Navigation – Plan du site

Norbert Elias, J’ai suivi mon propre chemin

Léo Magnin
J'ai suivi mon propre chemin
Norbert Elias, J'ai suivi mon propre chemin. Un parcours dans le siècle suivi de Respect et critique, Paris, Les Editions sociales, coll. « Les parallèles », 2016, 128 p., traduit de l'allemand et présenté par Antony Burlaud, ISBN : 978-2-35367-022-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lacroix Bernard, « Portrait sociologique de l’auteur », in Garrigou Alain et Lacroix Bernard, Norbe (...)
  • 2 Elias Norbert, Norbert Elias par lui-même, traduit par Jean-Claude Capèle, Paris, Fayard, 1991 ; El (...)
  • 3 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62, (...)

1Le corpus qui traite, en langue française, de la trajectoire socio-intellectuelle de Norbert Elias (1897-1990) comprend deux types de textes complémentaires : les études socio-historiques1 d’un côté et, de l’autre, les écrits autobiographiques du sociologue allemand2. Considérant la rareté de ces derniers, qui se réduisent en tout et pour tout à deux entretiens et à quelques notes, il est évident que l’ouvrage traduit et présenté par Antony Burlaud vient utilement combler une lacune dans le processus d’édition des œuvres de Norbert Elias en français. Il se compose d’un entretien intitulé « Un parcours dans le siècle », réalisé en 1987 pour la chaîne de télévision allemande ZDF, et d’un discours, « Respect et critique », prononcé par Elias lorsqu’il reçoit le premier prix Adorno, décerné par la ville de Francfort en 1977. La vie du sociologue comporte un aspect légendaire du fait de sa notoriété exceptionnellement tardive : il obtient son premier poste de professeur de sociologie à l’Université de Leicester en 1954, à l’âge de 57 ans, et n’a alors publié qu’un seul ouvrage, Über den Prozess der Zivilisation (1939), qui sera traduit en français et en anglais seulement au début des années 1970. Au-delà de l’anecdote personnelle, le retour de Norbert Elias sur son propre parcours est l’occasion d’éclairer sa pensée à l’aune d’une triple historicité qui se compose de sa trajectoire biographique, des périodes historiques qu’il a traversées et de l’évolution de ses recherches intellectuelles. S’il convient de prendre ses distances face à « l’illusion biographique »3 créatrice d’une cohérence ad hoc, reste que l’autoportrait de Norbert Elias ne peut qu’éclairer historiquement et sociologiquement un effort théorique particulier, lequel s’est précisément concentré sur l’importance des facteurs historiques et sociologiques dans l’évolution incertaine de l’humanité.

2Dans « Un parcours dans le siècle », Norbert Elias revient sur les principaux événements qui ont marqué son existence. Après une enfance relativement protégée et studieuse à Breslau (aujourd’hui Wroclaw, en Pologne), il s’engage dans l’armée allemande et fait l’expérience de la guerre à l’âge de dix-sept ans. A la fin de celle-ci, il entreprend des études de médecine et de philosophie à Heidelberg et soutient, en 1924, sa thèse, « Idée et individu. Contribution à la philosophie de l’histoire », sous la direction de Richard Hönigswald. Afin de s’assurer des revenus, il est engagé pendant un an comme assistant du directeur dans une usine de produits en métal. Il commence ensuite des études de sociologie, rencontre Alfred Weber, le frère de Max Weber, et fréquente le salon de Marianne Weber, la veuve de celui-ci. En 1930, il quitte Heidelberg et s’installe à Francfort, suivant Karl Mannheim sous la direction duquel il travaille à sa thèse sur La société de cour, mais l’arrivée des nazis au pouvoir le contraint à l’exil à Paris en 1933, puis à Londres en 1935. Son premier ouvrage, Über den Prozess der Zivilisation (1939), est publié en Suisse et ne connaît qu’une faible audience. En 1940, il est fait prisonnier durant huit mois sur l’île de Man, en tant que ressortissant allemand. De retour à Londres, il subsiste en donnant des cours pour adultes pendant plus d’une dizaine d’années, et crée, en 1952, le Group Analytic Society avec Siegmund Heinrich Fuchs (1898-1976). Il obtient, enfin, un poste de professeur à l’Université de Leicester en 1954, et part enseigner deux ans au Ghana en 1962, puis revient en Angleterre alors que ses travaux commencent à trouver un lectorat en Allemagne.

  • 4 « Comment peut-on expliquer une barbarisation [Barbarisierung] aussi rapide ? Cette question est ét (...)
  • 5 « Ce n’est pas un hasard que, réfugié allemand en Angleterre dans les années 1930, j’ai choisi de t (...)
  • 6 « Mes théories, telles que je les conçois, sont des théories de l’évolution » (p. 38).

3En évoquant ces épisodes biographiques, Norbert Elias n’a de cesse de les réinscrire dans les mouvements historiques au sein desquels ils ont été pris. D’abord une enfance passée sous le Reich impérial qu’il qualifie « d’État policier » (p. 23), puis la guerre qui a signifié pour lui un « bouleversement total » (p. 25). Pendant les commencements de la République de Weimar, il insiste sur le caractère inédit de la politisation croissante de l’opinion et de la montée du fascisme. Le retournement soudain de l’Université de Heidelberg, centre libéral et tolérant devenu rapidement nazi, interpelle le sociologue4. Ses voyages, forcés ou choisis, entre l’Allemagne, la France, l’Angleterre, le Ghana et les Pays-Bas l’ont également amené à développer une certaine sensibilité comparatiste entre les différentes cultures nationales. Enfin, son identité juive, qui n’apparaît en tant que telle à ses yeux qu’à cause de la percée de l’antisémitisme, de son exil forcé et de la mort de sa mère dans un camp de concentration, fait de lui un observateur malheureusement privilégié de la violence idéologique du XXe siècle. Il analyse ces ruptures biographiques, répondant à des ruptures historiques plus larges5, comme le matériau essentiel de ses recherches sur l’évolution6 des sociétés humaines : « l’époque évoluait sous mes yeux, et je n’ai fait que traiter intellectuellement ce dont j’avais fait l’expérience à l’époque » (p. 70). Ce traitement théorique donne lieu à trois principales questions : 1) « quelle évolution a conduit à ce qu’en Allemagne quelque chose comme le national-socialisme puisse surgir sur le devant de la scène ? » (p. 38) ; 2) « quelle configuration sociale permet à un seul homme de dominer tous les autres, au point de leur faire faire ce qu’il veut ? » (p. 38) ; 3) « qu’est-ce qui pousse soudain les hommes à intérioriser (…) des contraintes imposées du dehors, et à les accepter presque comme s’il s’agissait d’un donné de la nature humaine, comme si elles avaient toujours été là ? » (p. 57). Dès lors, sa réserve envers tout parti politique et toute allégeance théorique à une autorité passée, qu’un marxiste tel qu’Adorno incarne à ses yeux, s’explique par sa volonté profonde de comprendre la réalité dans sa complexité historique comprise comme un processus.

  • 7 « Toute la philosophie, celle de Kant comme celle de Husserl ou celle de Jaspers, repose, en son po (...)
  • 8 Voir sa critique de Freud à qui il reproche son manque d’attention aux variations historiques : Eli (...)
  • 9 « Les partis parlent une langue qui est peinte aux couleurs de l’idéologie. (…) Ils parlent d’idéau (...)

4Dans « Respect et critique », Norbert Elias explicite encore davantage son rapport à la politique, aux sciences sociales et à la philosophie en insistant sur la singularité de sa pensée, qui tente de dépasser les mythes politiques et intellectuels en développant une explication du fonctionnement réel de la société « qui puisse servir de base intellectuelle à des décisions sociales » (p. 87). Cette critique de la pensée théorique, qui n’envisage l’homme que comme un individu isolé de ses semblables7 ou de l’histoire8, et de la politique, qui substitue à la compréhension du réel une projection idéologique obéissant à des jugements de valeur9, s’appuie sur une forte exigence empirique et historique qui répond elle-même à un idéal social. Ainsi, la fin de l’entretien accordé à la ZDF s’ouvre sur l’horizon d’une « bonne amitié » entre les hommes, visée en vertu de la pacification des rapports de force, de la domination et de la violence sociale. Norbert Elias livre la profondeur, à la fois intime et historique, dans laquelle s’ancre et se prolonge sa réflexion sur la pacification des mœurs. En témoigne son incapacité déclarée à haïr les nazis, alors qu’ils sont responsables de la mort de sa mère, qu’il explique par le fait que « la haine est un sentiment qui n’appartient pas à la gamme des sentiments [qu’il] éprouve » (p. 77). De même, son rejet quasi épidermique du nihilisme, qu’il identifie à la littérature de Camus, Sartre et Beckett et qu’il considère comme son « véritable adversaire » (p. 68), participe à incarner une pensée dans un être de chair et d’émotions dont le livre brosse un autoportrait humaniste, pris en tension entre une anthropologie universaliste et socio-historique.

5Au-delà des pistes qu’offrent ces deux textes pour entrer dans la pensée de Norbert Elias, ils ouvrent la question fondamentale du rapport du chercheur à ses recherches en fournissant au lecteur un « cas » emblématique qui peut être un antidote contre la « paralysie de l’effort théorique » (p. 106), toujours prégnante aujourd’hui, que Norbert Elias attribue à la réification déférente des autorités intellectuelles. Comprendre les conditions sociales et historiques qui ont rendu possible une certaine production intellectuelle permet de souligner ses lignes de forces internes, mais encore faut-il prendre en compte les conditions de l’écriture de cet autoportrait. L’autobiographie intellectuelle détient en effet une ambiguïté consubstantielle, car si elle donne des informations susceptibles d’objectiver une grande figure des sciences sociales, elle est aussi l’occasion d’une mise en scène savante a posteriori, faite d’autant de silences que de confessions. Il faut, en définitive, se réjouir de l’existence de ce type de texte tout en gardant à l’esprit que l’auteur, en se prêtant au jeu de l’entretien télévisé et du discours officiel, continue d’interagir avec un environnement intellectuel international dont il fait encore partie en proposant un ethos de lui-même, qui est aussi une stratégie, consciente ou inconsciente, de canonisation dans un champ scientifique.

Haut de page

Notes

1 Lacroix Bernard, « Portrait sociologique de l’auteur », in Garrigou Alain et Lacroix Bernard, Norbert Elias, la politique et l’histoire, Paris, La Découverte, 1997 ; Heinich Nathalie, « Introduction »,  La sociologie de Norbert Elias, Paris, La Découverte , « Repères », 2010 (2002) ; Rotman David, « Trajectoire intellectuelle et expérience du camp : Norbert Elias à l’île de Man », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 52, no 2, 2005, p. 148-168 ; « Biographie de Norbert Elias », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 106, 2010, p. 14-18 ; Audoin-Rouzeau Stéphane, « Norbert Elias et l’expérience oubliée de la Première Guerre mondiale », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 2, no 106, 2010, p. 104-114 ; Joly Marc, Devenir Norbert Elias. Histoire croisée d’un processus de reconnaissance scientifique : la réception française, Paris, Fayard, 2012 ; Buton François, « Norbert Elias soldat ou La Grande Guerre du sociologue », Agone, no 53, 2014.

2 Elias Norbert, Norbert Elias par lui-même, traduit par Jean-Claude Capèle, Paris, Fayard, 1991 ; Elias Norbert et Heilbron Johan, « “La sociologie… quand elle est bien faite”. Entretien, 1984-1985 », Actes de la recherche en sciences sociales, traduit par Julien Duval et Sophie Noël, vol. 4, no 205, 2014, p. 4-19.

3 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62, no 1, 1986, p. 69-72.

4 « Comment peut-on expliquer une barbarisation [Barbarisierung] aussi rapide ? Cette question est étroitement liée à ma façon de faire de la sociologie » (p. 40).

5 « Ce n’est pas un hasard que, réfugié allemand en Angleterre dans les années 1930, j’ai choisi de travailler sur la figure de Louis XIV » (p. 72).

6 « Mes théories, telles que je les conçois, sont des théories de l’évolution » (p. 38).

7 « Toute la philosophie, celle de Kant comme celle de Husserl ou celle de Jaspers, repose, en son point de départ, sur l’homme seul, ou plutôt sur l’homme isolé » (p. 34). Il adresse également cette critique au positivisme de Karl Popper, ainsi qu’aux membres de l’école de Francfort, à l’instar de Horkheimer et d’Adorno qu’il a connus personnellement, et leur oppose une anthropologie de l’interdépendance : « La thèse fondamentale dont je pars, c’est que l’homme est par nature destiné à vivre avec les autres hommes, et qu’en conséquence la nature lui a donné le potentiel pour maîtriser ses pulsions » (p. 63).

8 Voir sa critique de Freud à qui il reproche son manque d’attention aux variations historiques : Elias Norbert et al., Au-delà de Freud : Sociologie, psychologie, psychanalyse, Paris, Editions La Découverte, 2010 ; et pour les notes critiques : Quentin Deluermoz, « Norbert Elias, Marc Joly, Bernard Lahire, Nicolas Guilhot, Valentine Meunier, Au-delà de Freud. Sociologie, psychologie, psychanalyse », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2010, mis en ligne le 13 novembre 2010, consulté le 25 avril 2016. URL : http://lectures.revues.org/1358 ; Samuel Lézé, « Le psychisme dans la civilisation », La Vie des idées, 18 avril 2011. URL : http://www.laviedesidees.fr/Le-psychisme-dans-la-civilisation.html

9 « Les partis parlent une langue qui est peinte aux couleurs de l’idéologie. (…) Ils parlent d’idéaux, non de la réalité » (p. 53). 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Magnin, « Norbert Elias, J’ai suivi mon propre chemin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 27 avril 2016, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20713

Haut de page

Rédacteur

Léo Magnin

Etudiant en master 2 Anthropologie philosophique à l’ENS de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page