Navigation – Plan du site

Matthieu de Nanteuil, Rendre justice au travail. Éthique et politique dans les organisations

Holassé Georges Adandogou
Rendre justice au travail
Matthieu de Nanteuil, Rendre justice au travail. Éthique et politique dans les organisations, Paris, PUF, 2016, 361 p., ISBN : 978-2-13-063337-2.
Haut de page

Texte intégral

1Contribuer au projet d’un travail plus juste, voilà l’objectif général de ce livre écrit par Matthieu de Nanteuil, professeur de sociologie à l’université de Louvain. Un livre qui tombe à point nommé au moment où la loi sur le travail (Loi El Khomri) suscite des débats houleux et place le problème perpétuel du travail au centre de l’actualité.

2Il est de plus en plus fréquent d’entendre les travailleurs dénoncer l’injustice qui frappe aussi bien ceux qui n’arrivent pas à trouver un emploi que ceux qui voient leurs conditions de travail se dégrader et leurs droits menacés. Comment faire en sorte que tous les actifs aient accès au travail sans rogner sur les droits et les protections sociales des travailleurs ? C’est la principale question à laquelle les acteurs politiques et sociaux ont du mal à trouver une solution commune, tant le problème du travail divise les opinions.

3L’intérêt de ce livre est, d’une part, d’aller au-delà des questions actuelles portant sur les difficultés d’accès à l’emploi et les droits du travailleur, pour nourrir la réflexion sur la question d’un travail plus juste. Et d’autre part, de mettre en évidence un paradoxe important : les débats visant à donner au capitalisme un fondement éthique abordent peu la thématique du travail. Pourquoi le travail, qui est le lieu où nous faisons souvent l’expérience de l’inégalité, de l’injustice et de la souffrance, est-il alors le grand oublié des théories de la justice sociale ?

4Pour nourrir la réflexion et contribuer à un renouvellement des théories de la justice sociale, l’auteur part de quatre questions principales qui servent de base à la problématique générale de ce livre : comment, concrètement, rendre justice au travail ? Quels pourraient être les fondements de l’évaluation éthique des décisions dans la vie professionnelle ? Quels choix politiques pourraient en découler ? Qu’implique le fait de considérer le travail comme une catégorie normative en lui accordant une importance théorique nécessaire pour élaborer les normes du vivre ensemble ?

  • 1 Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle, Seuil, Paris, 2013. Voir le compte-rendu sur Lectures : (...)

5C’est en procédant à une analyse par étapes que l’auteur tente d’apporter des réponses à ses questionnements. Il montre d’abord que les débats sur la construction de sociétés moins inégalitaires et plus justes, débats réactualisés par le livre récent de Thomas Piketty1, ne sont pas nouveaux. Ils étaient déjà au cœur de l’analyse des penseurs des Lumières (Voltaire, Rousseau…). Il examine ensuite trois propositions souvent évoquées comme solutions pour moraliser le capitalisme, à savoir « la responsabilité sociale de l’entreprise », « la justice organisationnelle » et « le travail décent » ; des notions qui ont montré leurs limites dans la perspective d’aller vers un travail plus juste.

6Allant au-delà des débats sur la moralisation du capitalisme, ce livre propose, à partir des recherches actuelles en philosophie et sociologie morale, une réflexion éthique à propos du travail, suivant quatre modèles normatifs, en fournissant un ensemble de critères qui permettent d’identifier et de surmonter les conflits de valeur auxquels font face les acteurs dans le domaine du travail.

  • 2 Jürgen Habermas, De l’éthique de la discussion, Flammarion, 1991.

7Le premier de ces modèles est basé sur « l’éthique de la discussion ». S’inspirant de la construction théorique de Habermas2, l’auteur présente l’éthique de la discussion comme l’une des pièces maîtresses de la pensée contemporaine, parmi la pluralité des éthiques sociales à l’œuvre dans le travail pour surmonter les problèmes liés à l’injustice. Selon cette éthique, il est nécessaire, pour un travail juste, d’établir des règles permettant un échange public d’arguments, débouchant sur une compréhension mutuelle. Cet échange argumenté, dont les règles renvoient « à un idéal d’entente », ou à « un consensus rationnellement motivé », est une caractéristique principale de l’éthique de la discussion.

8Trois critères doivent être respectés pour atteindre cet objectif d’entente, à savoir : une vérité propositionnelle, qui se réfère à des faits empiriquement observables ; une justice normative (les acteurs impliqués doivent justifier leur choix et leur décision) ; et une sincérité subjective (les acteurs sont supposés croire à ce qu’ils avancent comme argument, adhérant aux normes qu’ils jugent nécessaires pour évaluer les actions).

9Le deuxième modèle normatif proposé dans le livre s’appuie sur « l’éthique du compromis », qui permet de jeter les bases d’une action coordonnée et d’aboutir à un compromis au nom du bien commun. L’éthique du compromis suppose, pour reprendre les termes de l’auteur, « de soutenir la personne [du travailleur], derrière l’agent » C'est-à-dire soutenir la morale avant l’intérêt économique.

10Trois critères sont essentiels pour atteindre ce compromis : la pluralité (permettant d’éviter un cumul de grandeurs par une minorité d’acteurs) ; le passage de l’arrangement au compromis (ce qui nécessite que chaque acteur fasse des efforts pour dépasser les tensions). Et le troisième critère qui est, comme le mentionne l’auteur lui-même, à la fois le plus important et le plus problématique, n’a pas été clairement défini dans le livre, mais se réfère à l’intérêt commun.

11Parmi les exemples donnés pour illustrer cette éthique du compromis, l’exemple de l’évaluation des travailleurs, donné dans le cadre du critère lié à la pluralité, nous semble intéressant à souligner. Lorsqu’on cherche à évaluer un travailleur, de façon plus juste, une pluralité de registres axiologiques doit être mobilisée. « Il peut s’agir de la qualité du travail (projet mené avec rigueur, travail bien fait) ou de la quantité (vitesse d’exécution, succès commercial), mais il peut aussi être question de valoriser une forme de dépassement de soi… ou, au contraire de développement de liens de coopération entre les membres d’une équipe de travail » (p. 223).

12Cependant, ce modèle normatif basé sur l’éthique du compromis a aussi des limites ; ce qui conduit l’auteur à développer le troisième modèle s’appuyant sur « l’éthique du développement », qui permet aux acteurs de valoriser certains idéaux de vie rendus impossibles par l’organisation sociale.

13L’éthique du développement permet de soutenir les capacités d’action de chaque acteur en vue de son développement. Cette éthique est essentielle car le travail est le lieu où le développement des capacités serait un enjeu capital. Ce modèle normatif demande donc de réfléchir aux moyens collectifs qui sont à la disposition des travailleurs pour leur permettre de concrétiser leur projet.

14Enfin, le dernier modèle normatif visant à contribuer à un travail plus juste, est celui basé sur « l’éthique de la reconnaissance » qui requiert la mise en œuvre de possibilités permettant à chaque travailleur d’être reconnu à sa juste valeur, et non traité comme un simple moyen au service de la production.

  • 3 Christophe Dejours, « Coopération et construction de l’identité en situation de travail », in Parad (...)
  • 4 Par exemple Danièle Linhart, Travailler sans les autres ?, Éditions du Seuil, Paris, 2009 ou Yves C (...)

15La question de la reconnaissance au travail n’est-elle pas centrale dans les problèmes du travail ? Le manque de reconnaissance peut d’ailleurs être source de souffrance au travail3. Le sentiment d’être considéré comme juste bon pour exécuter des tâches demandées est très mal vécu par les travailleurs, comme cela ressort de différentes études portant sur les problèmes du travail4. Ce modèle normatif aiderait donc les acteurs à répondre aux attentes liées à la reconnaissance dans le travail.

16Ces différents modèles développés dans le but de relever le défi d’un travail plus juste, malgré leurs limites, constituent des pistes de réflexion sur le projet, perpétuel, de la justice au travail. Les perspectives de recherche ouvertes à la fin de l’ouvrage semblent montrer que beaucoup de chemin reste encore à parcourir pour « rendre justice au travail ».

Haut de page

Notes

1 Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle, Seuil, Paris, 2013. Voir le compte-rendu sur Lectures : https://lectures.revues.org/12931

2 Jürgen Habermas, De l’éthique de la discussion, Flammarion, 1991.

3 Christophe Dejours, « Coopération et construction de l’identité en situation de travail », in Paradigmes du Travail, revue Futur antérieur 16, éditions L’harmattan, Paris, 1993.

4 Par exemple Danièle Linhart, Travailler sans les autres ?, Éditions du Seuil, Paris, 2009 ou Yves Clot, Le travail à cœur : pour en finir avec les risques psychosociaux, éditions La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Holassé Georges Adandogou, « Matthieu de Nanteuil, Rendre justice au travail. Éthique et politique dans les organisations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 31 mars 2016, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20507

Haut de page

Rédacteur

Holassé Georges Adandogou

Docteur en Sociologie du travail. Membre de Genre, travail et mobilités (GTM) – CRESPPA, UMR 7217, Paris.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page