Navigation – Plan du site

Laurent Godmer, Guillaume Marrel, La politique au quotidien. L’agenda et l’emploi du temps d’une femme politique

Elsa Favier
La politique au quotidien
Laurent Godmer, Guillaume Marrel, La politique au quotidien. L'agenda et l'emploi du temps d'une femme politique, Lyon, ENS Éditions, coll. « Gouvernement en question(s) », 2016, 250 p., ISBN : 978-2-84788-695-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir les travaux de Delphine Dulong sur les agendas de deux premiers ministres, ceux de Rémi Lefebv (...)

1Laurent Godmer et Guillaume Marrel rendent compte du travail quotidien d’une femme politique à partir de l’étude de son emploi du temps. Les deux auteurs partagent avec d’autres politistes un intérêt méthodologique pour ce riche matériau que constituent les agendas personnels1. Ils s’appuient d’une part sur une analyse quantitative des informations contenues dans l’agenda électronique de la vice-présidente d’une grande région française, personnage principal du livre. Ils s’efforcent en outre de comprendre, à partir d’entretiens, comment son emploi du temps est produit collectivement. Enfin, en la suivant pendant quelques jours, du départ de son domicile le matin jusqu’à son retour chez elle tard dans la soirée, ils mesurent la différence entre l’emploi du temps tel qu’il est planifié dans l’agenda et son emploi du temps réel.

2D’un point de vue théorique, les auteurs s’inscrivent dans la lignée des travaux sur le « métier politique » (Demazière, Le Lidec, 2008). Ils entendent apporter leur pierre à un courant de recherche de sociologie du travail politique, cherchant à rendre compte de ce « que font ceux qui nous gouvernent ou nous représentent » (p. 35) et, d’autre part, à une sociologie des temporalités du politique qui étudie l’« imbrication inévitable en démocratie des temps électoraux et des temps de l’action publique » (p. 44).

  • 2 Pour un panorama de ces travaux, voir la conférence de Muriel Darmon intitulée « Qu’y a-t-il dans u (...)
  • 3 Comme le fait par exemple Delphine Dulong lorsqu’elle analyse le rôle de chef de cabinet du premier (...)

3Après avoir présenté leur cadre théorique et le déroulement de leur enquête (chapitre 1), les deux auteurs retracent le travail collectif de production de l’agenda de l’élue (chapitre 2). Trois femmes, qu’ils appellent des « agendeuses », consacrent une bonne partie de leurs journées à « optimiser » à la fois le « temps de représentation » et le temps que l’élue consacre à « l’action publique » (p. 76). Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’élue « ne peut pas se permettre d’être en retard, de ne pas respecter son agenda, ses rendez-vous, son organisation, sous peine de “mal” travailler, c’est-à-dire, d’une part, de se rendre moins disponible et moins proche des agents avec lesquelles elle est en interaction sur le plan “professionnel”, et d’autre part de moins bien suivre, maîtriser, instrumentaliser, modifier, personnaliser les dossiers dont elle est chargée », (p. 73). Elle fait ainsi montre d’une véritable « éthique de l’agenda », qui s’oppose à la gestion « brouillonne », « interpersonnelle » et « notabiliaire » d’autres hommes politiques (p. 75). Les auteurs relient la bonne gestion de l’agenda de cette femme politique au type d’élus qu’elle incarne : c’est une femme, dotée de grandes compétences techniques, qui participe au renouvellement du personnel politique local. Une « bonne gestion de l’agenda » constitue une ressource centrale pour ces élus au profil technicien qui, pour devenir ou rester des notables politiques locaux, doivent être très réactifs et accessibles. La concurrence entre ces deux rapports au temps pourrait être approfondie à l’aide des travaux sociologiques sur les socialisations temporelles2. L’analyse de la division du travail de production de l’agenda pourrait quant à elle être explorée grâce aux outils de la sociologie du genre3.

4Les deux chapitres qui suivent montrent la place prépondérante du travail politique dans l’emploi du temps de cette élue, non seulement par rapport à sa vie privée et mais aussi par rapport à son activité professionnelle d’enseignante-chercheuse. L’analyse quantitative des informations contenues dans son agenda électronique révèle ainsi que le mandat occupe 99% de son temps de travail planifié. Lorsque les auteurs se penchent sur son emploi du temps réel, l’absence de vide et la domination du temps de travail politique se présentent avec plus d’acuité encore. « L’agenda sous-estime en effet le temps à la fois privé et politique » (p. 112) : le temps « souvent matinal, nécessaire à l’entretien de la personne du représentant, à sa préparation esthétique, aux soins exigés en coulisses par la mise en scène quotidienne du pouvoir », mais aussi les fins de soirées « consacrées à la très chronophage activité de communication politique “en ligne” » (p. 113). Sans oublier le « travail dominical personnel sur les dossiers » et « les sorties et déambulations pédestres en ville, où, sous couvert d’intendance (traverser le centre ville piéton pour un rendez-vous, faire ses courses dans les commerces du centre-ville…), il s’agit aussi de “se montrer”, d’attester une expérience physique du territoire partagée, comme habitant, avec les concitoyens d’une ville moyenne de province, qui sont aussi des électeurs », (p. 113). L’élue utilise au maximum l’amplitude horaire d’une journée pour le travail politique. Elle accomplit également souvent plusieurs tâches à la fois, ce qui est facilité par les technologies numériques.

5Dans les deux derniers chapitres, les auteurs décrivent plus finement en quoi consiste le travail politique. Les trois quarts de ce temps sont consacrés à des réunions, à des rendez-vous, à des cérémonies et à des déplacements. Le reste est partagé entre d’autres activités, moins chronophages, dont des déjeuners de travail, des manifestations publiques, des contacts avec les médias et des spectacles. De manière surprenante, la participation de l’élue à des actions collectives ne représente que 0,5% de son temps de travail politique. Le travail de bureau est quant à lui peu planifié : il est réservé aux déplacements en voiture, aux week-ends ou aux soirées.

6Tout en soulignant la « fragilité de la distinction entre la gestion des politiques publiques et le travail de représentation », les auteurs s’efforcent de mesurer le temps que l’élue consacre à chacun de ces rôles. La représentation politique n’occupe que 28% du temps planifié dans l’agenda. L’élue passe la « majeure partie du temps en réunions de travail à administrer et piloter l’aménagement du territoire régional, ou à plaider et voter les politiques des institutions dans lesquelles elle siège », (p. 189). Dans le dernier chapitre les auteurs montrent toutefois comment « à l’aide d’un agenda rigoureusement tenu, l’élue se ménage au fil du temps un temps de travail électoral plus important » (p. 216), sans délaisser pour autant l’action publique.

7Au delà de la sociologie politique, l’analyse des agendas électroniques proposée dans ce livre peut intéresser les sociologues du travail et notamment ceux travaillant sur les professions supérieures. En outre, le pont entre une sociologie des emplois du temps et une sociologie des rapports au temps, variables notamment selon la classe et le genre, incorporés au cours des socialisations, reste à établir.

Haut de page

Notes

1 Voir les travaux de Delphine Dulong sur les agendas de deux premiers ministres, ceux de Rémi Lefebvre sur les agendas des élus « cumulants » et ceux de Renaud Payre qui a collaboré avec l’un des deux auteurs.

2 Pour un panorama de ces travaux, voir la conférence de Muriel Darmon intitulée « Qu’y a-t-il dans un “rapport au temps” ? Une grille d’analyse des socialisations temporelles » : http://ses.ens-lyon.fr/l-analyse-des-socialisations-temporelles-par-muriel-darmon-276939.kjsp.

Voir aussi le chapitre 3 de Muriel Darmon, Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découverte, 2013. L’ouvrage a été recensé dans Lectures : http://lectures.revues.org/12566.

3 Comme le fait par exemple Delphine Dulong lorsqu’elle analyse le rôle de chef de cabinet du premier ministre : Delphine Dulong, « La domestication du pouvoir. Etude comparée des agendas de Michel Debré et Georges Pompidou à Matignon », Working Papers du CESSP, n° 1, mars 2015, en ligne [http://cessp.cnrs.fr/spip.php?rubrique36], p. 14 et 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Favier, « Laurent Godmer, Guillaume Marrel, La politique au quotidien. L’agenda et l’emploi du temps d’une femme politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 21 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20496

Haut de page

Rédacteur

Elsa Favier

Doctorante en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales et ATER à l’Université Paris Descartes. Sa thèse, réalisée sous la direction de Michel Offerlé au sein du Centre Maurice Halbwachs, porte sur les rapports sociaux de sexe dans la haute fonction publique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page