Navigation – Plan du site

Max Weber, Concepts fondamentaux de sociologie

Verena Richardier
Concepts fondamentaux de sociologie
Max Weber, Concepts fondamentaux de sociologie, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2016, 416 p., Textes choisis, traduits de l'allemand et introduits par Jean-Pierre Grossein, ISBN : 978-2-07-078528-5.
Haut de page

Texte intégral

1Les différents textes de cet ouvrage sont tous inédits à leur façon, jamais édités en français dans un ouvrage pour certains, nouvellement traduits ou améliorés pour d’autres. Les œuvres de Max Weber ont longtemps souffert d’être à la fois trop et mal connues, notamment à cause de traductions tardives et critiquées. Les premières traductions ont été menées dans les années 1960 et 1970 puis revues à partir des années 1990. Réunis pour la première fois dans cet ouvrage, l’ensemble de ces textes rend compte du dispositif théorique de l’un des pères fondateur de la sociologie.

2Les six textes ont été choisis et traduits de l’allemand par Jean-Pierre Grossein, qui a écrit également le chapitre introductif intitulé « Leçon de méthode wébérienne ». L’ouvrage est enrichi à la fin d’appendices importants. Une « Notice sur les textes » permet d’avoir des détails sur la filiation des traductions tandis que chacune des œuvres citées par Max Weber est disponible en bibliographie et qu’un « Glossaire raisonné » permet de retrouver la spécificité des termes utilisés par l’auteur. Enfin, de nombreuses notes de bas de page complètent ces appendices ainsi qu’un index des noms propres. Les textes de Max Weber sont donc encadrés, du début à la fin, de nombreux éléments facilitant la lecture et la compréhension. Jean-Pierre Grossein explique dans son chapitre introductif le choix qu’il a fait de présenter les textes à rebours dans le temps, en commençant par le plus récent pour finir par le plus ancien. Cette décision permet de tisser chapitre après chapitre le fil d’une pensée, ses circonvolutions et les choix progressifs de l’auteur dans la construction de ses raisonnements. Ce mouvement assure la cohérence de l’ensemble, même si chacun de ces textes date d’une époque différente.

3Le chapitre introductif aide à se plonger progressivement dans le vocabulaire et les concepts construits par Max Weber. Jean-Pierre Grossein conteste tout d’abord certains contre-sens fréquents. Il commence par repréciser le lien entre théorie et pratique, profondément liées pour l’auteur, et refuse de choisir entre un Max Weber économiste ou sociologue puisque les deux disciplines sont liées, dans la droite ligne de la tradition allemande. Il insiste sur la mise en contexte de la pensée de Max Weber et dément toute perspective théologique de cette dernière. Jean-Pierre Grossein montre comment le penseur allemand, à la recherche du sens de l’action sociale, s’oppose à des concepts comme celui de « société », considéré comme sans valeur explicative. Pour cela, Weber construit une conception soigneusement délimitée de la sociologie qu’il appelle « sociologie de compréhension ». Jean-Pierre Grossein présente ensuite la conception idéaltypique, mode de conceptualisation essentiel à la comparaison et l’émergence des chaînes causale au cœur de la sociologie de compréhension. Il termine sa « Leçon de méthode wébérienne » sur la langue théorique de l’auteur, « remodelée » à travers le temps. Cette dernière partie de son chapitre introductif compare notamment les dispositifs méthodologiques des deux textes suivants, soulignant les continuités, différences et évolutions.

  • 1 Max Weber, Économie et société. 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Pocket, coll. « Agora », (...)

4Le premier texte, « Concepts fondamentaux de sociologie », et le suivant, « De quelques catégories de la sociologie de compréhension », sont « l’armature conceptuelle » du dispositif théorique de Max Weber, selon Jean-Pierre Grossein. « Concepts fondamentaux de sociologie » date de 1920. Il est le chapitre initial de la première partie de l’ouvrage Économie et Société1, publié à titre posthume et traduit en français en 1971.

5Ce premier texte présente les fondements de la méthode de Max Weber et les formulations les plus récentes de sa pensée. Les différents termes et concepts essentiels sont déclinés en trois mouvements : les concepts autour de l’« action sociale » tout d’abord puis d’« ordre social » et enfin sur les « groupements ». L’« action sociale » correspond aux actions orientées en fonction d’autrui et se décline en différents modes, développés dans cette section. Il s’agit de l’action rationnelle en finalité, l’action en valeur, l’action affective et l’action traditionnelle, qui charpentent la pensée de l’auteur et entretiennent des liens fluides entre elles. Max Weber se repose ensuite sur ces concepts pour délimiter l’« ordre social », orienté en fonction de la représentation que l’on peut se faire d’un ordre légitime. La définition des « groupements » constitue le dernier mouvement de ce chapitre. Le penseur y différencie la « communautisation », basée sur le sentiment subjectif d’une appartenance commune, et la « sociétisation », reposant sur les compromis d’intérêts rationnels. Il explique alors en détail le vocabulaire adéquat pour décrire le fonctionnement de ces relations sociales, « ouvertes ou fermées », constituées en « groupements ». Les groupements sont les relations sociales « dont les règles limitent ou ferment le rapport avec l’extérieur, lorsque l’observation de son ordre est garantie par des personnes déterminées » (p. 152).

6Le deuxième texte, « De quelques catégories de la sociologie de compréhension », est fortement lié au premier. Écrit plus tôt dans la vie de Max Weber, il est moins structuré que « Concepts fondamentaux de sociologie » et réunit deux passages rédigés à plusieurs années d’intervalle. Les « catégories » sont les prémisses des « concepts » et on retrouve dans ce texte une partie des idées qui vont par la suite permettre à Weber de construire la méthodologie de la sociologie de compréhension. Le concept d’« ordre » n’est par exemple pas encore défini avec précision.

7Le troisième texte, « L’économie et les ordres », a été rédigé et remanié dans les années 1910 par Max Weber. Il a été publié pour la première fois en français dans Économie et Société. Très lié lui aussi au précédent, il distingue l’approche juridique et sociologique. L’approche juridique cherche ce qui a valeur de droit tandis que l’approche sociologique cherche à comprendre la « chance » que les ordres soient considérés comme valides par les personnes engagées dans l’action en communauté. L’ordre juridique est donc utilisé par Max Weber selon le sens de l’approche sociologique. Le « droit » est différent de la « convention » et de la « coutume ». « Droit » et « convention » sont liés car l’ordre repose dans les deux cas sur une coercition du groupe tandis qu’il repose sur l’imitation dans la « coutume ». Le passage d’un ordre à l’autre est très fluide. Enfin, Max Weber explique les significations et limites de la contrainte juridique sur l’économie en montrant que l’État n’est pas nécessaire au fonctionnement économique, même si un ordre économique de type « moderne » existe essentiellement grâce à un ordre juridique.

8Le texte suivant, « Possibilité objective et causation adéquate dans l’analyse causale en histoire », date de 1906. Max Weber y défend une analyse causale de l’histoire prenant en compte la subjectivité des acteurs historiques. Ne pas s’engager dans cette direction mènerait à se contenter de pures descriptions. On retrouve dans ce texte les fondements de la conception idéaltypique, abstraction de la pensée permettant de jouer avec la possibilité qu’un évènement arrive ou non pour en trouver les causes et conséquences les plus logiques. Cet exercice est essentiellement théorique afin de faire émerger les causalités historiques. Les conséquences de la bataille de Marathon peuvent par exemple être comprises en réfléchissant à ce qui se serait passé si les Grecs n’avaient pas gagné. Ce mouvement permet alors de faire émerger une série causale valide entre la victoire des Grecs et la permanence de valeurs helléniques dans la société occidentale, même si elle ne rend pas compte de toute la réalité historique.

  • 2 Feuerhahn Wolf, De Verdalle Laure, Melot Romain, « Max Weber : lettre à Else Jaffé du 13 septembre  (...)

9Les deux derniers textes présentés en annexes permettent de découvrir des prises de positions de Max Weber face à la psychologie et la « psychophysique » particulièrement en vogue à l’époque. Ils dessinent en partie les contours de la sociologie pour l’auteur. Les textes datent respectivement de 1907 et 1908. Dans « La théorie de l’utilité marginale et “la loi fondamentale de la psychophysique” », Max Weber récuse fermement l’idée de l’économiste Lujo Brentano qui fait reposer les principes de l’économie marginaliste sur la psychophysique. Pour finir, la « Lettre à Else Jaffé » est un écrit plus informel car il s’agit d’une réponse à une ancienne étudiante lui ayant proposé un article du psychiatre Otto Gross2. Max Weber décline fermement l’article, récusant la confusion que propose Otto Gross entre science et vision du monde.

10Cet ouvrage est un bon début pour tous ceux qui ont seulement retenu de Max Weber que le « désenchantement »3 de notre monde et du capitalisme serait uniquement le résultat de l’éthique protestante. Si les néophytes peuvent découvrir grâce à ces Concepts fondamentaux de sociologie qu’il ne s’agit que de la partie émergée de l’iceberg, les spécialistes de Max Weber pourront quant à eux profiter d’un ouvrage solidement argumenté, précis, dense, honnête dans les traductions et les questionnements. Cette lecture peut également être complétée grâce au n° 46 de la Revue française de sociologie4, numéro spécial essentiellement consacré à l’auteur. Au-delà d’une découverte ou de l’approfondissement de la connaissance des écrits de Max Weber, cet ouvrage permet de plonger dans les racines de la sociologie selon des méthodes toujours d’actualité. Pour finir, il convient de saluer le respect de l’œuvre et de la réflexion de son auteur qui transparaît dans tout cet ouvrage, ainsi que le soin porté à la contextualisation et à l’explication des traductions, jusqu’aux détails de l’évolution des termes au fil de ces dernières.

Haut de page

Notes

1 Max Weber, Économie et société. 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Pocket, coll. « Agora », 1995.

2 Feuerhahn Wolf, De Verdalle Laure, Melot Romain, « Max Weber : lettre à Else Jaffé du 13 septembre 1907. Présentation : science et vision du monde », Revue française de sociologie, n° 43, 2002, p. 673-676.

3 Jean-Pierre Grossein se positionne en faveur du terme « démagification » plutôt que « désenchantement », venu des traductions anglaises.

4 François Chazel, Jean-Pierre Grossein (dir.), « Lire Max Weber », Revue française de sociologie, n° 46, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Verena Richardier, « Max Weber, Concepts fondamentaux de sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 juin 2016, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20954

Haut de page

Rédacteur

Verena Richardier

Doctorante en sociologie à l'ENS-LSH de Lyon - Triangle UMR 5206 et Laboratoire international associé (LIA), Sociologies post-occidentales en France et en Chine.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page