Navegación – Mapa del sitio

« La communication à travers les écrans », Réseaux, vol. 33, n° 194, 2015

Alexandre Eyries
La communication à travers les écrans
« La communication à travers les écrans », Réseaux, vol. 33, n° 194, 2015, 287 p., Paris, La Découverte, ISBN : 978-2-7071-8816-8.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Ce colloque aura lieu tous les deux ans à l’École Normale Supérieure de Lyon.

1Dans ce numéro de la revue Réseaux, les différentes contributions s’efforcent de donner à voir et de rendre intelligible l’organisation complexe et spécifique qui sous-tend la communication médiée par les écrans. Il s’inscrit dans la droite ligne de la première édition du colloque IMPEC (Interactions Multimodales par Écran) organisée à Lyon en 20141, et accueille certains textes qui y avaient fait l’objet de communications ou de présentations. Comme l’écrivent les membres de la rédaction de la revue dans la présentation du numéro, l’utilisation des écrans pour communiquer transforme en profondeur les interactions interpersonnelles.

2Dans le premier article du dossier, « Multiactivité et multimodalité dans les réunions à distance. Usages du chat et de la messagerie instantanée », Clair-Antoine Veyrier s’intéresse aux usages des forums de discussion et de la messagerie instantanée dans le contexte de réunions en milieu professionnel. Il rappelle que « le développement des technologies de communication dans les entreprises a pour conséquence de multiplier les sollicitations d’autrui et se traduit par un usage intense d’une variété d’artefacts interactionnels. L’espace de travail dans les environnements informationnels tels que les écrans d’ordinateur multiplie les sources de sollicitation et la possibilité d’une multiactivité, entendue comme une pluralité d’engagements (Licoppe, 2008) » (p. 13). Dans les environnements informatisés, les individus peuvent faire appel à une multiplicité de dispositifs de communication. Dans cette perspective, l’auteur explique que la multimodalité permet d’organiser la multiactivité. Il s’efforce de montrer que dans une réunion professionnelle (que Goffman définit comme une rencontre organisée autour d’un objectif précis, d’un point focal), les participants font usage de plusieurs systèmes produisant du sens et d’outils de communication hétérogènes (chat et messagerie instantanée) : « le chat permet des interactions écrites multipartites entre tous les participants présents en synchrone dans un espace spécifique, […] alors que la messagerie instantanée permet avant tout l’initiation d’un engagement avec contacts préétablis ou pour le moins spécifiques » (p. 15). Le chat contribue au maintien de l’ordre de l’interaction et à la progressivité de l’activité. Il sert à maintenir et gérer la coprésence dans une interaction multipartite focalisée en l’absence d’accès visuel direct.

  • 2 Erving Goffman, Les cadres de l'expérience, Paris, Seuil, 1974.
  • 3 Il s’agit de la fonction du langage qui permet d’établir ou de maintenir le contact avec un interlo (...)
  • 4 Véronique Traverso, L’analyse des conversations, Paris, Armand Colin, 2003.

3Dans le troisième article, « Apparitions, multiples salutations et coucou. L’organisation séquentielle des ouvertures de conversations visiophoniques Skype », Christian Licoppe s’intéresse à l’apport de la communication médiée par la vidéo pour la communication interpersonnelle en contexte professionnel. Il remarque que « les commencements sont un moment critique pour toute activité humaine : les participants y travaillent à mettre en place un cadre2 adapté et reconnaissable pour leurs activités » (p. 87). Le sociologue montre que dans la communication médiatisée par la vidéo, l’ouverture de la communication n’est plus centrée sur des aspects techniques – par rapport aux moyens de communication antérieurs comme le téléphone ou même la communication en face à face – mais sur des formes primaires de sociabilité – ce que Goffman appelle les « menus propos » – qui remplissent la fonction phatique du langage théorisée par Jakobson3. On y recense, outre les simples prises de contact, les salutations plus formalisées que Christian Licoppe invite à repenser « comme étant des réponses à des “apparitions”, c’est-à-dire des moments qui se dessinent au cours de l’approche et qui sont rétrospectivement configurés et confirmés par la salutation comme marquant une transition dans les possibilités d’interaction : venir à portée de geste pour la salutation distante, et venir à portée de corps pour la salutation rapprochée, poignée de main ou accolade » (p. 89). Il explique en substance que les apparitions et les salutations médiées par le dispositif Skype se co-construisent mutuellement en tant qu’actions appariées et dotées de sens. Le sociologue réactive le concept de « tour de parole » théorisé par la linguiste Véronique Traverso4 et le reprend à nouveaux frais pour qualifier les tours de conversations vidéo : « toute personne confrontée à ce qui pourrait potentiellement constituer une apparition d’autrui se comporte donc comme ayant le droit et le devoir d’y répondre, tout particulièrement dans les ouvertures de rencontres sociales, où de telles apparitions sont encadrées par le projet de débuter une interaction, ici une vidéoconversation Skype » (p. 119).

4Dans le cinquième et dernier chapitre du dossier, « Faire apparaître un tiers à l’écran en visiocommunication », Clair-Antoine Veyrier et Christian Licoppe prennent pour objet d’étude le contexte de la communication vidéo-médiatisée, et plus particulièrement ce qu’ils appellent les apparitions, c’est-à-dire les situations dans lesquelles une personne auparavant invisible devient soudain visible : « de telles apparitions constituent un phénomène interactionnel en soi, caractéristiques des environnements de communication : un changement d’état et un processus qui se construit dans un rapport réflexif à une écologie locale de la visibilité (et de l’invisibilité) » (p. 171). La vidéocommunication s’appuie sur un système d’apparitions et de disparitions rendues possibles par cet outil. Visibilité et invisibilité des interlocuteurs influent sur les interactions et sur leur réception.

  • 5 Les auteurs emploient ce terme dans le sens d’environnement saturé par les technologies audiovisuel (...)
  • 6 Le découpage des différentes interventions vidéofilmées entraîne une suite hétérogène de séquences (...)
  • 7 Il s’agit du moment où le président du tribunal reprend la parole après avoir fait filmer la salle (...)

Dans le monde de l’université, il n’est pas rare de voir des membres de jury (lors de soutenances de thèses), ou des participants intervenant dans un comité de sélection pour un recrutement d’enseignant-chercheur, interagir avec les autres membres du jury ou du comité à travers un dispositif de communication médiée par la vidéo. Les deux auteurs prennent, quant à eux, l’exemple des tribunaux, qui mobilisent de nos jours de plus en plus fréquemment des technologies de l’information, et surtout de la communication, pour permettre par exemple à un prévenu ou à un témoin de comparaître à distance, et opérer ainsi des économies substantielles dans l’organisation d’un procès : « l’introduction d’une caméra orientable et d’écrans dans la salle d’audience offre alors de nouvelles possibilités et contraintes quant à la reconfiguration constante du tribunal en tant qu’écologie audiovisuelle5. Du fait des effets de cadrage, le prévenu distant ne voit qu’une partie de l’espace du tribunal, laissant invisibles certains membres » (p. 171). Dans le cas de la visioconférence au tribunal, le passage en revue concerne plutôt la gestion d’un hors-champ audiovisuel, dans lequel se trouvent les membres de la cour amenés à prendre part à l’audience. La présence ou l’absence de certains membres a des implications sur le déroulement de l’audience et revêt donc une certaine importance juridique. En cas de connexion vidéo à distance entre deux tribunaux, l’écran est essentiellement mobilisé pour accomplir une double activité d’identification et de reconnaissance du prévenu interrogé, alors qu’il n’est pas physiquement présent dans la salle. Le président du tribunal fait parcourir à la caméra une rotation pour donner à voir l’espace du tribunal et les personnes qui y sont présentes. Par ce geste spécifique, « le président coconstruit l’image produite par la caméra de la cour comme objet commun d’attention. L’écran devient une ressource montrée. La présentation est orientée vers l’identification catégorielle des personnes à l’écran et hors écran » (p. 180). L’activité produite est donc celle d’une exploration de l’environnement de la salle d’audience orientée vers l’identification, la reconnaissance de certaines personnes qui apparaissent à l’écran. Il y a un double mouvement de désignation et de visionnement tout à la fois. Clair-Antoine Veyrier et Christian Licoppe écrivent que « l’absence de mise à l’écran lors de l’annonce [du verdict] révèle la tension entre les implications séquentielles d’une apparition à l’écran6 et l’orientation du président vers la poursuite de son tour7 » (p. 192).

  • 8 Pascal Lardellier, Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication, Paris, L’Harmattan, 2003 (...)

5Dans toutes les situations où les technologies de la communication sont utilisées dans un contexte d’instruction judiciaire, ce qui semble en jeu, c’est un « travail interactionnel qui cherche à limiter les effets des asymétries interactionnelles introduites par le dispositif de vidéocommunication (la production inévitable d’un hors champ non partagé, de part et d’autre), en faisant “apparaître” par différents procédés les participants pertinents et en gérant les conséquences interactionnelles de ces apparitions vis-à-vis de la progression de l’activité judiciaire » (p. 193). La gestion du hors-champ audiovisuel est capitale car elle mobilise des modalités d’interaction et d’« appar-être »8 qui sont à l’origine de nouvelles manières de communiquer, y compris dans un cadre aussi protocolaire que celui de la justice.

Ce dossier de la revue Réseaux vient combler un vide important : celui des recherches sur la communication médiée par la vidéo et constitue un apport intéressant pour l’appréhension de la communication assistée par écrans en contexte professionnel. D’un abord parfois ardu, cet ouvrage s’adresse plus à des spécialistes chevronnés qu’à des néophytes en matière de communication à travers les écrans. Sa lecture doit donc être réservée à des experts de ces problématiques.

Inicio de página

Notas

1 Ce colloque aura lieu tous les deux ans à l’École Normale Supérieure de Lyon.

2 Erving Goffman, Les cadres de l'expérience, Paris, Seuil, 1974.

3 Il s’agit de la fonction du langage qui permet d’établir ou de maintenir le contact avec un interlocuteur, définie par Roman Jakobson dans Essais de linguistique générale, Paris, Seuil, 1963.

4 Véronique Traverso, L’analyse des conversations, Paris, Armand Colin, 2003.

5 Les auteurs emploient ce terme dans le sens d’environnement saturé par les technologies audiovisuelles et numériques.

6 Le découpage des différentes interventions vidéofilmées entraîne une suite hétérogène de séquences filmées.

7 Il s’agit du moment où le président du tribunal reprend la parole après avoir fait filmer la salle et les spectateurs par la caméra.

8 Pascal Lardellier, Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication, Paris, L’Harmattan, 2003, p 203.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Alexandre Eyries, « « La communication à travers les écrans », Réseaux, vol. 33, n° 194, 2015 », Lectures [En línea], Reseñas, 2016, Publicado el 31 marzo 2016, consultado el 21 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20503

Inicio de página

Redactor

Alexandre Eyries

Professeur contractuel de Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bourgogne, chercheur au laboratoire CIMEOS / Equipe 3S de l’Université de Bourgogne, spécialiste de la communication politique et des usages sociaux des technologies numériques.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página