pas tant de faire respecter la frontière avec le dehors, déjà matérialisée par un portail et différents dispositifs de contrôle, que de tracer et d’établir la frontière intérieure, autrement plus sensible et moins tangible ; celle qui sépare symboliquement les habitants des employés. Car, en un sens, le « drame » de la copropriété fermée est que la société s’invite toujours à l’intérieur ; qu’en voulant se distinguer socialement, les habitants ne peuvent se passer pour autant du personnel, de ceux d’avec lesquels, précisément, ils entendent marquer une distance sociale. Il en ressort tout un travail de (re)qualification de la relation salariale, de telle sorte qu’elle acte effectivement la supériorité de l’employeur sur ses subalternes qui doivent le servir, quitte à invisibiliser les professionnels les moins désirables. À ce titre, la place des vigiles, est particulièrement importante. Véritables gate kepper positionnés à l’entrée des résidences, ils sont en relation à la fois avec les habitants et le personnel d’entretien. La définition de leur statut, et la manière dont ils jouent leur rôle professionnel oscillent entre deux fonctions de leur emploi : l’accueil et la sécurité, par exemple ouvrir la porte et chasser les intrus. L’auteure montre que les habitants préfèrent, et recommandent, un sur-investissement de la fonction d’accueil de des vigiles plutôt qu’une exacerbation, quoique rassurante, de leur vocation à maintenir l’ordre, qui pourrait se traduire par des contrôles trop zélés de l’identité des habitants, par exemple. Cela passe par des actes discrets de déférence : venir à la rencontre de l’habitant, lui ouvrir la porte et lui remettre le courrier, tout en utilisant une formule de politesse et des signes de personnalisation de la relation (référence à la famille par exemple). Pour l’habitant, être accueilli signifie donc être reconnu, sentir l’existence valorisante d’une relation de service singulière et unique, à l’image de celle qui unissait les maîtres et leurs domestiques dans l’Ancien régime7. En contraste avec cette bienveillance feutrée, apparaît la relation des vigiles au personnel subalterne (salariés d’entretien) et/ou extérieur (artisans), qui circule quotidiennement dans les résidences. Il leur incombe de contrôler strictement leur tenue, leurs allées et venues et de s’assurer qu’ils empruntent effectivement l’entrée de service, dissociée de celle des habitants. Bref, la fonction latente des vigiles est d’exercer la régulation de l’ordre social des torres, consistant à la traduire la stratification de l’immeuble par une ségrégation interne des publics qui la compose.

6Au-delà de l’intérêt de son sujet, cette étude démontre la force de la méthodologie de l’enquête ethnographique multi-située, soutenue par la richesse théorique d’un interactionnisme qui sait rendre justice aux effets de réel générés par les représentations sociales. Eleonora Elguezabal ne se contente pas ici de livrer une remarquable étude de sociologie urbaine. Elle propose de pénétrantes analyses de sociologie du travail qui restituent la complexité de la relation de service, plutôt du point de vue du professionnel, tant en termes de définition et d’identification au rôle que de « bonne distance » quant à l’intimité de l’employeur. Nourrie par des documents d’une grande richesse (extraits d’entretiens, photographies, reproduction de documents administratifs), cette enquête est un modèle de clarté. Malgré la distance culturelle, Eleonora Elguezabal parvient à emporter le lecteur français dans les « mondes sociaux » des torres argentines, le laissant imaginer la transposition de ce dispositif d’enquête sur des terrains européens.

Haut de page

Notes

1 Renaud Le Goix, « Les gated communities aux États-Unis et en France : une innovation dans le développement périurbain ? », Hérodote, no 122, 2006, p. 107-137. URL : www.cairn.info/revue-herodote-2006-3-page-107.htm.

2 Renaud Le Goix, « Communautés fermées (gated communities) », Hypergéo, 19 mai 2005, en ligne : http://www.hypergeo.eu/spip.php?article299.

3 Michel Lussault, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, 2009.

4 Howard Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, [1982] 1988.

5 Andrew Abbott, « Écologies liées : à propos du système des professions », in Pierre-Michel Menger (dir.), Les professions et leurs sociologies, Paris, MSH, 2003.

6 Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, vol. 11, n° 1, 1970, p. 3-33. URL : http://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1970_num_11_1_1610

7 Je pense aux analyses d’Alexis de Tocqueville dans le premier tome de la Démocratie en Amérique, Paris, Garnier-Flammarion, 1995 [1835].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Le Guennic, « Eleonora Elguezabal, Frontières urbaines. Les mondes sociaux des copropriétés fermées », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 mars 2016, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20416

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page