Navigation – Plan du site

Stéphane Cadiou (dir.), Gouverner sous pression ? La participation des groupes d’intérêt aux affaires territoriales

Babak Taghavi
Gouverner sous pression ?
Stéphane Cadiou (dir.), Gouverner sous pression ? La participation des groupes d'intérêt aux affaires territoriales, Paris, LGDJ, Lextenso éditions, coll. « Droit et Société / MSH Recherches et travaux », 2016, 310 p., ISBN : 978-2-275-02903-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Robert Dahl, Qui gouverne ?, Paris, Armand Colin, 1971.

1« Qui gouverne ? »1. C’est bien là l’éternelle question qui préoccupe l’analyse du politique et que s’attache à traiter cette publication dirigée par Stéphane Cadiou. Plus exactement, ce sont les réponses (parfois trop définitives) du débat public comme du champ scientifique qu’il s’agit ici de rendre à nouveau problématiques. L’angle choisi dans cet ouvrage est celui de la place occupée dans le gouvernement local par les groupements d’acteurs organisés. S’il est vrai que les élus locaux sont quotidiennement sollicités par des groupes d’intérêt, faut-il pour autant considérer que la capacité de gouverner des pouvoirs publics soit altérée par des organisations aux méthodes infaillibles, aux revendications claires et aux objectifs partagés par l’ensemble de leurs membres ? Il convient dès lors de se demander : « quel(s) rôle(s) jouent les groupes d’intérêt dans les affaires publiques ? » (p. 10).

  • 2 Vincent Dubois, in Antonin Cohen, Bernard Lacroix, Philippe Riutort (dir.), Nouveau manuel de scien (...)

2Comme le rappelle Vincent Dubois, « la sociologie de l’action publique ne peut […] être détachée de la réflexion générale des sciences sociales sur le fonctionnement des sociétés – détachement dont l’hyperspécialisation de l’analyse des politiques publiques présente parfois le risque »2. Ce danger est sans conteste évité dans cet ouvrage qui s’appuie sur des références empiriques solides, se caractérisant par leur diversité géographique (du quartier au département, du rural à l’urbain, de l’industriel au balnéaire) ainsi que par leur épaisseur historique (quatre des enquêtes remontent à la IIIe République). Cette publication ce situe résolument à un « niveau intermédiaire d’analyse à l’intersection du politique et du social » (p. 17).

3L’introduction de Stéphane Cadiou ainsi que les premières contributions de Renaud Payre et de Guillaume Courty sont l’occasion d’une revue socio-historique de la littérature sur les groupes d’intérêt et, avec elle, des enjeux épistémologiques et profondément problématiques liés à cette catégorisation. D’importation américaine, la notion d’intérêt en elle-même a contribué, dans le courant des années 1970, à se défaire de la tradition juridiste – qui dominait jusqu’alors la science politique européenne – et centraliste – dans le cas français. L’intérêt a en effet conduit à « la prise en compte des acteurs » dans l’analyse des gouvernements urbains (p. 46). Longtemps déniés en France, les groupes d’intérêt constituent désormais un objet d’étude en soi. Pour autant, les territoires, abusivement réputés apolitiques (et opportunément promus comme tels par les acteurs locaux), sont bien souvent écartés des réflexions sur la catégorie des groupes d’intérêt. En effet, il est ici montré que le niveau infranational reste en général sous-investi par les experts comme par les chercheurs, notamment par comparaison avec le niveau européen – celui des « lobbys » –, supposé plus pertinent pour traiter des groupements d’acteurs organisés.

4C’est donc ce terrain peu fréquenté des intérêts locaux que cet ouvrage propose d’explorer. L’ensemble des contributions invite à questionner l’idée selon laquelle les politiques territoriales ne se construiraient que dans un face à face entre représentants politiques élus et représentants d’intérêts regroupés, et ce plutôt en défaveur des premiers, mis sous « pression ». Or, ce que tendent à démontrer les différents chapitres, c’est que les affaires locales sont en fait bien moins le produit d’une relation nécessairement asymétrique et ouvertement conflictuelle qu’elles ne sont le résultat d’ajustements mutuels opérés par les deux parties. Face aux pouvoirs publics locaux, les groupes d’intérêt peuvent en effet négocier une offre d’expertise contre une demande de soutien, comme a pu l’observer Cécile Ferrieux avec l’Union des industries chimiques de Rhône-Alpes. Ces groupes peuvent puiser dans des répertoires d’action mêlant tout à la fois instruments juridiques et mise à profit des sociabilités communes, à l’image de la politique territoriale des promoteurs immobiliers analysée par Julie Pollard, qui se construit dans un « continuum entre la règle de droit et la règle de fait » (p. 81), entre dirigeants d’entreprise nationaux et premiers magistrats locaux invités à leurs événements. Le cas du collectif de mobilisation contre un projet urbain dans le quartier de Belleville à Paris, repéré par Héloïse Nez, illustre le fait que les groupes d’intérêt sont parfois même amenés à jongler entre des postures contestataires à l’égard des institutions et l’activation d’alliances auprès de certains élus enclins à faire profiter de leur position et de leur savoir-faire, dans une relation de connivence.

5L’idée d’une pression extérieure exercée par les groupes d’intérêt semble par ailleurs d’autant moins évidente que leur représentation, voire la définition de leurs intérêts, ne relève parfois que d’une production du pouvoir politique lui-même : à travers l’étude de la participation de l’élite patronale aux politiques publiques locales, Baptiste Giraud montre que les regroupements patronaux sont au final moins issus des organisations patronales représentatives et centralisées, qu’ils ne sont des « produits des transformations de l’action publique locale » (p. 91), convertie à une démocratie participative tournée vers une société civile qu’elle contribue largement à faire émerger. En montrant ainsi que les conditions de réussite des groupes d’intérêt sont parfois réunies par les pouvoirs publics, l’auteur réhabilite en quelque sorte une certaine primauté du politique dans les affaires locales.

6La lecture oppositionnelle des rapports entre représentants politiques et représentants d’intérêt s’avère d’autant moins pertinente que les uns et les autres vont parfois jusqu’à se confondre. À ce titre, les clubs d’entreprise étudiés par Baptiste Giraud sont là-encore révélateurs : « Il n’y a pas d’un côté les élus et de l’autre les entrepreneurs. Vous avez des élus entrepreneurs et des entrepreneurs élus, et donc ça fonctionne comme ça » (extrait d’entretien, p. 101). Le cas singulier d’un groupe d’intérêt d’élus locaux comme l’Association des départements de France, étudiée ici par Marie-Ange Grégory, se révèle particulièrement intéressant pour rendre compte de l’importance de la multiplication des positions représentatives dans le travail de défense des intérêts. Dans cet exemple précis, la représentation des intérêts départementaux est depuis toujours assurée en grande partie par le positionnement des élus dans les arènes de décision centrales, notamment via le cumul des mandats (jusqu’à aujourd’hui où « la part des présidents de conseils généraux parlementaires côtoie voire dépasse régulièrement les 50% », p. 198).

7Bien que la « pression » exercée par les groupes d’intérêt soit largement relativisée par la démonstration de leurs interdépendances à l’égard du pouvoir local, il n’en reste pas moins vrai que la participation aux affaires territoriales d’acteurs regroupés et organisés demeure le fait de fractions dominant culturellement et/ou économiquement l’espace social (ce que rappelle notamment l’enquête de Lorenzo Barrault-Stella à propos des collectifs de parents d’élèves, même parmi les plus éphémères et les moins formalisés). Mais, en dehors de la contribution de Guillaume Courty, qui présente statistiquement le parcours institutionnel (et paradoxalement parisien) des professionnels de la représentation des intérêts territoriaux, l’ouvrage n’informe pas quantitativement sur la réalité sociale couverte par les groupes d’intérêt en France, et d’une manière qui prendrait certes en compte l’hétérogénéité des formes prises par ces groupements, mais qui s’attacherait néanmoins à dépeindre la composition sociale de leurs bases. Stéphane Cadiou pointe d’ailleurs en conclusion le privilège accordé dans la discipline à l’approche qualitative concernant ces questions.

8En définitive, cette publication collective s’avère tout à fait bénéfique pour porter un regard actualisé et nuancé sur les affaires publiques territoriales, et plus largement pour en réaffirmer le caractère inextricablement politique et social. Delphine Rauch résume assez bien la thèse générale de l’ouvrage : « la politique n’est pas ici une scène sur laquelle on “fait pression” de l’extérieur, mais elle est […] un ensemble de relations sociales et personnalisées qui sont activables pour faire remonter des demandes » (p. 156). Ce qu’il faut donc retenir de cet ouvrage, c’est qu’il propose une déconstruction salvatrice de poncifs comme l’« influence » de groupes œuvrant dans l’ombre (dont le complotisme ne serait finalement qu’une forme extrême), sans rien sacrifier du regard critique sur la vision institutionnelle d’un pouvoir idéalement démocratique (c’est-à-dire à la fois disponible et amendable, sitôt que des citoyens décident de se regrouper autour d’un intérêt commun). C’est sans nul doute cette voie médiane que doivent sans cesse s’attacher à emprunter les sciences sociales du politique.

Haut de page

Notes

1 Robert Dahl, Qui gouverne ?, Paris, Armand Colin, 1971.

2 Vincent Dubois, in Antonin Cohen, Bernard Lacroix, Philippe Riutort (dir.), Nouveau manuel de science politique, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2015 [2009], p. 339 ; compte rendu de Nicolas Cancade pour Lectures : https://lectures.revues.org/914.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Babak Taghavi, « Stéphane Cadiou (dir.), Gouverner sous pression ? La participation des groupes d’intérêt aux affaires territoriales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 31 mars 2016, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20504

Haut de page

Rédacteur

Babak Taghavi

Doctorant en science politique, CURAPP-ESS (UMR 7319, CNRS), Université de Picardie Jules Verne, Amiens.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page