Navigation – Plan du site

Mohamed Amara, Le Mali rêvé

Verena Richardier
Le Mali rêvé
Mohamed Amara, Le Mali rêvé, Paris, L'Harmattan, coll. « Points de vue », 2015, 132 p., ISBN : 978-2-343-06388-1.
Haut de page

Texte intégral

1La crise traversée par le Mali depuis 2012 est la dernière d’une longue série, résultat de tensions politiques internes mais aussi de problématiques dépassant les frontières du pays. L’essai de Mohamed Amara a comme objectif d’appréhender ces enjeux actuels à travers une analyse à la croisée de la réflexion scientifique, du manifeste et de la biographie.

  • 1 Bergson Henri, Le rêve. Suivi de Un chapitre sur les rêves de R.L Stevenson. Paris, Payot, 2012.

2La crise de 2012 a débuté avec l’insurrection de groupes armés indépendantistes au nord du Mali, alliés pour un temps à des groupes djihadistes que l’auteur appelle « narcoterroristes ». L’avancée de la rébellion vers le sud du pays a entraîné l’intervention de la France en janvier 2013. Le « processus de paix » est toujours en cours en 2016, mené entre autre sous la houlette des Nation-Unies. Mohamed Amara analyse cette situation de crise à travers la notion de « rêve », empruntée à Henri Bergson1, un rêve situé « entre l’universel et le singulier ». Selon l’auteur, la démocratie malienne a trop longtemps été une chimère, une image inadéquate, véhiculée par les experts internationaux, les élites et la classe politique du pays. L’auteur critique ce rêve démocratique plaqué sur la réalité, pour à son tour rêver un Mali cette fois lié aux exigences singulières de son pays, sans renoncer toutefois aux ambitions d’universel. Mohamed Amara utilise pour cela sa propre expérience d’intellectuel et de sociologue malien travaillant en France. Son expérience sert de fil rouge à l’argumentaire. Il prend appui sur son parcours pour se positionner comme un passeur entre le Mali et le reste du monde. L’auteur présente cette posture en début d’ouvrage et la rappelle ensuite régulièrement tout le long de son essai.

3Le livre est construit en plusieurs chapitres très courts qui se regroupent autour de grandes thématiques comme l’expérience personnelle de l’auteur, les critiques et autocritiques puis la proposition et la défense d’un rêve enfin en adéquation avec les besoins. Le sociologue décrit tout d’abord son enfance dans le petit village de Tacharane au nord du Mali et ses études. Il esquisse alors dès les premières pages sa critique du rêve démocratique malien en rattachant son expérience aux réalités de son pays, à travers notamment la problématique de l’éducation. Mohamed Amara questionne sa position de Malien expatrié et devenu un étranger de passage dans son pays natal. Cette situation, lointaine et proche, légitime sa prise de position contre la fausse image du pays qu’il entame ensuite. Sa critique est essentiellement centrée autour de la « démocratie de façade » vantée et exploitée par les experts et les élites politiques du pays. Cette démocratie nie selon lui la vraie voix du peuple malien et masque les lacunes derrière un discours lénifiant. Les différentes communautés du nord sont amalgamées ensemble et trop souvent opposées à celles du sud, au détriment d’une analyse plus fine et plus juste de la situation. La corruption des élites est également abordée, preuve pour Mohamed Amara d’une faiblesse des institutions démocratiques maliennes. Il explique que la politique est considérée comme le seul moyen d’accéder à une richesse qu’il faut ensuite redistribuer, ce qui amène à une « surpolitisation » de la société malienne avec comme conséquence un régime de prédation généralisée. Ce phénomène justifie la corruption, principale responsable pour lui de la crise politique du pays. C’est alors l’idéal même de démocratie qui serait abandonné car les élites favoriseraient les liens familiaux et le clientélisme au détriment d’une action pour et par le peuple malien. L’auteur décrit finalement sa vision d’une démocratie malienne, ancrée dans les traditions d’échange entre les communautés qui ne sont selon lui pas suffisamment prises en compte. Il défend son engagement pour ce rêve et pour une meilleure compréhension de ces dynamiques à l’international, en partant d’une résistance qu’il a déjà commencé à mener depuis Lyon. Mohamed Amara conclut enfin son ouvrage en insistant sur l’importance de la coopération entre les Maliens contre « l’amateurisme » afin de fonder les bases du Mali rêvé.

  • 2 Gremont Charles, Marty Henry, Mossa Rhissa Ag,, Amare Touré Younoussa, Les liens sociaux au Nord-Ma (...)
  • 3 Bierschenk Thomas, Jean-Pierre Chauveau et Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), Courtier en dévelo (...)

4Ce petit essai a l’intérêt de donner de nombreuses informations sur une situation malienne mal connue et sur une crise encore insuffisamment documentée. Il est toutefois regrettable que l’ouvrage ne s’appuie pas sur une bibliographie plus approfondie et notamment sur un ouvrage comme Les liens sociaux au Nord-Mali, entre fleuve et dune2. Cet ouvrage reste en effet une référence majeure sur la reconstruction des liens entre les communautés au nord du pays, liens auxquels l’auteur fait régulièrement référence pour défendre son idéal démocratique. Un passage par l’anthropologie du développement et notamment un ouvrage classique comme Les courtiers du développement3 aurait pu également donner un peu plus de matière à la description des « élites prédatrices ». L’auteur adopte aussi plusieurs partis pris, ce qui est parfaitement cohérent avec sa posture militante mais peut pêcher par manque de précision. Il différencie par exemple tout le long de son argumentation « rebelles » et « narcoterroristes », sans toujours expliquer clairement à quel groupe il fait référence. On comprend qu’il est délicat de distinguer des mouvances toujours plus ou moins liées les unes aux autres, mais l’auteur passe peut être un peu vite sur le message politique véhiculé malgré tout par ces groupes. En conclusion, Le Mali rêvé est un ouvrage engagé qui peut servir de bonne introduction aux problématiques du pays.

Haut de page

Notes

1 Bergson Henri, Le rêve. Suivi de Un chapitre sur les rêves de R.L Stevenson. Paris, Payot, 2012.

2 Gremont Charles, Marty Henry, Mossa Rhissa Ag,, Amare Touré Younoussa, Les liens sociaux au Nord-Mali - Entre fleuve et dunes. Paris, Karthala, 2004.

3 Bierschenk Thomas, Jean-Pierre Chauveau et Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), Courtier en développement, les villages africains en quête de développement, Paris, Karthala, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Verena Richardier, « Mohamed Amara, Le Mali rêvé », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20577

Haut de page

Rédacteur

Verena Richardier

Doctorante en sociologie à l'ENS-LSH de Lyon - Triangle UMR 5206 et Laboratoire International Associé (LIA), Sociologies Post-Occidentales en France et en Chine.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page