Navigation – Plan du site

Arundhati Virmani (dir.), Political Aesthetics. Culture, critique and the everyday

Héloïse Thomas
Political Aesthetics
Arundhati Virmani (dir.), Political Aesthetics. Culture, Critique and the Everyday, New York, Routledge, coll. « Interventions », 2016, 214 p., ISBN : 9780415728843.
Haut de page

Texte intégral

1Comme l’établit d’entrée Arundhati Virmani, le débat autour de l’esthétique et de sa relation au pouvoir n’est pas nouveau : déjà présent dans la Rome Antique, il est devenu particulièrement brûlant avec l’émergence des régimes totalitaires européens dans les premières décennies du XXe siècle. Le postmodernisme révèle alors l’ambivalence de l’esthétique, à la fois comme outil de contrôle social et comme forme de distinction ; Rancière y apporte une nouvelle orientation, présentant l’esthétique comme principe analytique servant à comprendre des expériences et événements sociaux, culturels et politiques. À la lumière de cette histoire, Virmani, spécialiste des dynamiques matérielles de la culture politique, cherche à cerner le rôle de l’esthétique dans la contemporanéité. Il s’agit non pas, donc, de la dénoncer ou de la défendre, mais de voir dans sa collusion avec le pouvoir et dans son potentiel émancipatoire deux phénomènes indissociables. Les essais cherchent à explorer les rapports entre l’art et la politique, entre l’esthétique officielle et la dissension, afin de faire ressortir le processus par lequel une critique du discours dominant peut elle-même faire partie d’un nouveau discours dominant. Pour ce faire, l’ouvrage suit lui-même un mouvement dialectique, étudiant d’abord la présence de l’esthétique dans la culture politique officielle, puis le pouvoir subversif et critique de l’esthétique, pour finir sur un examen des rapports entre l’esthétique et le quotidien.

2La première partie se centre sur l’utilisation de l’esthétique par les instances de pouvoir officiel, et cherche à rendre apparente la dialectique entre collusion et critique qui la sous-tend. Simonetta Falasca-Zamponi examine ainsi la manière dont l’esthétique mène à la production de pouvoir dans l’Italie mussolinienne, afin de corriger la vision d’une collusion systématique et destructrice entre esthétique et politique, et de montrer que le fascisme dépendait d’une instrumentalisation de l’esthétique tout en sapant et dévoyant son essence première, qui est le potentiel pour la construction d’une véritable communauté. Se plaçant dans des contextes postcoloniaux, Rachel Johnson et Shirin Rai proposent ensuite une étude comparée des fresques du Parlement Indien et de la tapisserie Keiskamma du Parlement Sud-africain, qui ont été commissionnées pour établir un nouveau récit visuel de la nation qui répondrait à celui établi par les forces coloniales. Mais si ces créations artistiques étaient censées articuler une mythologie nationaliste et inclusive de la lutte pour la liberté, elles reproduisent au final des schémas impérialistes de domination et contribuent à effacer davantage le subalterne des lieux de pouvoir et d’Histoire. Restant dans l’espace indien, Arundhati Virmani se penche sur l’esthétique du sacrifice, incarnée notamment par Gandhi, qui passe d’abord par l’ascétisme et la renonciation, à l’inverse de l’héroïsme occidental, ainsi que par le rejet de certaines pratiques de consommation. De mode de résistance à l’ère coloniale, cette esthétique est devenue une rhétorique officielle dans le pays indépendant, mais Virmani établit également son potentiel de critique morale et démocratique.

3Cela nous amène donc à examiner à la fois les processus par lesquels les pratiques artistiques acquièrent leur capacité de subversion et de résistance, et le risque permanent d’assimilation par les instances de pouvoir qu’elles dénoncent. Franco Zecchini, photojournaliste pour un journal italien dans les années 1980, livre une analyse de ses photographies pour examiner la visibilité des activités de la mafia sicilienne dans la société urbaine et révéler en parallèle la logique commerciale d’un marché qui influence, voire décide la consommation publique d’actualités et d’images de la réalité. Par exemple, la mafia s’est aujourd’hui retranchée dans les coulisses, ne donne plus d’image d’elle-même à travers le spectacle de la mort ; elle adopte en revanche le paradigme des médias qui lui convient davantage. La culture mafieuse dans les représentations médiatiques est donc devenue diffuse, indéfinie, et donc distanciée, d’où la nécessité d’un acte performatif, indispensable pour entretenir la mémoire des crimes mafieux, pour comprendre et combattre le phénomène. Les pratiques esthétiques de Zecchini ouvrent alors un espace et un récit de résistance.

  • 1 Le terme anglais « poverty porn », ou pornographie de la pauvreté, fait référence à certaines tenda (...)

4À l’inverse, Jean-Christophe Sevin s’attache à comprendre le processus d’institutionnalisation de mouvements contestataires, à travers l’étude la musique rave dans la France des années 1990. Au départ, les raves marquaient une dissension dans le paysage musical officiel, dans un contexte de culture contrôlée par l’État, tant au niveau de la production qu’à celui de la consommation de musique : elles proposaient un modèle alternatif de rassemblement dans un pays où la politique culturelle est d’abord un moyen de contrôle. Mais le succès que connurent les raves conduisit à une réorganisation structurelle et hiérarchique et donc à une appropriation par la politique officielle. De même, Rashmi Varma se place dans le contexte de l’Inde contemporaine et de son rapport aux sociétés tribales pour souligner les tensions au cœur de la culture visuelle de gauche qui dénonce les pratiques étatiques et multinationales d’exploitation des ressources nationales et des populations locales, et le risque omniprésent de poverty porn1. Prenant appui sur un examen de photographies ayant comme sujets des membres de populations dites tribales, il expose la volonté chez les photographes contemporains d’aller au-delà des discours empreints d’exotisme mais montre combien la question de la pose complique toujours cette volonté : l’esthétique radicale peut-elle vraiment se dissocier d’un cadre exotifiant imposé par l’esthétique de la photographie ? Varma montre ainsi la présence d’une continuité de vieilles formes coloniales d’esthétique, qui reposent sur la catégorisation de populations dans le but de mieux gouverner et contrôler.

5Afin de dépasser cette ambivalence constante entre résistance de l’esthétique contre le pouvoir et sa récupération, la dernière partie soulève la nature fondamentalement instable de l’esthétique, ainsi que sa place dans les pratiques quotidiennes, qui révèle notamment la tension entre espaces urbains et privés, comme le fait l’artiste-marcheur Hendrik Sturm. Ce dernier analyse la conception de l’espace de promenade réalisé en 2013 autour de Marseille, Capitale européenne de la culture cette année-là. La fonction critique de cette initiative officielle donne à une activité physique, la marche, une dimension esthétique ; la même dignité est assignée aussi bien à la campagne pittoresque et aux espaces de loisirs qu’aux quartiers populaires et aux espaces urbains, révélant alors le rôle de l’intervention humaine, notamment de l’activité industrielle et post-industrielle, dans les paysages. Le quotidien permet également de réfléchir à la présence du politique dans la vie publique et privée. Leslie Moran étudie par exemple des photographies de la procession annuelle des juges de la Cour Suprême à Londres. Ce spectacle de l’autorité judiciaire dans les rues publiques révèle une juxtaposition de l’ordinaire et de l’extraordinaire : c’est une mise en scène de l’autorité qui s’établit alors. Rebecca Brown poursuit le chemin inverse, en analysant le rôle du rouet, un objet matériel ordinaire, dans la vie politique indienne. Apparu avec Gandhi dans les années 1920, le rouet devient le vecteur d’une résistance collective par la mobilisation de sa dimension esthétique. Une action répétée quotidiennement génère la possibilité de démanteler les hiérarchies sociales, devenant ainsi une plateforme de libération politique. Enfin, Marie Tamboukou se penche sur le cas de May Stevens, une artiste de la classe ouvrière américaine, féministe et militante politique, chez qui la pratique privée de l’esthétique, à la lumière de Rancière, devient le moyen d’atteindre une citoyenneté active et l’émancipation (empowerment) de l’individu.

6En proposant un regard à la fois dialectique et transculturel sur les rapports entre esthétique et politique, l’ouvrage opère donc plusieurs fonctions. Il permet de rétablir l’ambivalence inhérente à l’esthétique pour mieux apprécier des phénomènes esthétiques qui se situent à la frontière entre collusion et dissension. Ce faisant, à l’aide d’études de cas géographiquement et culturellement variés, il décentre la notion de mondialisation telle que nous l’appréhendons ordinairement et élargit les perspectives d’analyses. Cela met en relief le contraste entre le mode occidental individualiste et les traditions esthétiques en Asie et en Afrique, ainsi que les possibilités de résistance, ou tout au moins de questionnement qu’offrent ces dernières. À travers ces essais, c’est donc la force démocratique de la pluralité de modes esthétiques qui est réaffirmée, contre l’homogénéité de l’hégémonie esthétique et culturelle.

Haut de page

Notes

1 Le terme anglais « poverty porn », ou pornographie de la pauvreté, fait référence à certaines tendances culturelles, artistiques, médiatiques et publicitaires qui présentent un regard voyeuriste envers la pauvreté et l’exploitent pour générer de la sympathie dans le but de faire vendre un produit ou une cause.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Thomas, « Arundhati Virmani (dir.), Political Aesthetics. Culture, critique and the everyday », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20464

Haut de page

Rédacteur

Héloïse Thomas

Écrivaine, traductrice et critique littéraire sous le pseudonyme A.K. Afferez. Normalienne et agrégée d’anglais, elle effectue des recherches de thèse sur la littérature des femmes et des minorités aux États-Unis.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page