Skip to navigation – Site map

Irène Pereira, Travailler et lutter. Essais d’auto-ethnographie

Joseph Cacciari
Travailler et lutter
Irène Pereira, Travailler et lutter. Essais d'auto-ethnographie, Paris, L'Harmattan, series: « Logiques sociales », 2016, 254 p., Préface de Philippe Corcuff, ISBN : 978-2-343-06969-2.
Top of page

Full text

  • 1 Pour une prise de connaissance de ce mouvement, on peut se référer au site de sa coordination natio (...)

1À l’heure où, dans le sillage du mouvement social contre la loi travail, une large mobilisation des précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) semble s’engager un peu partout en France1, l’ouvrage d’Irène Pereira arrive à point nommé. Il se veut en effet l’expression d’une génération de chercheuses et chercheurs précaires. Dans ce contexte, le titre du volume, Travailler et lutter, peut se lire selon différentes entrées et notamment autour de deux procès : articulation entre luttes militantes et travail salarié ; articulation entre travail sociologique et lutte sociale. Le sous-titre de l’ouvrage, Essai d’auto-ethnographie, place quant à lui ces deux procès dans un mode d’analyse à la première personne et du point de vue des sciences sociales. La perspective théorique de la sociologie pragmatique adoptée par l’auteure dresse un programme de recherche entre enquête sociologique et expérience personnelle. Le savoir sociologique y est considéré comme une forme de connaissance parmi d’autres possibles, ainsi que comme une des composantes légitimes de la réflexion et de l’action de la société sur elle-même, ici dans le contexte des luttes sociales. Plus largement, enfin, l’ouvrage peut se lire comme le parcours sociologique et professionnel d’une chercheuse précaire ou proche des milieux précarisés.

  • 2 Une brève préface de Philippe Corcuff ouvre le volume. Ce texte insiste sur le caractère « hérétiqu (...)

2Autour de ces idées, le volume est organisé en sept chapitres encadrés par une introduction présentant les circonstances de la publication et d’une conclusion résumant de manière synthétique l’ensemble des arguments de l’auteure2. Le premier chapitre est une présentation du cadre théorique sur lequel s’appuie la sociologue. Elle y expose également sa méthode d’enquête dite « pragmatiste », au cœur de laquelle il n’existe pas de discontinuité entre savoirs sociologiques et savoirs indigènes. À la suite de ce premier jalon, Irène Pereira propose six études « ethnographiques » qui peuvent être consultées indépendamment. La première enquête se concentre sur l’expérience de l’auteure en tant qu’agent d’accueil et de surveillance dans un musée. La seconde étude porte sur l’engagement syndical d’Irène Pereira et l’apprentissage du syndicalisme en situation. La troisième recherche a trait à une controverse militante au sein de la gauche radicale à propos du « fait prostitutionnel » (p. 116). La quatrième enquête s’intéresse aux rapports sociaux de classes et de races au sein d’un syndicat du bâtiment. La cinquième étude cherche à analyser les relations entre espace et rapports sociaux, notamment les luttes de classes, dans une ville moyenne de province. La sixième recherche, enfin, est plus encore centrée sur l’auteure. Pereira y analyse son année de stagiairisation en tant que professeur du secondaire et son échec, provisoire, à être titularisée.

3Ces six études indépendantes éclairent le champ du salariat précaire et de la militance sous différents angles de connaissance. Du côté du salariat, on peut noter qu’Irène Pereira met principalement en évidence l’invisibilité ou l’invisibilisation de certaines catégories de travailleurs ou de certains groupes professionnels, comme les agents d’accueil dans les musées. On peut aussi souligner qu’elle examine avec acuité les rapports de domination qui se jouent en différents niveaux de l’espace social et à partir de registres variés, propres à chaque sous-champ professionnel ou militant pour ainsi dire. Ce sont certes là des domaines d’analyse relativement classiques. Néanmoins, l’auteure y apporte une analyse d’un point de vue engagé (au sens militant) et à la première personne. Dans le registre du travail syndical et politique, l’ouvrage permet d’approfondir une approche des pratiques de militance comme pratiques normatives, notamment en ce qui concerne des apprentissages situés et infra théoriques ou politiques (comme la rédaction d’un texte de position politique, la participation à des réunions, etc.).

4Les six comptes rendus ouvrent aussi une réflexion sur la possible performativité de la théorie sociologique (l’auteur l’évoque rapidement en p. 123 et sq.). Dans le champ académique, c’est le plus souvent à la théorie économique qu’est conféré ce caractère performatif. L’ouvrage de Pereira montre de manière originale comment des sciences sociales telles que la sociologie ou l’anthropologie peuvent, elles-aussi, participer à configurer des réalités sociales, principalement dans les milieux dominés, au contraire de la théorie économique, qui opère plus généralement dans les milieux dominants. Au cours de l’ouvrage, l’auteure montre par exemple comment elle s’est appuyée sur ses connaissances universitaires pour agir sur les mondes sociaux militants où elle s’est trouvée engagée.

  • 3 Burawoy Michael, « Pour la sociologie publique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 17 (...)

5L’ouvrage peut faire l’objet de trois critiques principales. Premièrement, la présentation des enquêtes menées nous semble relativement inégale et n’est pas toujours approfondie, amenant à ce que la revendication d’ethnographie apparaisse parfois comme exagérée. Deuxièmement, les conditions d’enquête ne sont pas toujours finement analysées et la mobilisation des matériaux reste imprécise (souvent sous forme d’encadrés décontextualisés), ce qui nuit à la qualité et à la robustesse des analyses, pourtant intéressantes. Enfin, la discussion sur l’engagement « militant » des sciences sociales est conduite à notre sens avec trop d’empressement. Pereira omet notamment – exemple parmi d’autres ‑ un texte contemporain pourtant essentiel à ce débat, celui de Michael Burawoy sur la sociologie publique3.

  • 4 Il ne faut pas oublier que le sous-titre de l’ouvrage le positionne dans la catégorie des « essais  (...)
  • 5 Nous détournons ici l’expression de Florence Weber (Le travail-à-côté. Étude d’ethnographie ouvrièr (...)
  • 6 Belhocine Mustapha, Précaire !, Marseille, Agone, coll. « Cent mille signes », 2016.

6Ces critiques pourront toutefois apparaître comme particulièrement formalistes pour qui prend dans son sens plein le caractère hybride, sinon hétérodoxe au regard de la production sociologique actuelle, de l’ouvrage de Pereira4. En effet, une lecture possible de celui-ci consiste à le regarder avant tout comme un témoignage analytique courageux, et encore trop rare, de la condition contemporaine de nombres de chercheurs et chercheuses en sciences sociales nés entre 1975 et 1990. Ce sont là des générations suspendues, le plus souvent, entre espoirs professionnels et militants, critiques sociales, précarités et travail-à-côté universitaire5. À qui lit Travailler et lutter de cette manière, la contribution d’Irène Pereira apparaîtra alors comme importante pour engager une réflexion sur la précarisation au sein de l’ESR. Cette contribution pourrait être mise en parallèle avec un autre témoignage récent de cette situation proposé sur le mode littéraire par Mustapha Belhocine6.

Top of page

Notes

1 Pour une prise de connaissance de ce mouvement, on peut se référer au site de sa coordination nationale : http://precairesesr.fr. La lutte contre la précarité dans l’ESR n’est bien évidemment pas récente et un Collectif pour l’abolition de la précarité dans l’enseignement supérieur, la recherche et ailleurs (PAPERA, http://www.collectif-papera.org) existe d’ailleurs depuis 2008.

2 Une brève préface de Philippe Corcuff ouvre le volume. Ce texte insiste sur le caractère « hérétique » (p. 11) et, partant, stimulant de la démarche de Pereira.

3 Burawoy Michael, « Pour la sociologie publique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 121-144.

4 Il ne faut pas oublier que le sous-titre de l’ouvrage le positionne dans la catégorie des « essais ».

5 Nous détournons ici l’expression de Florence Weber (Le travail-à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, EHESS éditions, coll. « En temps & lieux », [1989] 2009) pour la réintroduire dans le champ de l’ESR. Nous désignons ici les activités annexes à la recherche ou à l’enseignement (mission, activité rémunérée complémentaire ou principale, militance, etc.) qui participent, entre goût et nécessité, de l’engagement du chercheur dans le monde hors-académique quotidien, alimentant son identité sociale autant que sa réflexion.

6 Belhocine Mustapha, Précaire !, Marseille, Agone, coll. « Cent mille signes », 2016.

Top of page

References

Electronic reference

Joseph Cacciari, « Irène Pereira, Travailler et lutter. Essais d’auto-ethnographie », Lectures [Online], Reviews, 2016, Online since 13 April 2016, connection on 21 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20615

Top of page

About the author

Joseph Cacciari

Doctorant en sociologie, Aix Marseille Université, CNRS, LAMES UMR 7305, 13094, Aix-en-Provence.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page