Skip to navigation – Site map

Sophie Lambert-Wiber, François Hourmant (dirs), L’animal et le pouvoir

Christine Bousquet-Labouérie
L'animal et le pouvoir
Sophie Lambert-Wiber, François Hourmant (dir.), L'animal et le pouvoir, Rennes, Presses universitaires de Rennes, series: « Essais », 2016, 190 p., ISBN : 978-2-7535-4758-2.
Top of page

Full text

1Quel homme ou femme politique d’aujourd’hui accepterait-il de s’afficher sans flatter un dos de vache au salon de l’agriculture, sans poser avec un bon vieux chien dans un couloir de la Maison Blanche ou dans les jardins de l’Élysée ? Le constat de l’omniprésence de l’animal dans la vie politique a incité Sophie Lambert-Wiber et François Hourmant à réunir en 2014 un colloque où les sociologues ont dressé un tableau des relations entre les participants de la sphère du pouvoir et leurs meilleurs amis. L’animal semble une nécessité politique et sans doute émotive, il n’est sensible ni aux sondages ni aux cours des bourses mais témoigne une sympathie et une affection sans arrière-pensée ni trahison.

2Le choix général de la publication part de l’animal et les douze communications sont réunies en trois grandes parties dans un spectre spatial qui se réduit progressivement. L’animal réifié et protégé depuis le XIIIe siècle jusqu’à nos jours, l’animal institutionnalisé et symbolisé avec un focus chronologique sur le monde contemporain, enfin l’animal entravé et libéré par une interrogation sur la place actuelle de celui-ci dans la ville ou dans l’imagination des hommes. Le monde contemporain joue un rôle puissant mais l’arrière-plan médiéval et moderne n’est pas oublié. Cette perspective chronologique permet d’ailleurs de sortir du champ de la sociologie pure pour s’intéresser au droit et à son élaboration : quelle place doit occuper l’animal dans l’espace urbain ? Le rapport entre l’animal et le monde des décideurs, qu’ils soient empereurs, présidents ou maires est souvent marquée par l’ambiguïté : légiférer sur la place que doit occuper le monde animal dans les villes, encadrer voire réprimer les comportements animaux intolérables pour les humains ; poser en protecteur et ami des animaux est essentiel dans le façonnement de l’image publique sympathique et décontractée aux États-Unis (François Hourmant) ou faussement attentif aux préoccupations paysannes lors du salon de l’agriculture. L’ambivalence dure depuis les procès d’animaux au Moyen Âge où il ne faisait pas bon pour le malheureux cochon égaré être pris et jugé pour un comportement délictueux sur la voie publique (Joël Hautebert) jusqu’au casse-tête actuel de la propreté urbaine souvent mise à mal par les animaux et leurs propriétaires indélicats (Caroline Boyer-Capelle).

3Ces analyses ou plutôt ces rappels détaillés et parfois pittoresques sont agréables à lire : ils ne sont pas d’une nature proprement nouvelle car de nombreux travaux sur l’animal ont déjà été publiés mais ils apportent un certain nombre de réflexions sur l’image du politique. La contribution essentielle présentée par Pierre-Jérome Delage est sans doute celle consacrée au discours philosophique et théologique sur l’animal dans une contribution à une théorie de la réification de l’animal. Aristote, Thomas d’Aquin, Rousseau, Kant et Portalis sont convoqués pour examiner la construction de ce rapport où animal et humain semblent renvoyés dos à dos par le denier cité, justifiant alors toutes les dérives de l’un et de l’autre et des formes de coexistence variant au gré des périodes.

4La riche iconographie animalière utilisée tout au long de l’histoire fait la part belle aux abeilles impériales (Xavier Martin) au coq gaulois ou aux lions classiques des grands empires européens. Derrière l’adoption d’un tel symbole, le message politique varie mais cherche à établir un rapport de proximité et de puissance au service du peuple. Il faut noter d’ailleurs que, seul, le roi de France parmi tous ses pairs, s’était contenté d’un simple lys, fleur des champs pour mettre en scène sa puissance. L’animal est essentiel mais nullement indispensable. C’est aussi ce que semblent dire les procès d’animaux qui, du XIIIe au XVIIIe siècles n’hésitaient pas à copier dans une parodie de justice, les procès des hommes pour chasser, torturer et mettre à mort dans des cérémonies publiques de pauvres animaux victimes de leur état. Les visites présidentielles au salon de l’agriculture à Paris fournissent un exemple d’affaire d’État où il est obligatoire de se faire voir célébrant les racines paysannes de la France et le cri politique de Jacques Chirac « ce ne sont pas des bovins mais des chefs d’œuvre » résonne dans toutes les têtes politiques qui se pressent, chaque mois de février, porte de Versailles (Jimmy Charruau).

5L’histoire, la théologie et la philosophie mais aussi l’iconographie ne suffisent donc pas à exprimer totalement la nature des rapports entretenus, le droit est lui aussi sollicité de manière précise à travers trois textes fondamentaux ; le code général des collectivités territoriales, le code de l’environnement et le code rural et de la pêche maritime. À travers l’ensemble de ces textes, le législateur a prévu la protection des humains contre les animaux mais aussi la protection de ceux-ci contre les caprices des hommes (Vincent Gaboriau). Enfin une interrogation très actuelle sur le retour d’une faune sauvage en ville se pose à travers les zoos mais surtout sur l’emprise de plus en plus prégnante d’animaux sauvages contre lesquels les pouvoirs tentent de s’organiser (Christian Pihet).

6En définitive ce livre est d’une lecture agréable, on en vient à butiner et à se repaître de ces animaux bizarres que sont les hommes politiques dans leur proximité et leur instrumentalisation de l’animal. Leurs apports le plus souvent pacifiques peuvent aussi s’avérer extrêmement brutaux et on ne distingue plus toujours très bien l’homme de la bête. Chacun joue sa partition dans les pratiques du pouvoir, le plus souvent en complémentarité.

Top of page

References

Electronic reference

Christine Bousquet-Labouérie, « Sophie Lambert-Wiber, François Hourmant (dirs), L’animal et le pouvoir », Lectures [Online], Reviews, 2016, Online since 11 June 2016, connection on 18 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20975

Top of page

About the author

Christine Bousquet-Labouérie

Maitre de conférences HDR en histoire médiévale Université de Tours

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page