Navigation – Plan du site

Marc Bertier, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, Idées reçues sur le logement social

Eric Keslassy
Idées reçues sur le logement social
Jean-Marc Stébé, Hervé Marchal, Marc Bertier, Idées reçues sur le logement social, Paris, Editions Le Cavalier Bleu, 2016, 126 p., ISBN : 978-2-84670-885-2.
Haut de page

Texte intégral

1Les logements sociaux ou les HLM (habitations à loyer modéré) concentrent de très nombreuses idées reçues : les HLM sont pour les pauvres, ce ne sont que des barres et tours dégradées, le logement social coûte cher à la collectivité, etc. L’objet de ce livre est de montrer que ces représentations sur ce que sont les logements sociaux, sur ce qu’ils coûtent et sur ceux qui y vivent ne correspondent pas à la réalité. Comme il s’agit d’un sujet qui revient très souvent dans le débat public et d’une thématique qui conduit les responsables politiques à prendre des positions fortes (comme l’indiquent par exemple les engagements des candidats à l’élection présidentielle), il est intéressant que des auteurs reconnus sur ce sujet cherchent à lever ces idées reçues.

2On peut d’ailleurs se demander pourquoi le logement cristallise autant les passions. Selon les auteurs, c’est le mot « social » qui est au cœur des controverses : il renvoie en effet à l’idée de transfert entre les citoyens, c’est-à-dire qu’il implique une solidarité à l’égard des populations défavorisées qui n’est plus toujours bien acceptée en ces temps de crise économique et de capitalisme néo-libéral. Au fond, la question du logement social conduit à opposer les thuriféraires du marché (qui croient en l’immobilier privé) et les défenseurs de l’intervention de l’État. Autrement dit, derrière le débat qui se noue autour du logement social se dessine, aux yeux des auteurs, la classique opposition entre libéralisme économique et social-keynésianisme…

3L’ouvrage commence par bien cerner son objet en définissant précisément le logement social, soit « un logement qui a bénéficié pour sa réalisation de l’aide directe ou indirecte des pouvoirs publics, État et collectivités territoriales, et qui vise explicitement à loger les personnes à revenus modestes moyennant un loyer compatible avec leurs ressources » (p. 12). Le logement aidé qui relève du parc immobilier privé n’entre donc pas dans le champ d’analyse. L’introduction très riche montre ensuite combien le logement social s’est développé et diversifié depuis sa création officielle en 1912. Il existe de nombreuses catégories de logements sociaux, une particularité bien souvent inconnue du citoyen.

4Regroupées dans trois parties différentes, ce sont quatorze idées reçues sur le logement social qui sont démontées, chacune en quelques pages. Une citation toujours intéressante ouvre le traitement de chaque idée reçue, un traitement qui se fonde presque toujours sur plusieurs sciences sociales : histoire, sociologie, sciences politiques et géographie. Des encadrés et des tableaux très informatifs complètent utilement le propos de fond des auteurs.

5Dans la première partie « à quoi ressemblent les logements sociaux ? », examinons par exemple l’analyse faite par les auteurs à partir de l’idée reçue « les logements sociaux ne sont implantés que dans les banlieues ». Les premières réalisations d’immeubles à caractère social, à la fin du XIXe siècle, sont pourtant directement implantées dans la « trame urbaine » des grandes villes comme Lyon et Paris. Et en 2013, en région parisienne, la part des logements sociaux à Paris est de 20,1 % contre 18,9 % en Seine-et-Marne. Par ailleurs, une part non négligeable de logements sociaux est implantée en zone rurale. Conclusion des auteurs : « dès lors que l’on adopte une double perspective historique et géographique, il ressort que le fait d’implanter des logements sociaux en banlieue est loin d’être une constante » (p. 22).

6La seconde partie consacrée à « qui réside dans les logements sociaux ? » offre l’opportunité de régler leur compte à des idées reçues comme « les HLM, c’est pour les pauvres ». Si, au départ, les HLM ont été pensées pour les travailleurs industriels qui appartenaient bien à la couche sociale la plus défavorisée, leur développement a conduit les organismes gestionnaires à accueillir des populations beaucoup plus diverses. Les auteurs démontrent bien que les HLM sont en partie occupées par des populations pauvres mais aussi, statistiques à l’appui, qu’il n’y a pas que des pauvres dans les HLM.

7Enfin, dans la troisième partie qui s’intitule « quels sont les enjeux sociaux et politiques qui se posent aux bailleurs sociaux ? », les auteurs expliquent, par exemple, que le mode de financement du logement social fait qu’il ne coûte pas si cher au contribuable français. Sans jamais utiliser les marchés financiers, les bailleurs sociaux profitent notamment de taux préférentiels obtenus grâce aux livrets A des Français et, au bout du compte, l’État intervient assez peu.

8La conclusion de l’ouvrage montre que le logement social est somme toute une préoccupation relativement récente des autorités. Les auteurs retracent alors les grandes étapes de l’histoire du logement social, une histoire qui est déjà en partie mobilisée par les notices qui déconstruisent les idées reçues. Cette histoire complexe, tumultueuse, va se prolonger. Ajoutons que la bibliographie est conçue pour « aller plus loin », si bien que le lecteur peut compter sur les conseils des auteurs pour déterminer une prochaine lecture sur le sujet. Un livre très informé et qui se lit très facilement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Marc Bertier, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, Idées reçues sur le logement social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20471

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page