Navigation – Plan du site

David Gentilcore, Food and Health in Early Modern Europe. Diet, Medicine and Society, 1450-1800

Guillaume Linte
Food and Health in Early Modern Europe
David Gentilcore, Food and Health in Early Modern Europe. Diet, Medicine and Society, 1450-1800, Londres, Bloomsbury, 2016, 250 p., ISBN : 9781472534972.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pomodoro ! A History of the Tomato in Italie, en 2010 ; et Italy and the Potato : A History, 1550-2 (...)
  • 2 David Gentilcore, Food and Health..., page 2.

1David Gentilcore est Professeur d’Histoire moderne à l’université de Leicester, au Royaume-Uni. Au cours des dix dernières années, ses travaux se sont principalement focalisés sur l’histoire de l’alimentation en Italie, autour de deux ouvrages traitant de la consommation de la pomme de terre et de la tomate1. Il ne s’agit toutefois pas de l’unique centre d’intérêt de l’auteur qui, toujours en s’appuyant sur le cas italien, avait publié un ouvrage sur l’histoire de la médecine, et plus précisément sur le charlatanisme, à l’époque moderne. Avec Food and Health in Early Modern Europe : Diet, Medicine and Society (1450-1800), David Gentilcore propose de croiser ces deux champs historiques, intimement liés quand on parle de la Renaissance et de l’époque moderne, que sont l’histoire de la médecine et de l’alimentation. Ainsi l’ambition de l’auteur est de proposer une synthèse sur ce sujet, dans le cadre d’une longue époque moderne, à l’échelle de l’Europe. Il s’agit alors, d’une part, de dresser une histoire des pratiques alimentaires et, d’autre part, d’établir une histoire du discours médical moderne à propos de l’alimentation. Pour mener à bien cette entreprise, David Gentilcore a procédé à une étude « en profondeur » des sources imprimées prodiguant des conseils diététiques, et ce pour l’intégralité de la période. Il se donne ainsi pour objectif de tracer l’histoire des pratiques alimentaires européennes à travers le prisme de ces conseils, un travail de synthèse qui constituerait une première2. D’autres sources sont également étudiées pour mener à bien cette recherche : textes littéraires, recueils de recettes ou encore récits de voyages servent à alimenter efficacement le propos de David Gentilcore. Le plan de l’ouvrage offre une approche chrono-thématique du sujet présentant, dans les deux premiers chapitres, deux périodes principales, dont le milieu du XVIIsiècle constitue le pivot, avant de consacrer six autres parties à des questions plus spécifiques.

  • 3 Chapitre 7 « New World Food : The Columbian Exchange and its European Impact » (page 133).
  • 4 Chapitre 4 « Regional Food : Nature and Nation in Europe » (page 75).

2David Gentilcore met en avant certaines interdépendances entre les courants de pensée qui traversaient la médecine sur la période 1450-1800 et l’évolution des pratiques alimentaires occidentales. Si la prédominance de la médecine préventive à la Renaissance donnait une place centrale au régime, le XVIIsiècle, parallèlement à la montée en puissance de la médecine thérapeutique, voit son importance décliner. Ce relâchement, relatif, entre santé et pratiques alimentaires permet d’observer un détachement de la cuisine en dehors du champ de la santé. Le XVIIIsiècle, en revanche, vit progressivement revenir les conseils diététiques sur le devant de la scène, autours de praticiens célèbres, tels que l’anglais George Cheyne. Tout en dessinant les contours généraux de ces évolutions, l’ouvrage fait rejaillir toute une diversité des pratiques diététiques à l’époque moderne. Les distinctions opérées par David Gentilcore s’attachent, en premier lieu, à la différenciation des catégories sociales. Tout au long de cette étude historique, il met en exergue le caractère non-universel des conseils prodigués. L’application de ceux-ci dépendait avant tout de l’appartenance à une catégorie sociale majoritairement lettrée et suffisamment aisée pour pouvoir les suivre. De fait, certaines catégories minoritaires de la population étaient bien plus ciblées que d’autres par les publications d’imprimés ayant trait à la diététique. Une autre clef de lecture de l’ouvrage se trouve dans la mise en relation, plus ou moins directe selon les cas, entre les évolutions contextuelles et les pratiques alimentaires occidentales. Dans un chapitre consacré au religieux, « Holy Food : Spiritual and Bodily Health », l’auteur donne une place non négligeable à l’impact de la Réforme – et de la Contre-Réforme – sur l’évolution de certaines pratiques, telles que le jeûne. Une autre partie, consacrée aux effets de la rencontre entre Européens et Américains, à partir de la fin du XVe siècle, mérite une attention particulière. Celle-ci propose une approche du sujet à la nouvelle échelle de l’Occident, désormais élargie par l’exploitation du « Nouveau Monde »3. David Gentilcore y traite à la fois de l’introduction progressive de nouvelles denrées en Europe, en particulier le maïs, la dinde et la pomme de terre, mais aussi de l’adaptation alimentaire des premiers Occidentaux s’installant en Amérique. Toutefois, l’auteur n’hésite pas, dans un chapitre consacré4 à resserrer l’échelle de ses observations, à mettre en exergue les spécificités nationales et les interactions intereuropéennes. Un chapitre entier est également dédié au régime végétarien, au sujet pour lequel les considérations évoluèrent substantiellement au cours de la période étudiée, jusqu’à se voir préconisé par certains médecins à partir du XVIIIsiècle. Enfin, les dernières pages de l’ouvrage sont dédiées à un thème central lorsqu’il s’agit d’évoquer les stratégies de conservations de la santé, celui de la boisson.

3Dans ce livre, David Gentilcore dresse un portrait général de l’évolution du lien entre alimentation et santé, dans le monde occidental, à la Renaissance et à l’époque moderne. Il joue avec les échelles, en évoquant tant les tendances globales, que les particularités observables aux niveaux régionaux. Il joue également avec les époques en dégageant les grandes évolutions d’une longue Early modern period. Si l’étendue du sujet, tant temporelle que spatiale, ne permet évidemment pas à David Gentilcore d’être exhaustif, son ouvrage offre une synthèse inédite sur le lien entre santé et pratiques alimentaires à ces époques, tout en mettant en évidence de prometteuses perspectives pour de futurs travaux historiques.

Haut de page

Notes

1 Pomodoro ! A History of the Tomato in Italie, en 2010 ; et Italy and the Potato : A History, 1550-2000, en 2012.

2 David Gentilcore, Food and Health..., page 2.

3 Chapitre 7 « New World Food : The Columbian Exchange and its European Impact » (page 133).

4 Chapitre 4 « Regional Food : Nature and Nation in Europe » (page 75).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Linte, « David Gentilcore, Food and Health in Early Modern Europe. Diet, Medicine and Society, 1450-1800 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 03 mai 2016, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20733

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Linte

Doctorant en histoire à l’Université Paris-Est, Centre de recherche en histoire européenne comparée.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page