Navigation – Plan du site

Agnès Sinaï, Raphaël Stevens, Hugo Carton et Pablo Servigne, Petit traité de résilience locale

Olivier Vermeulen
Petit traité de résilience locale
Agnès Sinaï, Raphaël Stevens, Hugo Carton, Pablo Servigne, Petit traité de résilience locale, Paris, Charles Léopold Mayer/ECLM, coll. « Momentum », 2015, 116 p., ISBN : 9782843771866.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est rédigé par quatre membres de l’Institut Momentum. Cet institut se présente comme un « laboratoire d’idées sur les issues de la société industrielle et les transitions nécessaires pour amortir le choc social de la fin du pétrole »1. Le point de départ de l’Institut Momentum est que notre société industrielle, ainsi que l’abondance couplée à celle-ci, sont fondées sur des sources d’énergies fossiles temporaires et qu’il est nécessaire d’organiser une transition vers un monde post-croissant, post-fossile et modifié par le climat. C’est à travers ce prisme que Agnès Sinaï (journaliste environnementale), Raphaël Stevens (chercheur en résilience des systèmes socio-écologiques), Hugo Carton (ingénieur centralien) et Pablo Servigne (chercheur indépendant) tentent de nous offrir une réelle bouffée d’oxygène pour continuer à croire en un avenir soutenable et désirable.

2Retraçant l’historique du concept de résilience, les auteurs survolent les différentes définitions possibles de celui-ci avant de proposer la leur. Ils commencent par celle de Boris Cyrulnik, qui a introduit en psychologie le concept de résilience comme étant « un processus biologique, psychoactif, social et culturel qui permet un nouveau développement après un traumatisme psychique » (p. 26). Ensuite est proposée la définition de la résilience selon les sciences de l’ingénieur : « la capacité d’un matériau ou d’une infrastructure à absorber une quantité de l’énergie à la suite d’une déformation, puis à revenir à son état initial » (p. 26). Finalement les auteurs définissent la résilience comme la capacité d’un système à absorber les perturbations et à se réorganiser afin de maintenir ses principales fonctions. Les auteurs distinguent quatre déclinaisons du concept de résilience. Il existe, selon eux, une résilience « intérieure » se rapportant à l’individu, une résilience « locale » correspondant au niveau des villes et des communautés, une résilience « globale » appartenant davantage au institutions internationales et finalement une résilience « commune » étant la somme des trois précédentes. Les auteurs décrivent chacune de ces déclinaisons dans un chapitre distinct en commençant par la dernière, plus générale, pour terminer par la résilience intérieure au niveau de l’individu.

3Dès l’introduction, le lecteur est averti que les auteurs ne croient pas en une crise passagère qui justifierait des mesures socio-économiques jamais tolérées auparavant et qui laisserait miroiter l’espoir d’un retour à la normale une fois celle-ci passée. Au contraire, les auteurs considèrent que la diminution de notre accès bon marché aux sources d’énergie actuelles est inévitable et que la résilience (sous ses quatre déclinaisons) est l’unique moyen de faire face à cette « descente énergétique ». Le monde post-carbone devra absorber de nombreux « chocs » (comme le danger de famines si les camions approvisionnant nos supermarchés se trouvent immobilisés par manque de pétrole) et devra construire, dans l’urgence, des systèmes résilients dans des domaines aussi divers que l’alimentation, la mobilité, l’habitat ou encore l’éducation, pour tenter de surmonter les catastrophes à venir. C’est donc dans un mélange paradoxal de lucidité et d’espoir que les auteurs partagent leur vision du monde de demain.

4Le premier chapitre nous invite à découvrir la nécessité d’une résilience commune. Prenant l’image de Robinson qui ne retrouve l’espoir sur son « Île du Désespoir » qu’une fois qu’il a l’occasion de partager son quotidien avec un nouvel ami (un prisonnier qui arrive à s’échapper des cannibales), les auteurs affirment que la résilience ne peut être vécue en solitaire ; elle repose sur les liens entre les individus, c’est donc une question commune. Divers exemples illustrent différentes facettes de la résilience : celui de la toile d’araignée qui est un ensemble robuste et souple à la fois, ou encore celui du caméléon qui s’adapte à son environnement. À la fin du chapitre, les auteurs rappellent également que le terme de résilience est utilisé par de nombreux acteurs dans la société avec des objectifs qui peuvent être fort différents. De leur point de vue, une résilience commune assurant l’autonomie de tous les individus, et en particulier des plus démunis, est donc nécessaire afin de relier le global et le local, tant dans la pensée que dans l’action.

5Au niveau global, les auteurs proposent d’organiser la résilience autour de trois axes politiques afin de répondre à l’urgence du défi climatique et de ralentir la consommation d’énergies fossiles. Selon eux, il est premièrement indispensable de « simplifier nos modes de vie » (p. 41), notamment en réduisant la complexité et l’interdépendance des systèmes socio-économiques. Cette réduction se traduit par exemple par une relocalisation des secteurs économiques de subsistance pour offrir de l’emploi à chacun tout en assurant les besoins vitaux de la population locale. Les auteurs proposent sept technologies de l’avenir appropriées à cette « REconomie », néologisme de relocalisation et économie : entre autres, le jardinage biologique intensif permettant de produire de la nourriture en suffisance sans intrants fossiles, le solaire thermique qui offre une quantité de services (cuisine, eau chaude...) à partir de technologies très simples ou encore des mathématiques libres d’ordinateur (règles à calcul, abaques, logarithmes...) afin de pouvoir réaliser des grands projets comme la construction de ponts ou le pilotage de navires sans ordinateur, technologie beaucoup trop dépendante des énergies fossiles. Le deuxième axe politique consiste en la réorganisation des villes face à des risques de pénurie croissants. Ainsi par exemple, pour prévenir une probable montée des mers dans l’avenir, la ville de Singapour a notamment imposé que toute nouvelle construction soit située à au moins 2,25 mètres au-dessus du niveau de la mer. Enfin, il faut (re-)concevoir nos infrastructures (notamment les espaces urbains et les réseaux énergétiques) selon des principes de redondance, de modularité et d’adaptabilité. Ce troisième axe doit être conçu en concertation avec les différents acteurs de la société (tant les usagers que les concepteurs des infrastructures) afin que les infrastructures leur permettent de s’organiser entre eux de manière optimale face aux pénuries à venir.

6Le troisième chapitre traite de la résilience locale. S’exprimant toujours à travers une approche énergétique des sujets abordés et tout en rappelant l’absence de liens entre les sciences sociales (ainsi que les politiques construites principalement par des personnes issues des sciences sociales) et les sciences physiques, les auteurs nous emmènent de la permaculture au design territorial des biorégions urbaines et rurales. Vu que la descente énergétique risque fortement d’être couplée à une diminution du travail réalisé par les machines, il sera nécessaire de remplacer celui-ci par une augmentation de main-d’œuvre. De plus, un grand nombre de métiers manuels pourraient revoir le jour comme les charpentiers, menuisiers, maçons, paysans et autres. Ce chapitre se termine lui aussi par de nombreux exemples, comme celui de la ferme du Bec Hellouin qui, sur 1,2 hectare de sol initialement peu fertile, a su développer une extraordinaire diversité en exploitant des procédés liés à la permaculture. Aussi ce petit traité se veut-il plus qu’un partage d’idées, mais un réel guide à l’action.

7Finalement, le dernier chapitre aborde la résilience intérieure, à savoir la résilience personnelle, voire psychologique ou même morale des individus. En effet, les angoisses et autres questions existentielles que peut soulever l’imagination d’un monde post-carbone nécessitent des pistes de réponses. L’approche dite de « catastrophisme éclairé », que les auteurs empruntent à Jean-Pierre Dupuy, permet de survoler les différentes manières de réagir psychologiquement face au changement de culture qui s’impose à nous et d’aller de l’avant face à ces défis.

  • 2 Vincent Liegey, Stéphane Madelaine, Christophe Ondet et Anne-Isabelle Veillot, « Un Projet de Décro (...)

8Posons un très léger bémol : il manque peut-être une prise de position plus radicale face aux richesses extravagantes dont jouit une minorité de la population mondiale et qui sont une des causes principales, sinon la cause principale, des crises sociales et environnementales. En effet, les auteurs parlent à plusieurs reprises des limites de la richesse totale et des inégalités sans cesse croissantes au sein de notre société. Ils rappellent également les liens entre ces deux enjeux et les institutions socio-politiques actuelles, comme dans cet extrait : « Par exemple, une institution comme le Forum économique mondiale de Davos n’a pour autre but (en utilisant le concept de résilience) que de renforcer les structures financières actuelles qui favorisent les plus riches et qui sont justement l’une des causes de l’effondrement » (p. 33). Pourquoi les auteurs n’abordent-ils donc pas la question du plafonnement supérieur des richesses individuelles ? Ce que certains appellent un « revenu maximum autorisé »2 pourrait effectivement être une vraie transposition des limites des ressources naturelles (matérielles et énergétiques) au revenu de chacun. Néanmoins Agnès Sinaï, Raphaël Stevens, Hugo Carton et Pablo Servigne signent avec ce Petit traité de la résilience locale un réel must-read pour toute personne ne voulant pas rester les bras croisés face aux défis futurs de notre société.

Haut de page

Notes

1 Site web de l'Institut Momentum : http://www.institutmomentum.org/qui-sommes-nous/.

2 Vincent Liegey, Stéphane Madelaine, Christophe Ondet et Anne-Isabelle Veillot, « Un Projet de Décroissance, Manifeste pour une Dotation Inconditionnelle d'Autonomie », Éditions Utopia, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Vermeulen, « Agnès Sinaï, Raphaël Stevens, Hugo Carton et Pablo Servigne, Petit traité de résilience locale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20462

Haut de page

Rédacteur

Olivier Vermeulen

Éducateur à l’environnement pour les jeunes de 8 à 18 ans dans l’asbl COREN et membre du Musée du Capitalisme. Ingénieur civil mécanicien, à finalité énergétique (2013), UCL (Université Catholique de Louvain), bachelier en médecine (2010), KU Leuven (Katholieke Universiteit Leuven), et diplômé de la chaire Hoover en éthique économique et sociale (2015), UCL.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page