Navigation – Plan du site

Natasha Du Rose, The governance of female drug users. Women’s experiences of drug policy

Maïa Neff
The governance of female drug users
Natasha Du Rose, The governance of female drug users. Women's experiences of drug policy, Bristol, Policy Press, 2015, 356 p., ISBN : 9781847426727.
Haut de page

Texte intégral

1La consommation de drogues illicites est généralement considérée comme une « pratique masculine »1 et comme un « sujet périphérique » lorsqu’il s’agit de questionner un éventuel usage au féminin (p. 17). Bien que la sociologie de la drogue et de la déviance ait été prolifique sur le sujet des drogues en général, rares sont les travaux sociologiques qui s’intéressent aux femmes consommatrices. Pourtant, dès le XIXe siècle, ces dernières apparaissent aussi concernées par le phénomène et l’une des premières figures de la drogue prend même les traits d’une femme, « la Morphinée »2. Par ailleurs, quelques recherches existantes, notamment féministes3, dénoncent un contrôle social accru réservé aux femmes consommatrices (pratiques illégales doublées d’une non-conformité à l’image traditionnelle de la féminité).

2Dans cette perspective, Natasha du Rose, maîtresse de conférence en criminologie à l’Université de Roehampton, apporte ici une contribution féministe à la sociologie des drogues et de la déviance. Elle aborde un sujet encore non traité, celui des expériences institutionnelles de femmes consommatrices. Après sept ans passée comme coordinatrice et formatrice au sein d’un centre de soin et d’accueil prévu pour des femmes (Royaume-Uni), l’objectif de sa recherche est de comprendre la façon dont se constitue le savoir sur les femmes usagères de drogues et les effets des politiques de lutte contre les drogues illicites sur ces femmes au Canada, États-Unis et Royaume-Uni. Son corpus principal porte sur une analyse d’entretiens biographiques de 40 femmes en Angleterre (Bristol, Reading et Londres). Trois questions organisent son enquête : par quelles techniques ces politiques contemporaines construisent et régulent les subjectivités des femmes ciblées ? En quoi la gouvernance institutionnelle de l’usage de drogue est-elle spécifique pour les femmes ? Quelles sont leurs capacités de résistances face aux stigmates et à des assignations identitaires ? De ce fait, elle ambitionne de briser des représentations sociales négatives à l’égard des consommatrices de drogues et de dénoncer les mécanismes institutionnels discriminatoires en termes de justice sociale et « d’équité de genre » (p. 275).

3Dans une première partie (chapitres 1 & 2), Natasha du Rose met en évidence la construction académique et politique d’un « problème public » de l’usage de drogues par des femmes. Le chapitre 1 propose un état de la littérature afin de mieux appréhender la manière dont les discours académiques produisent des définitions et des catégorisations sur le sujet. En premier lieu, la question des femmes consommatrices est analysée sous l’angle de la pathologie ou comme sujet périphérique au sein des sciences de la psychiatrie et de la psychologie. Des thèmes récurrents dominent alors le champs théorique des années 1960 à nos jours : la maternité, la notion du « risque » au moment de l’épidémie du sida, ou l’étude du lien entre usages de drogues et criminalité par des femmes (sous le joug d’une partenaire ou comme forme d’émancipation). Les apports des recherches féministes et leurs analyses structurelles ont permis de dépasser pour partie ces approches et, de mettre en exergue l’importance de la variable « genre » comme mode de régulation des pratiques (stigmatisation accrue pour des femmes usagères).

4En se fondant sur des rapports et des sources historiques, l’auteure dessine dans un deuxième chapitre le contexte politique dans lequel ont émergé ces discours et les politiques de drogues contemporaines au Canada, Royaume-Uni et États-Unis (depuis l’histoire de la prohibition à nos jours). Elle établit un lien entre la mise en place de réponses répressives à l’usage de drogues et le développement de modes de gouvernance néolibéraux. Moyen de rappeler à l’ordre ceux qui ne se conforment pas à certains rôles sociaux (ex : celui de travailleur discipliné au sein du marché économique légal, celui de mère etc.), la punition de l’usage de drogues vise aussi à protéger le reste de la communauté de ceux qui ne s’autogouverneraient pas de façon responsable (les consommateurs de produits). En parallèle de ces lois punitives, l’auteure explique que la restructuration des États Providence à l’œuvre depuis 40 ans rend particulièrement fragiles des femmes usagères de drogues déjà dans des situations de vulnérabilités (ex : diminutions des aides sociales). Au sein de la critique globale des sociétés néolibérales de l’auteure, il est parfois possible de regretter une analyse qui ne soit pas toujours détaillée des mécanismes auxquels elle se réfère.

5Dans une deuxième partie (chapitres 3, 4 & 5), Natasha du Rose montre en quoi l’édification de ce problème de l’usage de drogues pour des femmes prend appui sur une « gouvernementalité » spécifique. Ce concept foucaldien est ici entendu comme une forme de technologie de pouvoir et de surveillance de l’État sur les femmes usagères de drogues. Cette technologie repose alors sur un ensemble de techniques (façons de faire), procédures et rationalités (façons de penser) produites notamment par les institutions afin d’avoir la maîtrise de l’identification de pratiques et d’identités problématiques. Plus concrètement, l’auteure délimite trois types de discours et de techniques qui fondent cette technologie de pouvoir : l’interdiction, la médicalisation et la welfarization de l’usage de drogues pour des femmes.

  • 4 Par médicalisation, il est ici entendu la constitution d’un phénomène social comme médical
  • 5 Foucault Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Londres, Penguin Books, 1991[1975]

6L’interdiction s’appuie sur la technologie de la punition qu’un discours officiel de criminalisation des produits illicites et de ses usagères vient renforcer. Cela se traduit par une présentation officielle de ces femmes comme criminelles et dangereuses et, en pratique, par un nombre important de femmes incarcérées ou punies par la loi (32 femmes enquêtées par l’auteure ont été en contact avec le système pénal au cours de leur vie, en lien avec leurs usages). Dirigée principalement vers celles issues de minorités ethniques et pauvres, cette criminalisation apparaît pour l’auteure comme genrée, ethnicisée et, de classe. Les femmes enceintes sont particulièrement criminalisées et passibles de poursuites judiciaires lorsque leur consommation, considérée comme portant atteinte au fœtus, est avérée. La médicalisation4, quant à elle, est basée sur le modèle de l’addiction. Phénomène pathologisé, l’usage de drogue chez ces femmes est alors défini comme « maladie de la volonté » et pratique irresponsable lorsqu’il n’est pas suivi et prescrit par des experts médicaux capables de « traiter » ces femmes. La welfarization apparaît enfin comme l’extension du domaine d’intervention des politiques sociales au sein desquelles ces femmes nécessiteraient un soutien institutionnel pour sortir de la consommation de drogues. Présentées dans une partie des discours officiels comme ne méritant pas cette assistance sociale et comme mères irresponsables, des sanctions peuvent être déployées si l’usage est avéré (ex : retrait d’allocations ou d’accès à un habitat social qui s’accompagnent souvent à terme du placement des enfants par les services sociaux). Cibles privilégiées d’interventions sociales, l’auteure décrit des mécanismes de contrôle et de surveillance spécifiques et ce, en en lien avec l’image de la féminité et le statut de la femme considérée principalement comme une mère potentielle (18 femmes de l’enquête sont entrées en contact avec les services sociaux par l’intermédiaire de leurs enfants). Les pères consommateurs ne sont pas visés par les mêmes mesures de contrôle en lien avec l’enfant. Ces techniques qui se complètent et se renforcent au sein d’institutions et d’autorités locales intrusives créent ainsi une coercition plus implicite et diffuse qualifiée de « continum carcéral »5. La combinaison des différents types de discours légitime alors l’idée de la nécessité d’un « traitement » de ces femmes et, donne ainsi sa force à cette technologie de pouvoir basée sur la « gestion du risque » et l’identification d’usages et d’identités problématiques.

7La dernière partie (chapitres 6 et 7), est consacrée aux effets disproportionnés de ces techniques officielles sur les parcours de vies, les expériences et subjectivités des 40 femmes interviewées. Natasha du Rose explique qu’une des forces de la technologie de pouvoir réside dans sa capacité à produire des technologies de soi favorisant l’auto-assignation de caractéristiques spécifiques (intériorisation des catégories assignées négatives et auto-différentiation d’autres femmes non usagères), la normalisation (identification à des normes auxquelles se référer) et la responsabilisation (femmes et agences doivent atteindre les objectifs gouvernementaux). Ces femmes ont alors une approche de leurs pratiques psychologisée et individualisée. Par exemple, elles se perçoivent elles-mêmes fautives d’avoir choisi ce destin et déploreraient un comportement impossible à contrôler. Les messages paradoxaux diffusés par les différents types de discours institutionnels entrainent aussi des confusions identitaires et la construction de subjectivités malléables et hybrides. On regrettera dans cette partie une étude qualitative menée uniquement au Royaume-Uni et qui ne permet donc pas d’interroger plus globalement le lien entre histoire politique d’un pays et construction des subjectivités.

8Dans le dernier chapitre (chapitre 7), Natasha du Rose s’appuie sur les récits des femmes interviewées pour contester l’image officielle de femmes passives et irresponsables. Les femmes de son étude redéfinissent les représentations qu’on leur assigne et construisent des subjectivités positives au sein de contextes socio-économiques discriminants. Elles se décrivent comme entités rationnelles qui font preuve d’adaptation face à des environnements sociaux très contraints. Ainsi, l’auteure met en lumières des formes de résistances à plusieurs niveaux. Par l’adaptation, la redéfinition de leurs morales et de leurs standards comportementaux, ces femmes expliquent arriver à maintenir une part de contrôle de leurs vies. Par exemple, les femmes déterminent leurs pratiques comme un moyen auto-géré de maîtriser leurs émotions de plaisir et de douleur. Par l’usage, elles gouvernent ainsi leurs souffrances et échappent partiellement à leurs conditions. La retranscription d’extraits d’entretiens menés (partie III) permet de s’éloigner d’approches parfois abstraites et constitue un matériel riche d’informations. Les nombreuses citations des femmes amènent l’auteure et le lecteur à constater que, le regard qu’elles posent sur leurs propres vies, expériences et subjectivités constitue un défi à la pénalisation, médicalisation et welfarization de leurs comportements, jugés doublement déviant lorsqu’il s’agit de femmes.

Haut de page

Notes

1 Fernandez Fabrice, Emprises. Drogues, errance, prison : figures d'une expérience totale, Larcier, coll. « Crimen », 2010.

2 Coppel Anne, « Les femmes et les drogues : nouveaux rapports sociaux de sexe et nouvelles formes de subjectivité », la Santé de l’Homme, n°372, « Masculin féminin, les lois du genre », INPES, 1er juillet 2004

3 Boyd Susan, « Femmes et drogues: Survol des lois et des conflits mère/Etat aux Etats-Unis et au Canada. », Psychotropes, 10(3-4), 2004.

4 Par médicalisation, il est ici entendu la constitution d’un phénomène social comme médical

5 Foucault Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Londres, Penguin Books, 1991[1975]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maïa Neff, « Natasha Du Rose, The governance of female drug users. Women’s experiences of drug policy », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 mai 2016, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20829

Haut de page

Rédacteur

Maïa Neff

Doctorante en 1ère année de sociologie à l’ENS de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page