Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Digard, Une épopée tribale en Iran. Les Bakhtyâri

Mehdi Sakatni
Une épopée tribale en Iran
Jean-Pierre Digard, Une épopée tribale en Iran. Les Bakthyâri, Paris, CNRS, coll. « Bibliothèque de l'anthropologue », 2015, 428 p., ISBN : 9782271081209.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple Hosham Dawod (dir.), Tribus et pouvoirs en terre d’islam, Paris, Armand Colin, 2004.
  • 2 Jean-Pierre Digard, Techniques des nomades Baxtyâri d’Iran, New York, Cambridge University Press, P (...)
  • 3 Jean-Pierre Digard, L’homme et les animaux domestiques, anthropologie d’une passion, Paris, Fayard, (...)
  • 4 Jean-Pierre Digard, Bernard Hourcade et Yann Richard, L’Iran au XXe siècle : entre nationalisme, is (...)

1La tribu reste une donnée essentielle de l’organisation sociale du Moyen-Orient. Après avoir été considérée comme dépassée, voire disparue, elle est revenue au premier plan à la faveur d’une actualité politique rythmée par les conflits tribaux (Irak, Yémen) et d’un regain d’intérêt des chercheurs sur ces questions1. Jean-Pierre Digard, directeur de recherche au CNRS, a consacré l’essentiel de sa vie universitaire à l’étude des sociétés nomades ou pastorales2, des relations de l’homme à l’animal domestiqué3 et à l’Iran4, son terrain de prédilection. Cet ouvrage, à la croisée des centres d’intérêt de l’auteur, rassemble les résultats de ses travaux universitaires, à travers l’histoire d’une tribu, les Bakhtyâri, dans « le temps long » cher à Fernand Braudel.

2Les Bakhtyâri sont une tribu nomade dont le vaste territoire se situe au Sud-Ouest de l’Iran, au sein de la chaîne montagneuse du Zagros. Pratiquant un nomadisme montagnard qui alterne entre un estivage dans les alpages et un hivernage en plaine, les Bakhtyâri se consacrent surtout à l’élevage ovin et caprin. Forts de 600 000 à 700 000 individus, dont environ un tiers nomadise encore à l’heure actuelle, ils représentent une des plus importantes tribus de l’Iran, aussi bien par leur nombre, par l’étendue de leur territoire que par leur poids économique. Jean-Pierre Digard est entré en contact avec eux pour la première fois en août 1965 ; entre 1969 et 2005, il a effectué de nombreux séjours au sein de la tribu en transhumance ainsi que des rencontres avec des chefs (khân-s) à Téhéran. Cette fréquentation lui a permis d’accumuler ce qui constitue le matériau principal de son étude, à savoir les entretiens réalisés et les récits collectés auprès des membres de la tribu, qu’il présente comme prolixes quant à leur propre histoire. En complément de cette mémoire tribale, il s’appuie sur des sources historiques (écrits d’érudits locaux et récits de voyage) ainsi que des travaux d’historiens pour retracer « l’épopée » Bakhtyâri, depuis les origines du nomadisme pastoral dans le Zagros jusqu’à nos jours.

  • 5 Voir par exemple le cas, pourtant bien éloigné géographiquement, des tribus tunisiennes étudiées pa (...)

3C’est en effet une œuvre ambitieuse que celle que s’est imposé Jean-Pierre Digard. Suivant une progression chronologique, il s’efforce d’opérer un « tissage » de trois histoires : celle de la tribu Bakhtyâri, l’histoire de l’Iran et enfin l’histoire mondiale (p. 26). Après une présentation liminaire des caractéristiques économiques, géographiques et d’organisation de la tribu (chapitre 1), l’ouvrage suit une progression linéaire qui dégage tour à tour les éléments-clés de l’existence des Bakhtyâri. Si la première mention du nom « Bakhtyâri » dans une source historique apparaît après la conquête musulmane de l’Iran (635-638), l’auteur remonte plus loin dans le temps pour exposer les conditions qui ont permis la naissance du mode de vie pastoral nomade dans le Zagros : de la domestication de la chèvre et du mouton (9000 ans avant notre ère), en passant par l’introduction de races de chameaux et de chevaux adaptés au climat de montagne par les Turcs au Xe siècle jusqu’à la domination mongole au XIIIe siècle, qui va favoriser la vie nomade et le contrôle du territoire par des chefferies tribales (chapitre 2). La formation de la tribu proprement dite s’opère sous la dynastie safavide (1501-1629). Selon la tradition orale Bakhtyâri – qui ne déroge pas à la plupart des récits de tribus nomades5 –, c’est un fait d’armes qui marque la naissance de la tribu : un dénommé Jahangir, chef d’un groupe de combattants, s’illustra (entre 1566 et 1616) aux côtés du shah safavide dans la guerre contre les Ottomans ; en retour, le souverain lui octroya le titre de « Bakhtyâr » ou « chanceux » (p. 106-107). Au-delà de l’anecdote ponctuelle, il faut retenir un triple processus sur le temps long qui a permis l’établissement de la tribu (chapitre 3) : d’abord, une territorialisation opérée via l’attribution de terres aux chefs tribaux par le souverain ; ensuite, la construction généalogique d’un système de « lignages formant des unités sociales emboîtées les unes dans les autres, de taille croissante depuis les campements et les unités de nomadisation […] jusqu’à la tribu » (p. 119) ; enfin, une concentration politique avec l’affirmation des chefferies tribales hiérarchisées, puis leur reconnaissance par l’autorité souveraine.

4Les chapitres suivants (4 à 8) décrivent la destinée de la tribu ainsi formée sous les différents pouvoirs politiques qui se sont succédés en Perse : dynastie Qâjâr à partir de 1786, règne des Pahlavi (1925-1979), République islamique d’Iran (1979-). Ils explorent également l’irruption marquante de l’impérialisme britannique à partir de la fin du XIXe siècle, qui a transformé profondément l’existence des Bakhtyâri. Ces deux siècles sont caractérisés par une forte accélération de l’histoire de la tribu et, dans la description de Jean-Pierre Digard, cette brusque accélération se traduit par un fourmillement d’événements factuels. Au sein de cette accumulation d’actions, retenons quelques tendances essentielles.

5La première tendance est celle de la stabilisation de la tribu Bakhtyâri après une série de « guerres constituantes » entre factions rivales qui installent définitivement au sommet de la tribu les lignages Dureki au milieu du XIXe siècle. Avec la consolidation de leur pouvoir, les « grands khân-s » de la tribu Bakhtyâri nourrissent des ambitions nationales. Ces dernières sont soutenues par un double événement majeur : l’intrusion croissante des intérêts britanniques en Iran et son corollaire, la découverte de champs pétrolifères sur le territoire Bakhtyâri dans la première décennie du XXe siècle. L’AIOC (Anglo-Iranian Oil Company), en charge de l’exploitation des ressources pétrolières, négocie un accord avec les Bakhtyâri : en contrepartie de l’installation et de la sécurisation des puits de pétrole sur les pâturages de la tribu, les chefs touchent 3% des bénéfices réalisés par l’AIOC. Cette opération lucrative, tout en accentuant la fracture sociale au sein de la tribu entre les grands khân-s et le commun des nomades, fournit aux grandes familles l’appui financier à leurs prétentions politiques. Les khân-s Bakhtyâri sont donc en position de force au moment de la révolution constitutionnaliste en Iran : ils entrent à Ispahan en janvier 1909 et s’emparent du gouvernorat de la province. Leur force militaire leur permet de s’imposer comme des acteurs incontournables lors de cette période troublée : le Conseil des ministres nommé en 1911, comprenant plusieurs membres de la tribu, est même surnommé le « Cabinet Bakhtyâri » (p. 171). Ce moment constitue le sommet de la puissance politique de la tribu.

6Les divisions internes reprennent le dessus et minent les ambitions politiques des khân-s. Afin de remédier à cette faiblesse, les grands khân-s établissent un système original pour répartir les fonctions politiques entre les deux branches concurrentes de la famille, les Ilkhani et Haji-Ilkhani. L’organisation dite des « baste » (« partisans ») repose sur l’équilibre entre les deux factions : au sein de chaque lignage et à chaque génération, les partisans de chacun des deux camps sont déterminés au préalable, toujours de façon égalitaire. Ainsi, par un effort permanent de compensation, les « baste » permettent de conserver la stabilité de la tribu en empêchant qu’une des deux branches prenne le dessus sur l’autre. Cette structure sans équivalent est d’autant plus exceptionnelle qu’elle a fait l’objet d’accords écrits entre les khân-s au point de devenir une institution durable de la tribu (p. 175).

7Malgré cette stabilisation interne, le devenir des Bakhtyâri dans le XXe siècle est bien sombre. Une première rupture intervient avec le règne de Rezâ Shah en 1921, qui enclenche une politique de modernisation « à la cosaque ». Influencé par les idées positivistes et par son homologue turc Mustafa Kemal Atatürk, Rezâ Shah, suivi par son fils Mohamed Rezâ (1941-1979) pratique une politique de sédentarisation forcée, doublée d’une détribalisation (retrait des fonctions administratives des khân-s au profit des pouvoirs civils et militaires) et d’une déculturation (interdiction des vêtements traditionnels). Les tribus iraniennes en général, et les Bakhtyâri en particulier, perdent la majeure partie de leur puissance politique (le titre de khân est ainsi aboli en 1960 avec les prérogatives qui s’y rattachent) et de leur poids économique (la réforme agraire et la redistribution des terres de 1962 ainsi que les différentes lois de sédentarisation les privent d’une part importante de leurs aires de parcours et de leur cheptel). L’avènement de la République islamique de Khomeiny qui, après un temps d’arrêt, poursuit la politique de sédentarisation et de réduction des chefferies tribales, ne change pas fondamentalement la situation des Bakhtyâri : l’auteur déplore « l’assassinat d’un monde » (p. 228) réalisé au nom des idées de développement et de modernisation.

8Il est appréciable de voir un ethnologue comme Jean-Pierre Digard franchir les frontières disciplinaires (parfois hermétiques) pour tenter un travail d’historien sur son sujet de prédilection, la tribu iranienne ; car, sans doute possible, il s’agit bien d’une démarche historienne, fondée en partie sur des sources originales (ici les récits de tradition orale des Bakhtyâri) dans une perspective diachronique. Pourtant – mais c’est certainement là un souhait d’historien – on aurait aimé que soient davantage explicités les conditions de production de cette « archive orale », le rapport de l’auteur à sa source et les utilisations qu’il en a faites dans le cadre de ce travail (notamment dans l’établissement et la sélection des événements ou dans la confrontation avec d’autres types de sources). Par ailleurs, le travail présenté est marqué par une extrême prolifération des détails factuels. Les trois derniers chapitres regorgent de noms, de dates, de lieux, successivement présentés, joints à une foule de termes techniques qui rendent la lecture heurtée. Enfin, on aurait aimé une étude fouillée et une discussion autour des concepts-clés de tribu et de pastoralisme (concepts récurrents dans la littérature anthropologique) mais l’auteur a fait le choix de renvoyer à d’autres ouvrages abritant ces débats.

9Au-delà de ces menues lacunes méthodologiques, l’ouvrage de Jean-Pierre Digard apparaît comme un outil remarquable pour qui s’intéresse à la tribu de façon générale ou, plus largement, à l’histoire de l’Iran. Il faut notamment souligner son érudition sur les techniques nomades, son effort de reconstitution minutieuse des lignages de chefferies (les annexes proposées à la fin du livre sont en ce sens un excellent appui à la compréhension) et, surtout, la profondeur de son analyse des structures tribales (l’examen et la contextualisation du système original des baste représentent un modèle du genre). Un tel travail fait figure de référence, invitant à d’autres études similaires afin, à terme, d’éclairer la compréhension de la tribu, notion-clé des sociétés moyen-orientales.

Haut de page

Notes

1 Par exemple Hosham Dawod (dir.), Tribus et pouvoirs en terre d’islam, Paris, Armand Colin, 2004.

2 Jean-Pierre Digard, Techniques des nomades Baxtyâri d’Iran, New York, Cambridge University Press, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1981.

3 Jean-Pierre Digard, L’homme et les animaux domestiques, anthropologie d’une passion, Paris, Fayard, 1990.

4 Jean-Pierre Digard, Bernard Hourcade et Yann Richard, L’Iran au XXe siècle : entre nationalisme, islam et mondialisation, Paris, Fayard, 2007.

5 Voir par exemple le cas, pourtant bien éloigné géographiquement, des tribus tunisiennes étudiées par Lucette Valensi, où chaque « naissance » de tribu a pour fondement la prise d’un territoire par un personnage créant par là-même un lignage : Lucette Valensi, Fellahs tunisiens. L’économie rurale et la vie des campagnes aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Mouton, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mehdi Sakatni, « Jean-Pierre Digard, Une épopée tribale en Iran. Les Bakhtyâri », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 avril 2016, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20597

Haut de page

Rédacteur

Mehdi Sakatni

Doctorant en histoire, attaché temporaire d’enseignement et de recherche à Aix-Marseille Université – IREMAM.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page