Navigation – Plan du site

Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (dir.), La Gamelle et l’outil. Manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Stéphane Le Bras
La gamelle et l'outil
Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard, Xavier Vigna (dir.), La gamelle et l'outil. Manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Nancy, Arbre bleu Éditions, 2016, 367 p., ISBN : 979-10-90129-15-3.
Haut de page

Texte intégral

1Réunissant plus d’une vingtaine de contributions, La Gamelle et l’outil est un savoureux voyage à travers le temps et l’espace, scrutant et analysant les habitudes alimentaires des Européens au travail. De la France à l’URSS en passant par l’Italie, de l’époque révolutionnaire à la période contemporaine, l’ouvrage propose de mettre en lumière les spécificités d’une pratique commune à tous ou presque : le repas pris au travail ou dans le cadre du travail. À travers ce moment-rupture et les enjeux qui le construisent (approvisionnement, organisation, gestion, etc.), on lit tout un pan de l’histoire européenne et de ses aléas, ses tensions, ses évolutions.

2Après une solide introduction permettant de saisir l’intérêt d’un sujet sorti de l’anecdotique par les précédentes études sur l’alimentation et qui se trouve au croisement de nombreux champs des sciences sociales en général et de l’histoire en particulier, le recueil de textes se décompose en trois parties.

3La première s’intitule « Manger entre les champs et les villes au temps de l’industrialisation » et couvre, hormis le lumineux texte de Jean-Claude Farcy sur les salariés agricoles de la Belle époque, un premier XIXe siècle dans lequel est incluse la période révolutionnaire (Julien Saint-Roman). Bien évidemment, on y découvre les mutations qui frappent, au même rythme que les profondes transformations de l’ordre socio-économique, le repas au travail, notamment en Europe occidentale, avec toutefois des bouleversements moins brutaux et plus dilatés dans les zones rurales. De nouveaux ustensiles se généralisent (la fourchette), de nouveaux produits se popularisent (le café), tandis que la sécurité alimentaire devient bien plus stable. D’autres pratiques commencent, elles, à être dénoncées voire sanctionnées, comme l’alcoolisme quotidien de certains travailleurs sous la Deuxième République (Vincent Robert), préfigurant les luttes hygiénistes de la période suivante. Surtout, l’époque est celle de l’émergence de nouvelles théories d’organisation politique et sociale qui trouvent leur prolongement dans les habitudes alimentaires au travail, parfois expérimentales (Denis Bayon), notamment au sein des communautés les plus en pointe dans leur ambition réformiste (Ophélie Siméon ; Thomas Bouchet, Bernard Desmars et Jean-Claude Sosnowski ; François Fourn qui abordent dans trois textes différents les aventures des socialistes utopiques). Ainsi, une large partie des chapitres de ce premier temps concerne les repas dans les communautés socialistes du premier XIXe siècle où les prescriptions normatives se montrent particulièrement fortes en termes de réorganisation, de partage mais aussi, et c’est notable, de contrôle.

4La deuxième partie, « Le repas à l’âge industriel, entre normes et contraintes », propose une plongée dans le monde ouvrier et paysan sur une période beaucoup plus longue, couvrant une centaine d’années (du milieu du XIXe aux années 1960). Contrairement à la première partie centrée quasi-exclusivement sur la France, s’ouvrent ici des espaces et des lieux de consommation moins connus et, peut-être plus originaux en termes de recherche, notamment le monde communiste à travers les cas polonais (Tadeusz Czekalski) et soviétique (François-Xavier Nérard) ainsi qu’un décentrement du regard avec le cas des possessions outre-mer françaises (Claudy Chêne) mettant en regard pratiques européennes et coutumes locales sur un temps relativement long (de la fin du XIXe au début des années 1960). Si la première période était celle du normatif, celle-ci est celle du rationnel. Avec le processus industriel poussé à son extrême, les conditions de travail sont sérieusement modifiées, imposant de nouvelles cadences et donc de nouvelles pratiques alimentaires dans le cadre d’un travail qui transforme l’ouvrier et son rapport à l’alimentation, désormais très clairement perçu comme nécessaire à l’effort (Thomas Depecker). Ici aussi, le politique se mêle au social et au culturel, les communistes apparaissant en l’état comme des précurseurs dans le domaine (François Jarrige ; Stéphane Gacon), tandis que manger prend une dimension collective encore plus prononcée lors des occupations d’usine du printemps 1936 en France (Morgan Poggioli). De part et d’autre de l’Europe, voire à partir de 1946 et du rideau de fer, la modernité – quelle que soit son acception – se transcrit dans l’alimentation au travail. Elle prend des formes multiples, l’une d’entre elle étant d’assurer un repas à tous, souvent avec des motivations multiples (et parfois éloignées éthiquement), selon qu’en soient à l’origine le patronat, l’État ou des intellectuels. Bien évidemment, cela ne se fait pas sans résistance ni tensions tant le repas dans le cadre du travail peut s’avérer être un territoire et un espace de luttes pour l’émancipation face à un désir de contrôle, de plus en plus affirmé et dans la continuité de la période précédentes, de la part des autorités ou des patrons.

5Le troisième temps aborde, quant à lui, les thématiques de « Circulation, diffusion et contestation des modèles dans la seconde moitié du XXe siècle ». Ici, les sujets sont beaucoup plus variés et divers, peut-être en raison de sources plus abondantes, comme en témoigne le texte de Xavier Vigna sur les « récits ouvriers » au XXe siècle. Encore une fois, si les habitudes alimentaires peuvent être appréhendées et éclairées par le biais de l’histoire des représentations et des pratiques (Jean-Pierre Williot sur les cheminots français), les tensions qui parcourent ce moment charnière n’en restent pas moins omniprésentes. C’est le cas lors des grèves de 1968 en Bretagne bien évidemment (Vincent Porhel), mais également chez les mineurs de fond (Pascal Raggi), les employés de Fiat (Daniela Adorni et Stefano Magagnoli) ou les plateaux de tournage (Gwenaële Rot), domaines dans lesquels les contraintes sont majeures et sources de crispation autour d’un temps de sustentation mais aussi – et peut-être surtout – de repos. Ainsi, le repas au travail s’affirme encore plus comme un acquis social qu’il faut défendre, à la fois quantitativement et – de plus en plus – qualitativement. Qualité des aliments, qualité des recettes, qualité des conditions de prise des repas deviennent des éléments de revendication alors que dans le même temps, les contraintes se font de plus en plus fortes, même pour des métiers publics (les policiers suisses présentés par Michaël Meyer). Ainsi, la cantine, élément structurant de la période précédente et qui apportait une forme de sérénité et de confort alimentaires à des populations déstructurées par les nouvelles conditions de travail et d’existence, tend à disparaître dans certaines professions, au profit de nouvelles manières de consommer, plus individuelles, plus contraignantes et surtout plus éprouvantes pour l’organisme. Toutefois, dans les structures fermées ou semi-ouvertes, avec la rationalisation poussée à son maximum en cette fin de siècle, l’optimisation du partage des tâches et du temps au travail conditionnent fortement une réduction de la liberté des employés en la matière. Et, dans cette optique, la cantine autant que les nouvelles machines à distribuer nourriture et boissons conservent, parfois insidieusement, le rôle quasi coercitif qu’elles occupent depuis le tournant du XXe siècle.

6Au total, l’ouvrage, venant conclure trois années de séminaires et un colloque sur le sujet, est remarquable d’innovations. Dans sa thématique générale déjà, celle de l’alimentation, sujet encore mineur et sous-estimé. Dans l’approche de celle-ci également, en faisant varier les focales d’approche et en proposant une histoire complexe et riche. Dans ses résultats enfin, mettant particulièrement bien en évidence l’intrication du politique, du social et du culturel. En définitive, les interprétations développées se trouvent être, avec succès, une clé de lecture particulièrement pertinente, au-delà de son originalité, d’une société au travail, en mouvement et sous contrôle. Si on peut regretter quelques absences (la période des conflits mondiaux ou un texte sur les boissons alcooliques ou non, abordées en filigrane dans plusieurs textes), c’est une entreprise audacieuse et réussie dont le résultat, ce livre, peut se consommer… sans faim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Le Bras, « Thomas Bouchet, Stéphane Gacon, François Jarrige, François-Xavier Nérard et Xavier Vigna (dir.), La Gamelle et l’outil. Manger au travail en France et en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 10 juin 2016, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20974

Haut de page

Rédacteur

Stéphane Le Bras

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page