Navigation – Plan du site

Paul Bacot, Guide de sociologie politique

Eric Keslassy
Guide de sociologie politique
Paul Bacot, Guide de sociologie politique, Paris, Ellipses, coll. « Optimum », 2016, 358 p., ISBN : 978-2-340-00924-0.
Haut de page

Texte intégral

1Il existe déjà de nombreux manuels de sociologie politique (ou d’introduction à la science politique). Mais ce Guide de sociologie politique ne fait en rien « doublon » avec la production éditoriale existante tant il est construit de façon originale. En effet, son auteur, Paul Bacot, ne cherche en aucun cas à rendre compte systématiquement et de manière exhaustive des connaissances formulées par la sociologie politique, mais vise plutôt à présenter une certaine approche de cette discipline. Ce livre donne des informations qui n’existent pas par ailleurs (par exemple, sur les revues de la sociologie politique). Il est vrai que l’on peut s’interroger sur l’absence de certains concepts et/ou auteurs – comme nous le préciserons plus bas –, mais l’ensemble reste convaincant si l’on admet qu’il ne s’agit pas d’un dictionnaire de sociologie politique (ce qui est précisé dès les premières lignes de la présentation). Le titre de cet ouvrage est également bien trouvé : l’objectif de Paul Bacot est de fournir un « guide » au lecteur, de l’aider à s’orienter dans la masse considérable des savoirs accumulés par la sociologie politique. Dès lors, les notices sont courtes, voire très courtes – puisque certaines ne tiennent que sur deux ou trois lignes – mais doivent être perçues comme des invitations à poursuivre la lecture par ailleurs – si l’on souhaite un développement plus conséquent.

2Compte tenu de la spécialisation de l’auteur – Paul Bacot est professeur de Science Politique à l’Institut d’études politique de Lyon et directeur de la Revue Mots. Les langages du politique –, il ne faut pas être surpris que ce Guide de sociologie politique insiste particulièrement sur les enjeux liés aux définitions et aux dénominations. L’ambition explicite de ce travail est de « porter sur le réel un langage scientifique », ce qui suppose d’« en construire une représentation » et de donner des noms aux éléments qui la constituent. » (p. 3) Au fond, on retrouve dans ce livre une volonté de faire saisir les mots de la politique pour mieux comprendre la politique.

3Comme le souligne Paul Bacot, il est effectivement très important de bien comprendre le sens des mots en sociologie politique, et d’autant plus dans ce domaine qu’ils sont très souvent utilisés – et pas toujours avec la rigueur qui conviendrait – aussi bien par les politiques que les citoyens.

4L’ouvrage se présente sous la forme de dix chapitres, de longueur très inégale. Après avoir présenté la discipline à l’aide de sept chapitres relativement courts (essai de définition de la discipline, les institutions de production et de diffusion intellectuelles, les revues scientifiques, les ouvrages didactiques, les auteurs classiques, les ouvrages de référence), l’auteur consacre un nombre de pages plus conséquent à la méthodologie de la sociologie politique : les différentes approches et courants sont analysées, et toutes les techniques utilisées qui permettent de produire des connaissances sont aussi passées en revue.

5Mais le chapitre le plus long – pas moins de la moitié du livre – est consacré aux objets et aux concepts de la sociologie politique. On se rend alors compte que cette discipline utilise finalement un champ lexical spécifique assez réduit. En fait, formalisée après les autres sciences sociales, elle leur emprunte un très grand nombre de mots, tant pour désigner les objets qu’elle étudie (par exemple, le terme « acteur politique » est construit avec le mot « acteur » qui provient de la sociologie) que pour se constituer un appareillage conceptuel. Pour chacun des objets ou des concepts, des éléments de définition sont proposées au lecteur, ainsi que des pistes bibliographiques pour aller plus loin s’il le souhaite.

6Un dernier chapitre est très original. Titré « En anglais dans le texte », il donne la signification du vocabulaire anglo-saxon qui s’est imposé dans le champ lexical de la sociologie politique.

7En dehors d’une mise en page très sommaire, on ne peut que reprocher certaines absences. Le revers des notices courtes (donc accessibles) est qu’elles ne peuvent se révéler complètes. Ainsi, le concept d’abstention ne fait-il pas référence aux travaux d’Anne Muxel qui distinguent l’abstention dans le jeu et l’abstention hors-jeu ; celui de démocratie ne fait pas intervenir la pensée profonde d’Alexis de Tocqueville dans La démocratie en Amérique (alors qu’elle introduit l’idée de « société démocratique ») ; l’action collective ne renvoie pas au très important paradoxe de l’action collective de Mancur Olson qui offre une explication de la baisse des conflits sociaux ; la notion de caste n’est pas du tout appréciée dans sa dimension moderne ; l’État-providence fait l’impasse sur la typologie fondamentale de Gosta Esping-Andersen etc. Au-delà, de ces lacunes (qui relèvent d’un choix éditorial assumé), le style clair et pédagogique sont des atouts qui doivent convaincre les étudiants de se procurer ce manuel pas comme les autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Paul Bacot, Guide de sociologie politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 30 mai 2016, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20885

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page