Navigation – Plan du site

Thierry Paquot, Terre urbaine. Cinq défis pour le devenir urbain de la planète

Aurore Bonardin-Cadet
Terre urbaine
Thierry Paquot, Terre urbaine. Cinq défis pour le devenir urbain de la planète, Paris, La Découverte, coll. « Poche / Essais », 2016, 240 p., 1re édition 2006, préface inédite de l'auteur, ISBN : 9782707189547.
Haut de page

Texte intégral

1Ancré dans la ligne éditoriale de la maison d’édition La Découverte, Thierry Paquot offre un outil clair et intelligible pour aider à une meilleure compréhension d’un phénomène mondial. Dans cette édition actualisée de son livre, il propose un état de l’art ainsi qu’un état des lieux de la constante évolution urbaine, qui concerne aujourd’hui une majorité de la population mondiale. Thierry Paquot entraine le lecteur dans la découverte du fait urbain et des multiples recherches qui y ont été consacrées.

2Dire la ville est complexe et appréhender les changements qui ont cours dans ce cadre, partout sur la planète, l’est également. La Terre est urbaine ; tout du moins, elle le devient de plus en plus. Cette mondialisation du caractère urbain entraîne des changements sociétaux de taille, qui touchent les êtres vivants dans l’environnement de la ville. L’auteur identifie cinq défis que pose la vie en ville. Il propose de réfléchir à comment vivre et comment partager l’espace urbain.

  • 1  Yves Jean et Christian Calenge. Lire les territoires, Presses universitaires François Rabelais, 20 (...)
  • 2 Christian Chelebourg et Serge Meitinger. Écritures de la ville, Editions Kimé, Paris, 2006, Cahier (...)

3Opposer la ville à la campagne ne suffirait pas à en donner une description pertinente. La notion de ville englobe une représentation qui va au-delà de la citadinité et prend parfois en compte une certaine forme de ruralité. Les villes se métamorphosent. Il s’agit d’opérer un ajustement de la valeur territoriale adossée à la ville. Territoire au sens de ce que Yves Jean définit comme « un construit social, consolidé par l’histoire, qui contribue à le fonder comme un espace identifié, caractérisé par des pratiques et des représentations »1. Les reterritorialisations font émerger des villes avec des formes et des fonctionnements différents. Cependant, comme le précise Thierry Paquot, l’essence de la ville demeure : c’est un espace de rencontre où se décide l’avenir. Serge Meitinger rapproche la ville et l’écriture qui « semblent pouvoir se lier en ce point où l’une et l’autre rassemblent les humains en vue d’un destin commun, pour le meilleur et pour le pire »2. Le vivre-ensemble en ville est un enjeu primordial et Thierry Paquot précise d’ailleurs qu’« une « ville » est l’heureux et étonnant entremêlement des trois qualités suivantes : l’urbanité, la diversité et l’altérité » (p. 10). L’évolution des villes dépend donc de la prise en compte factuelle de ces trois qualités. La ville représente un lieu commun d’organisation sociétale inédit. Le livre se fait manuel et parcourt cinq défis, qui sont les conséquences de l’urbanisation, et auxquels les responsables politiques doivent faire face.

4De concert avec l’évolution du monde, le développement du capitalisme et le phénomène de mondialisation, les villes évoluent et font face à des défis qui eux aussi représentent des phénomènes globaux. La mondialisation a entraîné des modifications structurelles au sein des pays et a contribué à une redistribution des rôles, particulièrement en ville. Pour chacun des défis identifiés, il semble, qu’en finalité, ce soient les orientations et engagements politiques qui détiennent les moyens de changements.

5L’urbanisation répond aux enjeux de l’organisation de la vie en ville. Ce phénomène planétaire revêt des caractéristiques différentes selon les continents, les manifestations de l’urbanisation prenant des formes différentes selon les modes d’apparition ou de développement des villes. Dans le cas du continent africain, l’urbanisation semble ne pas y être significativement active ; l’auteur perçoit plutôt un phénomène d’exode rural massif de populations qui recherchent une meilleure vie. Ces exodes se manifestent par l’apparition de lieux-villes dont la population croît de façon exponentielle. Ces lieux sont investis par des populations. Cependant, bien souvent, un défaut de prise en main du phénomène d’évolution du lieu ne permet pas de former un ensemble cohérent. L’auteur insiste sur les enjeux sociétaux qu’impliquent les évolutions des villes et sur la nécessité d’utiliser l’urbanisme comme un outil qui permet à un espace de devenir une ville.

6Thierry Paquot débute son analyse des défis qui menacent les villes, en posant le problème du contrôle des sols. L’auteur précise que « [l]’accès au sol est une des conditions pour s’intégrer à un quartier et se lier à des voisins, se socialiser » (p. 62). La tendance à la sectorisation de l’espace urbain représente une menace d’exclusion sociale pour certaines parties de la population. Les importants flux migratoires entraînent souvent un phénomène de « bidonvillisation » (p. 48) qui va concerner des quartiers à part entière de la ville. Parallèlement, il existe un réel enjeu de privatisation de l’espace urbain, qui est visible dans l’apparition de gated communities. Des situations de sectorisation peuvent engendrer de vraies situations de ségrégation selon les lieux de vie et remettre ainsi en question l’idée de lieu partagé que devrait représenter la ville.

7L’auteur s’attarde sur l’importance de l’espace de la ville pour construire le vivre-ensemble et alimenter la vivacité du principe démocratique. Pour Thierry Paquot, privatiser des parties de la ville ou affecter des groupes à des zones définies de la ville, selon des critères sociaux, représentent des freins important et « [empêchent] la ville de faire “société” » (p. 71). Les tendances à la déterritorialisation représentent également des enjeux de pouvoir importants. La ville ne se décide plus seulement à l’échelle locale. Les frontières de ce qui fait la ville dépendent de l’environnement supranational et dessinent de nouveaux défis à relever. Quant à la ville globale, elle représente plus « un simple plateau technique » (p. 7), lieu d’échanges commerciaux, à l’échelle internationale.

8L’auteur aborde le concept de « cité-jardin » (p. 76), qui propose une alternative à la ville moderne. Il s’agit d’un développement utopique de la ville, pensé, à l’origine, par Ebenzer Howard au XIXe siècle, et qui apparait comme « un tiers-territoire, ni ville ni campagne » dont les caractéristiques en feraient une « cité sociale » (p. 79) où tout un chacun pourrait « se réaliser » (p. 80). À travers cet exemple, Thierry Paquot insiste sur la nécessité de faire de la ville un espace partagé.

9Dans la deuxième partie, l’auteur se penche sur l’enjeu que représente la mobilité et la place de l’automobile en ville. Il fait correspondre la tyrannie du besoin de se déplacer à la suprématie de l’automobile. Face à l’expansion des villes, l’automobile offre un outil pour être sûr de répondre aux exigences de mobilité du système économique ; de plus, « c’est encore l’expression d’une distinction sociale […] la manifestation d’une réussite sociale » (p. 94). L’enjeu de la mobilité représente bien un défi pour l’intégration sociale des habitants en ville et l’auteur pointe là encore la responsabilité des orientations politiques qui favorisent, ou non, des alternatives pour permettre une mobilité libérée du monopole de l’automobile.

10Ensuite, Thierry Paquot étudie les effets de l’urbanisation croissante sur l’environnement. En Europe et aux États-Unis, les considérations écologiques relèvent d’effets apparus consécutivement à l’expansion de l’industrialisation, qui a accompagné l’urbanisation. L’écologie ne peut désormais plus se penser hors de l’urbain et représente un défi de taille pour la planète. Il apparait nécessaire de réajuster la perception de la ville pour pouvoir répondre au défi environnemental. L’auteur propose que l’urbanisme veille à adopter une logique écologique dans la planification du projet urbain. La ville ne peut être un espace sans nature et la biodiversité existe aussi en ville. C’est donc d’une mise en rapport entre nature et urbanisme dont il est question. L’auteur prône une écologie existentielle, en écho aux théories de Sartre sur la liberté de l’homme et de Heidegger sur le fait d’habiter l’espace. Soit une écologie existentielle, afin de ne pas rétrograder l’humain en second plan et pour qu’il puisse se réaliser dans la ville.

11Thierry Paquot consacre deux chapitres aux défis que l’urbanisation fait peser sur la démocratie et sur la diversité culturelle en ville. Ce sont là encore des défis sur la capacité de faire société en ville dont il est question. L’auteur avance la participation démocratique et la qualité des rencontres en ville comme des critères de construction sociétale. Il termine en lançant un appel à la réflexion commune et précise que « ces défis sont lancés par les hommes aux hommes » (p. 188).

12Ce livre doit être appréhendé comme un outil pour une bonne compréhension et pour encourager l’étude de l’évolution du monde urbain. L’auteur se fait accompagnateur des lecteurs au long de son récit de l’histoire de l’urbanisation, de l’évolution des villes et de l’homo urbanus. Pour ce faire, il donne aux lecteurs des moyens de compréhension pertinents. Il interpelle même parfois le lecteur et donne un aspect dynamique à sa réflexion philosophique. Son cheminement se termine en 2016 et semble attendre que tout un chacun, doté désormais d’outils d’analyse performants, puisse alimenter la réflexion et donner une vision nouvelle à la ville de demain.

Haut de page

Notes

1  Yves Jean et Christian Calenge. Lire les territoires, Presses universitaires François Rabelais, 2002, Collection Perspectives « Villes et territoires », n° 3, 300. 

2 Christian Chelebourg et Serge Meitinger. Écritures de la ville, Editions Kimé, Paris, 2006, Cahier de Recherches sur l’Ecriture et l’Espace n°1, 206.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Bonardin-Cadet, « Thierry Paquot, Terre urbaine. Cinq défis pour le devenir urbain de la planète », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 juin 2016, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20972

Haut de page

Rédacteur

Aurore Bonardin-Cadet

Doctorante en civilisation sud-africaine affiliée à l’EA DIRE de l’Université de La Réunion

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page