Navigation – Plan du site
Les paradoxes de la naturalisation

Les paradoxes de la naturalisation

Enquête auprès des jeunes issus de l'immigration
Arnaud Frauenfelder, Les paradoxes de la naturalisation. Enquête auprès des jeunes issus de l'immigration, L'Harmattan, coll. « Questions sociologiques », 2007, 390 p., EAN : 9782296036741.
Notice publiée le 25 juillet 2008

Présentation de l'éditeur

La naturalisation est une question dont on ne parle pas ou dont on ne parle qu'avec gêne. Ce fait est sans doute lié au statut ambigu de ce phénomène dans le monde social. Malgré les réformes " libérales " contemporaines, la naturalisation reste un mode atypique d'accès à la nationalité. Bien qu'autorisé et apparemment encouragé institutionnellement, cet acte se doit toujours d'être justifié. Les jeunes issus de l'immigration sont la cible des réformes des politiques de naturalisation engagées au cours des années 1990 en Suisse (comme dans d'autres pays d'Europe). Cette étude interroge cette dynamique institutionnelle et ses paradoxes à partir d'une compréhension sociologique de l'expérience vécue par cette population - catégorie de naturalisables apparemment au bénéfice d'une relative bienveillance institutionnelle. Elle restitue la complexité des enjeux sociaux, symboliques et normatifs qui traversent les décisions de naturalisation, l'épreuve des procédures et les usages du titre national. Au terme de cette recherche qualitative, il apparaît d'une part que les procédures de naturalisation constituent encore - en tant que rites d'institution - un instrument de légitimation de l'État-nation doté d'une certaine efficacité symbolique. D'autre part, il ressort que l'expérience vécue du traitement institutionnel atteste des ambivalences normatives entre la présence d'un régime de la reconnaissance et celui de la faveur concédée.

Haut de page