Navigation – Plan du site

Lissell Quiroz-Pérez, Maria Julia de Vinata Ríos (dir.), « Le Pérou : de l’intégration nationale à l’inclusion sociale », Cahiers des Amériques latines, n° 78, 2015

Lucia Valdivia
Le Pérou : de l'intégration nationale à l'inclusion sociale
Lissell Quiroz-Pérez, Maria Julia de Vinata Ríos (dir.), « Le Pérou : de l'intégration nationale à l'inclusion sociale », Cahiers des Amériques latines, n° 78, 2015, Paris, IHEAL, ISSN : 1141-7161, EAN : 33033324000782.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La liste des contributions et de leurs auteur-e-s est visible sur la page de présentation du numéro (...)

1Les Péruviens doivent élire leur nouveau président le 10 avril 2016 ; c’est le moment du bilan pour le président sortant Ollanta Humala qui, dès son investiture en 2011, a promis de lutter contre l’exclusion sociale et politique des personnes les plus démunies à travers la mise en place de politiques publiques inclusives. Alors que les institutions internationales telles que la Banque mondiale vantent la croissance soutenue du PIB du Pérou, jusqu’à considérer ce dernier parmi les pays dits émergents, le dossier de ce numéro des Cahiers des Amériques Latines1 vient questionner la bonne santé de cette économie sous l’angle de la répartition des richesses, en mobilisant les notions clés d’intégration nationale et d’inclusion sociale.

  • 2 Ce numéro est introduit par une chronique qui, à l’occasion du changement au sein de la rédaction e (...)

2Pour comprendre la notion d’inclusion dans le contexte péruvien, il est essentiel d’avoir en tête l’histoire politique récente du pays. C’est avec une présentation des dates et des événements clés de cette histoire que s’ouvre le dossier central de ce numéro2. Les coordinatrices rappellent que, depuis l’indépendance du Pérou (1821), le corps politique n’a été composé que d’une minorité de personnes : des hommes, blancs et métisses, âgés de plus de 21 ans et alphabétisés, excluant de fait environ 84 % de la population dont une majorité d’indigènes. Les mouvements sociaux de femmes puis d’ouvriers du début du XXe siècle font émerger la question de l’intégration politique (droit de vote) mais aussi celle de l’intégration sociale d’une large partie de la population, dont les populations autochtones.

  • 3 Rappelons que les femmes alphabétisées accèdent au vote dès 1955.
  • 4 Selon les conclusions de la Comisión de la Verdad y Reconciliación (CVR) créée en 2001 et dont le r (...)

3Si l’instauration du suffrage universel en 19793 et les premières élections démocratiques en 1980, après la dictature militaire du général réformiste Velasco Alvarado, ont pu faire croire que « la construction nationale était achevée » (p. 23), la fin du XXe siècle, avec le conflit armé interne (1980-2000) qui a fait près de 70 000 morts, a montré à quel point la société péruvienne était restée fragmentée et inégalitaire. Il faut rappeler que 75 % des victimes des guérillas d’extrême gauche et de l’État sont des paysans des départements les plus pauvres, notamment les Indiens des Andes et les populations indigènes de l’Amazonie péruvienne4. C’est dans ce contexte qu’apparaît le concept d’inclusion sociale, introduit et diffusé par des institutions comme la Banque mondiale, avec l’idée de penser la croissance non plus seulement dans l’objectif de créer des richesses mais dans la perspective de redistribuer celles-ci à travers des politiques publiques inclusives visant les populations les plus démunies, sans toutefois remettre en cause le système capitaliste et libéral. Cette notion, en raison des conséquences désastreuses du conflit armé et d’une volonté de réconciliation, revêt au Pérou une importante dimension sociale : permettre « l’accès à tous les membres [de la] société tant aux services de base qu’aux institutions et donc au pouvoir » (p. 23-24) pour lutter contre l’exclusion des principales victimes de ce conflit.

  • 5 Eduardo Gudynas définit le « néo-extrativisme » comme « le style de développement mis en œuvre par (...)
  • 6 Pour rappel, le Pérou se trouve parmi les premiers producteurs mondiaux d’or, d’argent, de cuivre, (...)

4Le premier article, écrit par Cécile Lavrard-Meyer et Vincent Bos, examine la difficulté du gouvernement d’Ollanta Humala de mener à bien sa politique d’inclusion sociale sans remettre en question le modèle du « néo-extrativisme »5 minier. Le moteur de la croissance péruvienne est l’industrie minière6, du fait des recettes fiscales qu’elle génère, c’est cet argent qui a permis la mise en place depuis les années 1990 de politiques de lutte contre la pauvreté. Cependant, même si cette dernière s’est vue réduite, les inégalités restent très importantes dans le pays, ce qui pose la question d’une croissance véritablement inclusive et d’une réelle redistribution des richesses. Malgré ses promesses de début de mandat, le président Humala est resté prudent et a préféré le compromis avec les multinationales minières car l’économie péruvienne est dépendante de ces investissements internationaux. Cette situation crée des tensions avec les populations locales qui, se sentant délaissées et non prises en compte, se mobilisent contre les projets miniers autour de questions sociales mais aussi environnementales.

  • 7 Programme visant à réduire la pauvreté en versant aux familles les plus démunies une somme mensuell (...)
  • 8 L’indigenismo estatal visait la gestion et le contrôle des peuples indigènes à travers des politiqu (...)

5La deuxième contribution de Vildan Bahar-Tunquay aborde les objectifs et les conditions exigées par le programme de transfert monétaire Juntos7 mis en en place en 2005 à partir de deux perspectives. La première est celle des politiques d’intégration des populations indigènes mises en place dans le pays entre les années 1920 et 1950 : l’indigénisme étatique (indigenismo estatal)8. Quoique le programme actuel soit présenté comme novateur, on peut observer des similitudes avec les programmes passés. La deuxième perspective est la conception de l’indigène par le multiculturalisme néolibéral, qui a pour objectif de modeler des individus autonomes afin de mieux les intégrer aux marchés nationaux et internationaux. Cette conception est similaire à celle de l’indigenismo estatal qui ambitionnait de convertir l’indigène en un citoyen civilisé, consommateur et entrepreneur. Le programme Juntos s’inscrit donc dans la continuité des politiques péruviennes d’inclusion sociale des populations autochtones, plutôt que dans le changement.

  • 9 Habitants des quartiers populaires ou pueblos jóvenes.

6Les deux articles suivants analysent les stratégies d’intégration politique et sociale des individus en milieu urbain, à travers des études menées dans la capitale péruvienne, Lima. Diana Burgos-Vigna examine l’évolution des répertoires d’action des pobladores9 en fonction de l’ouverture ou de la fermeture du contexte politique et social, depuis la fin des années 1960 jusqu’à nos jours. Après une période d’apogée des mouvements sociaux entre les années 1970 et 1980, la décennie 1990 voit un affaiblissement de ceux-ci. Toutefois, la mise en place de politiques de démocratie participative permet aux acteurs de trouver de nouvelles stratégies de mobilisation dès la fin des années 2000. L’auteure s’intéresse particulièrement à l’action collective menée par les femmes des quartiers populaires et la portée émancipatrice de celle-ci.

7De son côté, Émilie Doré, qui a mené une passionnante enquête ethnographique dans deux quartiers de la capitale (l’un précaire et l’autre de classe moyenne émergente), se concentre sur l’évolution des processus de mise à distance de l’autre. Alors que la croissance économique a favorisé la mobilité sociale des classes populaires urbaines et que les frontières sociales deviennent plus fluides, les acteurs, à travers leurs stratégies individuelles de démarcation qui visent à montrer leur réussite sociale, recréent des divisions réelles et symboliques. Ainsi l’étude montre que la mise à distance de l’autre passe toujours par la ségrégation spatiale et que le racisme envers les migrants des zones andines persiste, ceci non seulement à Lima mais aussi au niveau national.

8Dans le dernier article, Emanuela Canghiari se penche sur une forme particulière de mobilisation, celle des habitants de la communauté de Huaca Rajada-Sipán, qui se situe sur la côte nord du Pérou, autour d’un important complexe archéologique. Cette étude permet d’aborder le processus de patrimonialisation en cours dans le pays, fruit de politiques de valorisation et de « mise en tourisme » des vestiges pré-hispaniques. Dans ce contexte, l’auteure décrit comment les habitants mobilisent des stratégies identitaires (par exemple le concept d’ethnie) et effectuent des alliances pour devenir les acteurs légitimes de la gestion du site archéologique, de façon à pouvoir en retirer des profits politiques et matériels tels que l’accès aux services de base.

9Ces études démontrent que, même si la pauvreté recule dans ce pays à la croissance économique florissante, les questions de l’intégration politique et de l’inclusion sociale, essentielles pour une large part de la population, restent à résoudre. Ce dossier passionnant est une lecture vivement recommandée pour tous ceux qui souhaitent approfondir leur connaissance ou découvrir les principaux enjeux du Pérou actuel.

Haut de page

Notes

1 La liste des contributions et de leurs auteur-e-s est visible sur la page de présentation du numéro : http://cal.revues.org/3494 consultée le 15 mars 2016.

2 Ce numéro est introduit par une chronique qui, à l’occasion du changement au sein de la rédaction en chef de la revue, fait le bilan des cinq dernières années de celle-ci et réaffirme sa diversité et son orientation pluridisciplinaire. Il se conclut par deux intéressantes études portant sur le Brésil et le Mexique. La première s’attelle aux stratégies politiques des indigènes de l’Amazonie brésilienne en mobilisant les concepts d’« agency », de « jeux d’échelle » et de « territorialisation ». La deuxième étude porte sur l’action ibéro-américaine du mouvement étudiant mexicain à l’époque de la révolution de 1910-1940 (dans son acception longue).

3 Rappelons que les femmes alphabétisées accèdent au vote dès 1955.

4 Selon les conclusions de la Comisión de la Verdad y Reconciliación (CVR) créée en 2001 et dont le rapport final fut présenté en 2003. Ce document tente d’expliquer les causes de la violence vécue au Pérou au moment du conflit armé.

5 Eduardo Gudynas définit le « néo-extrativisme » comme « le style de développement mis en œuvre par les gouvernements “progressistes” de la région [...], basé sur l’appropriation et l’exploitation de la nature pour financer les programmes sociaux de réduction de la pauvreté, gage du positionnement “à gauche” de l’échiquier politique des gouvernements » (p. 31).

6 Pour rappel, le Pérou se trouve parmi les premiers producteurs mondiaux d’or, d’argent, de cuivre, de zinc et d’étain, entre autres.

7 Programme visant à réduire la pauvreté en versant aux familles les plus démunies une somme mensuelle contre l’engagement de scolariser les enfants et un suivi sanitaire.

8 L’indigenismo estatal visait la gestion et le contrôle des peuples indigènes à travers des politiques socio-économiques et éducatives car les indigènes étaient considérés comme des individus à civiliser ; il s’agissait en même temps d’exalter un passé pré-colombien glorieux.

9 Habitants des quartiers populaires ou pueblos jóvenes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Valdivia, « Lissell Quiroz-Pérez, Maria Julia de Vinata Ríos (dir.), « Le Pérou : de l’intégration nationale à l’inclusion sociale », Cahiers des Amériques latines, n° 78, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20573

Haut de page

Rédacteur

Lucia Valdivia

Doctorante en sociologie politique à l’ENS de Lyon, sous la direction de Lilian Mathieu. Membre du Centre Max Weber, équipe « Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations », allocataire de la région Rhône-Alpes (ARC 5).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page