Navigation – Plan du site

Jean-Robert Dantou et Florence Weber (dir.), The Walls don’t speak. Les murs ne parlent pas

Elise Leclère
The Walls Don't Speak
Jean-Robert Dantou, Florence Weber, The Walls Don't Speak. Les murs ne parlent pas, Heidelberg, Kehrer, 2015, 344 p., postface de Christian Caujolle, ISBN : 978-3-86828-650-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Claude Quétel, Images de la folie, Paris, Gallimard, 2010.
  • 2 Voir Marc Pataut, Toujours ou jamais, Paris, Lienart éditions, 2009.

1La représentation de la folie s’inscrit dans une longue histoire1 que viennent enrichir les photographies de Jean-Robert Dantou dans l’ouvrage collectif qu’il co-signe avec l’anthropologue et sociologue Florence Weber. Regroupant trois séries de photographies prises dans des institutions de santé mentale, The Walls don’t speak s’inscrit dans une tradition ancienne de la représentation de la folie qui, quel que soit le média qu’elle emprunte, se focalise souvent sur le stigmate physique où se mêlent souffrance et grotesque, dans une perspective plus ou moins critique. Tenant de cette dernière position, Dantou s’oppose cependant à la représentation crue de la crise psychique telle qu’on la retrouve chez des artistes comme Raymond Depardon, qui a réalisé un reportage photographique, puis cinématographique (1977 et 1980) sur l’hôpital psychiatrique italien de San Clemente. Dantou, lui, privilégie l’immersion dans le milieu qu’il photographie pour le saisir dans sa vie quotidienne – à l’instar de Marc Pataut2. Pour lui, The Wall don’t speak est également un manifeste porteur d’une nouvelle façon d’envisager le rôle d’une pratique photographique engagée : les photographies sont autant de questions posées très consciemment à la façon dont on parle de la maladie mentale et dont le soin s’organise.

  • 3 Voir aussi Florence Weber, Séverine Gojard, Agnès Gramain, Charges de famille. Dépendance et parent (...)

2La particularité de l’ouvrage repose sur la confrontation du travail du photographe à celui d’une équipe d’anthropologues et sociologues dirigée par Florence Weber, qui se traduit par un dialogue étroit entre photographies et textes, dans la perspective de répondre à des questions qui concernent tout à la fois la pratique photographique et la prise en charge des personnes handicapées ou dépendantes3. Ici, le photographe choisit de participer à une recherche conduite par une équipe de onze chercheurs menant des enquêtes de terrain au sein de structures de santé mentale : services hospitaliers, cliniques ou structures extrahospitalières, et d’y associer son propre questionnement. À la croisée de ces enquêtes naît l’ouvrage qui nous intéresse, doté d’un dispositif double, textes bilingues et photographies, conçus comme complémentaires : l’image n’a pas pour vocation d’exister seulement par elle-même, elle se comprend en regard avec le texte qui lui est souvent associé et la série dans laquelle elle s’inscrit, elle est le point nodal autour duquel la réflexion s’articule. Pour les chercheurs, il s’agit de comprendre le processus qui mène à la prise de décision pour une personne jugée incapable de disposer d’elle-même. Quand faut-il opérer des choix cruciaux pour la vie d’une personne sans tenir compte de son avis ? À sa manière, Dantou approfondit la question : s’il s’intéresse à des hommes et des femmes certes « malades », il refuse le cliché du fou saisi en pleine crise. Le malade mental redevient ce qu’il est vraiment : un individu en situation de vulnérabilité, mais néanmoins toujours une personne, pour qui la privation de droits outrepasse le moment de crise.

  • 4 Erving Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Min (...)

3L’ouvrage, désigné comme une « trilogie », est structuré par trois séries de photographies intitulées « Objets sous contrainte », « Psychadascalies », et « Hôpital Bellevue », auxquelles s’ajoutent deux entretiens avec Jean-Robert Dantou et Florence Weber. Une présentation contextuelle accompagne les photographies de la première et de la troisième partie. La première présente une série d’objets communs mais signifiants dans le quotidien des patients et photographiés sur un fond nu, blanc cassé, et baignés dans une lumière douce. « Objets sous contrainte » parce qu’ils sont l’expression d’un interdit, d’une obligation, parce qu’ils relèvent d’une « adaptation secondaire » à l’institution telle que Goffman l’a décrite4. Paradoxalement, pour représenter la folie, Dantou commence par photographier des objets et non des individus, parce qu’il se doit d’apprendre à sortir de la figuration superficielle de la folie comme instant critique pour pouvoir entrer dans la vie quotidienne du malade. Il ne cherche pas à montrer que les objets sont des symptômes de la maladie, il souligne au contraire que leur utilisation détournée est le fruit d’une contrainte de l’institution sur l’individu, ou qu’ils sont un territoire au centre d’interactions sociales. Par exemple, une fourchette dont une des dents a été pliée apparaît spontanément au photographe comme un objet « de fou » parce que modifié contre son utilité pratique. Or, l’infirmière lui explique que cette fourchette a été détournée par le malade afin de tasser le tabac de sa pipe. Le malentendu sur cette adaptation rationnelle de l’objet à un usage spécifique révèle à l’artiste l’étendue de ses préjugés. Le choix des photographies apparaît donc également comme un catalyseur de la réflexion pour l’équipe de recherche tout au long de l’ouvrage.

4La série « Psychadascalies » propose une autre approche fondée cette fois sur des portraits, où les identités civiles et sociales sont neutralisées par des vêtements communs et un fond sombre. Le statut de soignant ou de soigné n’existe plus. Comme un chercheur, l’artiste élabore son dispositif photographique afin que les conditions des différents portraits soient identiques. Aucun texte ne vient expliquer les clichés : contrairement à la photographie d’objet, le portrait se suffit à lui-même. L’ordre des séries reflète la chronologie de la réflexion : Dantou a maintenant compris qu’un malade se photographiait comme n’importe quelle autre personne, c’est-à-dire en lui donnant des consignes précises, en le traitant comme un sujet.

5La dernière série, « Hôpital Bellevue », déplace l’objectif dans le service fermé d’un hôpital psychiatrique, alors que Dantou a travaillé jusque-là dans des structures ouvertes. Le texte contextuel fait ici son retour. Cette fois, ce sont des lieux et des personnes qui apparaissent, plus ou moins dévoilés. Plus encore que dans les deux séries précédentes, le fait même de photographier dans ce lieu et les questions de consentement ou de droit posent des problèmes éthiques et déontologiques. Les choix photographiques effectués sont politiques : la conception de la maladie mentale et de sa prise en charge doit évoluer, c’est dans cet engagement que se rejoignent l’artiste et les chercheurs. Cet ouvrage, porté par les travaux ethnographiques de l’équipe et la lecture sociologique des rapports entre les malades, les soignants et le monde extérieur, est en effet une façon de remettre en cause la « violence d’une représentation de l’humanité comme constituée d’individus majeurs et rationnels » (p. 160). Enfin, à cet ensemble s’ajoutent des « documents de recherche » : brouillons et notes de terrain qui restituent en partie la façon dont le travail collectif a pu se construire.

6Le lecteur n’est pas ici face à une démonstration classique telle qu’on la rencontre en général dans les ouvrages scientifiques, mais plutôt face à un dialogue permanent entre texte et images qui retrace progressivement la façon dont évolue la réflexion des auteurs. À ce titre, The Walls don’t speak est un livre qui a plusieurs mérites. Jean-Robert Dantou, d’abord, n’a rien à envier à ses prédécesseurs : son regard a le mérite de renouveler une approche traditionnelle qui s’arrête à la représentation de la folie comme d’une perte d’humanité. Ici au contraire, le photographe accepte de remettre en question ses a priori, de mettre en difficulté sa pensée comme sa pratique. Il apprend à considérer sa propre subjectivité, ainsi que celle des patients et des soignants. L’exemple du malade immobilisé et placé en chambre d’isolement est révélateur : pour certains soignants, cette pratique fait partie de ce qui n’est pas montrable parce qu’ils savent que ce procédé viole la dignité du patient et sonne comme un aveu d’échec de la psychiatrie. Pour d’autres, il s’agit d’une situation de faiblesse humiliante qu’on ne peut immortaliser que contre la volonté du patient, alors qu’au contraire celui-ci pourrait vouloir témoigner de cette violence.

7Dans l’ensemble de l’ouvrage, la réflexion menée par les auteurs s’affronte à la complexité des situations, ainsi qu’à l’actualité du système psychiatrique. La psychiatrie ne se résume pas en effet à l’institution traditionnelle de l’hôpital psychiatrique et l’extrahospitalier est une composante importante de la santé mentale. Le panel de troubles psychiques soignés s’est considérablement élargi et ne correspond plus au modèle du malade « spectaculaire » ou chronique. Les patients ont des problèmes quotidiens, et c’est cette humanité commune que le photographe et les chercheurs mettent en avant.

8On l’aura compris, The Walls don’t speak n’est pas un ouvrage destiné à un public de spécialistes, il se situe plutôt entre l’essai engagé et le livre d’art. La sensibilité et l’humanité avec laquelle les auteurs traitent le sujet ne les font pas pour autant choisir la facilité, les enjeux anthropologiques et éthiques propres à la situation de la psychiatrie française et au respect de l’être humain étant clairement identifiés. Les limites du soin, les impasses rencontrées par les patients comme par les soignants sont bien présentes et les auteurs fournissent un cadre théorique à partir duquel le lecteur peut lui-même commencer à s’interroger. En ce sens, l’ouvrage atteint son but initial de diffusion et de prise de conscience tout en mobilisant une tradition scientifique incontournable.

Haut de page

Notes

1 Voir Claude Quétel, Images de la folie, Paris, Gallimard, 2010.

2 Voir Marc Pataut, Toujours ou jamais, Paris, Lienart éditions, 2009.

3 Voir aussi Florence Weber, Séverine Gojard, Agnès Gramain, Charges de famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 2003.

4 Erving Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit, 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Leclère, « Jean-Robert Dantou et Florence Weber (dir.), The Walls don’t speak. Les murs ne parlent pas », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 31 mars 2016, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20500

Haut de page

Rédacteur

Elise Leclère

Étudiante en master 2 d’histoire contemporaine à l’École normale supérieure de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page