Navigation – Plan du site

Aurélie Olivesi, Nicolas Hubé (dir.), « Des "vraies" gens aux "followers" », Politiques de communication, n° 6, printemps 2016

Alexandre Eyries
Des "vraies gens" aux "followers"
Aurélie Olivesi, Nicolas Hubé (dir.), « Des "vraies gens" aux "followers" », Politiques de communication, n° 6, printemps 2016, 200 p., Fontaine, Presses universitaires de Grenoble, ISBN : 9782706125089.
Haut de page

Texte intégral

1Le présent dossier du numéro 6 de la revue Politiques de communication – coordonné par Aurélie Olivesi et Nicolas Hubé – s’efforce d’établir une distinction entre différentes catégories de personnes à la fois intéressées par la politique et par les technologies numériques selon qu’elles sont directement impliquées ou simplement guidées par la curiosité. Dans ce dossier, les différentes contributions interrogent le statut et la fonction sociale, narrative et testimoniale de toutes celles et ceux que l’on désigne habituellement comme étant des sujets authentiques, des individus ordinaires, des personnes normales aussi bien dans les médias socio-numériques que dans la presse écrite et l’audiovisuel grand public (radio et télévision). Si aujourd’hui la normalité – un temps investie par l’actuel Président de la République Française comme un dispositif de différenciation – semble être en pleine dilution et en totale désaffection vis-à-vis du public, les « vraies gens » continuent malgré tout de susciter l’intérêt des professionnels de l’information de toutes obédiences ainsi que de retenir pleinement l’attention des leaders politiques qui n’ont de cesse de vouloir les accaparer, les choyer et les séduire, qui ont systématiquement pour eux les yeux de Chimène.

2De nos jours ces locuteurs ordinaires, ces sujets parlants usuels sont omniprésents dans les médias de masse (à l’occasion d’interviews, de micro-trottoirs, etc…) à qui ils offrent l’avantage d’une parole apparemment digne de confiance et irréfutable car venant de la base même de la population. Si cela fait apparemment de ces « vraies gens » des locuteurs et des interlocuteurs de premier choix, leur parole est largement susceptible d’être manipulée et c’est cet écueil que le présent dossier entend explorer.

3Dans la présentation du dossier, Aurélie Olivesi et Nicolas Hubé rappellent ainsi la genèse de leurs interrogations à propos de personnes authentiques : « les médias de référence ont, bien avant le numérique, aménagé une place particulière à la parole politique des gens "ordinaires" dans leur discours : courrier des lecteurs dans la presse d’abord […], micro-trottoirs à la télévision et dans la presse populaire à partir de la fin des années 1980, questions du public […] ou émissions de libre antenne à la radio » (p. 5). Le propos général de ce dossier est de souligner le renouvellement de l’approche interpersonnelle dans la prise en compte de l’expression politique. Une culture politique interpersonnelle inédite voit le jour qui prend appui sur les médias (y compris bien sûr numériques), s’alimente à la source de leurs discours mais adopte une position relativement marginale et décentrée.

  • 1 Greffet, Wojcik, Blanchard, 2014 ; Michon, Hubé et Méon, 2011

4Dans le deuxième article, Julien Boyadjian s’intéresse particulièrement aux usages politiques de Twitter et s’efforce de bâtir une typologie des utilisateurs de Twitter à des fins politiques. Il montre que les individus qui publient, plus ou moins régulièrement, des messages politiques sur Twitter sont le produit d’une très forte sélection sociale (une majorité d’hommes diplômés, parisiens, cadres supérieurs pour la plupart) : « fortement intéressés par la politique, votants assidus, militants : les producteurs de tweets politiques témoignent également d’un niveau très élevé de politisation » (p. 33). Les usagers politiques de Twitter sont donc des agents sociaux qui se sentent autorisés et même encouragés à exprimer leur opinion politique sur la plateforme de micro-blogging. L’auteur observe en outre un paradoxe des plus signifiants : les catégories les plus jeunes de la population sont surreprésentés sur le réseau social alors même que cette catégorie d’âge est habituellement peu versée dans la politique et à la limite de l’abstentionnisme. Néanmoins, il convient de préciser que ces jeunes sont pour la plupart inscrits dans des grandes écoles et font montre « d’une origine sociale élevée et d’un haut niveau de capital culturel » (p. 35). Les jeunes qui publient des tweets politiques ne sont donc en réalité représentatifs que de la fraction la plus politisée de la jeunesse française : « Les twittos présentent en définitive un profil sociologique relativement similaire aux internautes actifs politiquement sur le Web1 » (p. 36). Ces praticiens du tweet politique développent par conséquent des usages différenciés du réseau social en fonction de la période, des échéances et de leur statut (militant, politicien, sympathisant, etc.).

5Dans le troisième article, Sheila Perry et Gaël Villeneuve prennent pour objet d’analyse la mise en scène des messages du public dans les émissions de débat télévisé aussi bien en Angleterre qu’en France. Les deux auteurs soulignent que les réseaux sociaux ont modifié sensiblement le rôle de l’usager des émissions télévisées puisque c’est à lui que revient la tâche de générer le contenu qui sera consommé par les autres utilisateurs. Prenant l’exemple de l’émission française Mots Croisés, les auteurs montrent qu’en promettant d’afficher sur l’écran télévisé les tweets les plus pertinents, « les organisateurs incitent les twittos à émettre un certain type de tweets. Le réseau social, supposé contourner les intermédiaires traditionnels, se met de fait à leur service […] [et fait ] de Twitter une chambre d’écho de l’émission » (p. 63). Le web, et en l’occurrence Twitter, selon Dominique Cardon filtre avant de publier alors que les médias traditionnels faisaient le chemin inverse. D’une manière générale, dans l’équipe organisant ces émissions de débat politique, une préférence se fait vite jour : « à un twittos innovant on préférera un bon rhéteur, capable d’une formulation "coup de poing» (p. 66). La préférence est également donnée à un rédacteur de tweet jouissant d’une certaine notoriété (journaliste ou professionnel de la politique) au détriment de twittos n’ayant pas ou peu de followers. Les auteurs montrent fort judicieusement que les réseaux sociaux ont offert aux usagers un plus grand nombre d’occasions de s’exprimer en public plus qu’ils n’ont entraîné une réelle prise en compte de cette parole profane par les pouvoirs publics. La parole citoyenne émise sur les réseaux sociaux reste totalement extérieure à la discussion en plateau qu’elle n’influence pas. Entre la domestication de la parole profane et l’autonomie de l’individu, il y a une kyrielle d’espaces publics possibles, « où les logiques de convivialité, de distraction ou de participation politique se conjuguent et s’alimentent, chacune avec leur rhétorique propre » (p. 76) et dans lesquels les émissions télévisées de débat public essaient d’assurer tant leur présence que leur rayonnement.

6Dans l’avant-dernier article du dossier, Sébastien Rouquette propose d’explorer les marges de l’espace public médiatique et de considérer avec attention l’espace des commentaires en ligne des articles de presse. Il rappelle que les médias ont toujours accordé un espace d’expression à leurs lecteurs, leurs auditeurs et même leurs téléspectateurs. Les commentaires des lecteurs participent pleinement à l’espace médiatique mais Internet a permis d’en augmenter le nombre et l’influence, les commentaires des articles de presse en ligne étant directement intégrés aux sites des médias en question : « ils ont donc pour particularité d’être d’à la fois déployer de nouveaux dispositifs de participations citoyennes et d’inciter aux interactions directes entre journalistes et lecteurs » (p. 82). Sébastien Rouquette se demande d’ailleurs s’il faut y voir une émanation d’une nouvelle forme de démocratie participative. Il prend le parti de mettre au centre de son analyse la question des dispositifs interactifs et de la capacité des acteurs sociaux à s’ajuster à ces dispositifs médiatiques comme à différentes situations de la vie sociale : « les dispositifs de commentaires en ligne offrent, sur un plan "technique", toutes les conditions favorables à l’échange citoyen. La prise de parole peut se faire n’importe quand, de n’importe où, depuis n’importe quelle identité (réelle ou fictive). […] Ces espaces de commentaires sont vus – par les participants – comme des espaces d’expression » (p. 87). Les espaces de commentaires des articles de presse en ligne ne satisfont pas la majorité silencieuse internaute / lecteurs. Il convient de préciser que, si le nombre de lecteurs des commentaires est relativement faible, le nombre de ceux qui se décident à produire des commentaires l’est tout autant. Au terme de son article, Sébastien Rouquette appelle de ses vœux le développement d’un « sentiment d’appartenance de la majorité des internautes/lecteurs à une "communauté de lecteurs" » (p. 108) réunie par l’attachement à un titre. L’on ne peut qu’abandonner dans son sens tant cet enjeu paraît décisif pour l’avenir.

7Les diverses contributions de ce dossier proposent des éclairages denses et multifocaux sur la question des publics et des « gens ordinaires » dont les sciences humaines et sociales ont fait un domaine de recherche à part entière, domaine riche de perspectives et d’études à venir.

Haut de page

Notes

1 Greffet, Wojcik, Blanchard, 2014 ; Michon, Hubé et Méon, 2011

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Aurélie Olivesi, Nicolas Hubé (dir.), « Des "vraies" gens aux "followers" », Politiques de communication, n° 6, printemps 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 24 mai 2016, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20858

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Eyries

Enseignant et chercheur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, chercheur au laboratoire CIMEOS / Equipe 3S.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page