Navigation – Plan du site

Marco Oberti et Edmond Préteceille, La ségrégation urbaine

Sarah Van Hollebeke
La ségrégation urbaine
Marco Oberti, Edmond Préteceille (dir.), La ségrégation urbaine, Paris, La Découverte, coll. « Repères, sociologie », 2016, 128 p., ISBN : 9782707164254.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un panorama plus large des notions existantes pour rendre compte des processus et formes socio (...)

1Cette dernière parution de la collection Repères propose de mettre en exergue la notion de ségrégation urbaine définie comme la distribution inégale « des groupes sociaux entre les quartiers d’une ville » (p. 5). L’ouvrage prend de la distance par rapport aux études classiques en sociologie des inégalités sociales qui présentent généralement ce phénomène à travers ses versions les plus dramatisantes et extrêmes : les ghettos et les gated communities. Celles-ci insistent sur l’« état de séparation » entre deux groupes dont le seul entre-deux possible serait engendré par un processus de gentrification transitoire et irréversible. Au contraire, les auteurs de l’ouvrage ici recensé soulèvent le caractère indéterminé de ce processus qui peut se « ralentir ou s’arrêter à l’une des phases intermédiaires faisant passer durablement le quartier dans la situation de la mixité sociale de fait » (p. 101). Peu convaincus par l’expression de « division » sociale de l’espace, qui n’introduirait que peu de nuance, les auteurs optent pour le caractère polysémique du terme « ségrégation » et pour sa capacité à saisir la diversité des situations urbaines de coprésence1.

2Résultat du travail de deux sociologues de l’Observatoire sociologique du changement (Sciences Po-CNRS) spécialistes des inégalités urbaines et scolaires, cet ouvrage se divise en trois sections thématiques : la définition et le choix des catégories pour élargir la compréhension de la ségrégation et imaginer une nouvelle approche pédagogique et méthodologique ; l’analyse des causes multiples de la ségrégation ; l’étude de ses effets parfois contradictoires. L’urgence qui anime les auteurs dans la volonté de comprendre comment observer les processus à l’œuvre, à quelle(s) échelle(s) et comment les qualifier tout en cherchant les acteurs impliqués et les effets sur un territoire, donne à cet ouvrage un intérêt qui dépasse son ambition synthétique de départ.

  • 2 Pour plus d’informations sur la dilution des distances et la désynchronisation des temps de la vill (...)

3La première partie interroge les manières de définir et de caractériser la ségrégation urbaine. Sur base d’un rapide état des lieux des méthodes et outils de mesure de la ségrégation et de leurs limites, les auteurs argumentent d’abord en faveur de l’articulation des statistiques aux études de cas approfondies pour étudier les rapports sociaux dans l’espace urbain. Selon ces sociologues, les études de cas se focaliseraient à l’excès sur les quartiers pauvres et stigmatisés, et ce en reproduisant l’attention périodique et événementielle des médias et politiques publiques. Une autre limite soulignée est la difficile comparaison des cas, dont l’étude approfondie nécessite un investissement humain, financier et temporel important et difficile à systématiser. Il serait également peu aisé d’en tirer des enseignements généraux sans tomber dans la « généralisation abusive » et la stigmatisation en considérant tous les quartiers avec des difficultés comme des « cités » et tous les jeunes issus de l’immigration comme des « jeunes de banlieue » ou, plus récemment, des « terroristes djihasistes » (p. 9). Les analyses statistiques présentées dans l’ouvrage (« indices ou mesures synthétiques d’intensité », « analyses factorielles », « typologies », « modèles », etc.) seraient donc indispensables pour élargir les conclusions faites à l’échelle du cas et avoir une « représentation complète de la structure sociospatiale d’une ville » (p. 10). Toutefois, lorsque les statistiques sont utilisées par les politiques de la ville en vue de sélectionner et de délimiter une partie des territoires urbains, en « zones urbaines sensibles » par exemple, l’hétérogénéité interne des territoires tend à disparaître au profit d’un « effet de dualisation artificielle ». Cette construction politique laisse alors de côté tout un pan de la ville dans lequel se trouvent d’autres quartiers en difficulté sans qu’ils n’apparaissent pour autant comme « prioritaires ». C’est pourquoi, les auteurs prônent l’introduction d’un nouveau vocabulaire pour décrire les « quartiers mélangés » contre la lecture duale de la ville, et ce en accordant une plus grande attention au choix et aux effets des catégories ainsi qu’aux échelles d’appréhension de la ségrégation. Ils invitent aussi à penser l’articulation des dimensions socio-professionnelles et des caractéristiques ethno-raciales, religieuses, démographiques, générationnelles, etc., et à introduire la mobilité, les flux, les réseaux dans l’analyse pour comprendre la « multiplicité de pratiques et d’usages de l’espace urbain » au-delà de l’ancrage territorial et résidentiel des individus2.

4La deuxième partie de l’ouvrage étudie la diversité et l’imbrication des « causes de la ségrégation » en tenant compte de l’histoire et de la trajectoire propre à une ville. Il y aurait un premier effet structurel imposé par les logiques économiques, sociales et politiques. Les inégalités de revenu entre les classes sociales et les positions sur le marché du logement induiraient une valorisation de certains espaces urbains au détriment d’autres. La mise à l’écart de certains groupes serait causée, dans un deuxième temps, par des logiques institutionnelles. Les auteurs présentent une série d’exemples allant des politiques les plus explicitement ségrégatives comme l’« apartheid », la percée des grands boulevards haussmanniens ou encore les politiques de « rénovation-déportation » liées à la construction de logements sociaux, à celles généralement « associées à des objectifs de réduction des inégalités et de la ségrégation » (p. 52) par l’injection de populations ou encore la rénovation/réhabilitation de logements en vue de créer plus de « mixité » dans les quartiers défavorisés. Les auteurs font également le détour par les politiques non explicitement ségrégatives comme les « grands aménagements urbains » (autoroutes, voies ferrées) ou encore les « politiques de l’habitat ». Finalement, les « schèmes de perceptions », les « représentations et comportements plus ou moins stratégiques ou élaborés » des acteurs individuels constituent les dernières causes de distribution inégale des groupes sociaux dans l’espace. Cela se traduit d’abord à travers des stratégies de recherche d’entre-soi ou de regroupement d’individus appartenant à un même groupe et partageant des mêmes valeurs, pratiques et conceptions. Ensuite, ce sont des logiques de protection et de mise à distance des « indésirables » que les auteurs identifient.

5La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux « effets de la ségrégation », variables en intensité et en forme, sur les « inégalités urbaines » et la « construction des identités sociales » (p. 6). Il s’agit de mesurer l’« effet quartier » c’est-à-dire l’influence de l’intensité de la ségrégation du lieu de résidence sur l’émergence d’« inégalités sociales spécifiques » (p. 80) en matière scolaire comme en matière d’accès à l’emploi, au logement, à la santé, aux ressources urbaines et aux biens publics. Les contextes de forte ségrégation participent à la consolidation des « modes de vie », de la « culture » partagée à travers des « normes et codes comportementaux et linguistiques », de la « sociabilité » et des « réseaux d’entraide et de solidarité ». Ils favorisent la « construction de la citoyenneté » (p. 88) et renforcent « la cohésion entre les membres du groupe » (p. 90). Cependant, ils peuvent aussi, dans certains cas, renforcer l’économie informelle et les activités délictueuses, voire criminelles et induire un sentiment de discrimination à la base de manifestions violentes telles que l’émeute. Dans les contextes de ségrégation modérée, ce sont davantage les « effets de la mixité urbaine sur les inégalités » (p. 100) qui sont étudiés. Les travaux insistent sur la faible intensité des interactions entre les nouveaux habitants provenant de la classe moyenne urbaine et les anciennes populations issues de la classe populaire. La proximité spatiale de ces catégories s’accompagnerait davantage d’attitudes d’évitement et de distanciation que d’une proximité sociale génératrice d’harmonie. Ces travaux insistent sur le caractère conflictuel et tendu de cette cohabitation entre des groupes aux modes de vie différents et parfois contradictoires dans lesquels les conflits de classes peuvent se conjuguer aux conflits de race. Les auteurs soulignent finalement l’importance de créer des ponts avec l’extérieur du quartier pour accéder à une diversité d’expériences et de positions sociales et « ne pas limiter les contextes de socialisation, les normes et les valeurs à ceux d’un seul groupe fortement ségrégé et dominant dans un espace limité » (p. 103).

6Cet ouvrage synthétique, tout en abordant une thématique classique de la sociologie, parvient à proposer quelques pistes pour en renouveler l’approche. La ségrégation urbaine, souvent présentée à travers ses événements les plus violents, est généralement perçue comme une menace à la cohésion sociale. Les événements traumatiques qu’ont connus Paris et Bruxelles ces derniers mois n’aident guère à déconstruire cette vision simpliste qui alimente les politiques de « réduction de la ségrégation urbaine ». Celles-ci risquent, cependant, de n’avoir que des « effets de dilution spatiale de difficultés sociales non résolues » (p. 110). Les auteurs montrent qu’en réalité le phénomène, largement répandu, varie en intensité et en forme d’une ville à l’autre. En outre, il ne s’accompagne pas inéluctablement d’un affaiblissement de la cohésion sociale. Ils incitent, dès lors, les chercheurs à « ne pas voir la ségrégation que par les quartiers les plus défavorisés » (p. 111) et à la resituer dans la diversité des configurations possibles à l’échelle de la ville dans son ensemble. On regrettera, toutefois, l’absence de numérotation des titres et sous-titres qui pourrait donner encore plus de clarté à l’argumentaire de l’ouvrage et en facilité la lecture. Finalement, l’ouvrage intéressera non seulement les chercheurs désireux de mieux saisir la complexité des formes prises par la ségrégation urbaine, ses causes et conséquences sur les inégalités sociales mais aussi les fonctionnaires et les décideurs politiques soucieux des transformations de l’environnement urbain et social.

Haut de page

Notes

1 Pour un panorama plus large des notions existantes pour rendre compte des processus et formes socio-spatiaux des villes voir l’ouvrage de Carrel Marion, Cary Paul et Wachsberger Jean-Michel (dir.), Ségrégation et fragmentation dans les métropoles. Perspectives internationales, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013.

2 Pour plus d’informations sur la dilution des distances et la désynchronisation des temps de la ville voir Hamman Philippe, Blanc Maurice, Duchêne-Lacroix Cédric, Freytag Tim et Kramer Caroline (dir.), Les mobilités résidentielles à l’aune de la multilocalité, Strasbourg, Néothèque, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Van Hollebeke, « Marco Oberti et Edmond Préteceille, La ségrégation urbaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 avril 2016, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20596

Haut de page

Rédacteur

Sarah Van Hollebeke

Sarah Van Hollebeke est doctorante en sciences politiques et sociales au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, institutions, subjectivité) de l’Université catholique de Louvain et doctorante en « urbanisme mention architecture » au laboratoire Cresson (Centre de recherche sur l'espace sonore et l'environnement urbain) de l’Université Grenoble Alpes. Ses travaux portent sur l’appréhension des divisions de la ville et de ses ambiances par les instruments de gouvernement souvent stimulés principalement par des approches géostatistiques. Elle est également membre du comité de lecture de la revue Urbanités.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page