Navigation – Plan du site

Didier Demazière et Morgan Jouvenet, Andrew Abbott et l’héritage de l’école de Chicago

Corinne Delmas
Andrew Abbott et l'héritage de l'école de Chicago
Didier Demazière, Morgan Jouvenet (dir.), Andrew Abbott et l'héritage de l'école de Chicago. Volume 1, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2016, 490 p., ISBN : 9782713224980.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 A savoir une série de séminaires organisés au laboratoire Printemps, « L’œuvre sociologique d’Andre (...)
  • 2 Soit vingt-trois chapitres. A cet ouvrage qui en constitue le premier volume s’adjoint ainsi un sec (...)

1Précédé et préparé par une série de séminaires et un colloque1, cet ouvrage collectif constitue la première somme spécifiquement consacrée à Andrew Abbott. L’objectif est de présenter les différentes dimensions de l’œuvre de ce sociologue états-unien, mais aussi d’en discuter les propositions théoriques et méthodologiques. À cette fin, les deux volumes constituant cet opus, comptant chacun une quinzaine d’écrits2, se composent de traductions, d’analyses et de commentaires de son œuvre auxquels Andrew Abbott répond dans le cadre d’une postface. S’ajoute une liste de ses publications.

2Composé de cinq parties, le premier volume de cet ouvrage évoque tout d’abord Abbott et la sociologie américaine. Daniel Cefaï, dans son chapitre intitulé « Andrew Abbott, un certain héritage de Chicago », montre l’influence exercée par une sociologie « à la fois macrosociologique et processuelle » sur l’œuvre d’Abbott et pointe l’apport de ce dernier à l’édifice de Chicago avec, notamment, son concept d’écologies liées. Étienne Ollion cerne, pour sa part, son originalité dans le paysage sociologique états-unien en ciblant l’inscription de sa théorie des activités expertes dans la sociologie des professions, faite de multiples emprunts et décalages, en pointant sa volonté de transcender les clivages établis, en soulignant également l’héritage revendiqué de Chicago dans sa double dimension de tradition de pensée et d’institution attachée à une idée du savoir pur. Cette première partie de l’ouvrage s’ouvre par un texte publié en 1999, dans lequel Andrew Abbott revient sur cette tradition. Montrant comment la pensée « contextualiste » des sociologues de l’École de Chicago permet de lier « travail théorique et travail empirique », il conclut sur les méthodes « formelles et positivistes » permettant de fonder la connaissance sociologique sur un savoir de contextualisation.

3La deuxième partie, intitulée « théorie des objets sociologiques : les entités et l’action », dévoile la pensée d’Abbott sur plusieurs concepts centraux de la sociologie, dont celui d’action, discuté successivement par Pierre-Michel Menger (« Temporalité, action et interaction »), qui examine l’écart souligné sans cesse par Abbott entre sa sociologie et les formes habituelles d’analyse causale, et Pierre François (« L’action chez Andrew Abbott. Pierre de touche ou chaînon manquant ? »), qui interroge la saisie de l’action par Abbott, cette notion occupant une position centrale dans son épistémologie tout en demeurant, selon l’auteur, impensée voire difficilement pensable. Cette partie débute par un texte, publié en 1995 (« Les choses sans frontières »), dans lequel Abbott renverse nos habitudes de pensée en considérant la primauté des frontières sur les entités sociales. Prenant appui sur l’exemple de l’émergence du travail social au XIXsiècle, il montre qu’il peut y avoir des frontières sociales sans les entités sociales, ce que le postulat de la « priorité temporelle des frontières », i. e. le fait de considérer que le tracé des frontières est premier, permet de prendre en compte.

4La troisième partie de l’ouvrage (« Les sciences sociales et la question des disciplines »), évoque la théorisation, par Abbott, de la dynamique historique des disciplines, sur le plan tant des idées que des organisations. Jean-Louis Fabiani situe l’œuvre d’Abbott dans le débat en cours sur l’analyse des disciplines, pointe son travail sur les fractales ainsi que l’orientation « nettement internaliste » de sa problématisation. Ce chapitre est également une réflexion sur la sociologie aujourd’hui, l’intérêt d’Abbott pour la question des disciplines correspondant à une interrogation constante sur l’état de cette science. Mathieu Hauchecorne évoque pour sa part « l’apport d’Andrew Abbott à une sociologie gradualiste du changement intellectuel » en partant de l’explication du changement intellectuel chez Abbott et Bourdieu. Montrant combien leurs différences d’approche sont liées à la manière dont ils prennent en compte la temporalité et perçoivent les relations sociales, il identifie l’apport que peut trouver la sociologie française des idées dans l’œuvre d’Abbott pour étudier des formes incrémentales ou graduelles de changement intellectuel. Cette partie s’ouvre par un texte, publié en 2001 (« Le contexte des disciplines »), dans lequel Abbott revient sur le caractère fractal des divisions et recompositions des disciplines. S’appuyant sur le cas du système universitaire nord-américain, il analyse la force de reproduction de la structure des disciplines en se concentrant sur la concurrence entre différents bastions disciplinaires, la dynamique fractale autorisant une flexibilité interne perpétuant la macrostructure universitaire.

5La quatrième partie (« La sociologie des professions et la perspective écologique ») débute par un texte, publié en 1988 dans The System of Professions, où Abbott propose une étude de cas centrée sur « la construction de la juridiction des problèmes personnels ». Exemplaire de son approche écologique, il met l’accent sur les concurrences interprofessionnelles ; s’agissant des problèmes personnels, la rivalité porte non seulement sur la définition de l’activité légitime et la délimitation d’une « juridiction culturelle », mais aussi sur la réalisation concrète du travail et la capacité à apporter des solutions à ces problèmes, la victoire d’un groupe sur les autres se traduisant dans sa capacité à réduire le travail de ses concurrents à une version incomplète du sien. Stanislas Morel éprouve la portée du concept d’écologie professionnelle en la confrontant à la théorie bourdieusienne des champs et propose de les articuler en avançant que les acteurs (ici ceux luttant contre l’échec scolaire) déploient des stratégies doubles, portant à la fois sur la définition des problèmes de leurs publics et sur les réponses à leur apporter, et permettant simultanément de « bénéficier des produits symboliques associés au contact avec le pôle le plus autonome des professions ». Geneviève Pruvost propose pour sa part de compléter la trilogie, proposée par Abbott, des auditoires auprès desquels les professionnels tentent d’obtenir reconnaissance et autonomie (État, public et pairs). À partir des cas de l’activité policière et de l’éco-construction, elle se centre sur l’ « arène des proches » (famille, voisins, amis…) qui contribue aussi à structurer les activités professionnelles.

6La cinquième partie du livre (« L’analyse séquentielle et les carrières ») évoque la prise en compte des processus temporels dans l’œuvre d’Abbott. L’enjeu est, comme le montrent tour à tour Ivan Ermakoff (« La causalité linéaire. Avatars et critiques ») et Claire Zalc (« Trajectoires et persécution. Apports de la lecture d’Andrew Abbott à l’écriture historienne »), de proposer des alternatives au modèle de causalité linéaire. Cette partie s’amorce par un texte publié en 2004, où Abbott et Heather MacIndoe exposent leur méthode d’analyse des données séquentielles (« Analyse de séquences et techniques d’appariement optimal pour les sciences sociales »). Consacré aux MAO qui, transposée de la biologie moléculaire, est fondée sur une mesure de la distance entre « chaque paire possible de séquences au sein d’un corpus de données », ce texte met l’accent sur les opérations de transformations des séquences (substitution, insertion, suppression) qui permettent d’évaluer les distances, pour montrer en particulier que ces opérations ne sont pas automatiques : pour celles-ci, le chercheur doit prendre des décisions de codage et fixer des valeurs de coûts.

7L’ouvrage se conclut par un texte inédit (« Dans les yeux des autres ») où Andrew Abbott, réagissant à l’ensemble des contributions, revient sur son parcours, sa thèse non publiée, son éclectisme méthodologique. Il éclaire une nouvelle phase de son travail, un effort de synthèse devant se traduire dans un ouvrage à venir, The Social Process ; celui-ci, en gestation depuis plusieurs années, s’inscrit dans un projet au long cours sur l’ontologie sociale et les méthodologies. Abbott souligne à cet égard la cohérence de son travail, dont les principaux thèmes restent les mêmes. « L’objectif central est de concevoir une théorisation claire du temps et de la structure sociale. Les concepts fondamentaux, comme écologie, carrière, processus, emplacement, et ainsi de suite sont devenus de plus en plus cohérents au cours du temps » (p. 445), par-delà les mobilités thématiques, en particulier la désertion de l’étude des professions. Abbott revient également sur sa conception de la recherche, sa promotion de sa dimension artisanale, et une inquiétude suscitée par « la dérive vers le travail coopératif ». Cette discussion serrée des différents textes constituant les deux volumes de l’ouvrage se conclut sur quelques thématiques inexplorées : son engagement pour les bibliothèques et le savoir, sa « propre passion pour la quête de la connaissance pure et l’idée que cette quête est menacée dans les universités américaines » (p. 463), la recherche de modèles alternatifs à la cumulativité susceptibles de fonder de « bonnes » dynamiques de savoir.

8Il faut saluer la parution d’un ouvrage consacré à un auteur important de la sociologie nord-américaine mais à certains égards inclassable en raison de son combat contre la pensée sociologique dominante et son réductionnisme, de sa circulation entre des domaines différents ou encore de son ambition de redonner une place centrale à la théorie via un programme transgressant les clivages les mieux établis. Le livre offre une introduction approfondie à ses travaux, une traduction de ses textes majeurs, et permet de se repérer, par une bibliographie complète, dans une œuvre jusqu’alors peu traduite en français. Il se recommande également par son parti pris du dialogue qui autorise une lecture plurielle, approfondie et dynamique de l’œuvre. Il révèle, à cet égard, les importants chantiers théoriques et méthodologiques ouverts par Abbott, discute de thèses originales voire provocantes apparaissant ici comme les prolongements d’un héritage un peu oublié de l’école de Chicago, alerte également les sociologues sur leur métier, leur discipline et l’analyse critique de la vie sociale aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 A savoir une série de séminaires organisés au laboratoire Printemps, « L’œuvre sociologique d’Andrew Abbott : fondements empiriques et enjeux théoriques », et un colloque « Les parcours sociologiques d’Andrew Abbott », qui s’est déroulé à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines (UVSQ) les 25 et 26 mai 2011.

2 Soit vingt-trois chapitres. A cet ouvrage qui en constitue le premier volume s’adjoint ainsi un second volume, disponible sous format numérique, rassemblant treize contributions principalement consacrées aux dynamiques et frontières des groupes professionnels, à l’ontologie de la théorie processuelle et à l’analyse séquentielle des carrières. Il comporte aussi des traductions de trois textes d’Andrew Abbott, dont les versions intégrales de longs articles traduits partiellement dans le 1er volume. On mentionnera également la parution récente d’un dossier sur Abbott, comprenant notamment un entretien avec ce dernier dans le cadre d’échanges réalisés en mai 2011 lors de l’atelier d’épistémologie « Comment fait-on des sciences sociales » (CoFSS) : « Un texte, un auteur : Andrew Abbott », Raisons politiques 2015/4 (N° 60), p. 5-64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Didier Demazière et Morgan Jouvenet, Andrew Abbott et l’héritage de l’école de Chicago », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 03 mai 2016, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20732

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page