Navigation – Plan du site

Karine Abiven, L’Anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. De Tallemant des Réaux à Voltaire (1650-1750)

Maxime Triquenaux
L'anecdote ou la fabrique du petit fait vrai
Karine Abiven, L'anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. De Tallemant des Réaux à Voltaire (1650-1750), Paris, Classiques Garnier, coll. « Lire le XVIIe siècle », 2015, 483 p., ISBN : 978-2-8124-3814-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple la publication concomitante de Camille Esmein-Sarrazin, Geneviève Haroche-Bouzinac (...)

1La publication de ce livre, issu d’une thèse de langue et littérature française soutenue en 2012, rend compte de l’intérêt croissant pour la notion d’anecdote dans le champ des études littéraires1. En s’intéressant à cet objet, que l’on définit aujourd’hui comme un « récit bref d’un petit fait curieux » (p. 31), Karine Abiven entend remettre en perspective un phénomène culturel caractéristique de la première modernité. Son découpage chronologique porte plus précisément sur la période 1650-1750, qu’elle choisit d’emblématiser par deux auteurs : Tallemant des Réaux, l’auteur d’un recueil d’anecdotes sur les grandes figures de son temps, les Historiettes (1657-1659), et le Voltaire du Siècle de Louis XIV (1751), dont quelques chapitres célèbres problématisent l’usage de l’anecdote. Il ne s’agit pas pour l’auteure de proposer un quelconque « exercice de réhabilitation littéraire » (p. 23) d’un corpus sans grand intérêt esthétique à proprement parler, et composé, selon l’expression de l’historien Roger Chartier, de « textes sans qualités » (p. 23), mais plutôt d’adopter une démarche historique articulée à une méthodologie proprement littéraire, consistant à examiner le corpus de recherche « d’un point de vue poétique, stylistique et rhétorique » (p. 26), et plus généralement à l’aide des différents outils de la linguistique. L’ensemble du projet s’inscrit dans une « histoire des cultures narratives » (p. 24), dans une perspective proche de l’histoire culturelle, et dans la continuité d’un mouvement de reconstruction de cet objet littéraire « par les sciences humaines contemporaines » (p. 18). Il s’agit donc non seulement d’analyser les « caractéristiques formelles et sémantiques » de ce corpus, mais aussi de repérer une sorte de « moment anecdotique » (p. 251) qui apparaîtrait avec cette « curiosité pour le passé récent, au fondement de la production et de la réception de l’anecdote », que Karine Abiven considère comme une « réalité nouvelle » de l’époque (p. 28).

2La première partie du livre (« L’histoire secrète de l’anecdote ») se présente comme une histoire généalogique de l’objet « anecdote ». Elle commence par un examen lexicologique approfondi du mot en lui-même et de ses différentes formes et significations. Emprunté au grec, le mot apparaît en français dès les années 1650 et s’impose définitivement à la publication des Anecdotes de Florence d’Antoine Varillas en 1685. S’il désigne originellement des événements inédits et cachées de l’histoire des princes (à l’image des Anekdota de Procope de Césarée, historien byzantin ayant inauguré cette pratique en écrivant l’histoire secrète du règne de l’empereur Justinien au VIe siècle), le mot prend peu à peu un sens plus formel de « récit, ordinairement court, de quelque trait ou fait particulier, plus ou moins remarquable » (p. 42), selon la définition qu’en donne le dictionnaire de l’Académie en 1835. Le cas se complique encore avec l’existence de parasynonymes comme particularité ou historiette, comme on le retrouve chez Tallemant des Réaux. L’analyse se poursuit par l’examen de la généalogie de l’anecdote : celle-ci se situe du côté de l’antiquité classique gréco-latine, avec les formes voisines que sont la chrie (« récit de parole ou d’acte attribué à un personnage célèbre, p. 99), l’exemplum (« fait ou dit d’un personnage célèbre, à imiter ou repousser, p. 108), ou encore l’apophtegme (« parole prononcée par un individu connu, en une circonstance particulière, qui illustre empiriquement un principe moral », p. 133) ; mais Karine Abiven insiste également sur l’importance de la veine facétieuse, héritée du Moyen âge et de la Renaissance. Cette première partie se conclut enfin sur l’élément qui distingue véritablement l’anecdote de ses devancières, à savoir le critère de son authenticité. L’anecdote, en effet, fonde sa propre valeur sur sa véridicité, et elle pose donc la question de sa valeur historiographique, puisqu’« en dépit d’un évident tropisme fictionnel, l’anecdote relève du champ large de l’écriture historique » (p. 190). Karine Abiven, dans un chapitre particulièrement intéressant, parcourt ainsi les différentes manières d’intégrer l’anecdote dans le régime d’écriture de l’histoire propre à la première modernité, en examinant les multiples solutions proposées par les auteurs de l’époque – du projet d’histoire critique du pouvoir défendu par Varillas à la suite de Procope à la méfiance quelque peu ambigüe de Voltaire envers un matériau dont il soupçonne la frivolité et l’insignifiance, tout en estimant ses potentialités historiographiques.

  • 2 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003.

3La seconde partie de l’ouvrage (« Poétique et rhétorique d’un genre miniature ») se présente comme une analyse de l’anecdote d’un point de vue presque exclusivement formel. Par-delà l’hétérogénéité et la polymorphie de l’objet étudié, Karine Abiven cherche à dégager une « anecdote type » dans un premier chapitre, afin d’en mieux cerner les caractéristiques textuelles et morphologiques, en posant une question apparemment simple : « comment se fait-il qu’on reconnaisse une anecdote quand on en voit une ? » (p. 253). Cette seconde partie de l’ouvrage est donc consacrée à une mise en application critique de différents outils conceptuels, issus de domaines variés de la linguistique et des études littéraires (narratologie, linguistique textuelle, etc.). Le dernier chapitre s’intéresse quant à lui aux « fonctions primordiales » des anecdotes, en axant principalement la réflexion sur les conséquences en termes de régime d’historicité2 et d’écriture de l’histoire. Par ses propriétés d’exemplarisation, de caractérisation ou encore de dramatisation, mais aussi par son rapport à l’amusement et au divertissement, l’anecdote est en effet saisie par Karine Abiven comme une catégorie centrale des évolutions de la réflexion sur l’histoire et son écriture, en cette première modernité des XVIIe et XVIIIe siècle. On pourrait s’attendre toutefois, en songeant à la volonté exposée en introduction de s’inscrire dans une « histoire des cultures narratives », à un questionnement de ces fonctions à un autre niveau, et notamment au point de vue social : l’anecdote est-elle un phénomène général ou bien concerne-t-elle plus précisément certains groupes sociaux ? Outre le cas des gens de lettres étudié dans la première partie, y a-t-il par exemple une anecdote plus volontiers nobiliaire, qui s’appuierait par exemple sur une tradition du héros ou de la mondanité courtisane ?

4Livre dense et ambitieux par l’étendue de son corpus, par la précision de ses analyses de cas et par l’abondante bibliographie critique qu’il convoque – et qui comporte des références non seulement littéraires et linguistiques, mais aussi issues d’un champ plus large des sciences humaines et sociales, principalement entre histoire et en épistémologie – cet ouvrage s’avère d’ores et déjà une référence incontournable pour qui s’intéresse à cette galaxie encore largement à explorer qu’est l’anecdote à l’âge classique.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple la publication concomitante de Camille Esmein-Sarrazin, Geneviève Haroche-Bouzinac, Gaël Rideau et Gabriele Vickermann-Ribémont (dir.), L’Anecdote entre littérature et histoire à l’époque moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

2 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Triquenaux, « Karine Abiven, L’Anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. De Tallemant des Réaux à Voltaire (1650-1750) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 06 mai 2016, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20739

Haut de page

Rédacteur

Maxime Triquenaux

Ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature française (Lyon 2).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page