Navigation – Plan du site

Françoise Gadet, Emmanuelle Guerin (dir.), « Parlers ordinaires, parlers jeunes. Terrains, données, théorisations », Langage et Société, n° 154, 2015

Véronique Miguel Addisu
Parlers ordinaires, parlers jeunes : terrains, données, théorisations
Françoise Gadet, Emmanuelle Guérin (dir.), « Parlers ordinaires, parlers jeunes : terrains, données, théorisations », Langage & Société, n° 154, 2015, 172 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 9782735120697.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse de l’évolution de la linguistique en tant qu’étude des faits sociaux, voir par ex (...)

1Ce numéro de Langage et Société propose un dossier traitant de théories et d’épistémologie sociolinguistique, à partir d’un ensemble de recherches sur ce que d’aucuns appellent communément les « parlers jeunes », et plus généralement encore les « parlers ordinaires ». D’emblée, le pluriel de ces termes renvoie aux débats portant sur la « significativité » de ces parlers dans nos sociétés et sur l’existence de locuteurs « représentatifs » (notamment par les faits de langue). Il renvoie aussi aux conditions scientifiques de la production de catégorisations sociolinguistiques, et à leurs effets sur l’évolution de la linguistique en tant que « fait social »1. Dès lors, ce dossier interroge la place du sociolinguistique dans le champ social et sa constitution en tant que discipline. Il ouvre des perspectives théoriques nécessaires, même s’il se penche finalement assez peu sur les conditions de faisabilité des propositions qui sont faites.

2Après une introduction soulignant les enjeux de ces questions pour la sociolinguistique, les cinq contributions s’appuient sur des données empiriques – recherches développées par les auteurs respectifs – pour mettre en perspective les savoirs scientifiques qui en émergent. La lecture de l’ensemble de ce dossier souligne la fécondité de cette forme de débat pour une épistémologie renvoyant aux conditions d’émergence des processus de théorisation en sociolinguistique. C’est cet aspect théorique de la construction des savoirs en sociolinguistique qui constitue le fil directeur de ce compte rendu, question sur laquelle chaque chercheur est invité à s’arrêter tout au long de son parcours.

  • 2 On aura reconnu la référence au regard de Lévi-Strauss, ici cité en référence à Philippe Descola, J (...)

3L’introduction de Françoise Gadet et Emmanuelle Guerin rappelle que la sociolinguistique, qui étudie la langue comme un fait social, n’explicite que rarement cette « co-variance, proche de la doxa » entre le social et le langagier (p.8). C’est pourtant parce que les données sont empiriques, que l’éclairage des « terrains » sociolinguistiques – et donc des conditions de construction des données – est à la fois fondamental et (trop) peu explicité dans les recherches. Les auteures font des hypothèses quant à cette difficulté à rendre compte de cette opacité du terrain, et établissent plusieurs pistes pour intégrer cette problématique dans une recherche. Elles relèvent que ces questions théoriques renvoient à une réflexion épistémologique encore marginale dans le champ spécifique de la sociolinguistique alors qu’elle est menée plus généralement en sciences sociales. Pour elles, un savoir sociolinguistique n’existe qu’à condition qu’un appareil théorique se co-construise en lien avec les recherches empiriques, processus de « fabrication patiente, toujours recommencée, d’un regard éloigné »2 (p. 11). Le « terrain » participe donc de plein droit à cette théorisation, il la fonde. Les coordonnatrices proposent pour ce faire de « critiquer », « comparer » et « généraliser » (p. 11), ce que les auteurs sollicités font dans ce dossier à partir de recherches plus personnelles sur les parlers « jeunes » ou « ordinaires ».

4Médéric Gasquet-Cyrus, après un titre polysémique que les chercheures pourront apprécier diversement – « “Je vais et je viens entre terrains” » –, mobilise notamment des références théoriques en anthropologie linguistique et plaide pour une sociolinguistique ethnographique (p. 20) fondée sur l’implication du chercheur, sa théorisation des cadres de son expérience de recherche – notamment par l’analyse des observations menées. Liées très directement à ce que les personnes enquêtées lui témoignent de leur propre implication, ses analyses relèvent qu’alors, les logiques de recherche ne recouvrent jamais totalement celles des acteurs sociaux, sans pourtant s’en émanciper. La prise en compte de l’hétérogénéité de ces dynamiques participerait à un cadre théorique efficient.

5Françoise Gadet et Sandrine Watch mènent cette réflexion à partir de plusieurs grands corpus (projet « Phonologie du français contemporain », projet « Multicultural Paris French »…) et se demandent comment articuler la pratique du terrain et le recueil de ces matériaux langagiers, dont l’hétérogénéité est souvent gommée du fait de la visée quantitative. Relevant que la « réplique des conditions de recueil » n’est qu’une illusion (p. 35), elles suggèrent que l’explicitation des conditions de recueil est tout aussi nécessaire que le choix des formats. Les données linguistiques des grands corpus, parce qu’elles sont « situées », doivent donc aussi être catégorisées sociolinguistiquement.

6Michèle Auzanneau explore quant à elle la notion de « parler ordinaire », telle qu’explorée en sociolinguistique, et montre que les recherches sont passées d’un effort de catégorisation de pratiques objectivables à la reconnaissance d’un processus qui se construit du fait des acteurs eux-mêmes, qu’ils se considèrent comme locuteurs ou comme observateurs. D’un point de vue sociolinguistique, étudier ce que seraient des parlers ordinaires revient peut-être surtout à réinterroger la notion de variabilité langagière par une « sociolinguistique du mouvement » (p. 64).

7S’appuyant elles aussi sur le corpus « Multicultural Paris French », Emmanuelle Guerin et Anaïs Moreno montrent la nécessité de clarifier la notion de « variabilité ». Elles soulignent (p. 68) le risque – éthique – de ce que seraient des données « simplement » marquées par des caractéristiques extra-linguistiques (l’âge, le genre, la classe sociale, etc.). De telles approches réifient finalement la langue en tant qu’observable d’une réalité sociale qui la transcenderait sans s’y actualiser. Pourtant, c’est bien – aussi – par le langage que le social se construit, notamment du fait de ses acteurs. La prise en compte de tels indices (dans les discours, les interactions, etc.) est nécessaire puisqu’ils agissent sur l’interprétation de tous les acteurs, y compris celle du chercheur. Dans ces débats, la responsabilité du sociolinguiste est entière.

  • 3 Rampton Ben, Crossing. Language and Ethnicity among Adolescents, Manchester, St Jerôme Publishing, (...)

8Philippe Hambye clôture ce dossier en proposant une réflexion sur les présupposés épistémologiques en SHS – et donc en sociolinguistique. Après avoir montré à quelles difficultés se heurte la question de la « preuve » dans les deux paradigmes qui traversent le champ (approche objectivante quantitativiste vs approche ethnnographique qualitativiste), il souligne que cette différence se perçoit notamment du fait de l’explicitation des processus de catégorisation qui président à la recherche proprement dite, selon qu’ils interviennent avant ou pendant la recherche de terrain. Discutant des travaux de Rampton sur le concept de « crossing »3 dans des parlers jeunes en milieu interethniques à partir de ses propres recherches, il suggère que la validité des savoirs sociolinguistiques construits à partir d’enquêtes ethnographiques dépend aussi largement des cadres d’interprétation des chercheurs eux-mêmes, qu’ils produisent la recherche ou qu’ils la reçoivent.

9En contrepoint de ce dossier, Andrée Tabouret-Keller présente les « grandes tendances de la recherche dans les sciences du langage » à partir d’informations diffusées en ligne sur le Réseau francophone de sociolinguistique4 en 2012 et 2014. La comparaison montre que les thématiques soumises sont plus nombreuses et plus hétérogènes, « au détriment d’affirmations disciplinaires de caractère général » en sciences du langage (p. 137). La rubrique Varia se compose d’un article de Cécile Petitjean, qui fait une analyse conversationnelle de pratiques humoristiques en classe de L1. Elle montre comment ces pratiques peuvent – ou non – participer aux apprentissages. Elle précède la présentation d’une thèse portant sur l’expression du deuil périnatal (Catherine Ruchon) ainsi que six compte rendus de lecture traitant d’ouvrages utilisant des méthodologies dont la diversité témoigne en partie des débats engagés dans ce dossier (analyse de discours, analyse interactionnelle, approche anthropologique…).

Haut de page

Notes

1 Pour une synthèse de l’évolution de la linguistique en tant qu’étude des faits sociaux, voir par exemple Paul Wald, « “La langue est un fait social” : Rapports entre la linguistique et la sociologie avant Saussure. Conférence à l’Université de Tunis (décembre 1999) », Langage et société, n° 142, 2012, p. 103-118. DOI 10.3917/ls.142.0103.

2 On aura reconnu la référence au regard de Lévi-Strauss, ici cité en référence à Philippe Descola, Jean-Louis Fabiani, Irène Théry et Antoine Lilti, « La fabrication d’un “regard éloigné” », Libération, 18 juin 2015, en ligne : http://www.liberation.fr/debats/2015/06/18/la-fabrication-d-un-regard-eloigne_1332170.

3 Rampton Ben, Crossing. Language and Ethnicity among Adolescents, Manchester, St Jerôme Publishing, 2005.

4 http://rfs.socioling.org/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Miguel Addisu, « Françoise Gadet, Emmanuelle Guerin (dir.), « Parlers ordinaires, parlers jeunes. Terrains, données, théorisations », Langage et Société, n° 154, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 avril 2016, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20587

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page