Navigation – Plan du site

Vincenzo Cicchelli, Pluriel et commun. Sociologie dun monde cosmopolite

Robin Soyer
Pluriel et commun
Vincenzo Cicchelli, Pluriel et commun. Sociologie d'un monde cosmopolite, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2016, 284 p., ISBN : 9782724618853.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années, la recherche en sciences sociales a été marquée par la multiplication des global studies, dans un monde contemporain plus que jamais marqué par la mondialisation et les mobilités. Constatant que nos sociétés connaissent aujourd’hui « un degré inédit d’interconnexion » par-delà les frontières, Vincenzo Cicchelli développe une réflexion sociologique sur le cosmopolitisme. Cet objet de recherche, en plein renouvellement, n’est pas neuf : les philosophes de l’Antiquité grecque y avaient eux-mêmes réfléchi, tout comme ceux des Lumières quinze siècles plus tard. Mais l’émergence des nationalismes, au XIXe siècle, a contribué à marginaliser l’étude du cosmopolitisme jusqu’à l’avènement de la globalisation économique et culturelle, qui a renouvelé cet axe de recherche au tournant des années 2000. En s’interrogeant sur l’affaiblissement visible des États-nations et sur la porosité nouvelle des frontières, cet ouvrage tente de cerner l’esprit du cosmopolitisme – entendu comme le désir de vivre dans une pluralité de cultures et de nationalités – ainsi que ses fondements conceptuels. Le livre est structuré en deux parties, chacune divisée en trois chapitres. La première analyse les grands traits du monde cosmopolite dans lequel nous vivons, la seconde se centrant davantage sur l’expérience sociale que les individus peuvent faire de « l’étranger » au sens large.

2Le premier chapitre montre à quel point certains phénomènes transnationaux (compétitions sportives, productions culturelles) se sont imposés comme des éléments structurants du fait national. Il existe bien une « condition humaine collective » à l’échelle de la planète, qui va de pair avec la « dénationalisation » de certains sujets majeurs (changement climatique, risques terroristes, crise des réfugiés). De ces changements découle une remise en cause progressive des États-nations, dont la souveraineté jusqu’ici communément admise, est à redéfinir. Les chercheurs eux-mêmes gagnent à repenser leurs cadres d’analyse. Pour Vincenzo Cicchelli, les sciences humaines « doivent accomplir une révolution conceptuelle : apprendre à voir la Terre de loin, de façon surplombante » tout en poursuivant des études de cas plus localisées (p. 66).

3Le deuxième chapitre explore les aspects culturels et symboliques du monde cosmopolite. Le rôle des médias est central dans la diffusion internationale de produits culturels (films, musique), ou d’événements de grande ampleur, qu’ils soient rituels (Jeux Olympiques) ou spontanés (catastrophes meurtrières). Cela pose la question d’une éventuelle « conscience cosmopolite », celle de vivre sur une seule et même planète. Le changement climatique en est un exemple particulièrement parlant, puisqu’il acte, par et pour tous, la reconnaissance de la finitude de la planète et de la fragilité des écosystèmes. Ce chapitre est l’occasion d’étudier le caractère cosmopolite de certaines œuvres, comme les grandes sagas de science-fiction (Star Wars) ou la littérature fantasy (Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux) qui puisent dans un réservoir mythologique destiné à rassembler une grande diversité de publics autour d’un même univers. Plus encore que les échanges commerciaux et les défis politiques du monde, le cosmopolitisme se révèle être un objet profondément culturel.

4Le troisième chapitre interroge la confrontation des identités culturelles et des communautés dans le cadre d’une société globale. Face aux pouvoirs des marchés et des médias de masse, l’expression d’une singularité culturelle demeure-t-elle un rempart protecteur, ou faut-il envisager une dilution des identités dans une nouvelle culture universelle ? Ne souscrivant ni à l’une ni à l’autre de ces propositions, Vincenzo Cicchelli fait le constat plus nuancé d’une « hybridation » des cultures, et souligne l’omniprésence de l’altérité dans nos modes de vie et nos façons de penser. Mais la mise en regard des cultures ne débouche pas toujours sur un enrichissement mutuel. À l’échelle du monde, le retour en force des protectionnismes et des fondamentalismes l’atteste largement. Et plus localement, certaines enquêtes sociologiques témoignent de la difficulté d’établir des métissages interculturels. Des sociologues pakistanais ont ainsi remarqué la profonde crise identitaire des enseignants pachtounes confrontés à « l’occidentalisation » de leurs structures sociales et à la disparition des solidarités, ce qui accréditerait une « thèse de la perte » face à une globalisation envahissante. Mais il existe aussi des contre-exemples. Certaines communautés, dans une logique culturaliste, ont été capables d’utiliser le marché mondial et les imaginaires transnationaux pour mettre en valeur des productions originales.

  • 1 Beck Ulrich, La société du risque : Sur la voie d'une autre modernité, Paris, Aubier, 2001. Sociolo (...)
  • 2 Simmel Georg, Les grandes villes et la vie de l’esprit, Paris, L’Herne, 2007. Sociologue allemand d (...)

5Plus théorique, la seconde partie de l’ouvrage revient sur la « socialisation cosmopolite ». Le quatrième chapitre aborde les tenants d’une identité cosmopolite, ce qui revient à comprendre « comment ego et autrui […] s’orientent dans la complexe géographie humaine, ethnique et culturelle du monde contemporain » (p. 154). Le fait d’être un individu cosmopolite implique nécessairement une conscience, sociale et historique, de vivre dans le même monde. Toutefois, cela n’altère pas la prégnance des appartenances locales. Vincenzo Cicchelli regrette l’absence de travaux sur le cosmopolitisme « du quotidien ». En effet, peu de recherches empiriques ont été menées sur la socialisation concrète à la différence socio-culturelle. En l’état, les travaux d’Ulrich Beck1 sur la généralisation de l’internationalisation d’autrui, et de Georg Simmel 2sur l’ambivalence de la place de « l’étranger » dans un groupe social établi, sont mobilisés pour dévoiler les déterminants d’une socialisation à autrui. L’imbrication d’une « socialisation à proximité » (sa famille, sa communauté, son pays) et d’une « socialisation à distance » (la multiplicité des références culturelles et identitaires) permet de dépasser une vision trop simpliste et naïve de ce qu’est réellement l’individu cosmopolite.

6Dans le cinquième chapitre, comme dans le précédent, on se demande « qu’est-ce qu’un cosmopolite » mais selon une approche plus pratique que théorique. Il s’agit ici de dégager, autant que possible, un profil-type de l’individu cosmopolite. Pour cela, l’auteur a sélectionné et croisé les enquêtes quantitatives et qualitatives disponibles. Il en ressort que les personnes les plus susceptibles de posséder une conscience « globale » de leur existence sont des individus jeunes, cultivés et urbains. À ces trois marqueurs les plus visibles s’ajoutent quelques tendances : la plupart sont des hommes, habitent les métropoles de l’Europe de l’Ouest, votent plutôt à gauche et sont plutôt athées. Ce profil, qui comprend beaucoup d’exceptions et ne doit pas être réduit à une caricature, correspond globalement à celui des classes supérieures mobiles ou des étudiants instruits. Un autre enseignement ressort de ce chapitre : contrairement à une idée reçue, l’appartenance nationale reste de loin la plus privilégiée par ces individus « cosmopolites ». Une enquête menée avec des étudiants qui ont bénéficié du programme Erasmus confirme que si une socialisation supranationale s’est opérée dans l’immense majorité des cas, une grande partie d’entre eux ne revendique aucune identité transnationale. Le poids des affiliations acquises à la naissance reste fort, y compris parmi ceux qui semblent le plus appartenir à la catégorie des « citoyens du monde ».

7L’ouvrage se referme sur le sixième chapitre, dans lequel Cicchelli tente d’arrêter des critères qui pourraient définir un « esprit cosmopolite ». Dans une perspective plus philosophique que sociologique, il distingue quatre éléments fondamentaux permettant une socialisation cosmopolite : le goût des autres, soit une curiosité pour les produits et pratiques d’autrui (orientation « cosmo-esthétique »), l’intelligence des autres, soit l’apprentissage des codes de communication (orientation « cosmo-culturaliste »), le souci des autres, soit la solidarité transnationale (orientation « cosmo-éthique »), et encore l’attachement au vivre-ensemble, soit l’envie de cohabiter au sein d’une pluralité de cultures (orientation « cosmo-politique »). Le cosmopolitisme supposerait donc de disposer des capacités et vertus associées. L’hospitalité constituait probablement la première exigence du cosmopolitisme de l’Antiquité. Aujourd’hui, ce seraient sans doute la flexibilité, l’adaptation et la tolérance vis-à-vis de ce qui n’entre pas dans nos habitudes de vie et de pensée.

8Particulièrement riche en approfondissements théoriques, ce livre présente un apport certain quant aux définitions conceptuelles du cosmopolitisme. Il propose une synthèse précise de la littérature académique existante, n’occulte pas les distinctions méthodologiques nécessaires (multiculturalisme, différentialisme, universalisme) et éclaire habilement les principaux enjeux scientifiques de ce sujet qui, dans un contexte de résurgences identitaires et communautaires, n’est pas à l’abri de la controverse. On pourra simplement regretter que la convocation des grands auteurs ait parfois pu amoindrir une vision plus personnelle de l’auteur sur son objet, et que la description très théorique de ce monde pluriel et commun ait pu faire perdre de vue la dimension plus concrète, illustrée et humaine des expériences tantôt émerveillées, tantôt douloureuses, tantôt indifférentes, que peut revêtir la rencontre interculturelle. Mais il n’en reste pas moins que cet ouvrage, par la richesse du corpus théorique et la variété des outils méthodologiques présentés, constitue une base précieuse pour les futurs travaux de sociologie cosmopolite.

Haut de page

Notes

1 Beck Ulrich, La société du risque : Sur la voie d'une autre modernité, Paris, Aubier, 2001. Sociologue allemand, Beck (1944-2015) est l’un des grands théoriciens du cosmopolitisme contemporain. Partisan d’un cosmopolitisme engagé, il a défendu la construction d’un « cosmopolitisme méthodologique » adapté à la globalisation des sociétés actuelles et aux défis mondiaux, par opposition au « nationalisme méthodologique » des sociologues classiques.

2 Simmel Georg, Les grandes villes et la vie de l’esprit, Paris, L’Herne, 2007. Sociologue allemand de la fin du XIXsiècle, Simmel (1858-1918) avait étudié en profondeur la psychologie sociale de l’individu cosmopolite dans un milieu urbain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robin Soyer, « Vincenzo Cicchelli, Pluriel et commun. Sociologie dun monde cosmopolite », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 juin 2016, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20963

Haut de page

Rédacteur

Robin Soyer

Étudiant en histoire contemporaine à l'ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page