Navigation – Plan du site

Cécile Charlap, Stéphanie Pache, Laura Piccand (dir.), « La construction scientifique des sexes », Émulations, n° 15, automne 2015

Marie Duru-Bellat
La construction scientifique des sexes
Cécile Charlap, Stéphanie Pache, Laura Piccand (dir.), « La construction scientifique des sexes », Émulations, n° 15, automne 2015, 126 p., Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, ISBN : 9782875584045.
Haut de page

Texte intégral

1Ce n’est pas faire injure à la revue belge Émulations que de dire qu’elle est relativement peu connue dans l’hexagone. Son sous-titre précise que c’est la « revue des jeunes chercheuses et chercheurs en sciences sociales » francophones, et ceci explique sans doute cela. Le lecteur ou la lectrice française ne retrouvera donc pas dans ce numéro consacré à « la construction scientifique des sexes » les spécialistes reconnu-e-s autant qu’omniprésent-e-s en France (depuis Michèle Le Doeuff jusqu’à Delphine Gardey), et aura le plaisir de découvrir des textes émanant le plus souvent de jeunes thésard-e-s présentant de recherches originales, appuyées sur une documentation bibliographique abondante, thèse oblige ! Les auteur-e-s se réfèrent en majorité à la sociologie, aux sciences politiques ou aux études de genre, mais on remarque aussi des contributions de post-doctorants ou chercheuses en médecine ou en philosophie. La perspective est donc résolument à la fois empirique et pluridisciplinaire.

  • 1 Anne Fausto-Sterling, Corps en tous genres : la dualité des sexes à l'épreuve de la science, Paris, (...)

2Si originales que soient les recherches présentées, étudier la construction sociale des sexes n’est pas neuf, et les coordinatrices le reconnaissant volontiers dans l’introduction du numéro. On pense notamment à l’ouvrage impressionnant d’Anne Fausto-Sterling : Corps en tous genres1. Dans son lignage, il s’agit de s’intéresser « à la façon dont les contextes et les enjeux sociaux ont façonné les démarches des scientifiques, ainsi qu’aux effets produits par ces discours dans la société » (p. 13).Ce faisant, on navigue entre questionnements épistémologiques classiques très présents dans les Gender Studies et d’ailleurs aussi les Science Studies - construction sociale des sciences et relativisme, articulation biologique et social…-, d’une part, et, d’autre part, perspective politique puisque « la définition des sexes par la science et la médecine… n’est que l’un des processus de rationalisation de cette hiérarchie sociale » (p. 11).

3La dimension politique de ces questionnements apparaît d’emblée dans le texte de Julie Mazaleigue-Labaste, qui examine la façon dont les psychiatres et les sexologues, en France et en Allemagne, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe, se mettent à penser la sexualité en la sortant du cadre naturaliste traditionnel, envisageant qu’elle puisse revêtir une face psychologique. Le projet politique apparaît alors clairement : en se focalisant sur les individus (de fait, surtout des hommes) impliqués dans des relations de même sexe, les savants, qui sont aussi des militants, entendent œuvrer pour la dépénalisation des homosexuel-le-s. Pour ce faire, ils rompent avec l’appréhension binaire de la sexualité, prévalant jusqu’alors, et inventent progressivement la notion d’ « identité psychosexuelle » pouvant être non conforme au sexe biologique, loin de toute idée de perversion, ce qui constitue une évolution anthropologique d’importance.

4Dans un registre proche, Michal Raz analyse les discours sur les inter-sexes de part et d’autre de l’Atlantique, dans les années 1955-1975, pour comprendre pourquoi le terme de genre a mis si longtemps à arriver jusqu’en France. L’explication se trouve en fait dans les perspectives cliniques différentes des médecins des deux pays. Aux États-Unis, avec notamment John Money auquel on prête l’invention du terme gender, on intervient très tôt sur les enfants inter-sexes en leur allouant un sexe social. En France, cette approche apparaît quelque peu mécaniste aux psychiatres ou aux psychanalystes qui prônent d’écouter les désirs des parents et de savoir attendre en conséquence avant toute intervention. Ils préfèrent alors parler d’ « identité psychosexuelle » plutôt que de genre.

5Deux textes apportent des contributions également très originales sur la catégorisation fabriquée par le regard des médecins, catégorisation qui se niche dans un contexte idéologique prégnant. Ainsi, Delphine Pereitti-Courtis étudie des textes d’anthropologues et de médecins français, entre 1780 et 1950, sur les Africains et (surtout) les Africaines, leurs caractéristiques physiques et leur sexualité, au prisme de leur race et de tout l’arrière-plan imaginaire afférent. On mobilise alors l’opposition entre le « bon sauvage » à la sexualité débridée d’un côté, l’individu blanc, civilisé et modéré, de l’autre.

  • 2 Thomas Laqueur, La Fabrique du sexe: Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, (...)

6Cécile Charlapse centre quant à elle sur la notion de ménopause, qui, à ses yeux, a contribué à renforcer, entre le XIXe et le début du XXe siècle, un modèle biologique binaire opposant les femmes et les hommes, notamment sur des bases hormonales, et consacrant, pour ce qui est des femmes, une déficience essentielle. Le texte rappelle les travaux qui attestent du caractère culturellement construit de la ménopause, puis se centre sur son historicité, à partir d’un corpus de textes médicaux. Comme les travaux de Thomas Laqueur l’ont montré2, la différence entre les sexes a été, jusqu’au tournant du XIXsiècle, considérée comme une différence de degrés, dans cette circulation des fluides qui domine les représentations des corps. Petit à petit émerge une pathologie spécifique des femmes à l’âge dit critique, qui concerne toutes les femmes et les distingue radicalement des hommes. Ce fossé est consacré par l’endocrinologie naissante, qui va décrire le corps féminin comme entièrement gouverné par les hormones, la ménopause résultant alors d’un effondrement de celles-ci. Cette conception, qui laisse dans l’ombre le rôle éventuel des hormones chez les hommes, prévaut encore aujourd’hui même si, comme l’on montré les analyses d’A. Fausto-Sterming (curieusement non rappelées ici), les chercheurs découvrant des hormones « mâles » dans des corps féminins et vice-versa, se sont efforcés de mettre en avant la notion d’hormones sexuelles, craignant que la découverte d’une production d’androgène et d’œstrogène par les glandes surrénales ne constitue un coup final porté à toute représentation bien tranchée des deux sexes. Alors qu’on aurait pu prôner une définition unique de ces hormones comme « hormones stéroïdes », il fallait tout faire pour cadrer ces découvertes avec le vieux modèle dualiste…En tout cas, les femmes apparaissent bel et bien victimes d’une déficience spécifique qui produit des catégories d’expériences pathologisées, qu’il convient de traiter, en référence aux normes convenues de la féminité.

7Eva Rodriguez analyse comment c’est aussi à travers les instruments de mesure qu’ils mettent en place que les médecins français révèlent leurs présupposés, en l’occurrence raciaux aux premières heures de l’anthropométrie, quand il s’agit d’objectiver les différences entre les races. Le sexe apparaît alors comme une différence par rapport à un type implicitement masculin, une différence variable selon les races puisque censée évoluer selon le processus de civilisation ; ceci « propose, sans le vouloir, un argument en faveur de l’idée que la différence sexuelle est précisément une construction sociale » (p. 84)….ce qui apparaît pour le moins paradoxal dans le contexte générale de cette littérature !

8Mesurer les corps pour mieux les catégoriser, c’est aussi ce qu’ont fait de plus en plus, à partir des années 1950 les médecins français. Laura Piccand se fonde sur l’analyse des « stades de Tanner », utilisés encore aujourd’hui pour évaluer le stade pubertaire des enfants. En mesurant l’évolution des corps à cet âge où ils deviennent aptes à la reproduction, on souligne la différenciation binaire, on fixe (notamment avec des photos) les étapes érigées comme idéal-typiques du développement et on crée des normes qui elles-mêmes deviennent constitutives de ce qu’on prétend décrire en toute objectivité, la configuration « normale » des corps pubères.

9Enfin, dernière contribution originale du numéro, on découvre un entretien exclusif entre une post-doctorante philosophe (Vanina Mozziconacci) et Rebecca Jordan-Young chercheuse éminente des « feminist science studies ». Elle s’y exprime sur les principaux débats qui existent dans ce champ : comment tout résultat scientifique s’inscrit dans un contexte social, comment toute démarche scientifique est orientée par des facteurs extra-scientifiques…

10Le numéro se termine par deux compte-rendus d’ouvrages, a priori peu connus, en lien évident avec la problématique, l’un de l’ouvrage de Maria Puig de la Bellacasa, Politique féministe et construction des savoirs. Penser nous devons, publié en 2012 ; ce livre, ici fermement discuté, traite sous l’angle philosophique des critiques féministes des sciences et de la valeur d’un point de vue spécifiquement féministe. Le second de R. Danielle Egan et Gall Hawkes, Theorizing the Sexual Child in the Modernity, publié en 2010, adopte une perspective foucaldienne pour analyser les discours et les pratiques visant à cadrer de façon genrée et hétéronormative la sexualité des enfants ; avec, en contrepoint, la défense d’une reconnaissance des enfants comme « des sujets sexuel-le-s à part entière » (p. 122).

11En conclusion, en démontrant de manière convaincante le rôle du corps médical dans la fabrication/catégorisation/normalisation des deux sexes, cet ouvrage fort cohérent convainc à la fois qu’on ne saurait considérer le biologique comme un matériau « brut », qui ne serait pas socialement produit, pas plus qu’on ne saurait poser sans autre forme de procès que le social lui-même est dématérialisé, sans aucun lien avec une réalité biologique.

Haut de page

Notes

1 Anne Fausto-Sterling, Corps en tous genres : la dualité des sexes à l'épreuve de la science, Paris, La découverte, 2012.

2 Thomas Laqueur, La Fabrique du sexe: Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992 (1990).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Cécile Charlap, Stéphanie Pache, Laura Piccand (dir.), « La construction scientifique des sexes », Émulations, n° 15, automne 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 27 avril 2016, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20712

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page