Navigation – Plan du site

Matthew Crawford, Contact. Pourquoi nous avons perdu le monde et comment le retrouver

Benjamin Dubertrand
Contact
Matthew B. Crawford, Contact. Pourquoi nous avons perdu le monde, et comment le retrouver, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2016, 352 p., ISBN : 9782707186621.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Matthew B. Crawford, Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, La Déc (...)

1Matthew B. Crawford s’est fait connaître lors de la parution française en 2013 de son premier ouvrage Éloge du carburateur : Essai sur le sens et la valeur du travail1. L’auteur y était présenté avec une certaine aura romantique comme un docteur en philosophie qui avait tout laissé tomber pour devenir mécanicien moto. Le succès de ce premier livre tenait à un mélange réussi entre la forme et le fond. Sur la forme, l’auteur se basait sur une écriture vive et stimulante et étayait son propos d’exemples concrets issus de ses expériences passées, notamment d’employé du bâtiment et de mécanicien. Sur le fond, il y faisait un véritable plaidoyer pour les aspects intellectuels des métiers manuels, en s’appuyant de façon accessible sur un grand nombre de travaux philosophiques d’Aristote jusqu’à Hegel. Ce second ouvrage se place dans la droite lignée du premier et l’auteur y reprend la structure qui a fait son succès en élargissant toutefois son propos. Son point de départ est cette fois-ci le constat que nous vivons actuellement une véritable crise de l’attention et une balkanisation de nos activités mentales. La plupart des lieux publics et, plus globalement, la plupart des aspects de notre vie quotidienne sont ainsi parasités par des messages publicitaires qui sollicitent constamment notre attention. Cette sollicitation permanente est présentée comme un véritable fléau car nos ressources d’autodiscipline et de concentration n’existent qu’en quantité limitée.

2Cette crise de l’attention est un frein à notre épanouissement en tant qu’individus mais c’est aussi un problème collectif, nous dit Crawford, car l’attention est une nécessité morale vis-à-vis des autres (par exemple dans le cas de la conduite automobile où mon manque d’attention peut coûter la vie à autrui) ainsi qu’une nécessité démocratique : si je fais moins attention aux autres (à mes concitoyens), j’échange moins avec eux, je partage moins d’idées, d’opinions et c’est la vie de la cité qui s’en ressent.

3L’ouvrage se présente donc sous l’angle de la philosophie politique, comme une œuvre polémique et un plaidoyer pour une autre « éthique de l’attention ». L’enjeu est d’identifier les raisons de cette crise actuelle de l’attention et de proposer des pistes de réflexions pour la résoudre. Il s’agit pour l’auteur de parvenir à l’« élaboration d’une éthique de l’attention adaptée aux exigences actuelles et fondée sur une analyse réaliste de l’esprit et une approche critique de la culture » (p. 16). Contrairement à plusieurs travaux récents, Crawford estime que la source de cette crise n’est pas à rechercher du côté des nouvelles technologies et des nouveaux moyens de communication ou en tout cas pas seulement. Le malaise est plus profond nous dit-il, et les nouvelles technologies ne sont que la partie émergée d’un iceberg culturel plus important.

4Plus que d’une crise de l’attention, la situation actuelle relèverait selon lui d’une crise générale de contact avec le réel. L’individu contemporain est de plus en plus éloigné d’une réalité médiatisée par les écrans qui l’entourent. L’aboutissement de ce phénomène est l’émergence d’individus déconnectés et enfermés dans leur bulle, d’autistes narcissiques de moins en moins à même de se rattacher au réel et donc de communiquer. Comment exactement en est-on arrivé là ? Pour Crawford, cette situation est la conjonction de plusieurs éléments qui se cristallisent dans le contexte actuel.

5La cause première et principale est à rechercher chez les pères fondateurs de la modernité occidentale, à savoir les Lumières comme Locke, Descartes et surtout Kant. L’origine du problème, nous dit Crawford, c’est la conception kantienne de l’autonomie et de la liberté comme fondements de l’agir individuel. Dans un contexte d’émancipation des formes d’autorité anciennes, les Lumières ont cherché à asseoir la liberté et l’autonomie comme les principes fondamentaux et inaliénables de l’individualité. L’idée qui prévaut est que les choix individuels sont l’expression de la liberté absolue de chacun, perçu comme un moi authentique, pur et inaltéré. Surtout, Kant pose une séparation entre corps et esprit en faisant de ce dernier la seule source indépendante du moi authentique de l’individu. Dès lors, tout ce qui est extérieur à l’esprit est potentiellement source d’hétéronomie (le contraire de l’autonomie) car éventuellement source de contrainte et donc de non liberté. Cette vision philosophique de la liberté et cette séparation corps/esprit sont pour Crawford la source originelle de tous nos maux car elles posent les bases idéologiques d’une conception de l’individu autonome qui n’a fait que s’affirmer au fil des siècles et qui a imprégné de manière latente tout le développement de notre pensée libérale moderne.

6Car avec l’émergence des nouvelles technologies et leur cohorte d’écrans, cette conception, à l’époque seulement théorique, prend une dimension bien plus concrète à mesure que nous nous éloignons du réel. D’après Crawford, cette mise à distance du monde peut se lire dans la sophistication des nouveaux modèles de voiture qui atténuent de plus en plus les dimensions sensibles de la conduite. Elle peut se lire aussi dans l’évolution des programmes télévisés pour enfants comme le dessin animé Mickey qui, contrairement à son homologue des années 1950, met aujourd’hui en scène des protagonistes qui résolvent tous leurs problèmes à l’aide d’une « boite à outil magique », laquelle leur permet d’exercer leur mainmise sur un monde extérieur aseptisé.

7Mais le problème principal de cette virtualisation du réel est surtout qu’elle se traduit par un appauvrissement des possibilités d’action individuelles, qui ne trouvent plus à s’exprimer qu’au travers de la seule consommation. Or, nous dit Crawford, cette situation est difficilement critiquable dans le cadre de la pensée libérale. Celle-ci associant l’autonomie à la maximisation des choix individuels, critiquer l’accès des individus à des choix de consommation toujours plus larges serait immédiatement perçu comme la remise en cause de cette autonomie présentée comme fondatrice de nos sociétés modernes. L’idéologie néolibérale jouerait sur cette image de l’individu indépendant comme agent rationnel libre, en développant en parallèle toute une « ingénierie du choix » afin de manipuler son comportement. C’est, selon Crawford, la logique à l’œuvre dans la prolifération de tous les gadgets qui envahissent notre quotidien et, de manière plus extrême, dans le développement des machines à sous de Las Vegas. Il accuse donc les Lumières d’être doublement responsable de la situation actuelle en ayant d’une part préparé notre éloignement du réel aujourd’hui mis en œuvre par les nouvelles technologies tout en ayant d’autre part imposé une vision survalorisée mais biaisée de la liberté et de l’autonomie qui nous empêche de penser la situation actuelle de manière critique.

8Enfin, à ce fondement culturel et cette prolifération marchande s’est associée, toujours selon Crawford, l’affaiblissement, au cours du XXe siècle des formes classiques d’autorité (famille, religion, politique…) qui permettaient aux individus de garder des repères et de structurer leurs choix de vie. L’individu contemporain s’est ainsi retrouvé comme livré à lui-même dans une nouvelle culture de la performance toujours plus oppressante. L’individualité moderne s’est dès lors dissoute dans un individualisme abstrait, une masse anonyme et sans aspérité : le public.

9C’est donc cette conjonction d’éléments qui est pour Crawford la cause de notre déconnexion du réel et, par là-même, de notre crise de l’attention actuelle. Nous voilà donc coupés du monde, autistes narcissiques retranchés en nous-même, seulement aptes à faire des choix de consommation. Quel remède l’auteur propose-t-il à ce tableau affligeant ? À peu près le même que celui qu’il prônait déjà via L’éloge du carburateur : développer l’agir individuel au travers des compétences pratiques : la cuisine, le hockey, l’apprentissage du russe, de la musique ou de la verrerie, la fabrication des orgues, la conduite moto… Ces différentes activités, aussi éclectiques qu’elles puissent paraître de prime abord, ont pour principal avantage et point commun de focaliser notre attention, de la structurer et de la canaliser pour lui permettre de se déployer tout en nous reconnectant au réel. L’auteur se place ici dans la tradition philosophique phénoménologique et s’appuie sur un certain nombre de travaux récents de sciences cognitives dits de « cognition étendue » pour dévoiler notre nature profondément incarnée, montrer combien nous sommes des êtres agissants dans le monde et influencés par lui. Nous ne nous contentons pas de percevoir le monde comme nous le ferions au travers d’un filtre d’appareil photo car nos corps jouent un rôle prépondérant dans notre manière d’entrer en contact avec la réalité. Notre fameux moi authentique est un moi incarné et socialisé de sorte que notre perception se modifie à mesure que nous faisons des rencontres et acquérons des savoirs. Crawford plaide donc pour que nous retrouvions des compétences pratiques, partie de nous-mêmes que nous avons perdue en route avec l’émergence de la modernité, d’abord en nous immergeant dans des activités concrètes, ensuite en renouant avec nos traditions. Ces dernières contiennent en en effet, nous dit-il, quantité de savoirs à même de nous aider aujourd’hui, à condition de les percevoir comme un héritage dynamique et non pas comme un savoir figé et encombrant. C’est selon Crawford la solution sine qua non pour que nous retrouvions simultanément notre attention et le contact du réel, c’est-à-dire du monde et des individus qui le peuplent.

10Deux remarques pour conclure. Une fois encore, Crawford rend accessible au plus grand nombre plusieurs penseurs philosophiques importants en s’appuyant sur une écriture claire et limpide et en sollicitant des exemples parlants. Toutefois, le reproche qu’il lui avait déjà été fait pour son travail précédent, à savoir de ne pas vraiment proposer de solutions concrètes, reste ici relativement valable. Évidemment, le propos du livre est avant tout de décrire notre déconnexion du réel et, de ce point de vue, l’entreprise est tout à fait réussie. Mais l’auteur n’aurait-il pas pu aller plus loin dans la critique d’un système économique et social, le capitalisme et son consumérisme de masse, qui a suscité en dernier ressort l’émergence de cette crise de l’attention ? En poussant davantage l’exploration, Crawford aurait peut-être pu mettre au jour des solutions plus abouties, quitte à ce qu’elles soient plus radicales. De même, on ne peut s’empêcher de se demander à la lecture de l’ouvrage quel contre-modèle de société se dessine en filigrane dans ces propos. L’auteur, qui se présente comme un « conservateur progressiste », souhaite-t-il un retour au modèle du petit paysan propriétaire et de l’artisan de l’époque préindustrielle dont il semble parfois avoir la nostalgie ?

11Ceci étant dit, ces remarques ou plutôt ces interrogations périphériques n’enlèvent rien aux qualités intrinsèques de l’ouvrage qui a le mérite de redonner du sens à plusieurs dimensions de nos vies actuelles et de faire connaître à un public plus large des travaux fondamentaux sur la cognition à même de susciter un certain nombre de débats, ce qui est sans doute la marque des grandes œuvres.

Haut de page

Notes

1 Matthew B. Crawford, Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, La Découverte, coll. « Poche / Essais », 2016 ; note critique de Dominique Méda pour Lectures : https://lectures.revues.org/1351.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Dubertrand, « Matthew Crawford, Contact. Pourquoi nous avons perdu le monde et comment le retrouver », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20571

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Dubertrand

Doctorant et ATER en anthropologie sociale au laboratoire LISST-CAS Université Toulouse II Jean-Jaurès Mirail, travaille sur l’émergence contemporaine de nouvelles manières alternatives de vivre en milieu rural français et particulièrement en Ariège.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page