Navigation – Plan du site

Christophe Dargère, Stéphane Héas (dirs.), La chute des masques

Antoine Gérard
La chute des masques
Christophe Dargère, Stéphane Héas (dir.), La chute des masques, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Handicap Vieillissement Société », 2015, 266 p., ISBN : 978-2-7061-2430-3.
Haut de page

Texte intégral

1L’ambition de cet ouvrage collectif est de dévoiler les mécanismes de construction et de mises en œuvre des discriminations sociales. À cette fin, les quatorze contributions de l’ouvrage interrogent le concept de stigmatisation et sa pertinence pour appréhender la sanction sociale que constitue la discrimination ou l’exclusion. Mobilisant des terrains et objets très différents, et souvent éloignés du champ d’émergence du concept, l’ouvrage permet une attentive réflexion de la notion de stigmatisation.

2Le concept de stigmate se voit popularisé par Erving Goffman dans l’ouvrage éponyme publié en 1963 et traduit en français en 1975. Plus que le stigmate, l’attribut disqualificatif assigné à certains individus, c’est le processus de stigmatisation que l’on retient de cet ouvrage. Celui-ci renvoie à un processus par lequel un individu (ou un groupe) discrédite un autre en raison de la déviance à la norme qu’il constitue. Si cette sanction sociale va avoir des répercussions psychologiques sur la constitution de l’identité individuelle, elle permet également la préservation de l’ordre social. Ce dernier aspect de la définition de Goffman semble difficilement acceptable pour quiconque est victime d’exclusion ou qui cherche à lutter contre.

3Dans ce cadre là, une contribution nous a particulièrement interpellés. Intitulée « L’éthique et la stigmatisation en santé publique. Quelques réflexions », la contribution part du constat qu’il est politiquement incorrect de justifier les discriminations et exclusions. Michel Désy et France Filiatrault s’interrogent alors sur les fonctions de la stigmatisation, au-delà de la préservation des normes du groupe stigmatisant, et notamment sur les éventuelles conséquences positives de la stigmatisation sur un individu. Prenant à contre courant, a priori, la tonalité de l’ouvrage, la contribution met en évidence des aspects positifs du point de vue éthique de la stigmatisation, telles que la responsabilité individuelle et la potentielle amélioration de la santé. Néanmoins, nous pensons que ces aspects positifs s’inscrivent dans ce que dénoncent dès l’introduction les auteurs de l’ouvrage, le rôle de la stigmatisation dans l’exercice du pouvoir, ici en matière de politique publique de santé.

4La contribution de Christophe Dargère poursuit cette réflexion sur le rôle de la stigmatisation dans l’exercice de la domination et l’exercice du pouvoir en relisant l’organisation des camps de concentration et d’extermination à l’aide du concept goffmanien. L’auteur nous amène ici à penser l’organisation de ces camps comme une institutionnalisation de la stigmatisation. Les différents symboles affublés aux personnes « déviantes » sous le régime nazi (juifs, homosexuels, gens du voyage, etc.) participent non seulement à leur exclusion de la société (et constitue ainsi une forme d’exercice du pouvoir) mais permettent également l’organisation de ces camps. La stigmatisation dépossède la personne de son identité et même de son humanité, elle constitue dans ce cadre une étape indispensable à l’organisation politique du génocide. Dans le cas présent, la sanction sociale du stigmate que représente la réclusion participe à la négation de l’identité de la personne et se traduit par le renoncement à toute forme de revendication des victimes.

5Mais le stigmate peut également être à l’origine de mobilisation collective. C’est notamment le cas de Frédéric Mougeot et Gilles Herreros qui dans la contribution « Le retournement du stigmate psychiatrique en résistance » s’interrogent sur l’irréversibilité de la disqualification dont fait l’objet le stigmatisé. Les auteurs remarquent que « par un curieux paradoxe, le stigmate, dès lors qu’il ne suscite pas le repli humilié, la passivité honteuse, la soumission silencieuse, nourrit la mobilisation contre les dispositifs disqualifiants ». Ils mettent à l’épreuve ce constat et explorent ainsi un usage peu fréquent du concept de stigmatisation : celui de moteur d’action pour les personnes qui en font l’objet. Ici, le stigmate devient une identité commune partagée par l’ensemble des membres de l’institution faisant de chacun un porte-voix légitime et faisant de la résistance et la revendication un élément essentiel de leur culture professionnelle. Rien n’est toutefois précisé sur ce qui différencie les stigmates ou les stigmatisés pour conduire certains au repli et d’autres à la mobilisation. Par ailleurs, comme le précisent les auteurs, si ces réponses à la stigmatisation existent, elles relèvent toutefois plus de la réponse tactique que de la mobilisation de ressources stratégiques. C’est également ce que montre la contribution de François Le Yondre.

6Dans « Stigmate enveloppe moi ! » l’auteur s’interroge sur le caractère ontologique du stigmate. Il émet ainsi la thèse que, si le stigmate de l’individu s’impose au détriment de l’individu qui le porte, et que par conséquent il renvoie la plupart du temps au registre de la souffrance ou de la blessure, il peut aussi se voir doté d’un caractère protecteur. En effet, la logique d’attribution, première étape du processus de stigmatisation, si elle conduit généralement à une forme de sanction sociale, peut également, nous dit l’auteur, constituer une forme de reconnaissance, quitte à passer par une disqualification de soi-même (ici, des candidats à des stages de sports, organisés dans le cadre de la réinsertion dans le marché de l’emploi, revendiquent leur incapacité physique pour éviter le stigmate du chômage). Obtenir la sécurité ontologique nécessaire à la constitution d’une identité en faisant avec le stigmate peut passer soit par la revendication d’un stigmate donnant accès à certains droits, soit par la lutte contre le stigmate comme preuve d’une volonté de normalisation. Dans les deux cas, la reconnaissance du stigmate constitue une ressource protectrice dans une société post-moderne où l’individu est considéré comme maitre de son destin.

7Cette remise dans le contexte actuel des objets étudiés par les contributions permet de prendre la mesure de l’évolution des sociétés entre le moment de l’émergence du concept chez Goffman et les utilisations actuelles. C’est également l’ambition de Stéphane Héas dans sa contribution. La contextualisation des objets permet de prendre la mesure du caractère interactionniste du concept : ce n’est que dans une société donnée que l’attribut peut avoir des effets sur la place de la personne dans le groupe et sur son identité. Par ailleurs, et c’est la thèse de l’auteur, l’omniprésence de la notion de vulnérabilité, et les mesures de protection qui l’accompagnent, n’entrainent pas un désintérêt de la notion de stigmate pour dévoiler les processus de construction identitaire.

8C’est là un point central de l’ouvrage : le concept de stigmate, encore aujourd’hui, permet bien de penser tant les logiques de discrimination que les processus de construction identitaire des personnes exclues ou disqualifiées. En ce sens, l’objectif de l’ouvrage que se sont fixés les auteurs dès l’introduction est atteint.

9Néanmoins, il nous a manqué sur certaines contributions une lecture plus attentive des trois phases du processus de stigmatisation que sont « l’attribution (l’étiquetage), la sanction sociale, les répercussions psychiques [ou identitaires] » (Conclusion, p. 236). La contribution « Inclusion/exclusion », dans laquelle Valérie Delattre et Ryadh Sallem analysent le contenu des tombes des personnes porteuses d’handicaps, détaille la manière dont s’applique au travers l’histoire la sanction sociale. Pour autant pouvons-nous parler de stigmatisation si seulement une partie du processus est en jeu ? La réflexion autour de la notion de Faulty person menée par Yves Winkin s’inscrit également dans ce cadre. Si la notion permet de penser le processus d’attribution de la différence, il reste moins pertinent pour penser la sanction sociale mais surtout les conséquences psychiques de « l’étiquetage » ou de l’exclusion sur les personnes stigmatisées.

10En définitive, cet ouvrage permet de faire un état des lieux bienvenu sur le concept de stigmatisation et ses nuances. La diversité des objets analysés par les contributions permet de rappeler la force du concept et son applicabilité à bien des objets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Gérard, « Christophe Dargère, Stéphane Héas (dirs.), La chute des masques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 avril 2016, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20662

Haut de page

Rédacteur

Antoine Gérard

Doctorant en sociologie à l’université de Tours, j’étudie les modes de vies et les formes du vieillir en habitat collectif pour personnes âgées non dépendantes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page