Navigation – Plan du site

Julien Bertrand, Martine Court, Christine Menesson, Vinciane Zabban (dir.), « Socialisations masculines de l’enfance à l’âge adulte », Terrains & Travaux, n° 27

Clémence Perronnet
Socialisations masculines, de l’enfance à l’âge adulte
Julien Bertrand, Martine Court, Christine Menesson, Vinciane Zabban (dir.), « Socialisations masculines, de l’enfance à l’âge adulte », Terrains & Travaux, n° 27, 2015/2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Connell R.W., Masculinities, Cambridge, Polity Press, 1995 ; Gender and Power: Society, the Person, (...)
  • 2 Masculinities (1995) a été édité en français en 2014 par Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux aux Éditio (...)

1Ce numéro thématique de Terrains & Travaux sur les socialisations masculines à tous les âges de la vie s’inscrit pleinement dans les études de genre, en prenant pour objet les rapports hommes-femmes et la construction du féminin et du masculin. L’originalité de la démarche se trouve dans l’adoption d’une approche inspirée des travaux anglo-saxons de Raewyn W. Connell1, qui malgré un succès important aux États-Unis n’ont été que récemment traduits en français2. La revue fait aussi le choix d’aborder ces questions sous l’angle des modalités et processus de socialisations, et les articles rassemblés ici cherchent à utiliser les outils conceptuels nord-américains pour résoudre un paradoxe – « un cas d’école » (p. 7) – pour la sociologie de la socialisation : la socialisation de genre est particulièrement effective alors même que les dispositions genrées prennent forme dans des situations de mixité qui présentent plusieurs modèles concurrents. Le paradoxe semble « maximal » (p. 7) pour les garçons et les hommes, qui sont exposés à de nombreux modèles de l’autre sexe – l’éduction, la sphère privée et certains domaines de la sphère professionnelle étant fortement féminisés – mais pour qui l’adoption de comportement jugés féminins est très risquée, car dévalorisée et stigmatisée. Le défi de ce numéro est alors de comprendre comme « le “masculin” vient (ou ne vient pas) aux hommes et aux garçons » (p. 7), à travers plusieurs études de cas. Ce volet empirique s’accompagne de la traduction de l’article « Hegemonic Masculinities. Rethinking the Concept », qui invite à repenser le concept de masculinité hégémonique, fil conducteur des contributions. Ce texte de R.W. Connell et J.W. Messerschmidt, traduit par Élodie Bethoux et Caroline Vicensini, donne le ton et explicite les concepts utilisés par les autres auteur-es.

2En 2005, près de 20 ans après Gender and Power (1987), ouvrage dans lequel elle introduisait le concept de « masculinité hégémonique », R.W. Connell a proposé un bilan des usages et critiques de la notion. Fort d’un franc succès dans le monde académique, tant utilisé que critiqué, le concept méritait bien un « réexamen exhaustif » (p. 12) qui se déroule en trois temps : un retour aux origines, aux formulations et aux usages premiers ; un compte-rendu des critiques ; une reformulation. Les auteur-es soulignent d’abord l’importance de deux idées fondatrices : celle de la multiplicité des masculinités, et celle des relations de pouvoirs qui s’opèrent entre celles-ci. Les différentes masculinités ne se jouent pas seulement dans les attentes ou les « identités » des individus, mais dans « une configuration de pratiques […] qui permet à la domination masculine de se perpétuer » (p. 155), tant vis-à-vis des femmes que vis-à-vis des hommes qui ne correspondent pas à l’idéal-type de la masculinité hégémonique. La masculinité hégémonique est en effet un modèle. Elle n’est pas « normale », car statistiquement minoritaire, mais elle est « normative » : elle crée un horizon d’attente du masculin. Cette forme de masculinité est identifiée aux représentations du pouvoir et s’impose aux autres formes de masculinités dans un processus de normalisation, de hiérarchisation et de marginalisation3. À partir des années 1990, le concept de masculinité hégémonique a été mobilisé dans de nombreux domaines (sciences de l’éducation, criminologie, études médiatiques, psychologie, etc.) et s’est considérablement enrichi ; l’article fournit quelques exemples d’enquêtes marquantes. Le bilan de 2005 est aussi l’occasion d’énumérer les critiques adressées au concept et d’y répondre. Les principaux reproches viennent mettre en garde contre les ambiguïtés de la notion et s’inquiètent de la voir réifier ou essentialiser les pratiques, ne dresser qu’un portrait extrêmement négatif du masculin, ou encore perdre le sujet en ne voyant que la structure dans laquelle il est pris. Tirant les leçons de ces examens, les auteur-es proposent finalement des pistes pour reformuler et mettre à jour le concept : la combinaison théorique de la pluralité des masculinités et des hiérarchies entre elles leur semble être toujours pertinente, mais il serait important de mettre davantage l’accent sur le rôle des femmes dans la construction des masculinités (le concept de « féminité accentuée », pendant féminin de la masculinité hégémonique, est notamment peu travaillé), ainsi que sur la géographie différenciée des dynamiques (locales, régionales, mondiales) et sur les enjeux liés au corps, à la fois « objet et agent des pratiques sociales » (p. 182). Les autres articles présentés dans ce numéro répondent bien à certaines de ces recommandations, notamment en ce qui concerne l’incarnation de la masculinité et le rôle des femmes.

3Les sept contributions du dossier reposent sur des enquêtes qualitatives réalisées par observations et entretiens et utilisent toutes le concept de masculinité hégémonique en analysant des masculinités plurielles et hiérarchisées. Pour illustrer cette pluralité, plusieurs auteur-es proposent ainsi des typologies, à l’image d’Alice Olivier, qui distingue pour les hommes en école de sages-femmes trois combinaisons possibles de socialisations primaires genrées et de motivations d’orientation qui aboutissent à trois types d’étudiants : ceux qui ont choisi ces études et s’intègrent bien à la majorité féminine (94,4 % de femmes), ceux pour qui le choix a été fait par défaut, mais qui finissent par se l’approprier, et ceux qui feront tout pour quitter cette orientation non-volontaire. Dans le même souci d’articuler socialisations primaires et professionnelles, Sophie Denave et Fanny Renard (« Aspirants mécaniciens, aspirants coiffeurs ») se demandent comment des garçons issus des mêmes milieux sociaux peuvent faire des choix d’orientation aussi différents que mécanique et coiffure. Pour répondre à ces questions, les contributions analysent une pluralité d’acteurs et de mécanismes de socialisations. En milieu étudiant et scolaire, les enquêtes sur les sages-femmes et les CAP coiffure et mécanique mettent en avant l’importance du groupe classe dans la socialisation secondaire, constat répété par le travail de Sophie Avarguez et Aude Harlé sur les clubs de prostitution catalans (puticlubs). Les contributions sur l’armée (Jeanne Teboul, « Combattre et parader ») et les clubs sportifs (Akim Oualhaci, « Faire de la boxe thaïe en banlieue ») décrivent avec précision les mécanismes qui assurent la transmission efficace des normes et représentations genrées au sein des institutions et structures : les injonctions des chefs ou des entraîneurs à ce sujet sont quotidiennes. Kevin Diter souligne d’ailleurs au sujet de la socialisation au sentiment amoureux que ces rappels à l’ordre du genre sont partout, tant dans la culture matérielle que dans les interactions entre pairs et avec les plus âgés. Le rôle des femmes dans l’élaboration des masculinités est évoquée au sujet des écoles de sages-femmes, où le groupe homogène des étudiantes est source d’injonctions à la virilité, et une socialisation primaire mixte au contact de groupes féminins (mères, sœurs) joue un grand rôle dans les choix d’orientation des garçons en CAP coiffure. L’évocation des femmes est cependant aussi l’occasion de rappeler la domination à l’œuvre dans les rapports genrés : la fréquentation des puticlubs produit ainsi chez les hommes un sentiment de distinction et d’appropriation vis-à-vis du groupe des femmes. La domination s’exerce aussi entre hommes, tant dans le rejet de l’homosexualité (dans les puticlubs comme en CAP mécanique et coiffure) que dans la distinction sociale entre classes. L’exemple qui illustre le mieux la différenciation sociale est sans doute celui de l’incarnation des normes genrées et du rapport à la beauté. Les contributions sur l’armée (Jeanne Teboul), la boxe thaïe (Akim Oualhaci) et les vêtements (Martine Court et Christine Mennesson) montrent tous les enjeux sociaux autour des pratiques d’embellissement corporel : boxeurs comme jeunes recrues sont encouragés par leurs instructeurs à être beaux, et à soigner et valoriser leur apparence. Cette beauté masculine est cependant aussi un critère de hiérarchisation sociale des hommes : à l’armée, l’hexis corporelle des officiers leur permet de se distinguer hiérarchiquement, et on retrouve ce goût de l’apparence soignée dans les choix vestimentaires que les familles au fort capital économique font pour leurs fils. Les parents se définissant comme intellectuels ou artistes prônent au contraire une indifférence masculine vis-à-vis de l’apparence, se distinguant tant des classes populaires que de la bourgeoisie économique.

4Dans ce numéro thématique, l’association réussie des outils théoriques et de leur application permet bien de proposer des réponses au paradoxe initial. Les contributions s’attachent à décrire dans le détail les processus qui font et défont les masculinités dans leur pluralité, sans pour autant épuiser les pistes de recherche ouvertes par la rencontre féconde entre la théorie anglo-saxonne et la sociologie de la socialisation.

Haut de page

Notes

1 Connell R.W., Masculinities, Cambridge, Polity Press, 1995 ; Gender and Power: Society, the Person, and Sexual Politics, Stanford University Press, 1987.

2 Masculinities (1995) a été édité en français en 2014 par Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux aux Éditions Amsterdam.

3 Pour une explication plus complète du concept, voir https://cafaitgenre.org/2015/02/23/masculinite-hegemonique/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Perronnet, « Julien Bertrand, Martine Court, Christine Menesson, Vinciane Zabban (dir.), « Socialisations masculines de l’enfance à l’âge adulte », Terrains & Travaux, n° 27 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 24 mai 2016, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20860

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page