Navigation – Plan du site

Julien Talpin, Community organizing : De l’émeute à l’alliance des classes populaires aux États-Unis

Clément Petitjean
Community organizing
Julien Talpin, Community organizing. De l'émeute à l'alliance des classes populaires aux Etats-Unis, Paris, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2016, 320 p., ISBN : 9782912107862.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Julien Talpin, Community organizing : De l’émeute à l’alliance des classes populaires aux États-Uni (...)

1Depuis la fin des années 1970, le community organizing représente l’une des formes dominantes de l’action collective aux États-Unis. Renvoyant à des techniques et des pratiques de mobilisation d’individus issus des classes populaires sur des problèmes quotidiens (logement, éducation, transports, emploi, etc.) afin d’améliorer les conditions de vie, ce type de militantisme fait l’objet d’un intérêt grandissant en France, tant chez les professionnels du travail social et de la politique de la ville que chez de nombreux militants. Il fascine celles et ceux qui, prenant acte de la déliquescence des organisations qui représentaient les classes populaires dans le champ politique, explorent les pistes d’une auto-organisation collective des dominés et d’une construction de leur autonomie politique. Mais rares sont les travaux disponibles en français qui décrivent et analysent sérieusement ce type de militantisme. Dans Community organizing : de l’émeute à l’alliance des classes populaires1, Julien Talpin vient combler ce manque.

  • 2 Outre de nombreux articles parus dans des revues scientifiques, il a publié pour La Vie des idées e (...)

2Chargé de recherche en science politique au CNRS, co-rédacteur en chef de la revue Participations, Julien Talpin est l’un des rares chercheurs français à s’être penché de près sur les pratiques du community organizing2. À partir d’une enquête ethnographique réalisée à Los Angeles, Talpin défend la thèse suivante : le community organizing constitue aujourd’hui « une tentative de représentation des classes populaires états-uniennes qui cherche à faire passer celles-ci de la violence à l’action collective » (p. 9). Tandis que l’annonce, en 1992, de l’acquittement des policiers responsables de la mort de Rodney King a déclenché plusieurs jours d’émeutes à Los Angeles, la relaxe en juillet 2013 de George Zimmerman, meurtrier avéré du jeune Trayvon Martin, a donné lieu à des émeutes qui ont été rapidement canalisées par plusieurs « organisations communautaires » telles que Los Angeles Metropolitan Churches (LAM) ou Los Angeles Alliance for a New Economy (Laane). Le community organizing et les organisations qui le pratiquent tentent de créer des alliances « interclassistes et interraciales » (p. 13) en s’appuyant sur « les liens forts qui structurent la vie quotidienne » (p. 14), liens de sociabilité que les Américains appellent la « community ». Le community organizing constitue ainsi une « offre politique spécifique écartant toute forme de spontanéisme pour mettre en avant la nécessité de l’organisation collective dans l’accumulation d’un pouvoir suffisant pour faire pencher la balance du côté des dominés » (p. 21).

  • 3 « Les community organizations – qu’on a choisi de traduire simplement par l’expression « organisati (...)

3L’ouvrage s’ouvre sur l’histoire sociopolitique de Los Angeles depuis les émeutes de 1992 en insistant sur la spécificité de l’espace militant local. Contrairement à d’autres grandes métropoles telles que Chicago ou New York, « syndicats, églises, mouvements de défense des sans-papiers et organisations communautaires » (p. 30) collaborent depuis de nombreuses années à la constitution d’un contre-pouvoir local autonome d’un parti démocrate par ailleurs historiquement faible. Julien Talpin insiste notamment sur le tournant qu’ont représenté les émeutes de 1992 en matière de ressources financières allouées tant par les pouvoirs publics que par les fondations privées : « l’argent a coulé à flots à Los Angeles dans les mois qui ont suivi les émeutes, contribuant à la structuration du champ des organisations communautaires » (p. 42). Si l’essentiel des fonds est redirigé vers des associations de service, les « organisations communautaires »3 plus radicales récoltèrent suffisamment de miettes pour pouvoir grandir.

  • 4 L’un de ses ouvrages, Rules for Radicals, initialement publié en 197,1 a été récemment publié en fr (...)

4Loin de l’image d’une pratique monolithique, l’enquête ethnographique distingue plusieurs styles de militantisme, auxquels correspondent, de manière idéal-typique, les trois organisations étudiées. L’organisation L.A. Voice s’inscrit dans la tradition du « faith-based organizing », qui consiste à mobiliser et rassembler les groupes préexistants, au premier rang desquels les églises. Ce style militant a été inauguré et formalisé dans les années 1930 par Saul Alinsky, souvent considéré comme le pape du community organizing4. Rompant avec la terminologie habituelle, Talpin préfère qualifier ce style militant d’« organizing collectif ». Il lui oppose deux autres traditions. L’« organizing individuel » de Community Coalition, d’une part, cherche à « mobiliser les non-organisés » (p. 67) ; il nécessite « un travail de mobilisation plus important que dans le cas du faith-based organizing [puisqu’il] ne peut s’appuyer sur les relations préexistantes dans les collectifs adhérents » (p. 68). D’autre part, l’« organizing radical » du Bus Riders Union cible lui aussi les « non-organisés » mais entretient davantage de relations avec les mouvements sociaux et affirme plus ouvertement sa perspective idéologique.

  • 5 « Les pauvres sont surreprésentés [58,6 %] au sein des conseils d’administration des associations d (...)

5L’auteur propose par ailleurs une analyse détaillée des techniques et méthodes militantes « hautement rationalisées » (p. 109), aux antipodes de toute forme de « spontanéisme » (p. 21). En mobilisant des individus « que rien ou presque ne prédisposait à l’engagement » (p. 85), les « organisations communautaires » effectuent un « travail d’unification symbolique » « pour construire symboliquement l’unité des quartiers marginalisés en transcendant les clivages sociaux et ethno-raciaux, et promouvoir les intérêts de ce groupe en défendant des revendications territoriales qui bénéficieront à tous » (p. 92). Pour Talpin, la forte présence de membres des classes populaires au sein des organisations communautaires5 est le résultat direct de « la mise en œuvre de stratégies de recrutement hautement rationalisées » (p. 109). Au-delà des différences entre organisations, Talpin insiste sur le rôle central que jouent les organizers, sur les épaules desquels repose l’essentiel de l’intensif travail de terrain visant à construire causes et mobilisations pour susciter puis pérenniser la participation des habitants des quartiers populaires.

6Ce travail de mobilisation est aussi un travail de façonnage des engagements, qui passe par l’éducation populaire et l’« éducation pratique » (p. 211). Analysant les effets de l’engagement « communautaire » sur les trajectoires individuelles, Talpin montre que la politisation est moins souvent la cause que la conséquence de l’engagement. Dans les termes indigènes, les membres des organisations qui s’impliquent fortement sont appelés des « leaders ». L’enquête donne bien à voir l’importance qu’accordent les organizers et les organisations à la formation des « leaders ». Si elle est nécessaire à l’acquisition de « compétences, de savoirs et de savoir-faire afin de mener véritablement la danse » (p. 195), la formation vient davantage compléter les savoirs et savoir-faire acquis dans la lutte. La formation des « leaders » et le « cercle vertueux de la politisation » (p. 233) qu’elle contribue à enclencher sont néanmoins des processus ambivalents : « en acquérant de nouvelles compétences, [les leaders] sont peut-être de moins en moins à l’image du groupe qu’ils sont censés représenter. » (p. 235)

7L’enquête s’attache à exposer en détail le fonctionnement interne des organisations et le type de militantisme et de militants qu’elles façonnent, mais elle donne aussi à voir les différentes formes de mobilisation à proprement parler. Analysant les différentes échelles auxquelles peut se déployer le community organizing (quartier, ville, État, voire même État fédéral) en prenant pour exemple des mobilisations portées par les différentes organisations étudiées, Talpin met à jour les tensions entre l’impératif de remporter des victoires concrètes, « gagnables », pour maintenir le niveau de mobilisation et obtenir des améliorations réelles des conditions de vie quotidiennes, et des exigences à plus long terme de justice sociale, de reconnaissance et de meilleure redistribution des richesses. Il interroge ainsi le rapport ambivalent qu’entretient community organizing et pouvoir politique, « entre pression, autonomie et investissement électoral » (p. 177) et montre que les organisations communautaires peuvent entretenir plusieurs types de rapports conflictuels avec les institutions.

8L’empathie du chercheur envers son objet est évidente, comme en témoigne la conclusion de l’ouvrage. Coupant l’herbe sous le pied de ceux qui taxeraient de « communautariste » le mode d’intervention territorial du community organizing, Talpin affirme que la valorisation des sociabilités populaires ancrées dans les quartiers, loin d’encourager le repli sur soi, favorise l’émancipation individuelle et collective. Tout en mettant en doute la capacité de cette « communauté » à fonctionner comme un sujet politique collectif, Talpin termine sur une note optimiste en faveur de « la force du nombre mobilisé » comme « contrepoids réel au pouvoir de l’argent » (p. 305) et de la « convergence des luttes » (p. 301).

9L’objectif théorique de connaissance d’un espace de pratiques spécifique s’accompagne donc d’un objectif plus politique : apporter une contribution informée aux discussions et débats autour de l’importation des méthodes du community organizing. Talpin consacre le dernier chapitre à l’engouement récent pour le community organizing et un terme qui lui est souvent associé, l’empowerment, dans les milieux professionnels du travail social et de la politique de la ville. À la lumière de la séquence militante qu’ont ouverte les « émeutes » de l’automne 2005, l’auteur interroge les récentes tentatives d’importation, en banlieue parisienne et à Grenoble, des méthodes et du projet politique du community organizing.

  • 6 L’ouvrage de Nicolas Duvoux, Les oubliés du rêve américain, paru à l’automne 2015, mettait déjà l’a (...)

10L’ouvrage peut ainsi être lu comme une mise en garde contre ceux qui, hypnotisés par l’exotisme apparent des pratiques, verraient dans le community organizing une solution à tous les problèmes politiques : « le community organizing n’est pas une formule magique prête à l’emploi, mais une piste, parmi d’autres, riche d’enseignements et également semée d’embûches » (p. 23). Parmi ces embûches, les enjeux de démocratie interne et les dynamiques de professionnalisation et de bureaucratisation des organisations constituent sont l’un des problèmes centraux auxquels est confronté le community organizing. Prenant le cas de l’organisation Community Coalition, Talpin explique que « l’organisation est si professionnalisée qu’elle laisse peu de place au bénévolat, décourageant toute velléité de participation quand bien même son objectif est la mobilisation de la population » (p. 260). Ces dynamiques de dépossession s’expliquent en partie par le rôle croissant des fondations philanthropiques dans le financement des « organisations communautaires »6. En participant à la professionnalisation du community organizing et en définissant les agendas politiques acceptables et légitimes, les fondations constituent un puissant facteur de canalisation de la critique sociale.

  • 7 On peut penser aux Courtiers du capitalisme (Agone, 2015) de Sylvain Laurens, qui met au jour l’imb (...)

11L’ouvrage accorde une place de premier plan au matériau ethnographique. Il s’appuie sur enquête ethnographique par observation participante menée entre l’été 2012 et l’été 2013 dans trois « organisations communautaires » de Los Angeles. Une quarantaine d’entretiens réalisés avec les directeurs, les salariés et certains membres de ces organisations viennent compléter l’observation participante des pratiques militantes, des réunions internes aux réunions publiques en passant par des campagnes de porte-à-porte ou des journées de formation. Le texte est ainsi parsemé de longs passages au discours direct, retranscriptions littérales des propos des membres des organisations lors de différentes réunions. On trouve également de nombreux portraits détaillés exposant les trajectoires d’engagement et les ressorts de politisation différenciés selon les origines et trajectoires sociales. Riche, l’enquête manque néanmoins de profondeur historique. Alors que des travaux récents ont confirmé qu’enquête ethnographique et travail d’archives pouvaient se compléter de manière féconde7, la seule ethnographie échoue à replacer dans leurs dynamiques historiques la structuration de l’espace du community organizing et sa professionnalisation. Talpin insiste sur le rôle pivot qu’occupent les organizers dans les processus de mobilisation et de constitution du groupe et rappelle que « l’étude de la trajectoire des organisateurs est importante pour comprendre les conditions de création de liens durables entre organisations communautaires et leaders » (p. 134). Mais une étude des évolutions du recrutement des salariés au sein des organisations étudiées aurait pu permettre de mettre davantage à jour les ressorts de la professionnalisation des postes d’organizer. Elle permettrait aussi de distinguer davantage entre professionnalisation et bureaucratisation : les formes de domination bureaucratique qui ont gouverné de nombreuses organisations politiques et syndicales du mouvement ouvrier européen ne donnèrent pas forcément naissance à un groupe professionnel spécifique. Or, se pencher moins sur les « causes » que sur les « entrepreneurs de cause » permettrait de déplacer la question de la capacité d’auto-organisation des classes populaires.

12Ces limites ne doivent pas oblitérer le fait que l’ouvrage de Julien Talpin constitue la première étude empirique sérieuse portant sur le community organizing. Il défriche le terrain et propose à la discussion des pistes de réflexion fécondes. Dans la mesure où le community organizing occupe désormais « l’espace politique, à gauche du parti démocrate et en partie en marge des syndicats, visant à représenter les classes populaires urbaines états-uniennes » (p. 19), son étude plus poussée revêt un intérêt évident tant pour les chercheurs que pour les militants.

Haut de page

Notes

1 Julien Talpin, Community organizing : De l’émeute à l’alliance des classes populaires aux États-Unis, Paris, Raisons d’agir, 2016.

2 Outre de nombreux articles parus dans des revues scientifiques, il a publié pour La Vie des idées et a récemment coordonné un dossier pour la revue Mouvements exclusivement consacré au community organizing : Ma cité s’organise. Community organizing et mobilisations dans les quartiers populaires, Mouvements, n° 85, printemps 2016.

3 « Les community organizations – qu’on a choisi de traduire simplement par l’expression « organisation communautaire » – visent à rassembler, sans toujours y parvenir, sous la bannière mouvante de la communauté, des Noirs et des Latinos, des musulmans et des catholiques, et surtout des habitants des quartiers pauvres, quelle que soit leur identité, pour promouvoir des revendications sociales bénéficiant aux plus modestes. » (p. 14) Talpin fait également le choix de la traduction littérale pour le concept d’« organizer », militants salariés des organisations très professionnalisés ; il parle ainsi d’« organisateurs ».

4 L’un de ses ouvrages, Rules for Radicals, initialement publié en 197,1 a été récemment publié en français sous le titre Être radical : manuel pragmatique pour radicaux réalistes, Bruxelles, Aden, 2012.

5 « Les pauvres sont surreprésentés [58,6 %] au sein des conseils d’administration des associations d’organizing individuel (ils ne sont que légèrement sous-représentés dans le cas de l’organizing collectif [47 %]). » (p. 89)

6 L’ouvrage de Nicolas Duvoux, Les oubliés du rêve américain, paru à l’automne 2015, mettait déjà l’accent sur le rôle structurel et structurant qu’occupent désormais les fondations dans le financement de l’action sociale au sens large. L’ouvrage a été recensé ici : https://lectures.revues.org/19293.

7 On peut penser aux Courtiers du capitalisme (Agone, 2015) de Sylvain Laurens, qui met au jour l’imbrication structurelle des milieux de la bureaucratie européenne à Bruxelles et des « lobbies ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Petitjean, « Julien Talpin, Community organizing : De l’émeute à l’alliance des classes populaires aux États-Unis », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 juin 2016, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20944

Haut de page

Rédacteur

Clément Petitjean

Doctorant en civilisation américaine (Paris-Sorbonne, HDEA), rattaché au laboratoire Printemps.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page