Navigation – Plan du site

Lynn Hunt, Margaret C. Jacob et Wijnand Mijnhardt, Le livre qui a changé l’Europe. Cérémonies religieuses du monde de Bernard Picart et Jean-Frédéric Bernard

Jean-Philippe Bard
Le livre qui a changé l'Europe
Lynn Hunt, Margaret C. Jacob, Wijnand Mijnhardt, Le livre qui a changé l'Europe. Cérémonies religieuses du monde de Bernard Picart & Jean Frédéric Bernard, Genève, Markus Haller, coll. « Modus vivendi », 2015, 482 p., Traduit de l'anglais par Sylvie Kleiman-Lafon, ISBN : 978-2-940427-23-9.
Haut de page

Texte intégral

1Mettre côte à côte dans un même ouvrage le judaïsme et le catholicisme, les rites païens et l’eucharistie, les bonzes asiatiques et les pasteurs européens : voilà de quoi nourrir autant l’érudition que la réflexion des lecteurs du grand œuvre encyclopédique de Bernard Picart et Jean-Frédéric Bernard. Les sept volumes, forts de leurs 250 gravures, ont su dès leur publication, entre 1723 et 1737, attiser la curiosité et stimuler les esprits, lançant un appel à l’étude et à la découverte culturelle, et par là à un véritable défi intellectuel relevé encore aujourd’hui par Lynn Hunt et Margaret C. Jacob de Los Angeles, et par Wijnand Mijnhardt d’Utrecht.

2Ces trois professeurs d’université ont entrepris d’explorer en profondeur cette somme inégalée – dont l’ambition était de présenter l’ensemble des religions professées dans le monde à l’époque de sa publication – afin d’en mesurer la portée. S’ils soulignent le succès qu’elle connut, ils mettent également en valeur la démarche novatrice de ces deux professionnels du livre, insérés dans un tissu social, culturel et intellectuel dense, riche et émancipateur. La démarche scientifique est des plus simples : il s’agit d’immerger le lecteur dans le monde de Bernard et Picart, pour comprendre les cadres intellectuels dans lesquels ils évoluent, les enjeux qui motivent leur travail et pour connaître les moyens dont ils disposent.

3L’étude se divise en deux parties : la première retrace avec brio l’itinéraire professionnel et intellectuel des deux hommes, empruntant sa méthode à la microstoria de Carlo Ginzburg. À partir d’une pièce d’archive de la mystérieuse confrérie des Chevaliers de la Jubilation, assemblée le 24 novembre 1710, les trois auteurs reconstruisent pas à pas les parcours biographiques de Bernard et Picart, quittant une France divisée par les querelles religieuses pour la Hollande, terre de tolérance et d’ordre religieux sans égale à l’époque. Car les deux hommes ont en commun d’avoir émigré de France pour cause de religion. Jean-Frédéric Bernard est le fils d’un pasteur qu’il a suivi à travers l’Europe après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685. Quant à Bernard Picart, fils d’un graveur parisien notoire, converti à l’âge adulte, il prend la décision, après un séjour en Hollande, de rejoindre cet État hors normes, qui garantit une liberté de culte et d’opinion au moins exceptionnelle, si ce n’est totale. Professant tous deux un calvinisme libéral, voire hétérodoxe, ils s’insèrent dans un tissu international d’intellectuels plus ou moins libre-penseurs dont Toland comme Rousseau font partie. Si cette partie est l’occasion pour les auteurs de brosser un tableau dynamique de la pensée philosophique et théologique dans l’Europe du Nord-Ouest, l’analyse de réseaux permet de comprendre la démarche personnelle des acteurs, réseaux dont il est évident que l’impact social et culturel a pesé lourd dans la maturation intellectuelle et politique des protagonistes.

4De ce tableau d’ensemble, la focale se resserre sur les deux hommes. Associés, Bernard et Picart mettent en branle tout le monde de l’imprimerie pour produire cet ouvrage d’ampleur inédite, tant par sa qualité technique que par l’intelligence de son propos et la pertinence de sa méthode. De la description des rouages économiques mis en œuvre pour financer cette production coûteuse (la souscription) à l’analyse artistique des gravures de Picart et ses disciples, les auteurs n’épargnent aucune piste pour mieux comprendre cette œuvre complexe. Le parcours professionnel et esthétique de Picart est passé au peigne fin, et révèle le lien intime tressé entre ses choix artistiques et son idéologie. Le souci du détail et de l’authenticité, qui parcourt toute son œuvre, comme le montre la recherche minutieuse de modèles aux sources fiables et scientifiquement valables, ainsi que l’humanisation, accompagnée pourtant d’une tentative systématique de lissage des pratiques très (ou trop) exotiques, tranchant avec les modèles souvent dépréciatifs et hyperboliques, sont autant d’indices de la conception que se fait Picart de sa tâche et de la gravure. Outre l’agrément illustratif qu’il n’oublie jamais, elle est avant tout utilisée comme preuve du discours au même titre que le texte. Le soin accordé à l’authenticité en est la marque : Picart est allé personnellement observer les rites juifs et se représente lui-même sur les gravures comme témoin oculaire crédible des rites religieux décrits. La méthode scientifique de Bernard pour la rédaction des textes rejoint celle de Picart. En fait d’auteur, Bernard articule surtout plusieurs textes antérieurs choisis avec soin et les complète de façon avisée selon son sentiment. La sélection des textes se fait sur les mêmes critères que celle des gravures : authenticité et fiabilité. Si le récit de voyage a inspiré notre éditeur (tant pour les aspects intellectuels que commerciaux d’ailleurs), il ne se cantonne pas à ce simple genre et privilégie une approche encyclopédique. Véritable assortiment de textes chers à l’auteur, le livre délivre avec subtilité et prudence l’idéologie résolument tolérante et parfois libertine de Bernard, admirateur invétéré de Naudé, Rabelais ou Des Périers. Cérémonies religieuses du monde compulse donc des descriptions quasi ethnographiques, mais se structure de telle sorte que les pointes acerbes dirigées contre les systèmes religieux en général, et le catholicisme en particulier, prennent tout leur sens dans cette œuvre qui se veut pourtant impartiale.

5Car si Cérémonies religieuses du monde a été largement décrié et censuré par les autorités religieuses, l’ouvrage n’est pas un ouvrage polémique. Encyclopédique, cet ensemble a la prétention de présenter au lecteur les religions connues de façon impartiale. C’est implicitement qu’il « semait l’idée radicale que toutes les religions étaient également dignes de respect — et de critique » (p. 1). Certes nourrie des tentatives protestantes de créer une analogie entre les rites païens et le catholicisme, l’œuvre de Bernard et Picart s’en détache pour embrasser à couvert un déisme (voire un panthéisme) radical, émaillé d’un anticléricalisme généralisé à toutes les religions du monde. Toute la seconde partie du livre de Hunt, Jacob et Mijnhardt a précisément pour objectif de mettre en évidence la dimension subversive et éminemment relativiste et tolérante des Cérémonies. Divisée en cinq chapitres traitant chacun des sections les plus importantes des sept volumes, elle est, si l’on peut dire, l’exemple prouvant l’argumentaire énoncé dans la première partie de l’étude. Les auteurs se sont efforcés de montrer la cohérence des sept tomes pour mettre en évidence l’ambition de Bernard et Picart : traité comme l’islam, le judaïsme, ou même le paganisme, le catholicisme est remis « à sa juste place ». Plus osé encore, les dissidences déistes et spinozistes trouvent une place dans cet ouvrage éclectique, aux côtés de la religion chrétienne. Nous l’avons dit, les choix de Picart renforcent cette approche relativiste en accordant la même dignité aux fidèles hindous qu’aux calvinistes les plus orthodoxes. Le message théologique fondamental de toute l’œuvre est bien celui-ci : montrer que la connaissance de Dieu a été pervertie par tous les systèmes cléricaux de la Terre, et qu’aucune croyance ne peut plus qu’une autre prétendre détenir la vérité exclusive, mais que toutes ont perdu sous des masses de rites superflus la connaissance essentielle du divin. « Implicitement, les images transformaient la religion, d’une question de foi révélée à certains peuples de Dieu, en un sujet de pratiques sociales comparées » (p. 157).

  • 1 Il s’agit ici du livre ouvertement athée écrit par le Baron d’Holbach (1723-1789), qui s’inscrit da (...)

6Si la réflexion théologique est d’un grand intérêt, la véritable force du travail de Bernard et Picart, réside dans leur pédagogie, leur méthode. L’ouvrage ne professe pas ouvertement son message subversif, mais invite le lecteur à une démarche comparative et relativiste qui mène tout droit à une tolérance dont ils se font les chantres. La ressemblance entre les gravures, la proximité du judaïsme et du catholicisme, tout pousse à la comparaison : les rites nuptiaux ou funéraires, les fêtes du solstice… tout ne se retrouve-t-il pas dans beaucoup de pratiques très éloignées ? Un lecteur assez subtil, comme c’est le cas des autorités de censure, a vite fait de tisser des liens entre ces pratiques et de remettre en question l’exclusivité de sa révélation divine. De là au Traité des trois imposteurs1, il n’y a qu’un pas qui pourtant n’est pas franchi. Bernard et Picart tiennent résolument à laisser le lecteur se faire sa propre opinion. Est-ce par prudence ? Ou par pédagogie ? Quoi qu’il en soit, la démarche scientifique est là, caractéristique ou plutôt prémonitoire des Lumières. Les auteurs insistent sur l’influence de ce livre sur Rousseau et son fameux vicaire savoyard, et ce n’est qu’un exemple du succès intellectuel de cet ouvrage.

7Bref, Cérémonies religieuses du monde a plus d’un attrait, et L. Hunt, M.C. Jacob et W. Mijnhardt ont su nous les communiquer, à commencer par cette curiosité scientifique qui fait la force de cette encyclopédie. Si nous pouvons déplorer l’absence d’une étude précise du lectorat et de son rapport à cet ouvrage encyclopédique particulier, toujours bien difficile à appréhender, l’étude historique mérite son succès. Et les nombreuses reproductions des splendides gravures de Picart ne font qu’accroître l’intérêt d’un lecteur plongé dans la découverte d’une contribution essentielle, mais trop souvent oubliée, à l’émergence des Lumières, d’un graveur et d’un éditeur, de l’univers laborieux du livre et de l’imprimerie.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit ici du livre ouvertement athée écrit par le Baron d’Holbach (1723-1789), qui s’inscrit dans la tradition blasphématoire médiévale, présentant Mahomet, Moïse et Jésus Christ comme des imposteurs dont le premier mensonge aurait été d’inventer un Dieu de toute pièce afin de se donner une légitimité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Bard, « Lynn Hunt, Margaret C. Jacob et Wijnand Mijnhardt, Le livre qui a changé l’Europe. Cérémonies religieuses du monde de Bernard Picart et Jean-Frédéric Bernard », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 16 mai 2016, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20800

Haut de page

Rédacteur

Jean-Philippe Bard

Élève en master 2 d’histoire moderne à l’ENS de Lyon. Son mémoire de M1 concernait le rôle joué par l’imprimerie lyonnaise dans la diffusion des idées protestantes à Lyon et dans la confessionnalisation à l’œuvre au XVIe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page