Navigation – Plan du site

Stéphane Lembré, Histoire de l’enseignement technique

Pierre Marie
Histoire de l'enseignement technique
Stéphane Lembré, Histoire de l'enseignement technique, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2016, 125 p., ISBN : 9782707182449.
Haut de page

Texte intégral

1Dans les discours des responsables politiques français, le « modèle allemand » est bien souvent décrit comme un exemple, notamment dans les secteurs de l’organisation du travail et de la formation. Le système en vigueur en Allemagne permettrait ainsi une meilleure formation professionnelle, en lien avec les besoins économiques locaux. L’ouvrage de Stéphane Lembré, intitulé Histoire de l’enseignement technique, permet de mieux comprendre l'évolution de ces formations en France et d’analyser ce prétendu retard. Après avoir étudié le cas de la région Nord de la France sur la période 1800-1940, dans L’École des producteurs, Stéphane Lembré signe dans cet ouvrage une synthèse sur la trajectoire de l’enseignement technique dans le pays. Cette recherche permet de questionner la relation entre l’atelier et l’école au sein du système éducatif français, en s’appuyant notamment sur la multiplicité des pratiques et des acteurs prenant part à ces processus.

2Cet ouvrage s’organise selon un plan chronologique, identifiant quatre grandes périodes du développement de l’enseignement technique en France. L'auteur s'intéresse tout d'abord au XVIIIe siècle et les initiatives de la période révolutionnaire, en rupture avec les pratiques traditionnelles d'apprentissage. L'enseignement technique connaît une définition progressive au cours du siècle suivant, notamment à partir d'acteurs locaux. À la suite de la Première Guerre mondiale, l'État joue un rôle central dans l’institutionnalisation de ces cursus. À partir de l'histoire de l'enseignement technique, l'auteur permet de poser la question de la place de ces formations dans l'architecture actuelle du système éducatif français.

3Le XVIIIe siècle lance ainsi les bases de l’enseignement technique, en posant la question de la formation professionnelle, dans un contexte de modernisation économique et d’une croissante division du travail. Le développement des Manufactures royales accompagne les progrès techniques alors en cours. La Révolution française permet de poser la question de la formation professionnelle, avec la loi Le Chapelier de 1791 qui abolit les corporations. Ces organisations avaient alors un quasi-monopole sur la formation, ce qui leur assurait un contrôle sur les nouveaux entrants dans la profession. Le rapport Condorcet de la même année, portant sur l’instruction publique, lance les bases du système éducatif. Cette période est marquée par la création du Conservatoire des arts et métiers et de l’École polytechnique en 1794. Cependant, Stéphane Lembré note que si la Révolution a permis de lancer une réflexion, les réalisations concrètes ont été limitées.

  • 1 Stéphane Lembré, L'École des producteurs. Aux origines de l'enseignement technique en France (1800- (...)

4La deuxième période étudiée, qui s’étend de 1800 à 1919, est marquée par une progressive définition de l’enseignement technique. Le terme se fixe progressivement, même si certains acteurs font référence à l’enseignement professionnel ou à l’apprentissage. Une loi de 1851 tente de relancer l’apprentissage, secteur qui a souffert des tumultes de la Révolution. L’enseignement agricole se développe particulièrement au cours de cette période, fruit notamment de la modernisation de ce secteur. Ces initiatives en faveur de l’enseignement technique sont avant tout locales et sont le résultat de mobilisations d’acteurs régionaux et d’entrepreneurs locaux. Comme le note Stéphane Lembré, en France, « des initiatives locales dispersées [l’ont] longtemps emporté sur toute politique d’ensemble »1. L’enseignement technique prend alors forme dans ces initiatives privées et dans les Écoles primaires supérieures (EPS) et les Écoles pratiques de commerce et d’industrie (EPIC).

5Ces formations sont alors en lien direct avec les bassins d’emplois et les industries locales. La diversité des acteurs explique ainsi l’hétérogénéité qui caractérise alors l’enseignement technique au niveau national. Le développement de l’électricité et l’émergence de nouvelles industries conduisent à une nouvelle diversification des enseignements proposés. C’est au cours de cette période que se stabilise un corps d’inspecteurs de l’enseignement technique, composé de fonctionnaires et de volontaires provenant du monde économique. Il s’agit ainsi d’assurer une liaison entre les enseignements dispensés et la réalité du terrain économique local.

6La période qui suit la Première Guerre mondiale est marquée par une intervention croissante de l’État dans l’enseignement technique. Alors que les initiatives locales avaient précédemment caractérisé les enseignements techniques, l’acteur étatique s’attache, à partir de 1919, à donner une cohérence nationale à ces formations. En 1918, une première loi organise l’enseignement agricole et en 1919, la loi Astier consacre l’obligation de cours pour l’enseignement technique industriel et commercial. Au cours de cette même année, le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) s’impose comme le diplôme validant ces compétences et permet d’harmoniser les critères de formation. La création, en 1925, de la taxe d’apprentissage dote de moyens financiers cette nouvelle architecture d’enseignement. La modernisation et la rationalisation de l’économie dans les décennies suivantes renforcent le rôle de l’État dans l’organisation des formations techniques.

7Après 1945, ce mouvement connaît une nouvelle accélération avec le consensus autour de l’intervention étatique dans l’économie. L’autonomie des acteurs locaux est limitée au profit d’une institutionnalisation nationale de l’enseignement technique. Au cours des années 1950, Stéphane Lembré identifie une « mise en école des apprentissages » (p. 78). L’institution scolaire devient de plus en plus centrale, avec notamment la création du baccalauréat technique en 1946. Une filière complète est ainsi créée allant de l’ouvrier à l’ingénieur et joue un rôle important dans la promotion sociale d’élèves issus des classes populaires.

  • 2 Guy Brucy, « L'enseignement technique et professionnel français », Cahiers de la Recherche sur l'Éd (...)

8Dans la dernière partie de l’ouvrage, Stéphane Lembré traite de l’évolution de ces enseignements techniques depuis 1959 et pose la question de leur place dans l’architecture scolaire en France. L’auteur identifie une progressive montée dans les diplômes, avec notamment l’intégration de filières techniques au sein des lycées généraux et technologiques et des lycées professionnels. L’institution scolaire s’est ainsi imposée comme centrale dans les processus d’apprentissage. L’auteur pointe la dévalorisation de l’enseignement technique, face à l’enseignement général qui constituerait dès lors une référence dans le système éducatif français. Ces filières s’imposeraient alors par défaut. Stéphane Lembré évoque de plus le risque d’une perte d’identité d’un enseignement censé permettre une formation intégrale des travailleurs et favoriser le progrès technique. Dans un article sur le sujet, Guy Brucy souligne que les débats actuels posent la question « des valeurs sur lesquelles repose le système français de formation professionnelle [...], et plus généralement celle du rapport entre connaissance et action »2.

  • 3 Jacques Julliard, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d'action directe, Paris, Éditi (...)

9Cet ouvrage constitue une synthèse essentielle pour comprendre la trajectoire de l’enseignement technique en France. Cette recherche permet de poser les bases des enjeux et débats actuels sur la place de l’enseignement technique et professionnel dans le système éducatif actuel. Cet enseignement apparaît alors comme un objet protéiforme, parfois difficile à saisir pour l’historien, étant donnée la pluralité d’acteurs qui y interviennent. L’auteur analyse les institutions et les acteurs qui ont joué un rôle dans cette trajectoire de l’enseignement technique au niveau local et national. On peut seulement regretter le manque d'informations sur les pratiques de ces enseignements techniques et notamment le rôle des organisations de travailleurs et d’éducation populaire dans la mise en place de modèle de formation alternatifs3. L'auteur identifie de manière très clair les changements institutionnels et les acteurs qui s'imposent progressivement dans le domaine de l'enseignement technique. Cette étude pourrait être complétée par une recherche centrée sur les pratiques pédagogiques mis en œuvre. Néanmoins, la grande diversité de ces enseignements et la difficulté à regrouper des sources peuvent constituer une difficulté pour une telle entreprise.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Lembré, L'École des producteurs. Aux origines de l'enseignement technique en France (1800-1940), Rennes, PUR, 2013. p. 18.

2 Guy Brucy, « L'enseignement technique et professionnel français », Cahiers de la Recherche sur l'Éducation et les Savoirs, nº4, 2005. pp. 13-34.

3 Jacques Julliard, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d'action directe, Paris, Éditions du Seuil, 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Marie, « Stéphane Lembré, Histoire de l’enseignement technique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20499

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page