Navigation – Plan du site

Manuel Boucher, Jeunesses de rue. Représentations, pratiques et réactions sociales

Marianne Davy
Jeunesses de rue
Manuel Boucher (dir.), Jeunesses de rue. Représentations, pratiques et réactions sociales, Paris, L'Harmattan, coll. « Recherche et transformation sociales », 2016, 354 p., préf. Marcel Jæger, ISBN : 978-2-343-08423-7.
Haut de page

Texte intégral

1Publié à l'issu d'un colloque organisé à Poitiers par l’Association des Chercheurs des Organismes de la Formation et de l’Intervention Sociales ainsi que par l’Institut Régional du Travail Social de Poitou-Charentes, l’ouvrage s’articule autour de chapitres écrits par des doctorants et jeunes chercheurs, dont les terrains d’enquête se situent dans différents territoires français et ailleurs. L'enjeu de l’ouvrage est à la fois scientifique et politique. Partant du constat que les représentations médiatiques et politiques véhiculées sur les « jeunesses de rue » sont négatives et erronées (première partie), la suite de l’ouvrage vise à confronter ces représentations avec la réalité des pratiques culturelles et sociales de « jeunesses de rue » (deuxième partie) et la réalité des pratiques culturelles, sociales, politiques et juridiques des acteurs chargés de les encadrer (troisième partie).

2Les « jeunesses de rue » sont définies de manière large comme groupes d’individus appartenant à une population « jeune » (étiquetée comme telle en fonction d’attributs sociaux, artistiques, culturels, professionnels), pour lesquels la rue constitue le lieu premier de vie, sociabilité et mise en visibilité de soi, objets de multiples formes de stigmatisation sociale. Ainsi, les « jeunesses de rue » sont composées de groupes d’individus hétérogènes, d’où la multiplicité des perspectives choisies selon les interventions.

3Dans la première partie, « Représentations », sont mêlées des analyses aux approches disciplinaires variées rendant compte de la question des représentations médiatiques, politiques et sociales desquelles font l’objet des « jeunesses de rue », et de leurs conséquences en matière de prises de décisions politiques, médico-sociales, voire de leur implication coproductrice de certains comportements violents.

4L’analyse sociologique de Konstantinos Delimitsos souligne l’impact des discours prononcés par les « nouveaux experts en sécurité urbaine » (les criminologues), légitimés par les sphères médiatique et politique mais critiqués dans la sphère scientifique, sur les traitements médiatiques et politiques des jeunes auteurs de violences urbaines. Essentialisant la violence (qui proviendrait d’individus « d’origine immigrée troublés psychiquement »), ces « nouveaux experts » dénient toute forme d’explication sociale. Selon eux, la violence conduit au chômage et non l’inverse. Leurs représentations rationalistes de la violence, très médiatisées contrairement aux théories sociologiques fonctionnalistes, déterministes et interactionnistes, participent au tournant politique répressif qui touche les états occidentaux depuis les années 1980 quant à la prise en charge des plus démunis.

5L’analyse historique de Delphine Pietu s’inscrit dans cette veine en rappelant l’évolution des représentations sociales et politiques concernant la prise en charge du « vagabond mineur » entre la fin du XIXe et le début XXe siècle : considéré à travers la presse ou la littérature comme dangereux, il deviendra un enfant en danger à protéger et éduquer. La coexistence de ces deux dimensions, une jeunesse de rue dangereuse et en danger, est donc ancienne et accompagne les pratiques de terrain : si les politiques publiques prônent la protection et l’éducation, l’Assistance publique, alors chargée d’accueillir ces mineurs vagabonds, se défendra de mêler orphelins éduqués et vagabonds pervertis.

6Cette tension entre politiques et pratiques apparaît aussi dans la contribution de David Puaud. Ce dernier s’intéresse aux représentations négatives, véhiculées d’une génération de travailleurs sociaux à l’autre et recensées dans les rapports d'intervention sur un quartier châtelleraudais depuis les années 1980, accompagnant la construction d’une catégorie sociale ethnique homogène, les « gitans ». Cette approche culturaliste est déconstruite par le biais d’une analyse sociohistorique du territoire châtelleraudais et de ses différentes populations : il ne s’agit alors plus dans la pratique de rééduquer ces populations « culturellement inadaptées », mais de constater les spécificités sociales, l’hétérogénéité et la mobilité de ce « groupe » jamais fixé, afin de parvenir à nouer contact avec lui.

7Les trois autres contributions révèlent des manières de s’approprier des représentations sociales stigmatisantes. Perrine Devleeshouver analyse le rapport des « bons » élèves de quartiers belges défavorisés aux élèves en échec scolaire : les premiers retournent le stigmate dont font l’objet l’ensemble des jeunes de quartiers défavorisés contre les « mauvais » élèves pour s’en distinguer. Ou encore, Manuel Boucher montre comment le traitement médiatique des émeutes de 2005, qui explosent dans un premier temps en banlieue parisienne, a participé à la propagation de ces phénomènes émeutiers sur l’ensemble du territoire français : la stigmatisation médiatique est devenue « prédiction créatrice ». L’étude littéraire de Serena Cello, à visée à la fois scientifique et politique, met de son côté en lumière le pouvoir de critique de textes littéraires construisant leurs personnages selon des idéaux-types forgés par les médias (les banlieues sont composées de populations jeunes, masculines, visibles sur la voie publique, maghrébines), afin de retourner le stigmate et de tirer la « sonnette d’alarme ».

8Les contributions de la deuxième partie de l’ouvrage, « Pratiques », donnent à voir des populations « déviantes », plus ou moins marginalisées, ainsi que certaines de leurs pratiques culturelles et sociales vécues comme sources de légitimité.

9L’enquête ethnographique de Vianney Schlegel sur les jeunes sans-abris lillois met en scène leurs pratiques de la ville comme lieu de ressources sociale et symbolique (à travers l’appartenance territoriale et la reconnaissance des commerçants), de ressources économiques (l’obtention du RSA nécessite l’immobilité, tandis que la pratique de la manche nécessite de connaître les « bons » coins de rue), de ressources matérielles (d’autant que Lille a une position importante dans le trafic de drogue) et de possible sortie de la rue (être en ville est perçu comme un atout pour trouver un emploi et un logement).

10Sofiane Ailane analyse le hip-hop comme un outil de valorisation de soi et de socialisation politique auquel ont recours les jeunes sans-abris des quartiers périphériques du Brésil, notamment aussi du fait de l’utilisation de cette pratique culturelle par les organisations d’aide sociale pour encourager les jeunes à sortir de la rue. Dans cette perspective, Marie Dos Santos analyse les pratiques déviantes (le rap, la rue et la drogue) comme une manière pour les « jeunes de cité » de construire leur identité, de s’individualiser par la création et la quête de liberté.

11Enfin, Marie Peretti-Ndiaye et Thierry Dominici étudient la pratique de la violence d’une jeunesse corse (définie à travers différents indicateurs sociodémographiques) comme outil de légitimation sociale et symbolique. À l’heure où la jeunesse corse est plus touchée par le chômage et la faiblesse des niveaux de diplôme possédés que le reste de la jeunesse française, habitant une île dont l’histoire politique est animée par la persistance de revendications identitaires nationalistes violentes, le capital guerrier constitue une compétence monnayable sur le marché des carrières politiques et criminelles. Manuel Boucher montre, quant à lui, les effets valorisant et ségrégateurs de la revendication identitaire prônée par certains jeunes de quartiers défavorisés (un langage commun, le « wesh », une reconnaissance ethnique et territoriale, l’entretien de rapports conflictuels aux forces de l’ordre).

12Les contributions de la troisième partie, « Réactions », invitent à questionner les conditions d’exercice, les rôles et les ambivalences des métiers du social, certaines s’inscrivent dans une démarche de type recherche-intervention.

13Maryse Esterle met en parallèle les politiques municipales qui ont participé à l’invisibilisation des populations errantes des villes en les chassant de certains lieux et les politiques éducatives valorisant l’école comme outil de contrôle et d’enfermement des classes populaires. Elle montre que loin de préserver de l’errance, en jouant de la dichotomie intérieur/extérieur et en évinçant tous comportements jugés comme déviants l’école est un lieu d’exclusion conduisant certains jeunes à la rue.

14Selon Janie Adge, les travailleurs sociaux doivent dépasser la peur de l’autre pour tenir un rôle de valorisation et de libération de sa parole en réveillant le pouvoir d’agir ou « empowerment » des classes populaires (principaux bénéficiaires des aides sociales). Quant à Alice Gaïa, elle pointe les contradictions du terrain, dans lequel les éducateurs de la Protection Judiciaire de la Jeunesse sont soumis à des exigences quantitatives et financières et socialisés dans des cadres professionnels incitant à une action de court terme plutôt que de long terme (la plupart sont diplômés en droit), ce qui les empêche de mettre en place certaines politiques comme l’accompagnement à la « désistance » (soit la sortie de la délinquance).

15Les deux dernières contributions dévoilent un pan de travailleurs sociaux stigmatisés et délégitimés par les élus politiques, les autres travailleurs sociaux voire par la police : les médiateurs de rue (Naoko Tokumitsu) et les intervenants sociaux (Manuel Boucher). Ceux-ci entretiennent de fait un rapport paradoxal à leur métier : soumis à des aléas objectifs (offres d’emploi, scolaire locales, politiques municipales menées, etc.) et subjectifs (rapport des jeunes aux interventions, relations tissées avec les travailleurs des autres services sociaux, etc.), les médiateurs de rue voient bien souvent leur rôle sécuritaire prendre le pas sur leur rôle social, tandis que les intervenants sociaux sont incités à valoriser leur mission de maintien de l’ordre social local au détriment de la possibilité de développer leur propre singularité, source de bien-être et d’engagement professionnel à long terme.

16L’ouvrage se conclue sur les contributions d’Alain Vulbeau et Gérard Mauger. Le premier dénonce les logiques de plus en plus répressives, mettant l’accent sur la répression de proximité, qui animent les politiques publiques depuis le gouvernement Juppé de 1995. Le second revient sur le lien entre approches scientifiques et approches politiques. À chaque orientation théorique correspond des modalités de réactions politiques : la conception actionniste sous-tend des politiques de dissuasion pénale (le coût de la délinquance doit être fort pour que l’acteur rationnel n’en fasse pas le choix), tandis que la conception déterministe est solidaire de politiques de réhabilitation sociale.

17La définition extensive des « jeunesses de rue » privilégiée a l’avantage d’élargir les possibilités de sujets traités, mais réduit dans le même temps la portée de l’enjeu de départ, à savoir lier niveaux scientifique et politique. En effet, la multiplicité des terrains d’enquête, des objets d’étude et des orientations scientifiques tend à autonomiser les résultats de chaque chapitre plutôt qu’à créer une dynamique d’ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Davy, « Manuel Boucher, Jeunesses de rue. Représentations, pratiques et réactions sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 04 mai 2016, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20735

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page