Navigation – Plan du site

Andrew Abbott, « Actualité de la tradition sociologique de Chicago » et « Le monde est un monde d’évènements », Raisons politiques, n°60, novembre 2015

Lucie Jégat
Actualité de la tradition sociologique de Chicago
Andrew Abbott, « Actualité de la tradition sociologique de Chicago », Raisons politiques, n° 60, novembre 2015, Paris, Les Presses de Sciences Po, ISSN : 1291-1941, ISBN : 978-2-7246-3409-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Didier Demazière, Morgan Jouvenet (dir.), Andrew Abbott et l'héritage de l'école de Chicago. Volume (...)
  • 2 Andrew Abbott, « L’avenir des sciences sociales », Centre Marc Bloch, 2015, p. 10 : http://40ans.eh (...)

1Ce numéro thématique de la revue Raisons politiques met en avant un auteur encore trop mal connu en France, bien que désormais classique dans la sociologie américaine : Andrew Abbott. Professeur de sociologie à l’Université de Chicago depuis 1991, Andrew Abbott, s’il est connu pour son travail canonique sur les professions, System of Professions (1988), a également contribué à renouveler la réflexion épistémologique sur les sciences sociales durant les trois dernières décennies. Ce numéro réunit deux articles consacrés au travail d’Andrew Abbott. Le premier reproduit un texte d’une conférence prononcée à l’occasion du congrès de la Sociological Southern Society en 1992, qui fut ensuite publié en 1997 dans Social Forces. Le deuxième est constitué d’un entretien collectif mené dans le cadre de l’atelier d’épistémologie des sciences sociales CoFFS (« Comment fait-on des sciences sociales ? »), le 24 mai 2011. La présentation de cet auteur comme un classique des sciences sociales vient faire écho à l’actualité éditoriale, et notamment à la publication d’un ouvrage qui lui a été récemment entièrement consacré1 tout comme à sa récente intervention au Centre Marc Bloch en juin 20152.

2L’intérêt de ces textes est de permettre de détailler les ambitions théoriques d’Andrew Abbott, tout en offrant un regard rétrospectif et analytique sur l’histoire de la sociologie, notamment américaine, à travers l’héritage de l’École de Chicago. Il s’agit de ramener cette école « sur le devant de la scène sociologique contemporaine » (p. 27), en contestant la représentation d’une École de Chicago qui aurait produit des enquêtes de terrain pionnières mais qui serait dépourvue de toute épistémologie propre.

3Dans le premier texte, « Actualité de la tradition sociologique de Chicago », Andrew Abbott dresse le portrait de cette école de pensée, et ce aussi bien d’un point de vue théorique qu’à travers l’histoire de ses acteurs et de leurs travaux. Le recours à cet héritage permettrait de dépasser les impasses actuelles que connait la sociologie, qui s’illustrent à travers deux indices : l’incapacité de la discipline à attirer des étudiants d’un bon niveau, et la fin du rôle d’expert du sociologue auprès des politiques (rôle laissé désormais aux seuls économistes). L’auteur accuse pour cela la fragmentation de la sociologie en segments spécialisés et déconnectés les uns des autres, accompagnée d’un manque d’originalité qui ne permettrait plus à la discipline d’être intéressante. Ces éléments rendraient compte d’une autre faiblesse : « celle de nos idées. » (p. 12).

4En partant de ces critiques, Abbot tend à montrer la richesse de l’héritage théorique de l’École de Chicago pour renouveler les idées sociologiques. En effet, à contre-courant d’une vision qui limiterait cet héritage à sa portée empiriste, Abbott soutient qu’une théorie sous-tend les travaux de la tradition de Chicago. Cette théorie se situe à l’opposé de ce qu’il appelle « le paradigme des variables » et sur lequel il revient longuement. Elle s’ancre dans le fait que les sociologues de Chicago « considéraient qu’un fait social n’a de sens qu’inscrit dans l’espace social (et souvent géographique) qui est le sien, et dans le temps : les faits sociaux sont “situés’’ » (p. 13).

  • 3 Nels Anderson, The Hobo, Chicago, University of Chicago Press, 1923.
  • 4 Louis Wirth, The Ghetto, Chicago, University of Chicago Press, 1928.
  • 5 Clifford R. Shaw et Henry D. McKay, Juvenile Delinquency and Urban Areas, Chicago, University of Ch (...)
  • 6 Souligné par l’auteur

5En se concentrant sur les travaux emblématiques des années 1920 et 1930, Abbott montrent que, les auteurs tels que Nels Anderson3, Louis Wirth4, ou Clifford Sahw5 ne se contentaient pas de parler de faits sociaux situés. Ils distinguaient ce que Abbott appellent « des degrés de contextualité » (p. 16). Le degré de contextualité temporelle par exemple distingue l’« histoire naturelle », c'est-à-dire une forme temporelle qui suit un cours relativement prévisible, les « carrières », plus sensibles au contexte (par exemple, la disponibilité des ressources, la structure physique de l’environnement, etc.), et enfin les « champs interactionnels », tellement inscrits dans leur contexte que les processus individuels sont indissociables. La question est alors de savoir « étant donné un processus temporel, quel était sont degré d’indépendance vis-à-vis des contextes sociaux6 ? » (p. 17). De même que des degrés de contextualité temporelle peuvent être distingués, les degrés de contextualité spatiales peuvent se distinguer en « milieu naturel » et en « champ interactionnel ». Si la pensée peut paraître abstraite et difficile à suivre, Abbott a le bon goût de faire apparaitre des tableaux récapitulatifs des différentes degrés de contextualité, entre espace et temps, et d’y situer les travaux canoniques dont il fait mention.

  • 7 Franklin h. Giddings, Inductive Sociology, New York, Macmillan, 1901.

6Mais comment expliquer le déclin de ces analyses « localisées » ? Pour éclairer cela, Abbott revient sur le primat des variables dans la sociologie actuelle, dont l’origine est à trouver au croisement entre les « enquêtes sociales » et les méthodes statistiques formelles. Il met ainsi en regard les travaux de Franklin Giddings7, qui fait de l’explication causale l’objectif du travail sociologique et définit la causalité comme la combinaison suffisante de causes nécessaires, et les enquêtes sociales (social surveys) qui insistaient davantage sur le contexte, notamment familial, communautaire et industriel. Le souhait d’Abbott est alors de ramener le « contextualisme » comme concept central et comme outil pour le renouveau sociologique. C’est à partir de cette même notion de contextualisme que l’École de Chicago a réussi, d’après lui, à combiner sa tradition scientifique et celle des enquêtes sociales.

  • 8 Samuel Stouffer, « Some Observations on Survey Design », American Sociological Review, n°15, 1950, (...)
  • 9 Paul F. Lazarsfeld et Morris Rosenberg, The Language of Social Research, New York, Free Press, 1955

7Mais au-delà de cette prédominance des variables dans l’analyse sociologique, le déclin de l’École de Chicago est également à comprendre dans son histoire après les années 1930 et dans la multiplication des enquêtes d’opinion et de marché à partir de ces années-là. Le rôle de Samuel Stouffer8, mais également de Paul Lazarsfeld9 y est mis en avant : « Il cherchait à promouvoir une science sociale purement opérationnelle, ignorant délibérément les processus causaux et la théorie » (p. 28). Ces enquêtes reposaient sur le principe de l’échantillonnage, et celui-ci « non seulement réduisait les effets de contexte à de simples interactions, mais, ce faisant, produisait également des ensembles de données dans lesquels le niveau de causalité contextuelle était délibérément minimisé » (p. 29). Ce point de vue influencera les sociologues de la génération suivante à « agir comme si les interactions constituaient une nuisance méthodologique, plutôt que le fonctionnement normal du monde social » (p. 29). D’après Abbott, ce point de vue et le paradigme des variables doivent être remis en question : ils sont « aujourd’hui vieux et fatigué[s] » (p. 35).

  • 10 William Foote Whyte, Street Corner Society: the Social Structure of an Italian Slum, Chicago, Unive (...)

8Pour le dépasser, il n’appelle pas, comme on aurait pu s’y attendre, à seulement relire les travaux de l’École de Chicago, mais également à se doter de méthodes nous permettant te tirer profit du message contextualiste. « La bonne nouvelle est que ces méthodes nous attendent. » (p. 35) À partir de ce point, Abbott trace la liste des travaux actuels qui contribuent au développement des ces méthodes. Il les classe, là encore de manière très profitable, dans un tableau selon le degré de contextualité d’espace et leur degré de contextualité de temps. Ainsi Abbott class-t-il ses propres travaux sur l’analyse des séquences à un niveau de degré de contextualité d’espace très faible mais à un degré de contextualité de temps très fort, à l’opposé par exemple des travaux de Whyte10 qui se situeraient à un degré de contextualité d’espace très fort pour un degré de contextualité de temps très faible. Abbott est conscient que la critique qui va lui être adressée est que ces analyses qui mettent l’accent sur le contexte temporel ou spatiale on le défaut de ne pas proposer d’ « analyse causale » (p. 39), mais c’est là ce qui fait tout son intérêt : ne pas réifier les causes. Cette conférence se clôt sur cet héritage théorique à redécouvrir qu’il qualifie de « nouveau printemps » à venir.

9Le deuxième texte, « Le monde est un monde d’évènements », est constitué d’un entretien entre Andrew Abott et le collectif du CoFFS. Les questions posées ont été thématisées autour de trois grands axes : la sociologie processuelle, les savoirs en sciences sociales, les méthodes et la causalité. Si un défaut constant des entretiens avec un auteur est d’aborder des thématiques variées et non ordonnées, les axes choisis permettent ici de fixer des thèmes à l’entretien et de se repérer plus facilement dans une pensée par ailleurs foisonnante. Cet entretien offre l’intérêt de restituer la pensée d’Abbott dans sa trajectoire à la fois théorique, personnelle et professionnelle. Face au premier texte, très théorique, la mise en regard avec cet entretien permet d’apercevoir des enjeux disciplinaires plus concrets.

10L’entretien, qui s’ouvre sur une critique du positivisme, donne l’occasion à Abbott de revenir sur sa carrière. En effet, dès les années 1980, il pose les bases d’un nouveau modèle qu’il nomme le « positivisme narratif », soit une méthode d’inspiration positiviste mais prenant en compte les séquences dans l’ordre des évènements. Il ne s’agit plus ici de développer l’héritage de l’École de Chicago, mais de comprendre comment dépasser les apories des méthodes quantitatives. Il conviendrait ainsi, dans son optique du processus, de favoriser les comparaisons intertemporelles plutôt que les comparaisons de variables. Ce point de vue l’a mené à développer ce qu’il appelle la « sociologie lyrique », c’est-à-dire une sociologie qui s’organise autour d’un moment du temps, le « présent ».

11Le deuxième élément original de la pensée d’Andrew Abbott est ce qu’il appelle « la sociologie processuelle » (p. 49). Cette approche remet en cause l’idée de relations objectives, entre propriétés sociales notamment, car « le monde n’est pas un monde d’objets, c’est un monde d’évènements » (p. 50). Il refuse de réifier le monde en « choses » et donc de le penser dans la stabilité. Il s’agit au contraire de penser le changement. Les conséquences de cette approche sont également d’ordre épistémologique : ainsi Abott remet-il en cause l’idée de cumulativité des savoirs, notamment en sciences sociales. En revanche il propose d’autres critères de pertinence d’un travail scientifique : rigueur, pluralisme, durée, plénitude (p. 59).

12Ces deux textes introductifs constituent une excellente occasion de découvrir la pensée d’Andrew Abbott, et ce d’autant plus qu’elle demeure relativement originale en France. On peut saluer cette initiative tout en regrettant que ces deux riches articles soient suivis d’un numéro varia alors qu’il aurait été profitable de pouvoir lire des travaux récents mettant en pratique l’héritage épistémologique d’Andrew Abbott ou de l’École de Chicago.

Haut de page

Notes

1 Didier Demazière, Morgan Jouvenet (dir.), Andrew Abbott et l'héritage de l'école de Chicago. Volume 1, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2016, 490 p. Compte rendu de Corinne Delmas pour Lectures : http://lectures.revues.org/20732#ftn1

2 Andrew Abbott, « L’avenir des sciences sociales », Centre Marc Bloch, 2015, p. 10 : http://40ans.ehess.fr/files/2015/03/Andrew-Abbott-Lavenir-des-sciences-sociales.pdf

3 Nels Anderson, The Hobo, Chicago, University of Chicago Press, 1923.

4 Louis Wirth, The Ghetto, Chicago, University of Chicago Press, 1928.

5 Clifford R. Shaw et Henry D. McKay, Juvenile Delinquency and Urban Areas, Chicago, University of Chicago Press, 1966, [1930].

6 Souligné par l’auteur

7 Franklin h. Giddings, Inductive Sociology, New York, Macmillan, 1901.

8 Samuel Stouffer, « Some Observations on Survey Design », American Sociological Review, n°15, 1950, p. 355-361.

9 Paul F. Lazarsfeld et Morris Rosenberg, The Language of Social Research, New York, Free Press, 1955.

10 William Foote Whyte, Street Corner Society: the Social Structure of an Italian Slum, Chicago, University of Chicago Press, 1943.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Jégat, « Andrew Abbott, « Actualité de la tradition sociologique de Chicago » et « Le monde est un monde d’évènements », Raisons politiques, n°60, novembre 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20889

Haut de page

Rédacteur

Lucie Jégat

Doctorante au Centre Max Weber, ENS de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page