Navigation – Plan du site

Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque

Matthias Fringant
Pierre Bourdieu
Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2016, 310 p., ISBN : 978-2-02-129032-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Louis Fabiani, La sociologie comme elle s'écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, EHESS, 2015, p.  (...)

1 Jean-Louis Fabiani a rappelé lors d'un récent ouvrage l'importance que revêtent à ses yeux les pratiques de lecture et d'écriture au sein de la formation sociologique. Affirmant que « le sociologue ne doit jamais cesser d'affûter ses compétences de lecteur. En lisant, en écrivant »1, nous suivrons ses recommandations, en tentant de rendre compte au mieux du travail dont la parution de Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque représente l'aboutissement.

2« Peut-on aujourd'hui parler sereinement de Bourdieu ? » (p. 13). Voici la question générale à laquelle Jean-Louis Fabiani s'attache à répondre, en employant une méthode qui vise, d'une part, à analyser les concepts principaux de la théorie du sociologue, et d'autre part à les resituer dans un champ de luttes, « conformément à la démarche de Bourdieu » (p. 14). Précisant son approche, il indique vouloir « faire ce que Bourdieu recommandait qu'on fît aux concepts de la philosophie : les historiciser, analyser les modalités de leur circulation et les mettre à l'épreuve de leurs usages empiriques » (p. 25).

3Ainsi, l'ouvrage se compose de trois parties distinctes. La première vise à analyser les concepts de champ (chapitre 1), d'habitus (chapitre 2) et de capital (chapitre 3), centraux dans la construction théorique de Pierre Bourdieu, et qui, comme le rappelle Jean-Louis Fabiani, étaient initialement conçus pour fonctionner ensemble. La seconde traite du pan méthodologique (chapitres 4 et 5) et narratif (chapitre 6) mobilisé par le sociologue béarnais. Enfin, la dernière partie envisage de manière plus large la figure de Pierre Bourdieu, à travers les notions de politique (chapitre 7), de souffrance et d'amour (chapitre 8) pour finalement (chapitre 9) dessiner les traits d'un « héros intellectuel d'un type nouveau » (p. 25).

4S'appuyant sur une lecture très serrée de l'œuvre de Bourdieu, associée à une abondante littérature secondaire, l'analyse historicisée des élaborations successives des concepts principaux du sociologue permet à Jean-Louis Fabiani de mettre en évidence leur agencement progressif depuis les années 1960, ainsi que leur ambivalence grandissante à mesure qu'ils tendent vers plus de généralité. La fine analyse des trois concepts mène ainsi peu ou prou l'auteur à une énigme générale. Ainsi, en ce qui concerne le champ, qualifié « d'impossible théorie » (p. 27), Jean-Louis Fabiani explique que « Bourdieu n'hésite pas à recourir à la notion de mystère quand les ressources analytiques viennent à manquer » (p. 64). Au terme de l'analyse de l'habitus, il indique que celui-ci, « comme toutes les théories de la socialisation, reste très largement une boîte noire » (p. 83). Enfin, l'analyse du capital symbolique, l'espèce par excellence de toutes les formes de capital théorisées par Bourdieu, le mène à indiquer qu'« on ne peut s'empêcher de penser que la notion de symbolique garde une part de mystère, même lorsqu'on a relu attentivement les scrupuleuses réélaborations des concepts que Bourdieu a assemblés très tôt au cours de sa carrière » (p. 129).

5La seconde partie continue ce travail d'historicisation, en s'intéressant cette fois non plus aux concepts, mais aux procédés méthodologiques et narratifs mis en œuvre par Pierre Bourdieu. En ce qui concerne les premiers, Jean-Louis Fabiani s'attache à détailler les rapports de Bourdieu à la statistique, à la littérature, et à l'histoire. Il montre ainsi que l'analyse géométrique des données, fruit d'une collaboration avec des statisticiens, entamée lors de la période algérienne, semble l'avoir emporté sur la volonté du sociologue de faire tenir ensemble un modèle structural et une prise en compte rigoureuse du changement social. En ce qui concerne les procédés narratifs, l'argument principal de l'auteur est que, confronté à deux audiences distinctes, les « régimes d'écriture » (p. 190) successivement à l'œuvre chez Bourdieu, de ses années d'apprentissage marquées par les références philosophiques à la transgression dans les dernières parties de sa vie, peuvent être expliqués par une « transformation en cours de nos disciplines, celle qui dit, sous des formes très diverses, adieu à toute exigence de scientificité » (p. 214).

6La dernière partie envisage de manière plus globale la figure du sociologue. Jean-Louis Fabiani se dresse contre la représentation, maintes fois évoquée, du passage d'un Bourdieu politiquement timide à un révolutionnaire engagé dans la dernière partie de sa vie. Il soutient plutôt, et ce de manière convaincante, la figure continue d'un intellectuel défenseur du service public, aux côtés par exemple de Pierre Vidal-Naquet. Il envisage ensuite l'importance, selon lui négligée, des affects dans la vie sociale, que Bourdieu a évoquée en filigrane au cours de sa production. Cet intérêt est en effet, selon Jean-Louis Fabiani, présent sous plusieurs formes : la primauté du corps dans le rapport pratique au monde, développée dans les travaux anthropologiques, les thèmes de la souffrance et de l'amour, envisagés dans la dernière partie de l'oeuvre, ainsi que le rapport complexe de la sociologie de Bourdieu à la psychanalyse. Concernant ce dernier point, on remarque que l'analyse de Jean-Louis Fabiani semble, comme en ce qui concerne les concepts, aboutir à une impasse : « le rapport à la psychanalyse est un des points les plus difficiles du structuralisme génétique, et Bourdieu n'a guère aidé ses lecteurs sur le chemin de l'élucidation » (p. 271).

7Enfin, le dernier chapitre se propose de comprendre en quoi la vie de Bourdieu peut éclairer son programme, mais aussi plus largement les problèmes de sa discipline. La thèse de l'ouvrage est alors formulée : le sociologue aurait suivi un modèle de vie « héroïque », faisant souvent référence à son parcours social pour majorer ses exploits scientifiques. Jean-Louis Fabiani situe en définitive le caractère exceptionnel de ce héros dans sa capacité réflexive qui, dans les dernières années de sa vie, ferma cependant sur lui-même le système théorique élaboré par Bourdieu.

8Rappelant dans la conclusion que l'ouvrage visait à la fois à sortir des débats entre partisans et opposants de Bourdieu, mais aussi à situer le commentaire dans une sociologie de la vie intellectuelle, Jean-Louis Fabiani en appelle au lecteur pour « dire si le pari de l'ouvrage a été tenu » (p. 299). Cette invitation nous semble être l'occasion de fournir quelques brèves pistes de réflexion.

9Selon nous, la réelle force de l'ouvrage réside en la richesse et la finesse de la lecture de l'œuvre de Bourdieu réalisée par Jean-Louis Fabiani, dont le format de cette recension peut difficilement rendre compte. Cette compétence de lecteur lui permet de restituer la complexité, mais aussi la fragilité des élaborations théoriques de Bourdieu. En ce sens, l'auteur semble réellement, sur la base d'un travail empirique important, permettre une sortie de la « confrontation stérile » (p. 299) évoquée et toujours vive.

  • 2 Cette explicitation aurait alors à notre sens permis d'ouvrir la discussion avec des travaux proche (...)

10En ce qui concerne l'inscription de cette lecture dans une sociologie de la vie intellectuelle, il nous semble qu'une explicitation plus rigoureuse de la question posée, de la construction de l'objet, et des moyens mis en œuvre pour y répondre aurait permis de comprendre plus précisément la démarche de l'auteur2. S'il ne développe que peu ces points, indiquant en somme vouloir appliquer à Bourdieu son propre système conceptuel, cela semble problématique dans la mesure où Jean-Louis Fabiani s'efforce au fil de l'analyse de montrer les ambivalences et les multiples usages qui peuvent être faits de celui-ci. Cette lacune se fait alors sentir dans la construction globale de l'ouvrage : les chapitres ne disposant pas de sous-sections mais étant écrits d'un unique bloc, la compréhension de leur cohérence interne tout comme de leur enchainement logique dans la progression du raisonnement est parfois délicate.

  • 3 Pierre Bourdieu, Leçon sur la leçon, Paris, Minuit, « Essais / Hors Collection », 1982, p. 9.

11Il n'en reste pas moins que le travail proposé par Jean-Louis Fabiani constitue à notre sens une très précieuse ressource permettant d'alimenter une réflexion critique sur Pierre Bourdieu à partir de son propre travail. Ce dernier ne l'aurait certainement pas reniée, lui qui indiquait qu'« on fait de la science – et surtout de la sociologie – contre sa formation autant qu'avec sa formation »3.

Haut de page

Notes

1 Jean-Louis Fabiani, La sociologie comme elle s'écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, EHESS, 2015, p. 17.

2 Cette explicitation aurait alors à notre sens permis d'ouvrir la discussion avec des travaux proches. Ainsi, le travail d'historicisation du système conceptuel de Pierre Bourdieu à partir de ses pratiques de recherche mené par Johan Heilbron développe à certains égards des résultats similaires à ceux de la recherche de Jean-Louis Fabiani. Voir Johan Heilbron, « Practical Foundations of Theorizing in Sociology : The Case of Pierre Bourdieu », in Charles Camic, Neil Gross, Michèle Lamont (eds.), Social Knowledge in the Making, Chicago, Chicago University Press, 2011, p. 181-205.

3 Pierre Bourdieu, Leçon sur la leçon, Paris, Minuit, « Essais / Hors Collection », 1982, p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthias Fringant, « Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 28 mai 2016, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20882

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page