Navigation – Plan du site

Abdelhadi Elfakir (dir.), Subjectivité et lien social. Figures des mutations contemporaines

Madhura Joshi
Subjectivité et lien social
Abdelhadi Elfakir (dir.), Subjectivité et lien social. Figures des mutations contemporaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2016, 204 p., ISBN : 9782753548558.
Haut de page

Texte intégral

1Au cours des XXe et XXIe siècles, la vie sociale s’est transformée de manière indéniable et irréversible, notamment avec le développement des technologies et avec la croissance de l’économie de marché et sa perception des structures et institutions. Cet ouvrage collectif présente les figures du lien social et les modes de subjectivation qui émergent. Les quatorze textes sont regroupés en six parties : « Subjectivation et lien social », « Corps individuel, corps social », « Altérité et identité », « Identités sexuées, identifications sexuelles », « Du passage à l’acte à l’acte de passage » et « Le sujet entre filiation et affiliation ».

2Langage, parole, discours, inconscient, identité, affect, pathologie, symptôme, transmission et transfert sont les axes de ce travail. Le positionnement professionnel des vingt-deux auteurs – chercheurs, enseignants, juristes, philosophes, praticiens cliniques, psychanalystes et psychologues – permet, d’une part, d’avoir un regard sur les symptômes des pathologies sociales, et d’autre part, de mettre en rapport les références théoriques, en particulier en droit, psychanalyse et psychologie sociale, afin d’appréhender les processus liés à la vie, à la mort et aux états entre la vie et la mort.

3L’introduction d’Abdelhadi Elfakir pose le postulat de l’ouvrage : l’avènement des discours technoscientifiques et capitalistes a conduit à une désinstitutionalisation du collectif et à la dé-symbolisation du subjectif. Des transformations brutales se sont opérées dans l’organisation familiale ; certes, des acquis sont restés (égalité des sexes, droit de disposer de son corps et de sa vie, promotion de l’individu dans le cadre du droit), mais des changements sont aussi apparus (indifférenciation des positions parentales, effacement des frontières générationnelles, enfant au centre du système).

4À partir des lectures de Sigmund Freud, de Jacques Lacan et de René Kaës, David Jousset porte un regard philosophique sur la question de la « déliaison du sujet en tant que lieu de liaisons ». Une des conditions de déliaison semble la connectivité technique, qui nous détache de la relation humaine tout en produisant des êtres substituables, interchangeables, reproductibles, en quelque sorte jetables. Les relations entre les êtres, communautés et générations doivent être repensées pour renouer des liens sociaux avec les personnes marginalisées par/dans la société. Faute de quoi le discours identitaire risque de dominer, excluant et déshumanisant les groupes minoritaires et légitimant la violence contre un groupe, ainsi que le pointe El Mostapha Saâliti.

5La déliaison peut engendrer de la souffrance qui est susceptible de se manifester par des douleurs physiques chroniques, que le sujet souffrant vit parfois comme inéluctables. Ainsi apparaissent des failles dans les mécanismes de défenses psychiques et l’impossibilité de relier imaginaire, symbolique et réel, comme le démontre l’article de Katerina Malichin. La douleur chronique peut également être liée au sentiment d’angoisse, déjà effectivement éprouvé. Elle peut être surmontée au cours de la cure analytique ou alors être remplacée par une addiction, substituant la douleur comme dépendance psychique, selon Jean-Luc Gaspard à partir de deux vignettes cliniques ; c’est dire que les processus de subjectivation ne s’opèrent pas de la même manière chez les « parlêtres » – terme forgé par Jacques Lacan pour désigner les sujets parlants.

6Des interventions médicales rendent possibles des transformations du corps humain. Les législateurs sont donc contraints d’envisager de modifier la législation dans « l’intérêt général » – notion à la fois complexe et aux contours flous, comme le démontre le texte de Sandrine Biagini-Girard. Le droit à la vie privée ne signifie pas nécessairement liberté de disposer de son corps ; les interventions au nom de l’intérêt général peuvent aller à l’encontre du sujet. Le droit fonctionne donc comme un garde-fou, la modification de la règle juridique répondant à une demande sociale et posant des limites à la négation de l’autonomie personnelle. Le corps humain est un enjeu et un reflet de la société ; les exemples du droit français concernant la gestation pour autrui et l’autonomie individuelle concernant la mort montrent les paradoxes qui émanent en matière juridique lorsqu’il y a une opposition entre la liberté individuelle et les intérêts collectifs.

7Christèle Fraïssé, Pedro Ambra et Nelson Da Silva Junior abordent dans leurs articles la question des identités et des identifications. L’« hétéronormativité » de la société se révèle dans le malaise social à accepter le mariage homosexuel, avec ses conséquences juridiques, et la famille homoparentale. L’analyse permet au sujet de reconfigurer son identification sexuelle, de s’approprier un modèle de famille hétéro-/homoparentale, et elle témoigne en même temps du bouleversement des dynamiques familiales et non de leur disparition.

  • 1 Rey Alain (dir.), Dictionnaire culturel en langue française, Tome II, Paris, Dictionnaires Robert, (...)

8Dans une recherche qui porte sur la question des pratiques langagières et de la créativité du sujet parlant, Dina Germanos Besson étudie l’emploi de l’« hypallage » dans l’arabe dialectal parlé au Liban. Cette figure de style « consiste à attribuer à certains mots d’une phrase ce qui convient à d’autres mots de la même phrase, par exemple, un complément pour un verbe, un adjectif ou un complément pour un nom »1. Selon l’auteure, cet emploi de l’hypallage est constitutif de la farce, un mode de rire, une forme de narration de soi, une expression subjective qui rend possible la dénonciation de la violence normative dans une société qui a vécu les traumatismes de la guerre.

9La plupart des textes des cinquième et sixième parties du recueil traitent de la mort. Jamel Elouafa a fait une étude de terrain auprès d’immigrés marocains dans des centres d’hébergement de la région parisienne. Le phénomène de vieillissement amène les membres de cette population minoritaire et exclue de la société à se replier sur eux-mêmes et à se raccrocher à des repères : ainsi, la religion ou bien le nécessaire retour vers la terre natale, le Maroc, pour obtenir une « bonne » mort auprès de la famille, une mort à l’étranger, loin des siens, étant perçue comme « mauvaise ». C’est là la manifestation la plus affirmée du lien affectif avec le pays d’origine, celui des ancêtres ; le rapatriement du corps est une façon de se rattacher au passé familial et de nouer le lien avec les générations futures.

10La lutte contre la mort d’un nouveau-né prématuré est une expérience traumatisante pour la mère et l’enfant ; elle l’est aussi pour les pères qui s’impliquent dans la naissance. Des chercheurs ont interviewé des pères une fois leur enfant sorti de couveuse ; ces derniers parlent de cet événement imprévu comme d’une expérience traumatisante induisant des pertes de mémoire temporaires et une remise en cause de soi. Les parents se demandent s’ils peuvent s’attacher à un enfant qui peut-être ne survivra pas, comment s’y attacher, comment le désigner. Le rôle des soignants est déterminant pour rassurer parents et famille, comme le notent les auteurs Magdalini Dargentas, Sandrine Roudaut, Hélène Denoual, Ralph Balez et Jacques Sizun.

11Comment faire quand le suicide semble le seul moyen de transmettre un message, quand il y a perte de sens ? Les auteurs Ouassila Bouchiba, Joëlle Lighezzolo-Alnot et Riadh Ben Rejeb analysent un mythe tunisien pour tenter de comprendre les alliances inconscientes qui s’opèrent dans les nœuds entre passé et présent. L’étude de mythes peut donner du sens à des actes qui fondent notre existence et dont le sujet n’a peut-être pas conscience. Le sentiment d’impuissance vis-à-vis d’actions ou d’injonctions extérieures (des autorités étatiques par exemple), vis-à-vis de besoins psychologiques frustrés et de la souffrance qui en résulte peut faire naître des pensées autodestructrices chez le sujet. Le suicide et la mort qui en résulte mettent un terme aux errements du sujet, comme l’observe Paulo Sergio De Souza Jr. Ainsi le passage à l’acte s’avère une étape décisive, qui envoie un message fort : la souffrance étant telle que parfois elle n’arrive pas à s’exprimer en mots.

12De fait, le lien social est éminemment un lien de parole, comme le souligne Abdelhadi Elfakir. La spécificité du langage humain est de porter des significations et des symboles divers. Malgré leurs acceptions multiples, les mots employés révèlent la singularité du sujet parlant. Le travail analytique aide à mettre des mots sur l’inexprimable, ce non-dit parfois « réveillé » par les rêves, il met au jour l’usage particulier que chacun fait du langage. La psychanalyse peut ainsi, selon Bernard Victoria, favoriser la création du lien avec les autres, parfois même à partir de ce qui s’oppose au social. Elle permet au clinicien de discerner les mots qui relèvent des liens de filiation et d’alliance et ceux qui relèvent des mythes et fantasmes constitutifs du sujet parlant, comme l’écrit Daniel Coum.

13Cet ouvrage collectif est un ensemble cohérent de textes rendant compte des malaises de l’individu dans la société, de la capacité d’adaptation des sujets parlants et de leur faculté créatrice. La diversité des perspectives offre des éclairages différents de manière à faire réfléchir les lecteurs sur le devenir du lien social dans l’économie de marché qui survalorise la possession d’argent comme gage et marqueur de la réussite sociale, chiffrable et cumulable. Ces études soulignent l’importance de prendre en considération la subjectivité afin d’éviter un fonctionnement stérile de la société qui se trouve fragilisée dès lors qu’elle ne tolère pas d’écarts à la norme, d’errements des sujets, d’altérité, questions vitales pour le maintien du lien social.

Haut de page

Notes

1 Rey Alain (dir.), Dictionnaire culturel en langue française, Tome II, Paris, Dictionnaires Robert, 2005, p. 1759.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madhura Joshi, « Abdelhadi Elfakir (dir.), Subjectivité et lien social. Figures des mutations contemporaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 juin 2016, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20940

Haut de page

Rédacteur

Madhura Joshi

Enseignante contractuelle d’anglais à l’Institut national des sciences appliquées, Toulouse. Membre du laboratoire DIPRALANG, Université Montpellier III.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page