Navigation – Plan du site

Julie Gallego (dir.), La bande dessinée historique. Premier cycle : l’Antiquité

Florian Besson
La bande dessinée historique
Julie Gallego (dir.), La bande dessinée historique. Premier cycle : l'Antiquité, Pau, Presses universitaire de Pau et des pays de l'Adour, coll. « Archaia », 2015, 296 p., ISBN : 978-2-35311-064-3.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage, issu d’un colloque tenu en 2011, réunit vingt-huit communications qui interrogent la bande dessinée historique mettant en scène l’Antiquité. Très clairement, le livre est porté par une passion pour la bande dessinée : il est significativement dédié à Philippe Delaby, illustrateur notamment de la célèbre série Murena, décédé en 2014, et le sous-titre file la métaphore du cycle narratif, qu’on retrouve dans un grand nombre de séries de bandes dessinées. Les communications sont fortement pluridisciplinaires : des historiens, des littéraires, des archéologues s’emparent de cet objet qu’est la bande dessinée. L’une des grandes forces de l’ouvrage, c’est son attention à croiser en permanence les échelles d’analyse : certaines contributions interrogent en effet la bande dessinée historique dans son ensemble, d’autres croisent plusieurs séries, d’autres s’attachent à une seule, et certains auteurs descendent parfois jusqu’au niveau du commentaire d’une planche, voire d’une case de bande dessinée.

  • 1 Nicolas Rouvière, « De l’histoire de l’Antiquité à l’histoire culturelle contemporaine : quelle est (...)
  • 2 Pauline Ducret, « Le Japon contemporain, véritable héritier de la Rome antique ? », Cases d’Histoir (...)
  • 3 Muriel Lafond, « Des péplums en Murena : vers une réhabilitation de Néron ? », p. 173-184.
  • 4 Isabelle Schmitt-Pitiot, « D’un monde à l’autre : Murena en Amérique », p. 121-128.

2Les communications se distribuent autour de six grandes parties, mais l’on peut distinguer trois axes qui structurent l’ouvrage. Le premier axe consiste à souligner que les bandes dessinées historiques révèlent notre rapport contemporain à l’histoire. Nicolas Rouvière propose ainsi, dans ce qui est peut-être l’un des meilleurs articles de l’ouvrage1, une réflexion sur l’ancrage historique et historiographique de la série Astérix, pour reconstruire finement la vision politique qui sous-tend l’intrigue : Le Bouclier Arverne se fait métaphore de la défaite française lors de la seconde guerre mondiale et critique du régime de Vichy. L’Antiquité n’est pas réécrite qu’en Belgique : des auteurs se penchent sur sa place et son rôle dans des comic books américains ou des mangas japonais. L’Antiquité romaine est en effet à la mode dans le Japon contemporain, de Thermae Romae à Virtus ; Pauline Ducret a consacré un bel article à ce sujet dans le dernier numéro du magazine Cases d’Histoire2, numéro dont la lecture prolongera utilement les perspectives développées dans ce livre. Toutes ces œuvres mettent en jeu des imaginaires contemporains de l’Antiquité, mais contribuent aussi à les fabriquer : la représentation de Néron proposée par la série Murena, sur laquelle revient ici Muriel Lafond3, est tellement forte qu’elle change la façon dont le personnage est pensé depuis plusieurs siècles. Les bandes dessinées soulignent aussi les contradictions de notre rapport à l’histoire : Isabelle Schmitt-Pitiot étudie ainsi la façon dont l’édition américaine de Murena rend flous ou cache les corps nus de l’œuvre originale, alors qu’elle ne change rien aux scènes les plus violentes4. Censure paradoxale, donc, qui en dit long sur les tensions qui travaillent la société américaine, et qui est d’autant plus gênante qu’elle entre en contradiction avec le souci de précision des auteurs de la série.

  • 5 Mathieu Scapin et Matthieu Soler, « Mythes en mouvement, réinventer la fondation de Rome dans la ba (...)

3C’est en effet le deuxième axe de l’ouvrage, probablement plus classique : se pencher sur les rapports entre histoire et fiction. Les auteurs prennent tous soin de préciser que les créateurs de bandes dessinées ne sont pas ni ne prétendent être des historiens : il ne s’agit donc pas de leur faire de faux procès pour débusquer les erreurs, mais bien plutôt de montrer comment les bandes dessinées recréent l’Antiquité. Ainsi des séries de Valérie Mangin, regroupées sous le titre Chroniques de l’Antiquité galactique, qui réécrivent l’histoire de Rome, de la fondation à Attila, en la transposant dans un univers de science-fiction5. S’intéresser à cette recréation, c’est aussi se pencher sur les façons dont les auteurs de bandes dessinées utilisent les travaux des historiens, pour consolider leurs œuvres ou au contraire pour délimiter des vides de connaissances, dans lesquels la fiction peut alors se glisser. En règle générale, les auteurs soulignent que les bandes dessinées vont vers des représentations de plus en plus précises, nourries par des recherches poussées, ce qui s’explique probablement par le fait que le public lui-même est de plus en plus exigeant.

  • 6 Jean-Claude Golvin, « La restitution architecturale en BD », p. 227-232.
  • 7 Éric Teyssier, « Du mythe à la réalité, soixante ans de gladiature en BD », p. 275-286.
  • 8 Virginie Martel et Jean-François Boutin, « La classe d’histoire de l’Antiquité : réflexion didactiq (...)
  • 9  Michel Thiébaut, L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contri (...)

4D’où, enfin, le troisième axe, le plus riche selon moi : il consiste à décrypter les usages scientifiques et pédagogiques de la bande dessinée historique. Toute la sixième partie s’intéresse ainsi aux rencontres entre archéologie et bande dessinée : elle donne la parole, bien sûr, à Jean-Claude Golvin6, maître de la restitution architecturale, mais s’attache surtout à souligner l’intérêt que les chercheurs peuvent avoir à travailler avec (et non plus seulement sur) la bande dessinée. La bande dessinée peut se faire outil de diffusion de la recherche, apportant au grand public le fruit de recherches récentes – sur la gladiature, par exemple, comme l’étudie ici Éric Teyssier7. Elle permet des collaborations fructueuses entre auteurs et chercheurs, que ceux-ci soient dans une posture assez classique de conseillers, ou qu’ils se risquent à jouer un rôle plus actif : pensons à la série, chez Glénat, « Ils ont fait l’histoire », dont chaque tome est coécrit par un historien spécialiste de la période. En plus de cette dimension scientifique, la bande dessinée a une immense plus-value pédagogique, trop rarement soulignée et sur laquelle reviennent ici de nombreux articles, notamment celui de Virginie Martel et Jean-François Boutin8, excellent car très concret, ou celui de Michel Thiébaut, qui a consacré sa thèse à ce sujet9. La bande dessinée permet d’introduire des personnages, des concepts, des lieux ou des intrigues ; elle permet aussi un travail critique sur les images et les sources.

  • 10 Pierre Bricage, « Initier l’élève à la culture grecque et à l’approche systémique par l’utilisation (...)

5Qui dit ouvrage collectif, surtout aussi massif que celui-ci, dit, bien sûr, articles inégaux. On aurait pu notamment souhaiter que les différents articles fassent davantage référence les uns aux autres, pour mieux assurer la cohérence d’ensemble du livre : en l’état, de nombreux articles se répètent, surtout qu’un grand nombre traitent de Murena, une série certes magnifique et dont l’immense succès tant public que critique joue probablement pour une bonne part dans la tenue du colloque à l’origine de l’ouvrage. Si la grande majorité des articles sont extrêmement clairs, portés par un souci d’être lisibles par le plus grand nombre, certains n’échappent pas à l’utilisation d’un jargon scientifique, qui peut parfois faire sourire – ainsi quand Audy Rodriguez parle de « fonction mémorielle réitérative » (p. 96) – et parfois faire tiquer : les diagrammes incroyablement complexes proposés par Pierre Bricage, visant à symboliser une « loi systémique constructale » censée structurer les grands mythes grecs, sont d’autant plus gênants que l’article étudie la façon dont la bande dessinée peut amener un élève à l’antiquité grecque10.

  • 11 Virginie Supervielle, « Murena, double fictionnel de Néron », p. 185-194.
  • 12 Harry Morgan, « L’Antiquité mythique dans les comics américains », p. 129-134.
  • 13 Claude Aziza, « L’Antiquité par la bande », p. 207-212.
  • 14 Audy Rodriguez, « Les formes de représentation des Antiquités grecque et romaine dans la bande dess (...)

6Il est toujours difficile, pour un auteur, d’évoquer, en quelques pages, une ou plusieurs séries sans se perdre dans un résumé de l’intrigue de ces séries : plusieurs articles parviennent très bien à éviter ce biais, d’autres un peu moins11. Les articles les plus longs sont généralement les plus intéressants, puisque les plus fouillés : les plus courts, à l’inverse, ne vont guère au-delà d’une énumération d’œuvres, sans forcément proposer d’analyse12. Certains articles sont moins originaux que d’autres, leurs auteurs reprenant des points bien connus ou qu’ils ont déjà développés ailleurs – ainsi de la contribution de Claude Aziza sur l’érotisme des bandes dessinées historiques13. D’autres articles, au contraire, auraient gagné à être mieux mis en avant, ce qui interroge la structure de l’ouvrage : la contribution d’Audy Rodriguez14 aurait ainsi dû, à mon sens, ouvrir l’ouvrage, car elle interroge la bande dessinée historique dans son ensemble, comme objet d’histoire, en se demandant si les périodes et les objets représentés sont susceptibles de refléter les évolutions historiographiques.

7Maigres critiques face à la densité et à l’intelligence générale des contributions et de l’ouvrage dans son ensemble. Il souligne tout l’intérêt qu’il y a à s’emparer de la bande dessinée, à la fois pour des littéraires, des historiens, des archéologues ou des enseignants. Ce faisant, l’ouvrage souligne aussi la richesse de la bande dessinée, qui peut se faire à la fois objet d’étude, medium de vulgarisation de la recherche, lieu d’expérimentation. Il ne reste plus qu’à espérer que la promesse implicite du titre soit tenue, et qu’ait lieu bientôt un « deuxième cycle ».

Haut de page

Notes

1 Nicolas Rouvière, « De l’histoire de l’Antiquité à l’histoire culturelle contemporaine : quelle est la valeur documentaire d’Astérix ? », p. 20-28.

2 Pauline Ducret, « Le Japon contemporain, véritable héritier de la Rome antique ? », Cases d’Histoire, numéro 5, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/le-japon-contemporain-veritable-heritier-de-la-rome-antique/

3 Muriel Lafond, « Des péplums en Murena : vers une réhabilitation de Néron ? », p. 173-184.

4 Isabelle Schmitt-Pitiot, « D’un monde à l’autre : Murena en Amérique », p. 121-128.

5 Mathieu Scapin et Matthieu Soler, « Mythes en mouvement, réinventer la fondation de Rome dans la bande dessinée de science-fiction », p. 65-76.

6 Jean-Claude Golvin, « La restitution architecturale en BD », p. 227-232.

7 Éric Teyssier, « Du mythe à la réalité, soixante ans de gladiature en BD », p. 275-286.

8 Virginie Martel et Jean-François Boutin, « La classe d’histoire de l’Antiquité : réflexion didactique préliminaire sur les apports et limites du recours à la bande dessinée », p. 113-120.

9  Michel Thiébaut, L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, thèse de doctorat sous la direction de M. Clavel-Levêque, Besançon, Université de Franche-Comté, 1997. Il publie ici « D’Alix à Murena : de l’audience de ces deux séries chez les enseignants. », p. 145-152.

10 Pierre Bricage, « Initier l’élève à la culture grecque et à l’approche systémique par l’utilisation transdisciplinaire de la bande dessinée », p. 85-92.

11 Virginie Supervielle, « Murena, double fictionnel de Néron », p. 185-194.

12 Harry Morgan, « L’Antiquité mythique dans les comics américains », p. 129-134.

13 Claude Aziza, « L’Antiquité par la bande », p. 207-212.

14 Audy Rodriguez, « Les formes de représentation des Antiquités grecque et romaine dans la bande dessinée contemporaine », p. 93-102.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Julie Gallego (dir.), La bande dessinée historique. Premier cycle : l’Antiquité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 27 avril 2016, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20711

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page