Navigation – Plan du site

Véréna Keller, Manuel critique de travail social

Matthieu Hély
Manuel critique de travail social
Véréna Keller, Manuel critique de travail social, Genève / Lausanne, Éditions EESP, IES/HETS, coll. « Pratique-s », 2016, 216 p., ISBN : 978-2-88224-148-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Éric Marlière, « Le travail social en quête de légitimité académique », La Vie des idées, 4 ju (...)
  • 2 À l’exception de la mention « Intervention et développement social » https://www.legifrance.gouv.fr (...)

1Depuis quelques années, le débat sur le statut du travail social comme discipline universitaire est au cœur d’une controverse dont Eric Marlière décrit bien les enjeux1. De ce point de vue, le regard de Véréna Keller, professeure, chercheuse et doyenne de la filière Bachelor de travail social de la Haute école de travail social à Lausanne/Suisse est particulièrement stimulant. D’une part, parce que cet établissement est fréquemment cité comme « modèle » inspirant les réformes menées sur les professions du travail social en France. D’autre part, parce que les universités de Fribourg et de Neuchâtel ont délivré, dès les années 1970, des titres universitaires spécialisés en « travail social ». Il s’agit donc d’une situation différente du cas français où la « collation des grades » demeure, en droit, un monopole de l’institution universitaire et où il n’existe pas de section « travail social » officiellement reconnue par le Conseil national des universités. En outre, le dernier arrêté de 2014 fixant la liste des mentions du diplôme de master ne comportait aucune référence explicite au « travail social »2. L’approche développée dans ce manuel est didactique et mobilise de nombreuses références aux travaux des sciences sociales.

  • 3 Gaspar Jean-François, Tenir ! Les raisons d’être des travailleurs sociaux. Enquêtes de terrain, Par (...)

2Après avoir posé les fondements historiques du système d’action sociale de la confédération helvétique, il reprend les principes sur lesquels repose la légitimité des pratiques du travail social. À cet égard, le découpage des « trois temps » du travail social fait ressortir un « état de l’art » à partir des principales controverses qui ont émaillé ce monde professionnel : l’âge d’or de l’État social des « Trente glorieuses » correspond à la montée en puissance du groupe des travailleurs sociaux qui incarnent alors la « main gauche » de l’État pour reprendre l’heureuse expression de Pierre Bourdieu. Le fameux « moment critique », dans le sillon des mouvements de contestation nés après mai 1968, correspond à une phase remise en question de la légitimité des pratiques du travail social, alors dénoncé comme un instrument de contrôle et d’encadrement des classes populaires. Enfin, le troisième temps est celui du néolibéralisme qui se différencie par l’accent mis sur l’individualisation et la responsabilisation des « bénéficiaires » des prestations sociales. D’ailleurs, le changement de vocabulaire qui substitue le terme « d’ayant-droit » par celui de « bénéficiaire » est significatif de ce changement de paradigme. La rhétorique du projet et de l’autonomie fonctionne désormais sur le mode de l’injonction. En se référant à la définition que donne l’organisation internationale des travailleurs sociaux (International Federations of Social Workers), Véréna Keller relève que la dimension de solidarité des travailleurs sociaux avec les personnes « les moins nanties » et « opprimées » a disparu entre 2000 et 2014. Ce qui témoigne d’un affaiblissement de la conception militante du travail social, déjà relevé dans d’autres travaux3.

3Les chapitres suivants dressent une description approfondie des pratiques professionnelles, des conditions d’exercice et des régulations internes du groupe professionnel. S’agissant des techniques du travail social, la distinction classique entre travail social individuel, de groupe et communautaire est clairement exposée à partir des auteurs de référence. Keller consacre également cette partie aux techniques enseignées au sein des Hautes écoles en Suisse et insiste sur le rôle des associations professionnelles dans la normalisation et la codification de ces méthodes d’intervention. Reprenant les approches traditionnelles de la sociologie des professions au chapitre 5, Véréna Keller procède à une utile mise au point concernant le statut de la « relation d’aide » qui, lorsqu’elle est célébrée comme le « cœur de métier » du travail social, opacifie les objectifs de l’intervention. Celle-ci est en effet un moyen au service d’une fin qui est l’émancipation d’individus fragilisés. La diversité des segments professionnels du travail social témoigne de l’inachèvement du processus de professionnalisation et les apories d’une définition essentialiste. Les emplois relevant de l’action sociale représentent environ 3% des actifs occupés en Suisse, ce qui est relativement comparable à la situation française. Les organisations sans but lucratif contribuent significativement à la délivrance des prestations sociales et représentent un employeur important pour les travailleurs sociaux. Constatant le développement de l’injonction gestionnaire à la mesure des résultats du travail social, Véréna Keller invite, en conclusion, à la prendre au sérieux sous réserve de ne pas attendre des travailleurs qu’ils suppriment, purement et simplement, la pauvreté et l’exclusion sociale : « L’action sociale n’a pas à endosser de responsabilités en dehors de son champ – de son pouvoir – d’intervention. Contribuer à réduire les effets des problèmes sociaux et augmenter un peu le pouvoir d’agir des personnes concernées, grâce à divers soutiens, tels sont les objectifs du travail social, des objectifs légitimés démocratiquement, nécessaires, réalistes, exigeants, nobles » (p. 181).

4Pour conclure, on peut s’interroger sur la probabilité pour que la mobilisation en faveur d’une reconnaissance du travail social comme activité scientifique et la pression gestionnaire à l’élaboration d’indicateurs de performance n’en viennent à se rejoindre et à se compléter. En effet, si les sciences humaines ont pu constituer le socle des savoirs légitimes mobilisés par les praticiens du social dans les années 1970, la valorisation croissante de compétences gestionnaires pose question. Notamment dans la mesure où la revendication du travail social comme « service public » s’est affaiblie au profit d’une conversion managériale aux vertus de « l’entreprise sociale ». De ce point de vue, l’expérience suisse est peut-être pionnière dans la mesure où le passage aux « Hautes écoles spécialisées » (HES) s’est effectué à partir de 1995. Cette dynamique s’inscrit dans un processus d’alignement des formations sur les normes académiques de l’enseignement supérieur. Ainsi, la loi sur l’encouragement et la coordination des hautes écoles du 30 septembre 2011 les incite à délivrer des formations doctorales (donc hors du champ universitaire). L’auteure souligne également que le financement des formations est de plus en plus dépendant des financements privés, ce qui n’est pas sans poser problème à un système d’action sociale encore largement public et associatif. Cette injonction à développer l’activité scientifique au sein des Hautes écoles spécialisées se manifeste par l’inflation des publications. Comme le dénombre l’auteure pour l’année 2014 : 85 publications ont été réalisées dans des revues scientifiques et 61 dans des revues professionnelles. Par ailleurs, les deux maisons d’édition des Hautes écoles en travail social romandes (éditions des Écoles d’études sociales et pédagogiques (EESP) et IES) ont publié 181 ouvrages entre 1980 et 2014. En outre, en 2013, la Société suisse de travail social a été intégrée par l’Académie suisse des sciences humaines et sociales au même titre que la soixantaine de « sociétés savantes » qui la composent. Ces quelques indicateurs témoignent de la convergence entre les normes professionnelles qui régissent les formations en travail social et celles du modèle académique. À la suite des préconisations formulées dans le cadre des États généraux du travail social en France, un Plan d’action interministériel en faveur du travail social et du développement social a été annoncé en octobre 2015 qui prévoit « d’inscrire le travail social comme parcours conduisant à des grades universitaires » d’ici 20184. Autrement dit, cet objectif, s’il était réalisé, marquerait une rupture avec la distinction qui prévalait jusqu’ici entre une sphère universitaire disposant du monopole national de la « collation des grades » (et notamment du doctorat) et le réseau des établissements de formation en travail social, financés par les collectivités territoriales et dont les formateurs n’appartenaient pas aux corps professionnels des universitaires recrutés dans le cadre d’un concours national et disposant du statut de fonctionnaire d’État5.

Haut de page

Notes

1 Voir Éric Marlière, « Le travail social en quête de légitimité académique », La Vie des idées, 4 juin 2014, en ligne : http://www.laviedesidees.fr/Le-travail-social-en-quete-de.html.

2 À l’exception de la mention « Intervention et développement social » https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028583174&categorieLien=id.

3 Gaspar Jean-François, Tenir ! Les raisons d’être des travailleurs sociaux. Enquêtes de terrain, Paris, La Découverte, 2012.

4 http://social-sante.gouv.fr/grands-dossiers/travail-social/article/plan-d-action-interministeriel-en-faveur-du-travail-social-et-du-developpement.

5 Signalons que l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES) devait organiser une journée d’étude le 4 juin 2016 à la Sorbonne sur le thème « recherche, université et travail social : conflit épistémologique ou politique ? ». Celle-ci a été reportée en raison des mobilisations dans le cadre du projet de loi Travail. Consulter le site de l’ASES pour plus d’informations : http://www.sociologuesdusuperieur.org/spip?lang=fr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Hély, « Véréna Keller, Manuel critique de travail social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 13 juin 2016, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20978

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page