Navigation – Plan du site

Delphine Masset, Éric Hitier (dir.), « Femmes et écologie », Émulations, n° 14

Constance Rimlinger
Femmes et écologie
Delphine Masset, Éric Hitier (dir.), « Femmes et écologie », Émulations, n° 14, hiver 2014, 134 p., Louvain, Presses universitaires de Louvain, ISBN : 9782875584144.
Haut de page

Texte intégral

1Tandis que les questionnements sur le changement climatique et le développement durable occupent de plus en plus de place dans le débat public, les réflexions sur les femmes et l'écologie s'intensifient. La responsabilité environnementale constitue-t-elle un tremplin pour les femmes ? Ou au contraire une menace de re-naturalisation des rôles genrés ? Quel regard portent les féministes sur l'idée d'une nature féminine, et d'un rôle particulier que les femmes auraient à jouer dans la protection de l'environnement ? Delphine Masset et Eric Hitier rassemblent dans ce numéro de la revue Émulations huit contributions qui sont autant de points de vue sur ces questions. Dans l'optique de montrer que les catégories telles que « la femme », « la nature » ou « l'écologie » sont des constructions sociales et de donner une visibilité aux débats qui émergent à la croisée des deux thématiques que sont les femmes et l'écologie, le numéro consacre une première partie à la question clivante de la nature féminine, puis une deuxième à l'engagement des femmes dans l'écologie. Un entretien avec Isabelle Durant, eurodéputée verte, clôt la publication.

2La première partie du numéro propose de s'arrêter sur « un enjeu lexicologique aux conséquences politiques » (p. 9) : « la » nature de « la » femme. La présentation des perspectives de différents courants de pensée féministes (écoféministe, différentialiste, constructiviste, etc.) sur la question des femmes et de leur supposé lien avec la nature met en lumière les risques d'une vision essentialiste de la femme -même lorsque cette vision paraît positive au premier abord – et complexifie la notion de « nature » en révélant les mécanismes sociaux en jeu dans sa construction.

3Les deux premières contributions présentent les positions fondamentalement différentes du féminisme essentialiste et du féminisme constructiviste pour aborder « le féminin » : tandis que le premier exalte la différence entre les femmes et les hommes et attribue des qualités particulières aux femmes (notamment un lien privilégié avec la nature), le second insiste sur l'aspect socialement construit des différences observables entre les individus de sexes différents. « Il y a le ciel, le soleil... et la mère », première contribution, s'ouvre sur une excellente synthèse de l'écoféminisme, qui montre comment une pensée initialement matérialiste, constructiviste et progressiste a donné lieu à deux courants : l'un pragmatique et l'autre spirituel. Le second fait revivre le culte d'une « déesse-Mère » qui serait présente dans tous les éléments et introduit, ce faisant, une âme de femme dans la nature. Anne-Line Gandon met en parallèle ce courant, qui ancre son argumentaire sur le symbole de la Mère pour construire un mouvement contre-patriarcal, avec le courant analytique post-lacanien qui utilise la figure du Père pour réaffirmer la filiation patrilinéaire. La réflexion intéressante révèle une limite de l'écoféminisme spirituel : si la visée est de parvenir à une société matrilinéaire revalorisant les femmes, s'appuyer sur un argumentaire naturalisant risque d'enclaver ces dernières dans des rôles sociaux traditionnels plutôt que de contribuer à leur émancipation. Parvenant à des conclusions similaires, Ghaliya Djelloul et Delphine Masset étudient, dans « De l'objet de désir aux sujets désirants », les associations entre femme et nature et les écueils possibles de ce rapprochement. À partir des figures de la sainte et de la « belle-âme », elles montrent que la vision duale ancrée dans l'héritage judéo-chrétien d'une nature tantôt vierge et pure et tantôt à dompter quand elle est maléfique et décadente peut impacter les capacités des femmes lorsqu'elles y sont associées. Cela les conduit à une stricte recherche de moralité, d'amour et de douceur qui limite leur marge d'action et leurs possibilités de se défendre.

4La troisième contribution, celle de Delphine Masset, « Nature/culture ou le spectre de l'engagement féminin », cherche à réconcilier la vision essentialiste qui valorise le féminin et la vision constructiviste qui se méfie des effets possiblement néfastes de la naturalisation en termes d'émancipation. L'auteure montre pour cela comment chaque femme opère un « bricolage » (p. 47) entre ces deux visions, en construisant son identité « féminine ». En soulignant qu'on peut choisir d'embrasser des normes de féminité qu'on a intériorisées et donc apprécier sa « nature féminine » tout en la sachant construite socialement, elle complexifie la dichotomie nature/culture et montre la pluralité de positionnements possibles adoptés par les femmes.

5La dernière contribution sur le concept de nature féminine quitte le cadre jusque-là européen. Maria Inacia d'Avila Neto, Claudia Cavas et Gabriel Sena Jardim se penchent sur les clichés concernant « la » femme brésilienne moderne et sur la manière dont ils renforcent sa « naturalisation ». Ce faisant, elles invitent à les déconstruire et à engager une « décolonisation des femmes et de la nature » (p. 49).

  • 1 Dans Le conflit. La Femme et la Mère (Flammarion, 2010) Elisabeth Badinter s'inquiète de l'influenc (...)
  • 2 Il existe encore peu de recherches sur la manière dont l'engagement écologique impacte la division (...)

6La seconde partie de l'ouvrage porte sur l'engagement écologique des femmes, avec des réflexions tout en nuances qui vont au-delà de l'image d'Épinal des femmes forcément plus sensibles à l'écologie et engagées, ou au contraire de l'idée d'une écologie « contre les femmes1 » où les changements adoptés en vue de protéger la planète s'accompagneraient d'un « retour en arrière » pour les femmes2. Confrontant à nouveau différentes approches féministes, les auteures s'interrogent : faut-il favoriser les hypothèses essentialistes ou constructivistes pour étudier l'investissement écologique des femmes ?

7Ghaliya Djelloul présente une enquête menée en Belgique auprès de quinze collectifs écologistes et s'interroge sur la manière dont le genre influe sur les formes et les problématiques portées par ces collectifs. De manière intéressante, elle souligne les intersections entre le genre et l'appartenance sociale, en observant notamment que les membres des collectifs détenant des ressources culturelles et sociales importantes font davantage partie de groupes ayant une réflexion égalitaire tandis que les militants écologistes plus faiblement dotés de ces capitaux se retrouvent davantage dans des collectifs où la division genrée des tâches est forte.

  • 3 Ehrenreich B. et English D., Sorcières, sages-femmes et infirmières, Les éditions du Remue-ménage, (...)

8Dans « Accoucher naturellement : un choix écolo ? » Catherine Thomas évoque les vives réticences suscitées en France par la remise en cause de la médicalisation de l'accouchement. Elle parvient avec brio à remettre en cause les associations trop systématiques entre modernité et progrès, choix du naturel et retour en arrière/rejet du progrès, en montrant que le choix d'un accouchement naturel peut s'inscrire dans une démarche féministe. S'appuyant sur des entretiens avec des sages-femmes et sur les travaux de chercheuses qui ont réfléchi à « l'appropriation par la médecine, domaine demeuré longtemps masculin, de l'évènement de la naissance » (p. 81)3, elle donne une visibilité aux réflexions peu audibles dans le débat, et moquées, de celles qui attribuent un sens à la douleur de l'accouchement et cherchent à valoriser les savoirs ancestraux transmis par les femmes. S'opposer au capitalisme, chercher la simplicité, vouloir être actrice de ce moment, etc. : Catherine Thomas montre que les raisons du choix d'un accouchement naturel sont diverses, de même que le profil des femmes qui le font.

9La quatrième contribution de cette seconde partie, celle de Pénélope Mavoungou, examine la question de la responsabilité féminine dans la gestion de l'environnement à partir de l'éthique de Hans Jonas. Elle est suivie par la présentation par Salma Zouaghi d'une recherche sur le changement de mobilier et le tiraillement des femmes entre « tendances à la surconsommation et soucis écologiques » (p. 105).

10L'excellent choix des contributions et de leur agencement permet à ce numéro d'Émulations de proposer un questionnement sur les femmes et l'écologie qui a le mérite de poser des bases solides sur les intersections entre ces deux thématiques (en expliquant la position des différents courants féministes sur l'écologie et le concept de nature féminine notamment) tout en soulevant les enjeux clefs (les écueils potentiels du naturalisme, le clivage hommes/culture versus femmes/nature...). Plutôt que de se positionner de manière marquée, les contributions cherchent constamment à apporter des nuances et des éléments de complexification au débat. La lecture est accessible et pourra passionner aussi bien des personnes abordant pour la première fois les questions évoquées que des chercheurs spécialisés dans le domaine.

Haut de page

Notes

1 Dans Le conflit. La Femme et la Mère (Flammarion, 2010) Elisabeth Badinter s'inquiète de l'influence du naturalisme qui, au nom de la nature et de l'écologie, ajouterait encore des contraintes supplémentaires aux femmes faisant le choix de la maternité (allaitement, couches lavables, etc.) et les renverrait à la maison.

2 Il existe encore peu de recherches sur la manière dont l'engagement écologique impacte la division sexuelle du travail domestique. On peut lire « L'engagement écologique au quotidien a-t-il un genre ?  » de Michèle Lalanne et Nathalie Lapeyre (L'écologie, Vol. 22, n° 1, 2009) qui montre, à partir d'une enquête auprès de couples ayant des enfants en bas âge, comment le choix de couples lavables – plus écologiques – conduit à une intensification du temps de travail domestique qui ne s'accompagne pas nécessairement d'un partage des tâches équitables entre les femmes et les hommes.

3 Ehrenreich B. et English D., Sorcières, sages-femmes et infirmières, Les éditions du Remue-ménage, 2005, et Kniebiehler Y., Accoucher, femmes, sages-femmes, médecins depuis le milieu du XXe siècle, Éditions ENSP, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance Rimlinger, « Delphine Masset, Éric Hitier (dir.), « Femmes et écologie », Émulations, n° 14 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 03 mai 2016, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20734

Haut de page

Rédacteur

Constance Rimlinger

Étudiante en master 2 de sociologie spécialité « Genre, politique et sexualité » (EHESS) et en master 2 de relations internationales, spécialité « Droits de l’Homme et action humanitaire » (Sciences Po).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page