Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Cometti, La démocratie radicale, Lire John Dewey

Christophe Point
La démocratie radicale
Jean-Pierre Cometti, La démocratie radicale. Lire John Dewey, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2016, 352 p., ISBN : 9782070467549.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En 1989, il fonde la collection “Tiré à part” aux Éditions de l’Éclat dont il assurera la responsab (...)

1Jean-Pierre Cometti ne verra pas son dernier livre publié. Celui-ci, imprimé le 8 janvier sera orphelin de son auteur, mort le 4 janvier 2016 à l’âge de 71 ans. Cet infatigable arpenteur des œuvres des philosophes américains n’aura cessé de faire connaître en pionnier les pensées de Goodman, Pierce, Dewey, Russel, Rorty et bien d’autres. Pédagogue, professeur et éditeur1, nous ne pourrions citer ici tous les ouvrages de son travail de passeur, en philosophie, en politique et en esthétique, entre la pensée américaine et la pensée française. Le compte-rendu de son dernier ouvrage : La démocratie radicale, Lire John Dewey qui suit ses mots est donc, en quelque sorte, un dernier hommage.

2Cet ouvrage s’ouvre sur une question : à quelles conditions peut-on « radicaliser » le libéralisme pour le rendre de nouveau favorable à la reconstruction d’une véritable démocratie ? Pour y répondre, Jean-Pierre Cometti va reconstruire l’argumentation de Dewey qui étudie le concept du libéralisme selon une méthode généalogique. Celle-ci montre la filiation du concept de libéralisme en débat entre Dewey et Lippmann avec celui des philosophes anglo-saxons modernes. L’objectif de Jean-Pierre Cometti et de Dewey dans cette démarche généalogique est de montrer les erreurs de la vision néo-libérale et de reconstruire un nouveau libéralisme en accord avec les valeurs chères au pragmatisme.

  • 2 On se référera pour ses ouvrages à l’édition de Carbondale de la Southern Illinois University Press (...)
  • 3 On peut penser par exemple à Sartre, Nizan et Merleau-Ponty, mais aussi Althusser ou encore Alain B (...)

3Si l’on connaît en France surtout John Dewey pour ses écrits pédagogiques (Démocratie et Education, Education Today, L’enfant et l’école etc.2), en revanche on a tendance, par ignorance, à assimiler sa pensée politique à un réformisme timide face aux avancées du libéralisme naissant sur le continent américain. Pour ceux-là3 - et ils furent nombreux parmi les intellectuels européens de la gauche marxienne qui refermèrent les livres de Dewey sans les lire de 1920 à 1970 - Dewey se contente de poser le problème de la participation politique en démocratie en ne proposant que de prudentes propositions abstraites sur la valeur d’une démocratie libérale. Dewey, au fond, ne serait qu’un démocrate optimiste et naïf, que l’on range avec un peu de dédain entre un Rawls et un Habermas si l’on a un peu de place dans sa bibliothèque.

  • 4 Voir "Liberalism and Social Action" in John Dewey The Later Works, Southern Illinois University Pre (...)
  • 5 Le colloque « Walter Lippmann » eu lieu à Paris du 26 au 30 août 1938. Il fut organisé par Louis Ro (...)

4Or, c’est bien ce faux a priori que se propose de démonter Jean-Pierre Cometti dans son ouvrage en analysant en profondeur le contexte scientifique d’où naît la réflexion de Dewey. Au moment où Dewey écrit l’article4 qui sert de fil rouge à l’ouvrage de Jean-Pierre Cometti La démocratie radicale nous sommes en 1935, trois ans avant le colloque « Walter Lippmann »5 de 1938 à Paris. Celui-ci signe l’apogée d’une controverse entre Lippmann et Dewey. Ce colloque atteste l’évolution du concept de libéralisme en nommant désormais un nouveau paradigme s’étendant dans le domaine philosophique, économique, politique et sociétale : le néo-libéralisme. Ainsi, John Dewey s’oppose à cette évolution du concept du libéralisme depuis le XVIIème siècle et son origine philosophique jusqu’au XXème siècle et ses conséquences économiques et politiques. Selon lui, Lippmann se trompe en interprétant le libéralisme comme il le fait car il renie la volonté émancipatrice des premiers penseurs libéraux.

5Jean-Pierre Cometti s’attache donc, principalement dans les deux premiers chapitres, à montrer cette déformation progressive du libéralisme depuis Locke, Hobbes et Smith jusqu’à nos jours. Il décrit ainsi l’aspect novateur et émancipateur de ce premier libéralisme qui s’est peu à peu figé en une doctrine conservatrice et absolutiste. En critiquant les erreurs de ce que notre auteur nomme un « libéralisme perverti » (c’est-à-dire son naturalisme naïf, sa non-historicité de l’individu, sa violence sur les individus que cette doctrine finit par opprimer) Jean-Pierre Cometti nous montre à quel point le libéralisme est devenu l’inverse de ce qu’il se promettait d’être, et que John Dewey fut le seul à formuler ce constat et à proposer une alternative réfléchie.

6Cette alternative, que dévoile peu à peu Jean-Pierre Cometti dans les chapitres trois, quatre et cinq de son ouvrage, se fonde sur l’épistémologie et la réflexion politique de John Dewey. Pour l'expliquer rapidement, les habitudes des citoyens sont à la fois ce qui leur permettent d’agir au quotidien (pour résoudre les problèmes qu’ils rencontrent), et ce qui empêche la formation d’autres comportements, plus adéquats pour résoudre les nouveaux problèmes. Ainsi les habitudes sont ce qui permet et limite l’efficacité de l’action au niveau de l’individu, et les institutions peuvent se lire de la même façon au niveau collectif. Ces habitudes forment donc les véritables compétences politiques des citoyens. Pour John Dewey, il faut favoriser et développer ces habitudes pour avoir des citoyens le plus actifs possible dans le processus de délibération publique. Mais pour Lippmann, au contraire, il faut limiter ces habitudes au maximum pour que « la fabrique du consentement » se fasse sans heurt. Ces deux positions forment donc d’un côté le caractère social de la pensée de Dewey et le caractère néo-libéral de celle de Lippmann.

7Les institutions sont donc à la fois ce qui permet de conserver des résolutions de problème politique mais elles entravent également l’agir social où les citoyens pourraient s’émanciper et formuler des enquêtes sociales sur les nouveaux problèmes que la Grande Société » laisser-faire«  ne permet pas de réformer les institutions d’une nation et place le citoyen dans une posture de spectateur inactif et impuissant. Ainsi le  »laisser-faire«  par la racine », pour lui donner une nouvelle positivité politique. C’est ce que Jean-Pierre Cometti nous fait comprendre dans son dernier chapitre intitulé « L’avenir du libéralisme ».

  • 6 Il est intéressant de noter que le 18 mars sera publié un recueil d'articles de John Dewey traduit, (...)

8C’est donc au terme d’une généalogie du concept de libéralisme (depuis les philosophes anglo-saxons modernes jusqu’aux philosophes contemporains) et d’une analyse du débat entre Lippmann et Dewey que Jean-Pierre Cometti reconstruit l’argumentation de Dewey en faveur d’un nouveau libéralisme en accord avec les principes du pragmatisme. Ceux-ci doivent être des outils pour une reconstruction politique devenue urgente. L’expérimentalisme, le contextualisme historiciste, l’épistémologie de l’enquête, le primat de la méthode et le pluralisme ontologique seront les éléments de cette pensée politique. Le résultat de la démarche de reconstruction de Dewey, que montre Jean-Pierre Cometti, est de repenser la démocratie, non pas comme un type de gouvernement, mais comme un mode de vie personnel qu’il faut encourager, développer et éduquer dans la sphère sociale. Ce n’est qu’au prix de ces efforts qu’une « Grande Communauté » sera possible6.

Haut de page

Notes

1 En 1989, il fonde la collection “Tiré à part” aux Éditions de l’Éclat dont il assurera la responsabilité jusqu’en 2009.

2 On se référera pour ses ouvrages à l’édition de Carbondale de la Southern Illinois University Press, divisée en plusieurs volumes et en trois parties (The Early Works, The Middle Works, et The Later Works). Néanmoins, pour chacun de ses ouvrages, on se référera à : John Dewey, Démocratie et Education, préface de Gérard Delledalle, trad. Democracy and Education, Ed. Paris, A. Colin, 1990 ; Education Today, trad. Joseph Ratner, G.P. Putnam's Sons, New-York, 1940 ; L’école et l’enfant, trad. The school and society Ed. Neuchâtel . Delachaux et Niestlé, Paris, 1967.

3 On peut penser par exemple à Sartre, Nizan et Merleau-Ponty, mais aussi Althusser ou encore Alain Badiou.

4 Voir "Liberalism and Social Action" in John Dewey The Later Works, Southern Illinois University Press, vol.11, 1987.

5 Le colloque « Walter Lippmann » eu lieu à Paris du 26 au 30 août 1938. Il fut organisé par Louis Rougier, professeur de philosophie et universitaire influent, qui fut un ardent défenseur et promoteur du libéralisme politique et économique. A ce moment-là de l’Histoire, le libéralisme est encore une notion discutée qui peine à émerger face aux montées du planisme dans les pays occidentaux ou des totalitarismes triomphants d’Europe. Les intellectuels présents à ce colloque sont autant des universitaires que des ingénieurs prometteurs, des directeurs de grandes industries ou encore des politiciens en passe de devenir influent (comme Stefan T. Possony qui participa plus tard à la stratégie économique et militaire de Reagan en 1983 avec l’Initiative de Defense Strategique).

6 Il est intéressant de noter que le 18 mars sera publié un recueil d'articles de John Dewey traduit, présenté et annoté par Jean-Pierre Cometti et Joëlle Zask intitulé Ecrits Politiques ( Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de philosophie, 2016). De nombreux articles de cet ouvrage prolongent la réflexion de Jean-Pierre Cometti sur les thèmes qu'il développe ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Point, « Jean-Pierre Cometti, La démocratie radicale, Lire John Dewey », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 03 avril 2016, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20522

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page