Navigation – Plan du site

Lucie Tanguy, Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école

Igor Martinache
Enseigner l'esprit d'entreprise à l'école
Lucie Tanguy, Enseigner l'esprit d'entreprise à l'école. Le tournant politique des années 1980-2000 en France, Paris, La Dispute, 2016, 221 p., ISBN : 978-2-84303-266-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir David Revault d’Allones et Bertrand Bissuel, « Emploi : le plan de la dernière chance pour Hol (...)
  • 2 Voir Lucie Tanguy, « La recherche de liens entre la formation et l’emploi : une institution et sa r (...)
  • 3 Voir Lucie Tanguy (dir.), L’introuvable relation formation/emploi. Un état des recherches en France(...)
  • 4 Voir Marjorie Galy Erwan Le Nader et Pascal Combemale (dirs.), Les sciences économiques et sociales (...)
  • 5 Expression souvent employée au singulier ce qui masque pourtant la diversité des contextes producti (...)

1Si le projet de « flexibiliser » encore davantage le droit du travail cristallise les vives oppositions au projet de loi El Khomri, il est un autre volet du plan de l’actuel gouvernement français pour « inverser la courbe du chômage » qui ne semble lui guère faire débat : le développement de la formation professionnelle et de l’apprentissage1. Les moyens financiers engagés en la matière sont pourtant conséquents, répartis entre le coût des dispositifs de formation et les dispenses de paiement de cotisations sociales pour les employeurs. Ces dispositifs répondent surtout à une logique dite « adéquationniste » considérant que le chômage résulterait avant tout d’une inadaptation des compétences des individus concernés par rapport aux postes offerts sur le marché de l’emploi. Une approche dont nombre d’enquêtes économiques et sociologiques, telles que celles menées par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (CEREQ)2, ont montré l’inanité, mais aussi la philosophie sous-jacente calquée sur les intérêts à court terme de certains employeurs. Directrice de recherche émérite au CNRS, Lucie Tanguy fait justement partie des chercheur-e-s qui œuvrent depuis plus de trois décennies3 à démystifier cette croyance adéquationniste, ce qui n’empêche toutefois pas à cette dernière d’apparaître plus que jamais triomphante. Comme pour expliquer ce paradoxe tout en revenant à la charge par un autre flanc, la sociologue a décidé de consacrer son nouvel ouvrage à la montée d’une injonction à diffuser « l’esprit d’entreprise » à l’école. On peut penser ici aux attaques récurrentes émanant du monde patronal mais aussi des sommets de l’État, vis-à-vis des enseignants et de l’enseignement de sciences économiques et sociales (SES) au lycée général4, mais le phénomène est en réalité bien plus général, allant du collège à l’enseignement supérieur et de l’échelle locale des établissements jusqu’aux sommets de l’Union Européenne, ainsi que le montre l’auteure – qui ne mentionne d’ailleurs même pas le cas particulier des SES. Celles-ci cristallisent pourtant fréquemment dans le débat public l’accusation portée contre l’institution scolaire de ne pas suffisamment préparer les élèves au monde de l’entreprise5 et sur laquelle s’appuient les multiples entreprises – au sens sociologique du terme- visant donc à opérer ce nécessaire « rapprochement de l’école et de l’entreprise », censé assurer emploi et compétitivité de l’économie nationale.

  • 6 Suivant l’objet affiché par Entreprendre pour apprendre, la principale association œuvrant aujourd’ (...)
  • 7 Les divers « jeux d’entreprise » donnent en effet lieu à des concours mettant en concurrence les di (...)

2L’auteure s’emploie donc à mettre en lumière les multiples et profonds postulats implicites sur lesquelles repose cette nouvelle injonction à partir de quatre angles différents auxquels sont respectivement consacrés chacun des chapitres dont se compose l’ouvrage. Dans le premier chapitre, Lucie Tanguy s’intéresse ainsi au développement de partenariats entre l’Éducation nationale et diverses associations, dont un grand nombre vise précisément à « favoriser l’esprit d’entreprendre des jeunes et développer leurs compétences entrepreneuriales »6 auprès des élèves. Après avoir analysé ce que cette notion de « partenariat » implique comme inflexion dans la conception de l’enseignement scolaire, l’auteure identifie la constellation d’acteurs en jeu et leurs ramifications qui renvoient notamment aux principales organisations patronales, aux chambres de commerce et d’industrie mais aussi à différents ministères puis détaille et analyse ses propres observations menées auprès de deux « mini-entreprises » mises en œuvre respectivement dans un collège et un lycée professionnel dans le cadre d’enseignements optionnels. Elle y montre ainsi non seulement l’implication de multiples entrepreneurs locaux dans l’encadrement des élèves impliqués dans ces derniers, mais aussi comment ces derniers se prennent au jeu et endossent les rôles qui leur sont impartis à l’issue d’un processus de recrutement qui n’a rien à envier à celui pratiqué dans les firmes imitées, et comment ceux-ci se tournent significativement vers des productions à l’utilité peu flagrante – un révélateur parmi d’autres de leur incorporation d’une véritable idéologie entrepreneuriale faisant plus de cas des techniques de marketing et de la maximisation du profit que du sens de ces expériences, dont la portée pédagogique est bien davantage présumée que vérifiée. Ce n’est ainsi pas une opposition de principe à ce type de dispositifs que l’auteure formule à partir des réseaux mis en évidence et des cas étudiés, mais davantage une critique des logiques (anti-)pédagogiques que leur mise en œuvre actuelle implique. Elle plaide ainsi pour une inflexion radicale de ces dernières qui passerait notamment par un projet élaboré par la communauté enseignante et non importée clés en mains de l’extérieur – en l’occurrence de grandes entreprises -, et reposant ainsi sur « une pédagogie fondée sur la rationalité de la connaissance et de la pratique plutôt que sur des exercices ludiques ; une matière d’enseignement intégrée dans un cursus et non une option ; une pédagogie explicitement orientée vers la coopération et la responsabilité plutôt que sur la compétition à l’échelle académique7 » (p. 82).

3Lucie Tanguy revient ensuite dans le deuxième chapitre sur le développement de l’apprentissage dans le système éducatif hexagonal, se demandant comment les entreprises sont progressivement devenues des lieux de formation initiale légitimes. S’appuyant sur les travaux publiés sur la question, notamment ceux de son collègue Guy Brucy, elle rappelle les débats qui ont entouré cet essor « sinueux » dès la fin du XIXe siècle, portant notamment sur les publics, les lieux et les finalités des dispositifs considérés. Un véritable tournant intervient au début des années 1970 suite à l’accord national interprofessionnel du 9 juillet 1970, transposé en plusieurs lois un an plus tard qui organisent une véritable généralisation de l’apprentissage en en standardisant le cadre. Plusieurs textes législatifs viennent compléter cette promotion, telle la loi du 27 juillet 1993 qui instaure des aides spécifiques pour les entreprises accueillant des apprentis. Érigé en objectif prioritaire par les gouvernements de droite comme de gauche, non seulement en France mais au-delà dans l’Union européenne, l’augmentation des effectifs d’apprentis s’est effectivement poursuivi jusqu’à aujourd’hui, non sans heurts tenant à la conjoncture économique. Mais comme le relève l’auteure, ce processus s’est accompagné d’un brouillage des dispositifs en relevant et plus profondément des frontières entre public et privé, mais aussi d’un accroissement des inégalités, avec une triple ségrégation sociale, sexuée et ethnique, que l’auteure détaille, statistiques à l’appui : « l’extension de l’apprentissage n’a pas concerné les jeunes non diplômés, appartenant à des familles populaires elles-mêmes très touchées par le chômage. Autrement dit, les entreprises tendent à recruter leurs apprentis parmi les jeunes déjà diplômés, les moins défavorisés socialement […]. Ce faisant, elles maîtrisent les risques encourus par leur intégration et leur formation dans l’exercice d’un travail » (p. 116). On est ainsi loin des discours mettant en avant l’égalisation des chances et la facilitation du passage des études à la vie active. Ce qui invite à reconsidérer le consensus en trompe-l’œil autour d’une politique dont les effets sont plus incertains qu’il n’y paraît concernant les objectifs affichés, tandis que la collectivité y alloue des moyens toujours plus conséquents.

  • 8 Sur le rôle des instruments et « dispositifs » comme outils de gouvernance, voir, outre les travaux (...)
  • 9 S’inspirant notamment de divers travaux en la matière, dont ceux de Christian Laval et Nico Hirrt q (...)

4Les régions sont aux avant-postes de cet investissement public dans la formation professionnelle depuis que cette compétence leur a été décentralisée, et y consacrent même l’essentiel de leur moyen : éducation et formation recevaient ainsi en moyenne 43 % des dépenses des conseils régionaux en 2010, de loin leur premier poste budgétaire. C’est donc à l’action de ces collectivités territoriales relativement récentes en matière de formation professionnelle que l’auteure consacre le troisième chapitre, détaillant la manière dont elles imposent des arrangements locaux aux établissements d’enseignement avec les firmes voisines et déploient une palette d’instruments « innovants » constituant de véritables modes de gouvernance d’autant plus efficaces qu’inaperçus comme tels8. La dévolution de prérogatives en matière d’éducation et de formation – les deux notions étant d’ailleurs significativement de plus en plus confondues- aux régions se traduit ainsi selon l’auteure par un glissement plus général « d’un système éducatif à un système de formation arrimé à la sphère économique dans une recherche de compétitivité et de performance » (p. 161). Deux mots d’ordre censés garantir le plein-emploi et qui se sont surtout substitués à celui d’égalité, avec la recherche autour d’un supposé « ADN du territoire » économique régional – c’est-à-dire un faisceau de spécialisations sectorielles spécifiques-, d’une adéquation de la formation à l’emploi se traduisant par la volonté d’éduquer des travailleurs-citoyens dotés de capacités de compréhension et d’action générales mais de « travailleurs dotés de compétences spécifiques, rivées à des formes d’activités du présent [tout en] ayant incorporé l’idée d’une flexibilité nécessaire » (Ibid.). Une telle vision consistant à « défaire l’institution scolaire pour apprendre l’esprit d’entreprendre » est également et plus largement portée au niveau des instances de l’Union européenne, ainsi que le rappelle Lucie Tanguy9 dans le quatrième chapitre, sous l’impulsion là aussi de fédérations patronales. Notamment l’influente et discrète European Round Table, derrière le mot d’ordre équivoque de la construction d’une « société de la connaissance » qui porte en fait en creux la théorie du capital humain chère aux économistes néoclassiques qui place en son cœur la conception d’un « individu contraint de se constituer un capital de compétences et de le faire fructifier sur le marché du travail » (p. 192).

5Au terme d’un parcours au cours duquel, comme elle le reconnaît régulièrement, Lucie Tanguy a davantage (r)ouvert des pistes à explorer plus avant par d’autres recherches, elle n’en a pas moins atteint son objectif de dénaturaliser un certain nombre de fausses évidences assénées presque quotidiennement sur la relation entre formation et emploi. Plus encore, en rappelant l’impasse vers laquelle nous emmène le glissement consistant à confier de diverses manières les clés de l’éducation aux organisations professionnelles patronales, elle repose plus largement la question des finalités de l’éducation scolaire et des moyens d’y réduire les inégalités, notamment entre enseignements technique et « général », en les articulant au sein d’une véritable culture commune qui n’existe aujourd’hui qu’à l’état de vœux pieux. Autant d’enjeux cruciaux aujourd’hui refoulés et sur lesquels le débat collectif peut s’appuyer sur toute une série de propositions et d’expériences, émanant notamment de sociologues éminents comme Georges Friedmann ou Lucien Febvre, que l’auteure rappelle en conclusion. Une entreprise politique à remettre assurément sur les rails.

Haut de page

Notes

1 Voir David Revault d’Allones et Bertrand Bissuel, « Emploi : le plan de la dernière chance pour Hollande », Le Monde, 18 janvier 2016.

2 Voir Lucie Tanguy, « La recherche de liens entre la formation et l’emploi : une institution et sa revue – Un point de vue – », Formation emploi [En ligne], 101 | janvier-mars 2008, mis en ligne le 31 mars 2010, consulté le 03 avril 2016. URL : http://formationemploi.revues.org/57

3 Voir Lucie Tanguy (dir.), L’introuvable relation formation/emploi. Un état des recherches en France, Paris, La Documentation française, 1986.

4 Voir Marjorie Galy Erwan Le Nader et Pascal Combemale (dirs.), Les sciences économiques et sociales. Histoire, enseignement, concours, Paris, La Découverte, 2015, dont Eric Keslassy a rendu compte sur Lectures : https://lectures.revues.org/19012.

5 Expression souvent employée au singulier ce qui masque pourtant la diversité des contextes productifs, ainsi que des intérêts en jeu dans ces derniers comme le relève justement l’auteure.

6 Suivant l’objet affiché par Entreprendre pour apprendre, la principale association œuvrant aujourd’hui dans ce champ en France (p. 34).

7 Les divers « jeux d’entreprise » donnent en effet lieu à des concours mettant en concurrence les différents groupes participants ponctués de sélections à des échelles croissantes.

8 Sur le rôle des instruments et « dispositifs » comme outils de gouvernance, voir, outre les travaux séminaux de Michel Foucault, l’ouvrage devenu également fondateur dirigé par Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès : Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences-po, 2004.

9 S’inspirant notamment de divers travaux en la matière, dont ceux de Christian Laval et Nico Hirrt qu’elle cite. On peut également mentionner ceux d’Isabelle Bruno à propos de la stratégie de Lisbonne (À vos marques, prêts... cherchez !, Bellecombe-en-Bauges, Le Croquant, 2008, recensé sur Lectures : https://lectures.revues.org/698) ou encore de Pauline Ravinet sur le « processus de Bologne » visant la constitution d’un espace européen de l’enseignement supérieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Lucie Tanguy, Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 05 avril 2016, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20555

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page