Navigation – Plan du site

Shlomo Sand, La fin de l’intellectuel français ?

Sébastien Zerilli
La fin de l'intellectuel français ?
Shlomo Sand, La fin de l'intellectuel français ? De Zola à Houellebecq, Paris, La Découverte, 2016, 276 p., Traduit de l'hébreu par Michel Bilis, ISBN : 978-2-7071-8939-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Daniel Lindenberg, Le rappel à l’ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires, Paris, Seuil, coll (...)
  • 2 Sudhir Hazareesingh, Ce pays qui aime les idées. Histoire d’une passion française, Paris, Flammario (...)

1En janvier dernier reparaissait, augmenté d’une postface et habillé d’une couverture marquée d’un large bandeau « L’essai prémonitoire », Le rappel à l’ordre de Daniel Lindenberg. La réédition de cette étude, dans laquelle l’auteur se penche sur les pulsions d’une « libido réactionnaire1 » dont les poussées paraissent de plus en plus nombreuses et violentes, fait directement écho à la parution du dernier ouvrage de Shlomo Sand. Ces deux publications trouvent d’ailleurs leur place dans une constellation de titres toujours plus nombreux, consacrés à l’analyse de l’atmosphère politico-intellectuelle hexagonale. Cette ambiance, l’anglais Sudhir Hazareesingh l’évoque dans un livre récent. Dans des lignes introductives inquiètes qui tranchent avec la tonalité globale de son texte, mais qu’on pourrait retrouver à l’identique dans l’étude de l’historien israélien, il note : « Cet ouvrage paraît à un moment où la France est en crise, où la nation éprouve un sentiment de malaise grandissant face à sa situation actuelle et ses perspectives d’avenir.2 » Cette humeur dépressive serait-elle tout à la fois la cause et la conséquence de La fin de l’intellectuel français ?

  • 3 Emmanuel Todd, Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise politique, Paris, Seuil, 2015.

2La réponse que fournit Shlomo Sand à cette question interpelle. D’abord parce que la lecture de l’ouvrage fait apparaître une dissonance de tons. Même s’il s’agit d’un essai engagé, et qu’à aucun moment l’auteur ne prétende atteindre une idéale vérité historique, le contenu des deux parties qui composent le livre révèle une sorte de chiasme : au fil des pages, Shlomo Sand apparaît effectivement successivement comme un historien qui se penche sur l’histoire intellectuelle française (Partie I : « Les clercs dans la tourmente du siècle ») puis comme un intellectuel qui prend position dans les débats qui agitent l’histoire immédiate du pays (Partie II : « Islamophobie et “Rhinocérite” des clercs »). Il ne saurait ici être question de hiérarchiser chacun de ces développements, mais on peut toutefois noter leurs différences. Dans les cinq premiers chapitres qui forment le premier segment de l’ouvrage se succèdent des analyses savantes lestées de nombreuses références. Ainsi des remarques méthodologiques relatives à l’histoire des intellectuels (Chapitre I), ou bien encore des distinctions serrées que le spécialiste développe entre fascisme et nazisme lorsqu’il aborde la trajectoire de Robert Brasillach ou de Pierre Drieu la Rochelle (Chapitre IV). A contrario, les deux derniers chapitres du livre, qui composent à eux seuls sa dernière partie, contiennent des propos nettement plus partisans, étayés par le savoir de l’auteur, mais énoncés avec une fermeté qu’expliquent le degré de tension du débat politique et la volonté de prendre position à propos de l’actualité récente. Ainsi les réserves que Shlomo Sand formule vigoureusement à propos de l’unanimisme symbolisé par le slogan « Je suis Charlie » (Chapitre VI) au lendemain des attentats de janvier 2015 sont-elles d’abord celles d’un observateur engagé, avant d’êtres celles d’un universitaire. Faisant écho aux analyses polémiques non citées d’Emmanuel Todd3, l’auteur pointe l’irrévérence sélective du journal satirique à l’endroit du prophète Mahomet, et soutient que les réactions d’union nationale générées par ce drame sont en partie l’expression d’une islamophobie latente largement répandue en France.

  • 4 Notamment l’historien Michel Winock, que Shlomo Sand cite dans son ouvrage. Voir l’épilogue du Sièc (...)
  • 5 Jean Duvignaud, Le ça perché, Paris, Stock, coll. « Les grands leaders », 1976, p. 243.

3Au-delà de ce décrochage de ton qui surprend à la lecture, plusieurs remarques doivent également être formulées qui concernent cette fois-ci le thème et le fond de l’ouvrage. On peut tout d’abord souligner que la question-titre à laquelle Shlomo Sand souhaite répondre est une sorte de ritournelle, invariablement formulée dans les travaux consacrés à l’histoire des intellectuels. L’auteur le concède d’ailleurs, qui note qu’« [a]ffirmer, aujourd’hui, que l’intellectuel […] se situe dans une zone crépusculaire n’est pas faire preuve d’une grande originalité » (p. 173). À cette interrogation que beaucoup d’autres ont formulée avant lui4, Shlomo Sand répond donc logiquement par des arguments attendus. L’intellectuel français, dont les traits définitoires sont compliqués à tracer puisqu’il ne s’agit pas forcément d’un savant ou d’un homme de lettres qui acquiert une autorité morale grâce à son savoir, est victime de plusieurs évolutions structurelles. Souvent « fonctionnaire de l’intelligence5 » ayant joué un rôle dans la cohésion de la nation, il pâtit du recul de l’État ; parfois « intellectuel organique » au service d’un groupe social, il s’efface alors que se pose désormais la question du maintient de l’existence des classes. La variante de « l’intellectuel total », incarnée par l’engagement sartrien, apparaît quant à elle résolument dépassée, alors que les grandes idéologies totalisantes semblent avoir disparu et que l’aura de la France décline dans une Europe aujourd’hui provincialisée à l’échelle mondiale. Les valeurs portées par la société en réseaux ont elles aussi un impact. Moins verticale, plus participative, valorisant « l’expertise profane » et la désintermédiation, elle semble aujourd’hui rendre anachronique l’expression d’un « savoir-pouvoir », fut-il celui de « l’intellectuel spécifique » n’intervenant que dans son strict domaine de compétence tel que défini par Michel Foucault…

4S’il répond on ne peut plus classiquement à la question, il faut pourtant noter que Shlomo Sand n'y consacre grosso modo que le dernier tiers de son livre, faisant ainsi apparaître un hiatus entre l’intitulé et le contenu de l’ouvrage. Même si l’auteur précise que « [s]on intention n’était pas de rédiger une énième histoire des intellectuels en France » (p. 8), c’est bien à cet exercice qu’il se livre, revenant dans les cinq chapitres de la première partie sur les temps forts d’un « siècle “conflictuel” » (p. 198) qui, depuis les passions déchaînées par l’affaire Dreyfus jusqu’à la fin des idéologies symbolisées par la chute du Mur, aura vu la naissance, l’apogée et le déclin de l’intellectuel français.

5L’analyse de la situation actuelle, loin d’être le cœur du propos, comme le titre du livre pourrait le laisser supposer, apparaît plutôt comme une sorte d’ouverture militante, comme le dernier des « faisceaux de lumières » que l’auteur a voulu projeter sur une « brève histoire particulière » (p. 8). Ces propos nous renvoient finalement encore une fois à la structure du livre. Si aucun des chapitres n’est « sourcé », on a l’impression de lire une compilation d’articles, tous intéressants mais assez laborieusement suturés, plutôt qu’un ouvrage dont la succession et l’articulation des parties permettent en quelque sorte à une thèse de s’épanouir et de s’épuiser. Sans doute en a-t-on d’ailleurs la confirmation implicite lorsqu’on lit que l’auteur « depuis longtemps taraudé par ces questions, [a] éprouvé la nécessité de remettre en ordre, pour les lectrices et les lecteurs français, [des] réflexions fragmentées, jusqu’alors surtout publiées en anglais et en hébreu » (p. 8). Le travail de montage et de façonnage de textes déjà publiés qu’a dû nécessiter cette publication explique à notre avis les légers décrochages, le sentiment de lecture saccadée et le manque de fluidité qu’on ressent en passant de l’une à l’autre des parties du livre. Ainsi de la jonction abrupte entre la longue galerie de portraits du chapitre II et le développement sur les intellectuels et le marxisme qui fait l’objet du chapitre III. S’il fallait trouver une sorte de fil rouge qui se déroule discrètement tout au long des pages, on mentionnerait les fragments autobiographiques disséminés ça et là. Ils éclairent remarquablement les prises de position de l’auteur et on aurait souhaité qu’ils soient plus nombreux.

6Le caractère composite de l’ouvrage, qui permettra d’éventuelles lectures « vagabondes », ne doit pourtant pas masquer l’intérêt de sa récente publication : se remémorer ou se familiariser avec quelques repères de l’histoire intellectuelle française, et permettre ainsi à tout un chacun de prendre position.

Haut de page

Notes

1 Daniel Lindenberg, Le rappel à l’ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires, Paris, Seuil, coll. « La République des idées », 2016 [2002], p. 11.

2 Sudhir Hazareesingh, Ce pays qui aime les idées. Histoire d’une passion française, Paris, Flammarion, coll. « Au fil de l’histoire », 2015, p. 30.

3 Emmanuel Todd, Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise politique, Paris, Seuil, 2015.

4 Notamment l’historien Michel Winock, que Shlomo Sand cite dans son ouvrage. Voir l’épilogue du Siècle des intellectuels, Paris, Seuil, 1997, p. 606-619 et, du même auteur, « Essor ou déclin des intellectuels ? Vers une autre typologie », in L’effet de génération. Une brève histoire des intellectuels français, Vincennes, Éd. Thierry Marchaisse, 2011, p. 115-125.

5 Jean Duvignaud, Le ça perché, Paris, Stock, coll. « Les grands leaders », 1976, p. 243.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Shlomo Sand, La fin de l’intellectuel français ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 mai 2015, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20751

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Diplômé en sociologie, en anthropologie et en sciences politiques

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page