Navigation – Plan du site

Émilie Oléron Evans, Nikolaus Pevsner, arpenteur des arts. Des origines allemandes de l’histoire de l’art britannique

Charlotte Foucher Zarmanian
Nikolaus Pevsner, arpenteur des arts
Émilie Oléron Evans, Nikolaus Pevsner, arpenteur des arts. Des origines allemandes de l'histoire de l'art britannique, Paris, Demopolis, coll. « Quaero », 2015, 333 p., Préfacier : Bénédicte Savoy, ISBN : 9782354570880.
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’une thèse en études germaniques soutenue en 2014, cet ouvrage appartient à une nouvelle vague historiographique réexaminant les origines de l’histoire de l’art dans une perspective transnationale. On songe, entre autres, au livre de Michela Passini également issu d’une thèse, La fabrique de l’art national. Le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne (2012), qui notait déjà la cohabitation entre nationalisation des discours et internationalisation des pratiques au passage du XIXe siècle au XXe siècle. Ici, c’est plutôt sous l’angle de la monographie qu’Émilie Oléron Evans procède à une exploration des fondements de l’histoire de l’art dans le contexte anglais. Si ce genre monographique, pourrait-on croire, relève d’une approche assez classique, il est travaillé au contraire d’une manière très féconde, puisque l’auteure a pris le parti d’informer ce parcours individuel des études sur les transferts culturels, la migration intellectuelle et la mobilité des savoirs afin d’examiner plus largement l’accession de l’histoire de l’art au statut d’une discipline universitaire en Grande-Bretagne à partir des années 1930. Il faut dire que la figure de l’historien d’art Nikolaus Pevsner (1902-1983), qui a « arpenté » presque tout le XXe siècle, se prête tout particulièrement à cette entreprise dynamique de parcourabilité des temps, des espaces, des hommes et des textes. D’origine russe, né en Allemagne, Pevsner fait surtout sa carrière en Grande-Bretagne où il arrive en 1933 et où il fonde véritablement sa renommée internationale. Précurseur – pourrait-on dire – de l’introduction des études culturelles en histoire de l’art, il participe très tôt à une entreprise de déhiérarchisation des médiums en prêtant une attention louable à l’architecture, aux arts industriels, décoratifs et au design, dans une discipline encore très marquée par l’étude de la peinture et de la sculpture. Flexible et pédagogue, il est aussi à l’aise dans les sphères intellectuelles de l’érudition que prompt à diffuser ses travaux auprès d’un plus large public.

2Cet ouvrage extrêmement dense et précis s’organise en six chapitres. Le premier adosse le profil pevsnerien à trois concepts que l’auteure définit au préalable et qui serviront de fil rouge tout au long du livre : la lingua, la securitas et la dexteritas. Ces trois aspects, l’un se rapportant à la place qu’occupe l’individu dans une culture orale – Pevsner est Allemand et doit se faire comprendre en anglais –, l’autre à un sentiment confiant d’appartenance sociale et culturelle, le dernier à la capacité d’intégrer des cercles intellectuels grâce à une connaissance profonde de leurs codes, permettent à l’auteure de brosser un portrait performatif de l’historien d’art en le considérant comme une figure dynamique et stratégique. Émilie Oléron Evans repositionne ainsi Pevsner non seulement par rapport à son moi social mais aussi à l’intérieur d’une communauté élargie. Elle interroge les points de repère, les désirs d’ascension professionnelle, les modalités d’insertion, d’assimilation et d’adaptabilité à une culture autre que celle de son milieu d’origine. L’ensemble de ces outils pose, de manière très constructive et subtile, Pevsner en « arpenteur des arts » tout en évitant l’écueil des stéréotypes victimisants liés aux figures de l’émigré ou de l’étranger.

3Le deuxième chapitre prolonge cette étude d’une fabrique identitaire en examinant sa quête d’un poste à l’université. Loin du linéaire cursus honorum, l’auteure revient sur la précarité à l’œuvre dans le parcours de l’historien d’art qui, confronté à la montée du nazisme en Allemagne, décide d’émigrer en Grande-Bretagne. Téléporté en 1933 dans une autre culture et une autre langue, il partage avec le lecteur – grâce à une correspondance prolixe– les tâtonnements et les stigmatisations jalonnant ce début de carrière. La migration intellectuelle est alors envisagée dans sa plus cruelle réalité. Les années 1930 sont pour l’universitaire des moments de relents nationalistes et xénophobes qui l’empêchent d’intégrer les milieux intellectuels tant convoités, aussi bien en Allemagne qu’en Grande-Bretagne. Là, il est d’abord interné dans un camp en 1940 puis devient balayeur de rues. Ces deux expériences, a priori ingrates, sont pourtant vécues comme profitables par l’historien d’art qui pose, là, un regard informé et privilégié sur son environnement. Elles enjoignent aussi le lecteur à considérer l’engagement comme étant déjà au cœur de sa pratique savante.

4Les troisième et quatrième chapitres réintègrent son parcours dans le contexte de la formation de l’histoire de l’art en discipline autonome. Si l’histoire de l’art se constitue déjà comme telle en Allemagne, elle n’a pas réellement d’existence institutionnelle en Grande-Bretagne, au moment de l’arrivée de Pevsner. L’historien d’art joue alors, dans ce milieu d’accueil, un médiateur dans la migration transnationale des savoirs. Il importe, par exemple, dans le contexte anglais une histoire de l’architecture considérée comme l’un des bastions de la culture allemande. À Leipzig, Munich, Dresde, Londres ou Cambridge, il assiste à l’éclosion des diverses tendances (stylistique, formaliste, iconologique…) d’une discipline en construction et côtoie ses plus éminents représentants : Heinrich Wölfflin, Wilhelm Pinder, Ernst Gombrich… Gardant toujours un œil sur la recherche actuelle, sa vision s’aiguise à mesure que la discipline se constitue. Il enseigne l’histoire de l’art en lien avec des disciplines connexes, l’envisageant le plus souvent dans un rapport aux mentalités et à la nation. Détachée des limites formalistes, son histoire de l’art vient se réinscrire dans le tissu social et culturel. Selon le principe du Zeitgeist, elle joue un rôle actif dans le présent et « l’esprit du temps ». L’universitaire agit alors en intermédiaire entre l’artiste et la société, et doit pour cela s’accompagner d’une pédagogie adéquate située entre l’érudition et la vulgarisation, l’effort et le plaisir.

5Après avoir rigoureusement étayé ce contexte de production et de réception épistémologique, Émilie Oléron Evans clôt son livre sur deux chapitres qui se focalisent davantage sur l’œuvre intellectuelle de Pevsner. L’entrée de l’historien d’art dans le discours sur l’art se fait d’abord par une réévaluation de périodes négligées : le maniérisme qu’il définit de manière inédite dans les années 1920 afin de qualifier une période intermédiaire, et jusqu’alors indéterminée, située entre la Renaissance et le Baroque, et le modernisme grâce à l’un de ses ouvrages les plus connus Pioneers of the Modern Movement from William Morris to Walter Gropius (1936) qui envisage le Bauhaus comme héritier des théories de Morris, des Arts & Crafts et du Deutscher Werkbund. Pevsner porte ainsi à la connaissance de tous, et des Anglais en particulier, ce pan de l’art contemporain encore méconnu, valorisant aussi la place de la culture britannique dans l’histoire de l’art et de l’architecture modernes. Un autre apport réside dans sa participation à l’élaboration d’une histoire sociale de l’art. Dans Academies of Art, Past and Present (1940), Pevsner procède à une enquête minutieuse de l’enseignement artistique entre 1500 et 1900. S’intéressant aux conditions de production et de légitimation des pratiques et des canons, des artistes et de leurs œuvres, ce livre étudie les forces politiques, religieuses et mercantiles qui président à l’histoire de l’art et du goût. Ses études sur le design et l’architecture renforcent cette approche pragmatique selon laquelle l’art n’est pas un concept fantasmé, produit ex-nihilo, mais s’ancre concrètement dans la société. Son étude du design est étroitement liée à la vie quotidienne, et ses travaux sur l’architecture sont surtout envisagés sous l’angle d’une histoire des hommes circulant dans un espace donné. Dans Génie de l’architecture européenne (1965), l’arpenteur propose une écriture du regard et du corps en mouvement, et offre à son lectorat une véritable promenade architecturale. Car Pevsner cherche, pense, interroge, non en égoïste, mais bien pour partager généreusement sa connaissance avec le plus grand nombre, bien au-delà du seul cadre universitaire. Le dernier chapitre atteste de ce désir de popularisation de l’histoire de l’art dès les années 1950. Il met un point d’honneur à montrer les nombreuses passerelles que l’universitaire s’est employé à tracer entre les milieux académiques et le grand public, que l’on songe à son statut d’éditeur de la série Pelican History of Art qui forme à ce jour la plus longue histoire de l’art jamais publiée, à son rôle de promoteur dans The Buildings of England (1951-1974) où il recense scrupuleusement l’ensemble du patrimoine anglais, ou encore à son activité d’homme de radio pour la BBC.

6S’achevant par une bibliographie clairement structurée et un index des noms, cet ouvrage érudit, extrêmement documenté, est écrit dans un style clair. On lui reprochera cependant une construction encore redevable au support de la thèse, avec un manque d’esprit de synthèse dans certaines parties et un chapitrage très hiérarchisé qui peuvent nuire à la limpidité du propos et dérouter un lecteur non averti et non germaniste. Hormis ces questions de forme, ce livre remarquable a le mérite de retracer une trajectoire passionnante, d’éclairer notre connaissance sur les origines d’une discipline, tout en éveillant des résonances profondes avec le contexte actuel. Ce parcours exceptionnel pousse ainsi à s’interroger sur les richesses culturelles et intellectuelles produites par la migration, sur l’implication des historien.ne.s de l’art dans la société, ou encore sur la conviction qu’une meilleure connaissance de l’art et du patrimoine sont cruciaux dans la valorisation et la cohésion des peuples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Foucher Zarmanian, « Émilie Oléron Evans, Nikolaus Pevsner, arpenteur des arts. Des origines allemandes de l’histoire de l’art britannique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 06 mai 2016, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20744

Haut de page

Rédacteur

Charlotte Foucher Zarmanian

Chargée de recherches CNRS (LEGS UMR 8238), docteure en histoire de l’art

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page