Navigation – Plan du site

Anne Applebaum, Rideau de fer. L’Europe de l’Est écrasée. 1944-1956

Nicolas Haesler
Rideau de fer
Anne Applebaum, Rideau de fer. L'Europe de l'Est écrasée 1944-1946, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2016, 944 p., ISBN : 9782070464890.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Snyder, Timothy, Terres de sang : L'Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard,‎ 2012.
  • 2 Elle justifie son choix géographique par les différences entre ces trois pays (p. 43). Cette subsum (...)

1Dans son dernier ouvrage, la journaliste américaine Anne Applebaum propose un projet ambitieux. Dans une approche transnationale qui n’est pas sans rappeler celle de l’historien américain Timothy Snyder et son remarquable Bloodlands1, Applebaum se penche sur l’histoire de la RDA, de la Pologne et de la Hongrie durant la période de 1944 à 19562. Elle se focalise plus précisément sur les bouleversements politiques et sociaux qui se sont déroulés dans cette zone géographique après la « Stunde Null » – « l’heure zéro » au lendemain de la deuxième guerre mondiale – et sur l’installation d’un régime staliniste totalitaire dans ce qu’elle appelle « l’Europe orientale » (p. 31). C’est surtout la rapidité avec laquelle « les dirigeants de l’Union soviétique s’efforcèrent par tous les moyens d’imposer un système de gouvernement totalitaire » (p. 29) qui interpelle l’auteur. Par quels leviers institutionnels le pouvoir soviétique de Moscou a-t-il établi et renforcé son emprise et son contrôle total sur la société et la politique de l’Europe de l’Est en si peu de temps ?

2Pour répondre à cette question, Anne Applebaum a procédé à un impressionnant travail de recherche dans les archives allemandes, polonaises, hongroises, russes, britanniques et américaines. De plus, elle a interrogé 90 témoins d’époque afin d’incarner au mieux le récit historique et de l’embrasser de la manière la plus globale qui soit, c’est-à-dire non pas seulement à travers les sources archivistiques mais également à travers les témoignages de gens connus – comme Günter Schabowski, membre du comité central du parti socialiste unifié (SED) de la RDA – et inconnus. Ces voix apportent sans nul doute plus d’authenticité à cette histoire.

  • 3 Cette affirmation ne tend aucunement à faire un « ranking » de la violence nazie mais renvoie tout (...)

3On serait tenté de répondre à la question soulevée par Anne Applebaum par la désorientation totale des populations après le cataclysme de 1939-1945 et par l’assurance qui pouvait se dégager du pouvoir soviétique. Car après avoir subi l’essentiel de la violence destructrice nazie3, l’Union soviétique a résisté, finalement vaincu le national-socialisme et libéré l’Europe de l’Est. Par ailleurs, face à l’échec « catastrophique » des démocraties libérales occidentales dans les années 1930, beaucoup pensaient que le modèle soviétique représentait une véritable alternative. Or cette réponse ne satisfait pas pleinement Anne Applebaum, qui souhaite comprendre de façon plus précise les transformations sociales et politiques qui ont mené à l’expansion du stalinisme en Europe de l’Est. Autrement dit, l’auteur veut comprendre et raconter l’histoire du totalitarisme à l’œuvre dans toute sa dimension concrète et pragmatique. Car « [les dirigeants soviétiques] n’appliquèrent que les techniques dont ils savaient qu’elles avaient des chances de réussir, et ils ne minèrent que les institutions qu’ils croyaient absolument nécessaire de détruire » (p. 45).

4Pour ce faire, l’auteur articule son livre en deux temps. La première phase correspond à la période de 1944 à 1948. Durant ces années, l’Union soviétique s’appropriait la gestion d’institutions sociales, culturelles, politiques et économiques des pays de l’Est en occupant un certain nombre d’éléments de la société civile. Ainsi, on peut évoquer le contrôle de la radio et de l’éducation par des fonctionnaires communistes, l’établissement d’une police secrète en associant aux agents locaux des experts du NKVD (le « Commissariat du peuple aux Affaires intérieures », la police politique soviétique) venus directement de Moscou, le recours au nettoyage ethnique et à la violence qui avait à tout moment valeur d’exemplarité. C’est en fait à un véritable travail de sape auquel se sont livrés les technocrates stalinistes afin de réaliser le projet du socialisme réel dans ces pays. Ce minage était réalisé par des fonctionnaires soviétiques, mais également par des communistes locaux ainsi que par des collaborateurs plus ou moins assidus, dont les motivations ne permettent guère des généralisations structurelles. Dans des chapitres comme « Policiers, Jeunesse, Radio » Anne Applebaum montre de façon impressionnante comment les fonctionnaires soviétiques ont pris place au cœur même des institutions civiles afin de les contrôler pour réaliser le projet communiste.

5La deuxième partie couvre la période de 1948 à 1956. Elle correspond à ce qu’Anne Applebaum nomme le « Haut Stalinisme », c’est à dire la radicalisation de l’emprise staliniste sur ces pays de l’Europe de l’Est. Après avoir constaté que le minage des institutions civiles, tout en maintenant quelques rares éléments régaliens – comme les votes par exemple –, n’avait pas donné pleine satisfaction, Moscou décida d’exercer davantage de contrôle et d’éradiquer toute forme d’opposition ou de résistance. Ainsi, les années 1948 à 1953 virent une augmentation des déportations dans les goulags et une radicalisation de la répression policière. En même temps, l’imprégnation totalitaire staliniste des sociétés civiles se renforça en s’attaquant désormais aux mentalités et aux vies des individus. À travers un contrôle accru des médias, de la jeunesse, de la culture et des conditions cadres de la vie quotidienne – comme par exemple la création de villes idéales – le pouvoir communiste voulait créer un homo sovieticus, c’est à dire un homme soviétique qui « ne s’opposerait jamais au communisme [et qui] ne saurait même concevoir de s’opposer au communisme » (p. 527). Cette transformation devait reposer sur l’enthousiasme et la coopération des masses populaires, induits bien évidemment par un contrôle encore plus total et répressif. Face à un tel régime, les gens choisissaient entre l’accommodation et la résistance. Résistances qui, comme on le sait, ont été finalement réprimées avec brutalité en 1956.

  • 4 Il y a beaucoup d’ouvrages qui se consacrent à cette thématique de l’interdépendance et interrelati (...)

6Le livre d’Anne Applebaum comporte quelques faiblesses et quelques points forts. Parmi les faiblesses il y a deux éléments qui apportent un bémol à la qualité générale de l’ouvrage. Premièrement, il y a l’approche théorique du totalitarisme et la façon dont celle-ci est intégrée dans le texte. En effet, Applebaum ouvre une parenthèse théorique sur la problématique du totalitarisme dans son introduction pour ne plus y revenir de façon approfondie. Pourquoi alors faire cette incise théorique ? Par ailleurs, sa conception du totalitarisme procède à un amalgame simplificateur et réducteur, car pour elle stalinisme et totalitarisme sont synonymes et aisément interchangeables (p. 32). Elle définit le totalitarisme comme « un régime qui interdit toutes les institutions, hormis celles qu’il a officiellement approuvées. Un régime totalitaire a donc un seul parti politique, un système éducatif unique, un seul credo artistique, une économie planifiée centralisée, un système médiatique unifié et un seul code moral » (p. 24). Cette définition n’est certes pas erronée et a l’avantage de servir le procédé narratif d’Applebaum en lui donnant une assise théorique. Mais elle ne permet pas de cerner cette thématique dans sa complexité et fait fi des comparaisons complexes entre le fascisme italien, le nazisme et le stalinisme. Le deuxième point faible du livre est l’absence de l’Ouest. Peut-être cela aurait-il surchargé un ouvrage déjà très volumineux. Mais il aurait néanmoins été souhaitable que l’auteur mentionne au moins la dynamique tendue avec l’Ouest dans laquelle l’évolution du stalinisme doit être saisie4.

  • 5 Klessmann, Christoph, « Die Zerstörung der Zivilgesellschaft », Frankfurter Allgemeine, 6 février 2 (...)

7Les points forts du livre d’Anne Applebaum sont sa force narrative et l’adjonction de sources orales aux sources archivistiques. En effet, comme le relève le journaliste Christoph Klessmann dans la FAZ5, beaucoup de choses ont déjà été dites sur cette thématique. Or, le livre d’Anne Applebaum, sans apporter de grandes nouveautés, est tout de même un livre remarquable car il donne la parole – pour certains c’était l’ultime occasion de s’exprimer sur cette thématique – à des témoins d’époque et procure ainsi à cette histoire une dimension incarnée, concrète et vivante. De plus, et c’est le deuxième point fort de cet ouvrage, l’auteur possède une écriture avec une réelle force narrative qui rend la lecture captivante.

Haut de page

Notes

1 Snyder, Timothy, Terres de sang : L'Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard,‎ 2012.

2 Elle justifie son choix géographique par les différences entre ces trois pays (p. 43). Cette subsumption géographique rappelle justement l’approche de Snyder.

3 Cette affirmation ne tend aucunement à faire un « ranking » de la violence nazie mais renvoie tout simplement à la différence de caractère qu’il y a avait entre la guerre à l’Ouest et la guerre à l’Est. Cela ne signifie pas non plus qu’il n’y ait pas eu de massacres à l’Ouest. Il suffirait de mentionner Tulle et Oradour-sur-Glane pour s’en rappeler. Mais c’est à l’Est que le régime national-socialiste mena son principal effort de guerre raciale contre l’adversaire judéo-bolchévique. Je renvoie pour cette thématique à Hartmann, Christian, Hürter, Johannes, Lieb, Peter, Pohl, Dieter, Der deutsche Krieg im Osten 1941 – 1944, München, Oldenbourg Verlag, 2009 et à l’exposition autour du rôle de la Wehrmacht à l’Est faite par le Hamburger Institut für Sozialforschung sous l’égide de Jan Philipp Reemtsma. Hamburger Institut für Sozialforschung, Verbrechen Der Wehrmacht. Dimensionen des Vernichtungskrieges 1941 – 1944, Hamburg, Hamburger Edition HIS, 2002.

4 Il y a beaucoup d’ouvrages qui se consacrent à cette thématique de l’interdépendance et interrelation entre les deux blocs et à leur évolution interne. Je renvoie ici en particulier à l’ouvrage de Mary Kaldor qui offre une bonne vue d’ensemble. Kaldor, Mary, The Imaginary War. Understanding the East-West Conflict, Oxford, Cambridge, Blackwell, 1990.

5 Klessmann, Christoph, « Die Zerstörung der Zivilgesellschaft », Frankfurter Allgemeine, 6 février 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Haesler, « Anne Applebaum, Rideau de fer. L’Europe de l’Est écrasée. 1944-1956 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 mai 2016, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20750

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page