Navigation – Plan du site
Ebola, géographie d'une crise sanitaire

Ebola, géographie d'une crise sanitaire

1994-2005
Clélia Gasquet-Blanchard, Ebola, géographie d'une crise sanitaire. 1994-2005, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », 2016, 228 p., Préfacie d'Emmanuel Eliot et Anne-Cécile Hoyez, ISBN : 978-2-7535-4767-4.
Notice publiée le 25 avril 2016

Présentation de l'éditeur

A travers l’analyse d’épidémies ayant sévi au Gabon et en République du Congo, l’ouvrage développe une approche visant à «dénaturaliser» les épidémies de fièvre hémorragique à virus Ebola (FHVE). Cette étude permet de mettre en avant les facteurs spécifiques participant aux inégalités sociales temporaires et permanentes existants sur les territoires où sévit le virus Ebola, les représentations sociales qui gravitent autour de cette maladie et participent à en conditionner l’émergence et la diffusion, et les rapports de pouvoir qu’engendre l’apparition de cette maladie.
Que l’on convoque la notion de risque ou que l’on inspecte les interventions humanitaires associées à la gestion des épidémies de FHVE, celles-ci sous-tendent des enjeux de pouvoir et de représentations prégnants qui participent de la géographie sociale de cette maladie. Dans le cadre d’une démarche en géographie de la santé, l’ouvrage recoure à un positionnement de géographie sociale pour comprendre, dans un premier temps, les mécanismes et les processus de l’émergence virale et de sa diffusion dans une population humaine et, dans un second temps il analyse les logiques et les formes qu’adoptent les sociétés pour faire face à la perturbation majeure que représente une flambée épidémique de FHVE.
De fait, la prise en compte du contexte spécifique de l’Afrique Centrale, notamment au Gabon et en République du Congo, permet de cerner les constructions socio-historiques et politiques participant à la pérennité d’inégalités sociales et territoriales de santé, terreau propice à l’émergence de la maladie. Les processus d’émergence de la maladie et de pérennité des inégalités sociales de santé à l’oeuvre sur les territoires contribuent à une gestion parfois paradoxale des épidémies.
A partir d’une analyse à l’échelon locale, en réhabilitant les identités déniées des populations ayant subies ces épidémies, le livre met en évidence le processus de construction d’une situation de crise sanitaire qui loin d’être dû au seul pathogène, apparait comme une crise majeure due à des dynamiques socio-territoriales.

Haut de page