Navigation – Plan du site
Les débris épars du progrès

Les débris épars du progrès

Évolutionnisme vs anthropologie
Jean-François Gossiaux, Les débris épars du progrès. Évolutionnisme vs anthropologie, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Le (bien) commun », 2016, 127 p., ISBN : 978-2-7351-2092-5.
Notice publiée le 23 mars 2016

Présentation de l'éditeur

Les sciences sociales ont trouvé leur inspiration initiale et leurs premières bases théoriques dans l'évolutionnisme. Et celui-ci, même s'il a généralement cessé de constituer un paradigme explicite, continue d'orienter implicitement leurs élaborations et, au-delà, les représentations communes de la condition humaine. Il le fait à travers une certaine façon de fonder les typologies sur le sens du temps et sur son pouvoir hiérarchisant - autrement dit, sur une certaine conception ("progressiste") de la modernité.

S'inspirant de la pensée anti-évolutionniste et universaliste de Herder, et s'appuyant sur des exemples empruntés à l'Europe aussi bien qu'à l'Asie ou à l'Afrique, l'ouvrage, à l'encontre de cette conception, conteste les théories qui font de la séparation du politique et du religieux l'alpha et l'oméga de la modernité et déconstruit les grandes oppositions chrono-typologiques (communauté / société, holisme / individualisme, ethnie / nation...) qui réduisent caricaturalement la variété des sociétés humaines.

C'est de cette variété universelle qu'une anthropologie du contemporain a à rendre compte, et donc de la diversité des ordres - et des contre-ordres - concevables, retrouvant ainsi la vertu subversive de Montaigne et de ses Cannibales.

Haut de page

Auteur

Jean-François Gossiaux

Jean-François Gossiaux est directeur d'études à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a été de 2006 à 2010 directeur de l’Institut interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC, CNRS/EHESS) et de 2009 à 2011 directeur adjoint scientifique de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.  Les recherches qu’il a menées durant plus de vingt ans dans les Balkans ont d’abord porté sur l’organisation familiale (Le groupe domestique dans la Yougoslavie rurale, thèse de doctorat, 1982), puis sur les questions d’ethnicité et de nationalisme (Pouvoirs ethniques dans les Balkans, 2002) et sur les phénomènes de transition économique et politique dans les sociétés de tradition nomade. Il a aussi, en France, conduit une enquête sur les jeunes d’une vallée ouvrière dévastée par la crise économique (Avoir seize ans dans les Ardennes, 1992). Sa réflexion actuelle porte sur la logique des contacts entre systèmes sociaux, à partir notamment d’exemples contemporains ou historiques tirés de sociétés d’Asie centrale ou orientale.

Haut de page