Navigation – Plan du site

Kathleen Tamisier, Les surdoués passent-ils le bac ? Enquête sociologique sur l’univers des enfants précoces

Virginie Dargère
Les surdoués passent-ils le bac ?
Kathleen Tamisier, Les surdoués passent-ils le bac ? Enquête sociologique sur l'univers des enfants précoces, Paris, L'Harmattan, coll. « Des hauts & Débats », 2016, 242 p., ISBN : 978-2-343-08131-1.
Haut de page

Texte intégral

1Kathleen Tamisier présente dans cet ouvrage les conclusions d’une thèse de doctorat, qui vise à caractériser le cheminement des parents d’enfants surdoués : de la révélation à ses conséquences. L’auteur développe son travail en quatre parties aérées et structurées, dans une langue claire, concise, en alternant théorie et extraits d’entretiens ou de témoignages, riches et judicieux. Cette thèse est encadrée par une brève introduction, une conclusion et quelques recommandations.

2L’auteur procède à une courte présentation de la recherche, explicative quant à la démarche et aux résultats, puis définit le surdouement selon diverses acceptions. Après un aperçu historique et scientifique, Kathleen Tamisier présente les principales caractéristiques de l’enfant doué ou intellectuellement précoce, c’est-à-dire présentant un quotient intellectuel supérieur à 125, mais également des troubles scolaires et/ou psychologiques  ce qui explique souvent la détection du surdouement.

  • 1 Erving Goffman (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, Éditions de Minuit, Paris.

3L’entrée des parents dans l’univers de la douance s’effectue de trois manières différentes, toutes mises à jour par les entretiens réalisés. L’entrée peut ainsi être accidentelle, conseillée ou spontanée et mène à la réalisation de tests. Aussi Kathleen Tamisier expose-t-elle les principaux tests, les données qu’ils mesurent, les critiques qui leur sont adressées et l’intérêt qu’ils peuvent présenter. Ces tests sont effectués par un psychologue. Il importe alors que les familles puissent se sentir en confiance. C’est pourquoi de nombreux parents consultent plusieurs spécialistes avant de trouver celui « qui va être capable de comprendre l’enfant » (p. 79). Cette rencontre donne lieu à une véritable « mise en scène »1 au cours de laquelle le psychologue doit montrer toute sa compétence, à travers notamment les postures et les discours qu’il adopte. Il lui incombe en effet d’interpréter les résultats des tests puis de les énoncer de façon compréhensible à l’enfant et à sa famille. Le psychologue oscille donc entre théorie et pratique, ce que l’auteur décrit comme des savoirs d’action.

4L’annonce du surdouement suscite de nombreuses réactions. Ainsi, les principaux sentiments manifestés par les familles sont le soulagement, l’inquiétude, puis la souffrance, auxquels va peu à peu s’ajouter une nécessaire adaptation à cette situation nouvelle. Ces sentiments sont partagés par l’ensemble des parents, quel que soit leur capital socioculturel, leurs ressources ou le degré de douance. Les familles expriment également des besoins et des souhaits, notamment vis-à-vis de l’institution scolaire. Elles réclament des établissements spécifiques, aptes à comprendre les enfants surdoués et à leur offrir de bonnes conditions d’enseignement. Mais de telles structures sont rares, et souvent implantées dans le privé. Les familles sollicitent également une adaptation des contenus, dans la mesure où ces enfants souhaitent aller plus loin ou au-delà des programmes conçus pour leur classe d’âge. De la même façon, les familles désirent que les rythmes, les parcours ou les activités soient indexés aux besoins et désirs des enfants précoces. Il faut à la fois tenir compte de leur vitesse d’acquisition, de leurs éventuelles difficultés, de leurs questionnements. Souvent, le saut de classe paraît la solution la plus adaptée. Enfin, les familles souhaitent que les enseignants soient formés à l’hétérogénéité de leur public, et pas uniquement en direction des élèves en difficulté. Ces besoins et souhaits correspondent en réalité aux difficultés que rencontre l’enfant surdoué au sein de l’école, au nombre de trois. La douance est encore peu reconnue. De ce fait, elle est rarement prise en charge par l’institution, surtout si elle s’accompagne de difficultés ou de résultats médiocres, par faute d’investissement ou de méthodes. De plus, elle va à l’encontre de l’organisation scolaire par classe d’âge. L’ennui est la seconde difficulté rencontrée, car l’enfant doué, en général, n’aime pas la répétition et le manque de variété des enseignements. Il adopte alors soit une attitude de repli, soit une attitude de révolte, ce qui le met en difficulté et le conduit à avoir un parcours chaotique et à se retrouver en situation d’échec scolaire (ce qui représente la troisième difficulté ; seuls 40 % d’entre eux décrochent le baccalauréat (p. 124)). Plusieurs raisons à cet échec sont successivement évoquées par Kathleen Tamisier : thèses liées au « capital culturel des héritiers » (p. 128), théories des structures familiales, incapacité de ces enfants à s’adapter à l’institution ou incapacité de l’institution à s’adapter à eux. Vraisemblablement, l’échec peut être attribué à une combinaison de facteurs.

5Pour comprendre le cheminement des familles dans la compréhension et la gestion de la douance de leur(s) enfant(s), Kathleen Tamisier propose d’introduire la notion de carrière. Quelles conséquences la « révélation du don » (p. 53) engendre-t-elle ? Quelles actions les parents mettent-ils en œuvre ? Il est évident que mettre des mots sur les difficultés que l’enfant doué et sa famille rencontrent ne suffit pas à les résoudre. Pour les parents, il s’agit d’apprendre une autre façon de l’être, qui leur permet de faire face au surdouement, d’inventer des solutions adaptées à leur enfant. Ces savoirs et compétences, souvent pragmatiques, relèvent de savoirs d’actions. Le parcours des parents d’enfants précoces passe par quatre phases. La première est celle de l’information et de la documentation, à travers notamment des lectures ; la seconde l’adhésion à une association, qui fournit une aide psychologique et un réseau. La troisième phase représente la tentative des parents pour faire reconnaître le surdouement de leur enfant, en adoptant plusieurs stratégies : le saut de classe, le changement d’établissement, le choix d’un établissement spécialisé voire la déscolarisation. Enfin, une dernière phase peut avoir lieu : la sortie de carrière, parce que les parents abandonnent tout espoir de voir leur enfant s’épanouir dans l’univers scolaire.

6Le point de vue résolument sociologique adopté par l’auteur représente un réel intérêt : nous voici face à un ouvrage qui ne traite pas de la dimension psychologique de l’enfant précoce mais bien des difficultés que cela engendre sur le plan familial. Comment l’annonce du surdouement est-elle vécue ? Quels impacts cela a-t-il sur la scolarité et la parentalité ? À cette question, Kathleen Tamisier propose une thèse : les parents entreprennent une « carrière » qui va les mener à une certaine expertise de la douance et à une évolution de leurs pratiques familiales.

7Quiconque s’intéresse à la douance peut donc s’emparer de cette lecture, en dépit de certaines maladresses. En effet, l’auteur a conservé quelques passages académiques. La notion de carrière est sans doute trop détaillée, étayée et théorisée ; la liste des associations est un peu fastidieuse. Et le test de QI WISC III a été remplacé par le WISC IV en 2005, le WISC V étant en préparation pour 2017 ; mais ceci n’enlève rien au contenu même ou à la qualité de l’ouvrage, qui reste centré sur le vécu familial de la douance.

8En conclusion, le livre de Kathleen Tamisier propose une entrée convaincante et particulièrement originale concernant la douance - et l’enfance -, en présentant un point de vue sociologique et familial, qui plonge le lecteur au cœur des difficultés et interrogations des familles et peut toucher tout parent désemparé face à un enfant qui fonctionne autrement.

Haut de page

Notes

1 Erving Goffman (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, Éditions de Minuit, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Dargère, « Kathleen Tamisier, Les surdoués passent-ils le bac ? Enquête sociologique sur l’univers des enfants précoces », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 07 juin 2016, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20937

Haut de page

Rédacteur

Virginie Dargère

Professeur des écoles en école primaire, doctorante en sciences de l’information et de la communication, Université de Bourgogne, laboratoire CIMEOS 3S – EA 4177.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page